Ahmed Ouyahia attend sa liste : ces ministres qui suivront Tebboune

Ouyahia tripartite
Le nouveau Premier ministre, Ahmed Ouyahia. New Press

Par Karim Bouali – Selon des sources concordantes, un nombre limité de ministres – on parle de quatre – devraient quitter le gouvernement dont la composition sera annoncée ce jeudi. On ne sait pas encore quels portefeuilles seront concernés par ces changements, mais il semble bien que les ministères qui seront touchés ont un lien direct avec la gestion des affaires qui ont coûté son poste à Abdelmadjid Tebboune. Le ministre de l’Industrie sera-t-il remplacé ? Pour rappel, Mahdjoub Bedda avait joint sa voix à celle de l’ex-Premier ministre dans ce qui s’apparentait à une opération d’élimination de toute trace du binôme Sellal-Bouchouareb, accusés d’avoir «triché» sur des dossiers liés au secteur industriel.

Le président Bouteflika pourrait également révoquer des ministres dont la présence au gouvernement gênerait l’action d’Ouyahia, qui porte aussi la casquette de secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND). Bien que le gouvernement soit – en apparence – technocratique, il n’en demeure pas moins que le limogeage d’Abdelmadjid Tebboune et son remplacement par Ahmed Ouyahia ont provoqué une colère sourde au sein du FLN qui se voit, ainsi, directement impacté par le choix du chef de l’Etat qui en est, d’ailleurs, le président d’honneur.

De nombreux cadres de l’ancien parti unique reprochent, en effet, au secrétaire général, Djamel Ould-Abbès, d’applaudir des deux mains l’éviction d’un membre du comité central du FLN et la désignation d’un Premier ministre issu d’une formation rivale.

Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, pressenti comme probable Premier ministre, d’abord en remplacement d’Abdelmalek Sellal puis d’Abdelmadjid Tebboune, fera-t-il les frais de cette publicité dont il se passerait volontiers ? Simple hypothèse.

Une chose est sûre néanmoins : le Premier ministre ne sera pas associé à la composition du gouvernement. Quels que soient les ministres qui resteront ou seront démis, Ahmed Ouyahia recevra la liste dans un pli fermé et s’en ira appliquer la feuille de route qui lui sera dictée par la Présidence dont il fut le directeur de cabinet. Rompu à cet exercice de discipline irréprochable durant toute sa carrière politique, il saura éviter l’erreur fatale de son prédécesseur ; celle, apparemment, de vouloir faire plus qu’il ne lui est exigé.

K. B.

Comment (31)

    anti moukhribi
    17 août 2017 - 21 h 06 min

    beaucoup de mokokos sur ce fil je trouve, allez ouste vous êtes attendus sur les ramblas , bande de terroristes sionistes !




    0



    0
    Anonyme
    17 août 2017 - 18 h 53 min

    Self service.Un premier ministre qui attend la liste de ses ministres.Un entraineur qui veut que son equipe gagne choisit lui meme ses joueurs.Mais comme on veut que rien ne reussisse en Algerie alors on reconduit l’equipe perdante excepte un ou deux histoire de dire que nous veillons.Au fait peut on gagner avec un OUD ALI au sein de l’equipe




    0



    0
    Anonyme
    17 août 2017 - 18 h 51 min

    Self service.Un premier ministre attend laiste.Un entraineur que son equipe gagne choisitlui meme ses joueurs.Mais comme on veut que rien ne reussisse en Algerie alors on reconduit l’equipe perdante excepte un ou deux histoire de dire que nous veillons.Au peut n gagner avec un OUD ALI




    0



    0
    difou.guery
    17 août 2017 - 15 h 53 min

    DIT : MERCI SAID




    0



    0
    Bison
    17 août 2017 - 12 h 51 min

    Encore une fois le sage s’est moqué de nous! En le disant, Il sait sur quelles bases il a bâti le beau gourbi et comment il va evoluer! C’est pas demain, ni dans trente ans, ni même dans trois cents ans qu’on deviendra le japon d’Afrique, les sud-coréens peuvent se rassurer !




    0



    0
    Rachid CASA
    17 août 2017 - 8 h 39 min

    Haddad a investi des centaines de millions d’euros en Catalogne, un argent appartenant au peuple Algérien. Mais bien mal acquis ne profite jamais: depuis le début de son aventure à Barcelone, les conseils des hommes de Joan Gaspart, les directives des FM, le pistage du CNI (Ancien Cesid) et des gestionnaires sont en train d’attirer d’autres prédateurs ou d’autres faux milliardaires qui se feront rouler dans la farine, pensant que l’Algérie sera la prochaine Libye. Et que grâce à cela le gel des comptes et des biens les feront devenir encore plus riches…

    Comme vous le savez la corruption est un sabotage du pays, ce qui peut faciliter une guerre civile et faire sortir l’ANP contre le peuple (…). le plan est simple: quand l’armée sortira pour tirer sur les Algériens, l’OTAN apparaitra pour bombarder le pays, casser l’ANP, avant que les vraies Algériens patriotes et intègres n’en prennent le contrôle pour sauver le pays de l’implosion et du Chaos. (L’OTAN c’est la France et d’autres pays qui voudront se partager le gateau, sous pretexte de sauver les Algériens d’un probable génocide par son armée)

    La majorité des faux milliardaires actuels sont tous des « blanchisseurs », des associés ou des escrocs qui travaillent en bandes organisées grâce à des complices occupants des postes stratégiques, souvent de la même région, douar, villages etc.




    0



    0
      Anonyme
      17 août 2017 - 12 h 03 min

      foutaise ; l ANP et son peuple font un ; c est une armée issu du peuple et tout les familles algériennes ont un fils ou une fille qui sert son pays et son peuple ; non l ANP sa mission est de proteger l Algerie son territoire ciel terre mer son peuple et ses biens . l otan ou quique ce soit se cassera les dents avec notre armée à la longue car les rapports de forces ont changé et lANP est moderne efficace et sans pitié avec l ennemi ; le peuple qu elle sert n est pas son ennemi bien au contraire mais cest une armée qui fonctionne aux ordres et les fleurs au fusil avec des bises c est bon pr les tunisiens ou egyptiens ; pas notre armée elle marche aux ordres mais sera faire la différence entre un ordre débile et un ordre intelligent . non il n y aura jamais de Syrie ou de Lybie en Algérie qu’ Allah nous en éloigne ; ni le peuple ni l ANP se fera piéger. Enfin le peuple et tt les peuples ont tjrs le dernier mot au bout du compte ; non Monsieur, les algériens et algériennes ont déjà mangé leur pain noir…. ça suffit, le peuple algerien décidera de son avenir ; personne d autre.




      0



      0
      [email protected]
      17 août 2017 - 13 h 34 min

      l’ ANP c’ est son peuple, et qui si frottera si piquera,et ces mafieux qui pillent les richesses ne la détourneron de son devoir




      0



      0
        Anonyme
        17 août 2017 - 16 h 31 min

        En es-tu si sûr ?




        0



        0
      Anonyme
      17 août 2017 - 16 h 32 min

      Tu as tout dit. Merci.




      0



      0
    الهوارية في كندا
    17 août 2017 - 2 h 25 min

    Monsieur Ouyahia est vieillissant et obéit aux ordres, bof, c’est les mêmes et on recommence, quant à la meuf qui a postée la pétition à l’encontre de Bouteflika, une cyberactiviste financée par les usa qui veut sa place dans le système comme en Libye et Syrie etc…
    Non, merci ni Djillali, ni Bouraoui, ni Benflis, ni Sidi Zékri, on attend, on espère la fin bonnement et le peuple votera seul pour un Nouveau Président, inchallah ya Rabi




    0



    0
      karim
      17 août 2017 - 7 h 10 min

      c’est pas interdit de rêver hahaha




      0



      0
      Anonyme
      17 août 2017 - 17 h 13 min

      Je te rassure, les USA, la France…etc, n’ont même pas besoin d’intervenir directement pour profiter des richesses du peuple algérien. Ceux qui sont en place ici les leur livrent avec le plus grand zèle. C’est pour cela qu’ils se maintiennent au pouvoir alors que les algériens ne leur ont jamais accordé leurs voix.




      0



      0
    Riri
    17 août 2017 - 0 h 46 min

    J’espère que Tebboune reprendra sa fonction de ministre de l’habitat où il a effectué un travail remarquable. Si ce n’est pas le cas, je me considèrerai en droit de faire comme la majorité des algériens : boycotter des élections qui ne servent à rien puisqu’il semble que ce sont les parasites incompétents, cupides, incultes et traitres à leur pays, c’est à dire les barons de l’import- import et du détournement du foncier, qui dirigent ce pays. Quand à Ouyahia, nous verront s’il mettra autant d’ardeur à s’attaquer au problème des subventions des produits de base qu’à celui des vautours-oligarques de l’argent public qui vivent au crochet de l’état.




    0



    0
    Rachid CASA
    17 août 2017 - 0 h 19 min

    Pauvre Algérie! Dans cette conjoncture volatile est dangereuse, L’ANP regrettera beaucoup d’être devenu l’agent de sécurité des voleurs et des prédateurs! Avec les événements de prédation et de corruption adieu au peu de cohésion sociale. La mafia du pouvoir est devenue arguments de sa propre destruction, et les dommages collatéraux seront innombrables..




    0



    0
      Le Patriote
      17 août 2017 - 9 h 19 min

      Tu es fier de ton pseudo? (…) L’Algérie n’est pas aussi « pauvre » que ton pays de m… qui oblige son peuple à se prostituer pour manger.




      0



      0
    Anonyme
    17 août 2017 - 0 h 04 min

    pkoi on nous démontre pas le contraire ; le président tt en étant affaibli dans sa mission et élu par le peuple au service du peuple ; pkoi ne s adresse t il pas au peuple algérien à la tv publique pr expliquer ce changement et cet épisode de cet été qui a susciter bcps d interrogation dans l opinion publique et de nous rassurez sur l art 102 relayé par la presse ; ce serait bien que Mr Ouyahia conseiller spécial devenu PM propose au président de s adresser au peuple Algérien puisqu’ il est tjrs son seul et unique représentant ; il nous manque à la TV…lol .




    0



    0
    Moloud
    16 août 2017 - 23 h 29 min

    @Manonymous ou Mickeymousse tu dois vivre au pays d »ALI(ce) au pays des merveilles. Un président malade, incapable de parler à son peuple, faire de la représentation Nationale ou Internationale, 20 ans au pouvoir, on parle d’un 5ème mandat, avec une gérontocratie aux postes clefs des institutions, mêmes les établissements de production publics sont gérés par des retraités, des lois bafoués à longueur de journées, ect……….. alors oui Zemzem a raison, le peuple Algérien n’évolue pas dans une démocratie et ne nous voulons pas de monarchie. L’Algérie est une République qui doit être démocratique ou le peuple doit être souverain avec uns structure dorsale qui est l’armée en garante du bon fonction de sa constitution.




    0



    0
    Anonyme
    16 août 2017 - 23 h 09 min

    République bannière.
    D’autres dictateurs comme avant Salomon, Cesar , et d’autres plus récemment ont crûs qu’ils étaient invulnérable intouchables.
    Et ils ont étés vaincus humiliés condamnés.
    Ont-ils la mémoires courtes.
    C’est une grande erreur de croire d’être invulnérable.




    0



    0
    Gavroche
    16 août 2017 - 23 h 08 min

    @Manonymous Ton Papa fait partis de ces élites corrompus qui coulent l’Algérie sur le dos du peuple? Arrogant!




    0



    0
    Le Patriote
    16 août 2017 - 21 h 47 min

    Le dernier paragraphe de l’article, à lui seul, vaut son pesant d’or. Une chose est sûre: le Premier ministre ne sera pas associé à la composition du gouvernement. Quels que soient les ministres qui resteront ou seront démis, il recevra la liste dans UN PLI FERMÉ et s’en ira appliquer la feuille DE ROUTE dictée par la Présidence dont il fut le directeur de cabinet. »
    Imaginons un court (mais alors très très court) instant qu’un facétieux fonctionnaire de la présidence glisse (par mégarde (mon œil !) dans LE PLI la liste du gouvernement de Tebboune. Pendant cette nanoseconde, imaginez alors la tête de l’autre. Comme feuille de route, ce serait alors la DÉROUTE.




    0



    0
    Felfel Har
    16 août 2017 - 21 h 46 min

    Je vous parie qu’il va remettre sur selle son fidèle Bouchouareb, notre prix Nobel d’Économie pour « tenir tête » à Macron et ses marcheurs. Il va nous abreuver de discours populistes, soufflant le chaud et le froid en nous faisant croire que les chèvres peuvent voler. Il va jouer au contorsionniste pour ménager le choux et la chèvre, sans succès. Cet énième promotion à la primature sonne comme le glas de ses ambitions présidentielles car c’est au casse-pipe qu’on l’envoie, maintenant que nous nous sommes bien enfoncés dans la crise. C’est le début d’un échec annoncé tant que le président s’entête à concentrer entre ses mains toutes les prérogatives de ses ministres, de ses walis, de ses ambassadeurs, d’une part, et d’autre part de protéger tous les affairistes insatiables qui ruinent le pays. Une chose est sure, Mister O ne parviendra pas à redresser la situation et il jouera le rôle de fusible, une fois de plus. Alea jacta est!




    0



    0
      Felfel Har
      17 août 2017 - 15 h 42 min

      Mea culpa, je me suis planté dans mes prévisions en annonçant le possible repêchage de Bouchouareb. J’aurais dû me douter que le PM n’avait aucun poids et que le choix des ministres était du domaine exclusif du Klan (le président et sa garde rapprochée). Par contre, je ne suis surpris ni par l’éviction des ministres qui se sont mis à la tâche pour nous débarraser de l’argent sale, ni du silence de la société civile et des hommes politiques auto-proclamés patriotes. Et dire qu’il n’y a pas si longtemps le peuple algérien a réussi la prouesse de s’émanciper de la puissante France en luttant de manière acharnée pour arracher sa liberté et affirmer sa souveraineté. Autres temps, autres moeurs, il ne faut pas réveiller un peuple en vacance et se préparant à célébrer l’Aïd. Au fait, ne serions-nous pas les moutons qui vont être sacrifiés? Bêêê!




      0



      0
    Anonymaoui
    16 août 2017 - 21 h 39 min

    M. Bouali votre article serait parfaitement en phase dans un cadre de gouvernance normal et démocratique où la constitution d’un gouvernement s’opère dans un climat de confiance entre le président et son premier ministre pour l’intérêt du pays et du citoyen. Dans ce cas particulier tout est déjà ficelé avant que Tebboune ne soit éjecté la liste des ministres est fixée. Tous les ministres qui ont obei aux directives de Tebboune risquent leurs postes sauf intervention du patronat ou de l’UGTA. Ouyahia connaîtra la liste à la dernière seconde avant sa diffusion par Ennahar.




    0



    0
    Zitoune
    16 août 2017 - 21 h 39 min

    La Révolution du Peuple par le Peuple. Application de l’article 102, période de transition géré par l’Armée, mise en place d’une constituante et élection ouverte et transparente. Nous ne voulons plus de vacance de pouvoir, d’un Président absent , de l’ anarchie au sein de L’Etat et d’une corruption qui gangrène le pays. L’Algérie n’est pas une monarchie ou la transition du pays se transmet au sein d’une même famille. Seule le Peuple est souverain et la démocratie son sel.




    0



    0
    mounir benahmed
    16 août 2017 - 21 h 21 min

    c est un peu bizard que M. ouyahya ne parle pas de la main de l etranger ces derniers temps quoique cette main etrangere lui a parte chance. on prend les memes et on fait une khalota c est lamentable il n y aura jamais du sang neuf .




    0



    0
      linguistique
      16 août 2017 - 21 h 56 min

      Attention ya Si mounir à la main étrangère: elle sévit jusque dans votre commentaire, quand c’est BIZARD c’est HAZARD…et dangereux!!




      0



      0
    jughurta
    16 août 2017 - 21 h 08 min

    Luttez contre la corruption et les oligarques qui se considèrent comme les chefs, n’ est pas pour moi une erreur fatale;, c’ est son contraire qu’ il l’ est. Certains Algériens vivent à l’ envers, la preuve avec la fin de ce texte.




    0



    0
    Zemzem
    16 août 2017 - 20 h 39 min

    Ould Abbes est une serpillière! C’est l’homme qui a vu Mr le Président marcher sur l’eau comme me messie!
    Le peuple n’est pas dupe, il y a eu un coup d’Etat et la constitution a été bafoué et des mensonges communiqués et véhiculés par une certaine presse. Nous avons régressé et nous sommes passé d’une République autoritaire à une dictature dirigé par des corrompus.




    0



    0
      Manonymous
      16 août 2017 - 21 h 18 min

      une dictature dans laquelle tu t’exprimes librement et avec autant d’inepties! pauvre nase….




      0



      0
        Zemzem
        16 août 2017 - 23 h 03 min

        @Manonymous A la façon de t’exprimer on voit de suite ton ouverture d’esprit et ta capacité à accepter la contradiction, toi le démocrate. Oui l’Algérie qui que tu dises n’est pas une démocratie et pas un état de droit. La constitution, les lois, les droits humains, les droits associatifs sont bafoués tout les jours. A bon entendeur salut le démocrate.




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.