Verts : Alcaraz veut «construire une équipe d’avenir»

Equipe nationale de football
Lucas Alcaraz, sélectionneur national. New Press

Le sélectionneur de l’Algérie Lucas Alcaraz, éliminé avec les locaux vendredi soir par la Libye de la course à la qualification au Championnat d’Afrique des nations de football (CHAN-2018), a indiqué que son objectif était de «construire une équipe d’avenir».

«Alcaraz a déclaré que le staff technique s’est attelé à construire une jeune sélection nationale des locaux d’avenir pour la relance du football algérien et que c’est le point positif qu’il retient du court parcours avec cette équipe», a écrit samedi le site web de la Fédération algérienne de football (FAF).

Battue 2-1 samedi dernier à Constantine à l’aller du dernier tour qualificatif au CHAN-2018, la sélection algérienne des joueurs locaux a fait match nul (1-1), vendredi soir au stade Tayeb-M’hiri de Sfax (Tunisie) face à la Libye lors de la deuxième manche. Malgré l’élimination, Alcaraz s’est dit «satisfait» du rendement de la sélection nationale. Pour lui, son équipe «a mérité plus que le match nul», se disant «satisfait du rendement de l’ensemble des joueurs, mais pas du résultat qui élimine l’Algérie, tout en insistant sur le fait que le résultat du match aller a été handicapant». Vendredi, les Algériens ont ouvert la marque par l’intermédiaire de Sofiane Bendebka (23’) avant que les Libyens ne reviennent au score juste avant la pause grâce à Moayed El-Lafi (45’+1).

Avant la manche aller, l’objectif de la FAF pour les Verts était de décrocher un billet pour le CHAN-2018, une épreuve lancée par la Confédération africaine (CAF) en 2009 et à laquelle l’Algérie n’a participé qu’une seule fois, en 2011, lorsqu’elle avait terminé au pied du podium (4e) de la deuxième édition disputée au Soudan.

R. S.

Comment (3)

    tom
    21 août 2017 - 0 h 18 min

    Nos jeunes ne travaillent pas assez pour postuler au podium.
    Toutes les disciplines sont dans le même cas, la faute incombe au programme scolaire trop chargé et au déficit de structures sportives de proximité
    das les années 80 toutes les disciplines produisaient des talents car l’éleve pouvait s’entraîner deux à trois fois par semaine, et jouer lors du match le dimanche ou vendredi chose impossible aujourdhui, ecole 8h 5h
    eleve fatigué, club sportif loin de la maison, parents ne pouvant accompagner les enfants et attendre jusqu’ 21 h donc revoir tout le systeme




    0



    0
    A3zrine
    19 août 2017 - 17 h 11 min

    Y a t il un avenir de foot avec les locaux? C’est une question qui se posera tout le temps même en voulant l’éviter.
    Ils ont peut être des qualités techniques comme tous les joueurs mais ça s’arrête là.
    Une équipe c’est un tout, physique, psychique, technique. Nos locaux pour dire aussi le foot locale manque de tout et sur tout de professionnalisme. Donc vouloir construire une équipe sans les immigrés, relève pour l’instant de l’impossible, sauf peut être s’atteler à construire une équipe dans le centre sidi moussa loin des équipes locales du championnat qui ne produisent rien à part pervertir ce sport.




    0



    0
    MELLO
    19 août 2017 - 17 h 03 min

    Nous sommes encore à l’ère de « l’essentiel c’est la participation ». Se faire éliminer par une modeste équipe d’un modeste pays qu’est la Lybie, c’est tout simplement remettre sa démission , Mr EL KHARRAZ. Vous avez été incapable de construire une équipe des locaux , pourtant constituée d’après vous des meilleurs du championnat national. C’est tout simplement de la faiblesse tactique, de la faiblesse technique et de la faiblesse face à ce président de la FAF qui impose ses joueurs. Déjà, j’ai eu l’occasion de remarquer leur démarche à la sortie du bus, qui me faisait dire qu’ils s’en prennent la tête. C’est incompréhensible de vouloir donner l’équipe des locaux à l’entraîneur de l’équipe A. De cette défaite , comment réagiront les joueurs de l’équipe A vis à vis de cet entraîneur ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.