Pourquoi Bouteflika rappelle le différend sur le Congrès de la Soummam ?

Bouteflika Soummam
Quel message Bouteflika voulait-il transmettre ? New Press

Par R. Mahmoudi – Dans son discours à l’occasion du double anniversaire du 20 Août 1955-20 Août 1956, lu à Tlemcen, le chef de l’Etat a mis en relief les «divergences» d’analyses et de lectures faites autour du Congrès de la Soummam, avant d’en saluer l’esprit et de considérer qu’il s’agit, en dépit de tout, d’un «événement à marquer d’une pierre blanche dans l’épopée de la glorieuse Révolution de Novembre».

Le Président a-t-il besoin, dans la conjoncture actuelle, de rappeler ces divergences souvent polémiques qui continuent à envenimer les débats sur l’histoire de la Guerre de libération nationale et qui renvoient, en somme, à des diatribes virulentes, comme celles lancées par les défunts Ahmed Ben Bella et Ali Kafi contre la plateforme de la Soummam et ses artisans ? A-t-il voulu transmettre à travers ce rappel, et aussi à travers le choix de la ville de Tlemcen pour le faire, un message subliminal destiné à retisser les liens claniques qui ont fait, à l’indépendance, la force d’un groupe, celui dit de Tlemcen face à son rival traditionnel, celui dit de Tizi Ouzou ?

Quelle que soit l’arrière-pensée sous-jacente à cette petite phrase qui s’est glissée dans le discours du Président, le fait de raviver ces sensibilités aujourd’hui ne peut mener qu’à une exacerbation des esprits dont le pays se passerait volontiers. Si l’on peut comprendre que le Congrès de la Soummam ait pu diviser les dirigeants de la Révolution, dans le feu des événements, rien ne justifie que soit reproduit le même schéma aujourd’hui.

Lancée par Ahmed Ben Bella et ses partisans, cette attaque frontale contre le Congrès de la Soummam et son principal architecte, Abane Ramdane, cristallisait dès le début un schisme bien plus profond entre deux visions politiques diamétralement opposées. La première est formulée par Abane à travers son fameux mot d’ordre adopté par les assises d’Ifri, et même officiellement par les instances qui en étaient issues : «La primauté de l’intérieur sur l’extérieur.»

Les partisans de la deuxième vision, tout en émettant des réserves sur les conclusions du Congrès, soupçonnaient les dirigeants de l’intérieur, et plus particulièrement Abane Ramdane, de vouloir organiser une «OPA» sur la Révolution, dans le dessein d’imposer des choix organiques et idéologiques qui seraient loin d’avoir le consensus de tous les responsables, et d’instaurer une direction hégémonique. C’est ainsi que Ben Bella et ses partisans, à l’image d’Ahmed Mahsas, ne se gênaient pas d’accuser Abane de nourrir des ambitions de pouvoir et d’outrepasser le caractère collégial de la direction. Certains sont même allés jusqu’à justifier l’élimination d’Abane par ses frères d’arme.

C’est donc tout naturellement que la confrontation ait été plus directe entre le responsable le plus en vue et aussi le plus audacieux du front de l’intérieur et le représentant le plus emblématique de la délégation de l’extérieur.

R. M. 

Comment (58)

    Makhlouf
    22 août 2017 - 20 h 53 min

    Internaute @GENSERIC , tu traites certains autres internautes de laics, de traitres et de pro-occidental (même les congrèssistes de la Soummam ce qui est le comble de l’ignorance ) et tu leur demandes d’aller vivre en France leur laîcité.

    Mais je suis près à mettre ma main au feu , que de par le vocabulaire que tu utilises que tu es une r – – – – – -e des banlieues françaises qui joue au musulman et patriote Algérien …. à partir de là-bas ! Dommage que tonton Sarkozy est parti, sinon il t’aurait fait rosir les fesses !




    1



    0
    Krimo
    22 août 2017 - 18 h 54 min

    Genseric,

    Vous dites «Pendant la guerre de libération ça n’est pas que algérien patriote qui a posé sa main sur la Coran…..Tous les combattants sincères l’ont fait !» Soit

    Par ailleurs, dans le monde occidental, tous ceux qui passent devant le juge, jurent sur la Bible, « de ne dire que la vérité rien que la vérité ». Ce n’est qu’une métaphore, au cas où vous ne l’auriez pas compris.

    Quelque part votre insinuation est très lourde. Je vais faire court : faudrait-il lire ou apprendre de Genseric ce qu’est l’IslamɁ
    Pour votre gouverne, 130 ans de présence française aidée par le cardinal Lavigerie et toute la cohorte de coreligionnaires qui l’ont suivi n’ont pu faire fléchir nos aïeux sur cette question. La majeure partie de ce peuple étaient de pauvres hères qui végétaient dans les pires souffrances de la « misère matérielle et morale » et pourtant « m’tourizi et m’torni » malgré les dividendes de l’heure, étaient la pire des infamies. Voilà pour l’Islam ……. maintenant s’il y en a un autre, venu d’ailleurs et qui vous sublime, faites le savoir.

    Je reviens au sujet, c’est Abane et nul autre qui a fédéré des 1955 autour du FLN, toutes les tendances algeriennes qui existaient en ce temps-là tant politiques que religieuse. Et oui mon cher Genseric y a avait de tout. C’est lui qui a amené l’Association des Oulemas et même Ferhat Abbas a prendre part a la lutte armée, il a même fait tout son possible pour ramener a la raison certains égarés imbus de zaimisme, …….. et on est bien loin du Congrès de La Soummam.

    Voilà un des points relevé par la plateforme de la Soummam «…. « […] la vieille chimère des « affaires indigènes » séparant artificiellement les Algériens en Berbères et Arabes hostiles. »
    A votre sagacité, s’il en est, de faire le reste.




    2



    0
    Said Amirouchène
    22 août 2017 - 17 h 56 min

    Cher compatriote @GENSERIC , je t’avoue franchement que je préfère lire les commentaires de l’internaute @Smail Ighmat, qui même s’ils ne peuvent pas plaire à tous le monde sont au moins bien argumentés, bien construits, cohérents avec des exemples bien précis, plutôt que toi qui n’a fait qu’invectiver, critiquer et offenser sans trop convaincre !

    PS: admettons que @Smail Ighmat soit un laïque, un athée mécréant comme tu le traite ici, où est le problème ? Est-ce que c’est un ALGERIEN ou pas ? Est-ce qu’il a le droit d’interpréter l’histoire de son pays à sa manière comme tu as tout le droit de la faire toi-même ? Au nom de quoi et de qui, on doit t’entendre toi et pas les autres ? Au nom de quoi et de qui, tu veux que les non pratiquants algériens soit des traîtres, des impies et des mécréants à éliminer et n’ont aucun droit à la parole ! Non mais où va-t-on ??? Oh mon Dieu, quelle Algérie et quels Algériens a enfanté ce pouvoir de 1962 ???!!!




    0



    0
    Smail Ighmat
    22 août 2017 - 15 h 52 min

    @GENSERIC, tu es complètement « out of the record » , « hors du temps » et tu répètes des choses comme un perroquet , pardon pour la comparaison . C’est dommage que tu n’aies qu’une seule référence, celle de ton père, bien que courageux moudjahed et que je remercie d’être allé faire le maquis ! Mais tu es mal très, très mal informé ! Et le comble, c’est que tu dis des bêtises sans chercher à connaître par toi-même l’histoire récente de ton pays !

    Bref toutes tes insuffisances, tout çà n’est pas trop, trop grave. Mais il y a une de tes phrases que je vais graver sur du marbre (ou autre matériau) pour en faire un exemple d’ignorance, de blasphème, de sacrilège, de culot, de bassesse et de petitesse. La voici ta phrase pour que tu t’en rappelles ad vitam æternam : « Ce qui est le pire dans cette affaire, c’est que l’on sait que la plupart des participants à cette réunion étaient des marxisants berbéristes et occidentalistes ! »

    Waouh, mais tu as été à l’école … ?? Tu es capable d’un peu de réflexion et de recul ou pas ? Mais je crois que tu es irrécupérable !

    Pardon, mais j’ai jamais entendu cela même chez les pires ennemis de Abane Ramdane, de Ben M’hidi, de Krim Belkacem , de Amar Ouamrane, de Si M’Hamed Bougara, de Youcef Zighoud , de Lakhdar Bentobal, de Slimane Dehilès, du Commandant Azzedine, de Si Lakhdar, de Ali Khodja et de Ali Mellah.

    Que Dieu te pardonne !

    Merci ya si @GENSERIC d’intervenir sur AP sur ce sujet, çà me permet d’en profiter pour faire une pose après tant d’inépties !




    0



    0
      Zoro
      22 août 2017 - 20 h 56 min

      @ Smail ighmat :Je vais faire un immense effort pour te croire quand tu dis que la guerre de liberation n a pas ete faite au nom de l islam , a condition que tu repondes a cette question :La france a t elle occupe l Algerie au nom de lmperialisme laique ou chretien???? Signe ZORO….Z….




      0



      0
    NATION
    22 août 2017 - 15 h 15 min

    On peut tout dire sur Abbane Ramdane (et la Soummam) , sous n’importe quel motif de nains ou mauvaise intention , mais l’Algérie actuelle vit en tant que nation et état et tous leurs attributs doctrinaires de souveraineté sous l’Idée historique de Abbane ( et de ses camardes de la Soummam) qui a concrétisé l’Appel de Novembre dans la Révolution Nationale algérienne . Si on sort du cadre idéologique et doctrinaire nationaliste tracé par Abbane, Ben Mhidi et la Soumam , l’Algérie disparaîtra et chacun ira rejoindre sa Dechra ou son Arch .. on change un seul mot , une seule virgule et l’Algérie disparaît et n’est plus l’Algérie .. on peut tout dire sur Abbane , mais on ne peut rien changer de ce qu’il a tracé et fait . Qui osera ? CEUX qui ont osé en 92 ont reçu le feu de le Foudre …Voila comment certains hommes créent l’Idée de l’Histoire ….. Préambule et intitulé : nation algérienne souveraine libre et indépendante . 1-République algérienne démocratique et populaire . 2- Drapeau national algérien: vert banc étoile et croissant rouge .3 – Hymne national algérien : kassaman ( paroles Moufdi Zakaria ) .4- Devise nationale de la nation et de l’état algériens : par le peuple et pour le peuple 5 – Armée Nationale Populaire . 6-Assemblées populaires nationales ( APN , APW , APC) . 7 – Caractère sacré des martyrs ( de 1830 à 1954- 62 ) …




    0



    0
    DEHMANI
    22 août 2017 - 14 h 47 min

    Ali kafi et benbella étaient des minus devant les grosses pointures comme ABANE ,KHIDER,BOUDIAF, AIT AHMED,KRIM,BEN M’HIDI ,AMIROUCHE, ALI LA POINTE et autres ces gens la se sont les vrais artisans du déclenchement et les vrais meneurs de la guerre de libération national ça n’a rien a voir du tout avec ceux planqués a oujda àattendre le signal de de Gaulle pour leurs annoncer « le terrain est libre vous pouvez rentrer »




    0



    0
    Bison
    22 août 2017 - 14 h 35 min

    @zoro,
    Quand on sait ce que reproche ces  » grands hommes » a Abane et ses « partisans » c’est a dire, faire une OPA sur la révolution et ses visées de prendre le pouvoir sans passer par la direction( et dans le texte ci-dessus est dit  » Certains sont même allés jusqu’à justifier l’élimination d’Abane par ses frères d’arme, ») et quand on sait qui a pris le pouvoir quelques années après sans passer par le peuple, en méprisant le peuple, ( pire que « sans passer par la direction ») et ce qu’ils en ont fait…normalement, sans démagogie ( patriotique) tu comprendras que les qualifier et non les traiter de chacals est non une insulte mais un complément ! Sinon, cher zoro, c’est tout a ton honneur de s’indigner pour la mémoire de ces grands hommes, mais malheureusement ça n’a ému presque personnes quand ils, ces grands hommes justement, passaient le plus claire de leurs temps de retraités dorés à dénigrer Abane ( et le congrès de la Soummam), même mort ( sur le champs d’honneur!!!, ils le disent et le reconnaissent eux même)!! Donc, S’ils sont capables de dénigrer quelqu’un qu’ils reconnaissent mort sur le champs d’honneur alors de quoi ils sont incapables ou de quoi ils se généraient après ça ! ? Et après ça tu me reproche de les qualifier, et non les traiter, de chacals ? Franchement, zoro!

    PS.: sinon cher zoro, l’invitation tient toujours!? J’amènerais un gros pot de peinture grise, on passera le temps à peindre tous les poteaux rouillés du voisinage et on en parlera plus d’histoire! Salam, 😉




    0



    0
      Zoro
      22 août 2017 - 16 h 42 min

      Ce que je sais bison c est qu a chaque fois qu il marrive d etre en desaccord avec quelqu un je pense que c est lui le fautif j essaye souvent de lui trouver des excuses mais ce n est que rarement que j y arrive. Pour cette raison je defend mes idees contre les vivants quand aux morts quoiqu ils aient fait j essaie de leur pardonner.ce qui m aide en cela c est ma culture coranique. تلك امة خلت لها ما كسبت و لكم ما كسبتم ولا تسألن. عما كانوا يعملون. صدق الله العظيم




      0



      0
        Bison
        22 août 2017 - 18 h 16 min

        Je suis complètement d’accord avec toi zoro, seulement ces personnes sont des acteurs importants voire des héros de notre histoire d’une manière ou d’une autre! Et donc, comme les héros ont cette particularité qu’on aime les prendre ou on doit les prendre en exemple et donc, raconter uniquement cequ’ils ont fait de bon et passer sous silence ce qu’ils ont fait de moins bon ou carrément de mal ( quelque soit la raison ou les circonstances) sous prétexte qu’ils sont morts, on risque de croire que tout ce qu’ils ont fait est uniquement bon y compris leurs erreurs et en agissant ainsi vous pensez pas qu’il y’a fort risque de les refaire, refaire leurs erreurs !!? Qu’en penses-tu justement!? Bonne soirée.




        0



        0
          Zoro
          22 août 2017 - 20 h 43 min

          C est la critique constructive qui pourrait nous aider a voir ou a revoir clairement notre histoire ,avons nous besoin d invectives, de mots blessants pour se convaincre les uns les autres? N oublions surtout pas que notre independance a ete acquise grace au sang de million et demi de chouhadas,.N oublie pas bison que s il s agissait uniquement de ABANE ,BENBELLA, AIT AHMED ,BOUMEDIENE et tous nos politiciens de A aZ la France aurait pu les mettre tous dans une frégate et les envoyer à Cayennes et personne n aurait jamais entendu parlé d eux . Le but de tout le monde etait l independance nous l avons acquise el hamdou lileh nous sommes libres nous sommes enfin comme vous le dites Amazigh preservons cette independance et cette liberte au risque de redevenir des ILOTES. SIGNE ZORO. …Z….




          0



          0
    Platon Lacave
    22 août 2017 - 12 h 22 min

    Pour clarification:
    Tout le monde était d’accord sur la déclaration du premier Novembre. (Abane n’avait pas encore rejoint le mouvement. Il était en prison). Les désaccords ont commence avec le congres de la Soummam. On ne peut pas égaler la déclaration du déclenchement de la révolution armée qui est une sorte de contrat liant les déclencheurs au peuple algérien ou plus précisément a cette partie du peuple qui accepte de joindre cette résistance armée. Les documents de la Soummam ne sont dans leur majorité que des documents techniques pour une organisation efficace de l’action armée. Ses résolutions ne peuvent pas avoir droit de remise en cause de certains points du « contrat initial » qui est la déclaration du premier Novembre.




    0



    0
      Smail Ighmat
      22 août 2017 - 12 h 44 min

      Cher compatriote @Platon Lacave , contrairement à ce que tu dis, il n’existe pas plusieurs « documents de la Soummam » , qu’ils soient techniques ou pas techniques ou je ne sais quoi !

      Il existe juste LA PLATE FORME DE LA SOUMMAM donc un seul document approuvé par les chefs historiques présents à cette importante réunion qui s’est passé à Ifri (Ouzellagan, en Kabylie). Les initiateurs et les principaux concepteurs de cette plat-forme sont Abane Ramdan et Larbi Ben M’hidi !

      Les autres participants au Congrès de la Soummam étaient entre autres Krim Belkacem (Zone III), Amar Ouamrane (Zone IV), Si M’Hamed Bougara, Youcef Zighoud (Zone II), Lakhdar Bentobal, Slimane Dehilès, Commandant Azzedine, Si Lakhdar, Ali Khodja et Ali Mellah (Zone VI). Le chahid Mostefa Ben Boulaïd (Zone I) n’a pu être présent lors du congrès car il est tombé au champ d’honneur cinq mois auparavant.




      0



      0
        GENSERIC
        22 août 2017 - 14 h 45 min

        La zone I n’a pas été présente pas uniquement parce que le chahid Ben Boulaid était tombé au champ d’honneur, mais il y avait dès le début un désaccord de fond et les représentants de cette wilaya avaient rejeté le congrès de la soummam !




        0



        0
          Smail Ighmat
          22 août 2017 - 15 h 19 min

          @GENSERIC , pour le déclenchement du 1er novembre 54 , il n’y avait pas aussi le consensus et beaucoup de chefs historiques n’y croyaient pas et ne se sentaient pas près au déclenchement !Ils disaient que c’est un suicide ! Mais Boudiaf leur a répondu : je vais faire la guerre même avec les singes du « ruisseau des singes » de Médéa ! Donc, quand tu parles d’absents en citant le grand Chahid Ben Boulaid , ce n’est pas parce qu’il était absent (disparition avant le Congrès) qu’il faut discrétiser ou délégitimer le Congrès de la Soummam!

          Nota bene : Ce n’est pas Ben Boulaid , grand moudjahed, qui était à l’origine de l’idée du Congrès de la Soummam , mais Abane Ramdane et Larbi Ben M’hidi, ces grands concepteurs et les grands intellectuels de l’organisation de la lutte de libération nationale ! Grands moudjahed aussi au même titre que d’autres !




          0



          0
      Otto
      22 août 2017 - 14 h 03 min

      Merci pour ton commentaire Platon Lacave, tu as bien schématisé l’histoire du déroulement des événements. En effet, beaucoup pensent de le congrès de la soummam n’est que la dernière pièce à l’édifice, celle qui confirme et qui par voie de conséquence met sur le papier ce qui a été longuement discuté entre les militants, les chefs de régions mais également ceux qui étaient soit à l’étranger soit en prison.
      Il fallait que ces conciliabules débouchent sur un accord, une espèce de feuille de route, mais l’acte constitutif de tout cela reste indéniablement le 1 novembre 1954, le déclencheur de la révolution et son ciment. Pour le reste, les faits historiques sont là, et les faits sont têtus, on ne peut en aucun cas changer ou travestir un fait historique.
      La fiction, elle par contre peut être modulable à outrance voir même récrée, tout dépend du sens de l’imagination de chacun, il faut croire que certains ont un talent inné de l’imagination et de l’imaginaire.




      0



      0
        Smail Ighmat
        22 août 2017 - 15 h 04 min

        @Otto , si tu lis bien et relis bien la proclamation du 1er Novembre 54 , tu te rendras compte que la Plate Forme de la Soummam n’est pas venu contradiction ou en réaction avec la proclamation du 1er Novembre mais plutôt vient en complément, aussi bien dans sa lignée que dans son contenu. La guerre de libération nationale n’est pas une guerre de religion puisque l’appel du 1er Novembre, même si les rédacteurs veulent une société à l’indépendance qui vie dans le cadre islamique (ou dans la culture islamique, c’est tout à fait normal ), mais les rédacteurs parlent de « cadre » et non de « république islamique ». En plus, tout de suite après cet objectif que celui « dans le cadre islamique », les rédacteurs ajoutent explicitement : « dans le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions». Mais quand c’est le Congrès de la Soummam qui le dit, on lance des cries d’orfraie ! Mais bon, ce n’est pas grave !

        Le Congrès de la Soummam a eu pour souci de préciser le contenu politique de la lutte et de proposer une organisation plus judicieuse de la lutte armée ! L’objectifs principal des rédacteurs de la Plate-forme de la Soummam, plate-forme plus détaillée que dans l’appel du 1er Novembre, est la libération totale du pays du joug colonial et non pas de chercher une trahison ou une conspiration quelconque contre le pays comme veulent le faire croire certains. C’est bien le contraire de toutes ces balivernes.

        Relisons bien et posément ces textes fondateurs et arrêtons de faire dans des luttes futiles, puériles, alimentées par le pouvoir de 1962, le clan d’Oujda bien connu et du FLN de 1962.




        0



        0
      Marre du Khorti
      22 août 2017 - 15 h 00 min

      @ Platon « Lecave »
      Le 1er Novembre porte sur le déclenchement de la révolution. Ce dont on parle ici c’est du texte qui a posé les bases de ce devait normalement devenir l’Algérie. Et c’est bien à l’occasion du congrès de la Soummam que ce texte fondateur à été établis.




      0



      0
    Ouelechaab
    22 août 2017 - 11 h 41 min

    Ce qui lie indubitablememt le Congres de la Soummam et la crise systemique politique, economists, culturelle et sociale en amplification constante surtout depuis le regime actuel apparu en 1999, c’est l’annihilation des recommendations du Congres et l’assassinat de sa figure emblematique a travers Abane Ramdane, en tant que precurseur d’un Etat moderne democratique et social en Algerie.
    Le systeme politique de l’apres Abane Ramdane c’est essentiellement construit, renforce et essaimer depuis 1962 a 2017 sur deux principes:
    1- L’autoritarisme,
    2- La domination politique.
    Le regime de 1999 a aujourd’hui a exacerbe l’usage de ces principes de pouvoir sans critique ni contre-pouvoir. En fait, il detruit profondement la construction nationale et empeche pour longtemps toute construction d’un Etat moderne.




    0



    0
      Smail Ighmat
      22 août 2017 - 14 h 17 min

      @Ouelechaab, bien vu .Clair et net ! On n’a pas besoin de développer !




      0



      0
    Rien-ne-va-plus
    22 août 2017 - 10 h 58 min

    C’est un simple point de vue discutable qui n’altère en rien l’unité du peuple algérien dans toutes ses résistances nationales couronnées par une guerre de libération nationale contre le colonialisme français. Certains opportunistes veulent aujourd’hui à tout prix les dissoudre à terme d’un trait de plume dans des bassins d’eaux troubles aménagés pour la circonstance.




    0



    0
    Smail Ighmat
    22 août 2017 - 9 h 37 min

    1ER NOVEMBRE ET CONGRES DE LA SOUMMAM
    Tout en faisant abstraction des péripéties sanglantes, des luttes intestines, les exécutions sommaires de chefs historiques et parfois de liquidation de village durant la guerre de libération (et sans parler d’avant 1962 avec la crise berbère de 1949 …etc… etc) , je pense que Bouteflika aurait pu ou aurait dû avoir l’intelligence de reconnaître, au crépuscule de sa vie, que les deux textes fondateurs de l’Etat algérien (la déclaration du 1er novembre 1954 et les résolutions du Congrès de la Soummam) portent en eux-mêmes les fondements qui aurait dû inspiré nos Constitutions. Pour moi, ce sont les vrais textes fondateurs de l’Etat algérien.
    En effet, on feint d’oublier qu’avant 1830, l’Algérie n’était pas réellement un d’ÉTAT au sens juridique du terme (même si on peut évoquer la résistance de Mokrani, de l’Emir Abdelkader, de Bouâmama etc… etc…etc… etc…) En effet, il ne faut pas oublier que notre pays était, de fait, colonisé et administré par les turcs ottomans durant des siècles avant que les expéditions coloniales françaises dès 1830 ne viennent les chasser et le remplacer ! Avant la conquête française, l’Algérie était donc colonisée par un autre colonisateur et n’était pas encore un ETAT ALGERIEN !
    Mais comme Bouteflika ne peut pas et ne veut pas trahir les «serments» de ses copains d’Oujda et de l’armée des frontières (Boussouf, Ben bella, Boumediène, Ali Kafi, Melhas, etc etc…) , il préfère botter en touche et mettre des doutes sur la profondeur et la légitimité des résolutions du Congrès de la Soummam tout en oubliant de rappeler que même pour le déclenchement de la guerre d’indépendance en novembre 1954, il n’y avait pas aussi l’unanimité des chefs historiques pour entrer en action! Passons!!!
    Pour revenir à ces deux textes fondateurs, je pense que les citoyens algériens aurait pu y trouver sans problème, s’ils étaient mis en œuvre, les bases et les ingrédients d’une possible vie en commun, en bonne intelligence, entre nous tous algériens et dans la démocratie et la liberté comme tout pays moderne. Moi, je trouve dans ces textes, des froments plus puissants que toutes les successives constitutions qu’on a imaginé depuis 1962. Je peux citer deux exemple pour donner une idée de leur profondeur :
    1/- Déclaration du 1er novembre 1954 : le but de l’indépendance national est a) – la restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques» ….et b)- l’article poursuit ….. « dans le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions». Les partisans islamistes et les idéologues algériens de l’arabo-islamisme ont oublié sciemment ce deuxième point b) très important, et font comme s’il n’existait pas. Il est clair que ce point b) leur coupe l’herbe sous le pied, eux pour qui la démocratie, la liberté de conscience, de culte, de pensée, etc. sont plutôt «kofr»!
    2/- Congrès de la Soummam : il est stipulé dans un des paragraphes que « la révolution algérienne est une lutte nationale pour détruire le régime anarchique de la colonisation et non une guerre religieuse. C’est une marche en avant dans le sens historique de l’humanité et non un retour vers le féodalisme. C’est enfin la lutte pour la renaissance d’un Etat Algérien sous la forme d’une république démocratique et sociale et non la restauration d’une monarchie ou d’une théocratie révolues.».
    Irham babakoume ya les algériens, est-ce qu’on n’a pas ici des fondamentaux forts et clairs que l’on ne trouve nullement dans nos constitutions avec une profondeur pareille ! Si Ben Bella, Bouteflika, Mahsas, Ali Kafi, Boumediène, Boussouf and Co avaient simplement respecté rien que ses quelques éléments, ses quelques notions fondamentales, l’armée des frontières et sa cohorte de « touristes de la dernière heure » auraient même pu être unanimement légitimé et accepté par le peuple sans même faire appel à un référendum ou à un coup de force !
    Alors ya le Président Bouteflika, qu’est-ce que vous en pensez de tout çà en votre for intérieur, vous l’intellectuel, le zaim, le grand homme politique qui veut marquer l’histoire de son pays???
    Au crépuscule de leur vie, les grands hommes politiques font souvent un bilan objectif de leur passé et arrivent même à reconnaître que quelquefois ils peuvent se tromper, commettre des erreurs ! C’est humain!!




    0



    0
      algerien_patriote
      22 août 2017 - 12 h 53 min

      vous dites « la restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques » et un peut plus loin vous souligner « la révolution algérienne est une lutte nationale pour détruire le régime anarchique de la colonisation et non une guerre religieuse » il y a contradiction. J’ai personnellement rejoint l’Armée Nationale de Libération en Février 1959 et je peut vous assurer que c’est parce que j’était convaincu que je partait pour le Djihad et non pour que l’Algérie et qu’a chaque accrochage avec l’ennemi c’était avec le cri d’Allah ou Akbar. Ce n’est ni la déclaration de la Soummam ni un autre motif, puisse que je n’étais inféodé a aucun parti qu m’ a décidé de rejoindre l’ALN . Un moudjahed encore en vie.




      0



      0
        Smail Ighmat
        22 août 2017 - 13 h 51 min

        @algerien_patriote , bravo tu es un ancien moudjahed. Mais je te confirme que la guerre d’Algérie (1954-1962) n’était pas du tout une guerre religieuse mais une guerre de libération nationale , une guerre contre le colonialisme française , une guerre pour l’indépendance de notre pays pour qu’il vivent dans la paix, la liberté et le respect des minorités quelles qu’elles soient !
        Maintenant que tu ais appuyé sur le Coran pour faire le djihad, pour te donner du courage, pour animer ta foi dans le combat, pourquoi pas et c’est tant mieux pour toi et pour le pays.
        Peut-être que grâce à cette conviction que tu as eue et que tu as toujours, tu iras tout droit et d’office au paradis, tu as de la chance. Mais je te répète on n’a pas fait cette guerre pour Dieu, pour le Prophète et le Coran ou en leur nom, mais la religion a juste était en nous pour nous donner plus de courage et plus d’union et de ciment entre nos combattants ! Tu peux me faire confiance, la guerre d’Algérie n’est pas une guerre de religion ! Cette vision de guerre de religion est juste une vue de l’esprit qui arrange …. certains ! Suivez mon regard !
        PS : La première phrase l’appel du 1er Novambre, ce n’est pas moi qui l’ai écrite et elle parle certes de « la restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques» et poursuit « dans le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de race et de confessions». cela veut bien dire que la guerre n’est pas faite pour les algériens musulmans… seulement !




        0



        0
          GENSERIC
          22 août 2017 - 15 h 35 min

          Smail Ighmat : En bon berbèriste occidentaliste complexé que tu es, tu ignore tout de ce qu’est l’Islam !
          Pendant la guerre de libération ça n’est pas que algérien patriote qui a posé sa main sur la Coran.
          Tous les combattants sincères l’ont fait !
          En dehors peut-être, je te le concède de quelques dirigeants hypocrites, … et oui dès ce moment là et sans doute même avant.
          Tous les combattants algériens sans même savoir ce qu’il y avait d’écrit ont pris les armes pour combattre au nom de Dieu et de son prophète SAWS, ils ont combattus et sont mort pour une Algérie musulmane et rien d’autre.

          Maintenant qu’une pseudo élite marxiso-occidentale médiocre a usurpé le pouvoir et même a instrumentalisé la religion a son bénéfice, cela est aussi vrai! Il apparaît que tu fais partie des héritiers de ces imposteurs, usurpateurs !
          Je t’ajoute oui il est écrit le respect des minorités religieuses, si tu connaissais vraiment l’histoire tu saurais que l’Islam a toujours respecté les minorités religieuses selon les règles de l’Islam .

          Où est le problème ?
          Que toi tu sois un laïque, athée mécréant … c’est ton problème … ça te regarde !
          Mais de là à emm…. le peuple algérien, toi et tes semblables …
          Vous devriez lâcher la grappe au peuple algérien et aller vivre dans votre véritable mère patrie : la france !




          0



          0
        Smail Ighmat
        22 août 2017 - 13 h 58 min

        @algerien_patriote , si tu es un vrai moudjahed qui a fait le maquis, j’espère que tu sais qu’au sein de l’ALN il y avait des communistes donc des athées et aussi quelques combattants qui buvaient du vin en cachette dans les maquis! C’est authentique ! Parles-en avec tes compagnons de guerre encore vivants, ils te le confirmeront! !




        0



        0
        GENSERIC
        22 août 2017 - 15 h 09 min

        Barak’Allahou fik !!!

        C’est souvent ce que je me tue à expliquer à un tas d’hypocrites laïcs athées ignares qui ne connaissent rien à l’Islam !

        Mon défunt père lorsqu’il a rejoint la lutte de libération avec des compagnons ne m’a jamais parlé du congrès de la soumam ou de je ne sais quoi ! Il m’a dit qu’ils ont tous prêté serment sur le saint Coran, sur aucune plate forme de la soumam ou d’ailleurs !
        Ce qui est le pire dans cette affaire, c’est que l’on sait que la plupart des participants à cette réunion étaient des marxisants berbèristes et occidentalistes !

        C’est eux qui ont sabordé l’Algérie indépendante, qui se sont infiltrés dans tous les rouages de l’état et ont méthodiquement saboté tout ce qui était entrepris de positif.




        0



        0
          Krimo
          22 août 2017 - 16 h 38 min

          Genseric,

          Au-delà la lutte armée et de l’engagement de votre père, allah yarahmou, faut pas aussi s’illusionner, la Victoire a été politique et non armée.

          Quand vous dites «Ce qui est le pire dans cette affaire, c’est que l’on sait que la plupart des participants à cette réunion étaient des marxisants berbèristes et occidentalistes !…»

          C’est vraiment une insulte à l’intelligence.

          Si en matière d’Islam vous êtes mieux que Ben Badis, faites le savoir, parce que ce dernier avait clamé ceci «Croyez-vous que la nation algérienne qui a une histoire algérienne passe un siècle entier dans le giron de la France civilisée sans renaître aux côtés de la France, sous sa bienveillante protection, la main dans la main, telle une fille charmante et pleine de vitalité, possédant tout ce que peut avoir une fille de race élevée par une mère pareille.» (Al Bassaïr du 27/12/1935).

          Oui c’était 1935 et le contexte est le contexte. Un an plus tard Ferhat Abbas ne fit pas mieux.




          0



          0
        Krimo
        22 août 2017 - 15 h 55 min

        Algérien-patriote,

        Mon cher monsieur l’exception ne fait pas la règle, le motif de votre engagement est tout a fait respectable et louable, mais ne dénier pas aux autres leur engagement qui n’était pas l’aune de vos propres principes. Des figures emblématiques du martyr, qui se sont crevées pour que vive l’Algérie ne satisfaisaient pas à votre seul idéal. Faut-il vous rappeler que 1959, c’est 4 ans après le déclenchement, pour votre cas je présume que c’est votre jeune âge, mais le peuple n’a adhéré pleinement a la Révolution armée qu’en 1956.

        PourquoiɁ

        Mai 1945 a traumatisé le peuple, par ce génocide déguisé, que la pseudo armée française de l’époque aidée en cela par des milices civiles armées qui tiraient de l’indigène comme du lapin sans que cela n’émeuve ou n’indigne personne, parmi les tenants de la « conscience et de la civilisation », pris eux-mêmes par les tourments de la 2eme guerre mondiale. Évènement anodin pour l’heure, mais en 1954 la magie de «douce France» a opéré pour s’encarter comme puissance mondiale et surtout militaire.

        Pendant deux ans c’est une poignée d’irréductibles venants de tout horizon, dont le seul idéal était de libérer l’Algérie quel qu’en soit le prix, qui ont porté cette révolution sur plusieurs fronts.

        Mon cher Monsieur, dès le 6 Juillet 1962, on a aussi connu beaucoup de facettes du Moudjahid, on a découvert le noble si Omar (nom pour l’exemple) mais dans son dos y avait aussi Si Krafasse et Si Batata qui manœuvraient pour leur compte personnel. Aucune révolution n’a été épargnée par ce phénomène.




        0



        0
      GENSERIC
      22 août 2017 - 14 h 50 min

      « Rien ne va plus » : Très juste et surtout merci d’avoir employer le bon terme « GUERRE de LIBÉRATION » et non pas révolution !!!




      0



      0
    Platon Lacave
    22 août 2017 - 8 h 50 min

    Ces histoires de primauté des uns sur les autres qu’ont t-ils apportée a la révolution armée? Rien, si ce n’est les graines de la division et le dévoilement de l’ivresse du pouvoir. Replacer tout ça dans le contexte historique veut tout simplement dire: He! vous les déclencheurs de la révolution, a partir de ce moment c’est nous qui commandons!!! vous seraient des leaders de second catégorie. L’ironie de l’Histoire c’est que quelque années après les auteurs du document se trouvèrent a Tunis dans la même position que ceux qu’ils critiquaient avant. Ils étaient loin d’appliquer les principes qu’ils ont eux même établis. Conclusion: les primautés des us sur les autres n’est en fin de compte qu’un règlement de compte en public.




    0



    0
    Akli Boughzer
    22 août 2017 - 8 h 25 min

    Devinette: »les sages la pensent,les braves la font et les sa…. en profitent ».Qu’est-ce-que c’est?




    0



    0
      yugarithen
      22 août 2017 - 11 h 09 min

      la primauté de l intérieur sur l extérieur,c’était pour protéger la direction de la révolution de l influence étrangère( on a vu le complot monté par les égyptiens contre Krim Belkacem ,Allah Errahmou),par la suite les moudjahidine ont convaincu Abane ,Allah Errahmou de la nécessité de le sortir d’Alger et son voyage à Tunis n’était pas prévu pour durer,d’ailleurs lui voulait rentrer et c est peut être l’une des raisons de sa liquidation.




      0



      0
      Marre du Khorti
      22 août 2017 - 14 h 43 min

      La révolution




      0



      0
    صالح/لجزائر
    22 août 2017 - 7 h 45 min

    Les primauté de l’intérieur sur l’extérieur et du politique sur le militaire , sont taillés sur mesure .




    0



    0
      yugarithen
      22 août 2017 - 13 h 13 min

      les mauvaises intentions c’est comme les billets de banque, si on en pas on en prête pas!!
      la primauté de l intérieur sur l extérieur, c’était pour protéger la direction de la révolution de l’influence étrangère (on a vu le complot monté par les égyptiens contre Krim Belkacem, Allah Errahmou), par la suite les moudjahidine ont convaincu Abane, Allah Errahmou, de la nécessité de le sortir d’Alger et son voyage à Tunis n’était pas prévu pour durer, d’ailleurs lui voulait rentrer et c est peut être l’une des raisons de sa liquidation.




      0



      0
    yugarithen
    22 août 2017 - 1 h 17 min

    Abane Ramdane était un patriote ,un rassembleur et un visionnaire.il a réussi à faire adhérer la majorité des Algériens au combat libérateur.Si le principe de la primauté de l intérieur sur l »extérieur et du politique sur le militaire était respecté ;on aurait pas le conflit entre le GPRA et l’état major ,ni la prise du pouvoir par la force en 1962, ni le coup d’état de 1965 ,ni la démission forcée de Bendjedid.ses adversaires défendaient des intérêts claniques et personnels alors que lui pensait pour la démocratie,la légitimité des institutions et la stabilité du pays.on voit aujourd’hui les conséquences des choix de ses adversaires.quant à Ben Bella, il suffit d’être objectif et réaliste pour constater son opportunisme , sa soif du pouvoir et son non respect des institutions.au moment l’assemblée constituante préparait un projet de constitution,il créa un comité parallèle qui rédigea une constitution à sa guise dans une salle de cinéma. ce sont les faits qui parlent et non des accusations sans fondements.




    0



    0
    Zoro
    22 août 2017 - 0 h 08 min

    Savez vous ce que j ai fait hier apres midi??J ai achete un pinceau ,de la peinture grise je mesuis procurer une echelle double et j ai peint le poteau d electricite de mon coin qui etait rouille ,(je vous jure que c est vrai) n est ce pas mieux que de denigrer Abane ,kafi, Benbella et tous ceux qui ont servi notre pays malgres leurs divergences!!!!!




    0



    0
    Si-Ahmed El Wahrani
    21 août 2017 - 23 h 57 min

    Au moment ou les architectes du congrés de la soummam(Abane & Ben m’hidi) affrontaient le feu du colonialisme, les planqués du clan d’oujda (…) se payaient la villégiature dans des palaces 5 étoiles au bord du nil et aussi à Tunis et Casa




    0



    0
    Otto
    21 août 2017 - 22 h 33 min

    La révolution algérienne a réellement commencé du temps de l’Emir Abdelkader, réel architecte de la nation algérienne, celui qui s’est démarqué de la france et qu’il a combattu, n’était-ce la lâcheté et la traîtrise des marocain, l’Algérie aurait été indépendante durant la période de l’Emir Abdelkader mais ça c’est un autre débat.
    Il y eu par la suite un autre acteur majeur du combat et de la lutte pour l’indépendance en la personne de Messali el Hadj qui a catalysé autant les militants du PPA que du MTLD, et grâce à sa clairvoyance et à sa vision, la lutte armée de notre glorieuse révolution n’en été que la résultante.
    Pour ce qui est de Abane ramdane, il a été ce maillon de la chaîne, du bout de chaîne qui a appliqué les directives des militants et par voie de conséquence des aspirations du peuple pour la lutte armée.
    Rappelons au passage que le congrès devait se tenir dans le constantinois, mais pour des raisons pratiques (éloignement pour les délégations de l’ouest), il a été décidé de l’organisation au centre par défaut.
    Rappelons également que Zighout Youcef devait être l’organisateur de ce congrès, mais l’histoire à voulu qu’il meurt au champ d’honneur quelques mois auparavant, il mourru en martyre et laissa la révolution orpheline de son héros.




    0



    0
      Predator.DZ
      22 août 2017 - 0 h 38 min

      Je n’ai pas le temps de te faire un cours d’histoire, mais saches que tes héros ont trahi leur peuple et leur Pays, Abane, lui, à été trahi parcequ’ils avaient peur du niveau de son intelligence. Si tu as encore du Temps, revise tes cours d’histoire!




      0



      0
        Otto
        22 août 2017 - 1 h 13 min

        Ce que j’ai écris tout le monde le sait, l’histoire en parle, maintenant si tu as une contre vérité apportes la sinon évites de nous faire un psychodrame, tu n’impressionne personne avec tes faux airs de prof de pacotille. Seuls les faits historiques apportent du crédit à tes dires, force est de constater que tes dires sont à l’histoire ce que la virgule est à la ponctuation.




        0



        0
          MELLO
          22 août 2017 - 14 h 31 min

          Tout le monde sait , comment MESSALI a pu détourné le cours de l’histoire et du devenir la nation Algérienne. Vers la fin de l’année 1948, au moment où le parti indépendantiste, le PPA-MTLD, atteint le faît de sa puissance, il se pose naturellement la question de l’identité nationale. Au lieu de provoquer un débat à l’intérieur des instances du parti, Messali Hadj adresse un mémorandum à l’ONU où il définit la nation algérienne comme une nation exclusivement arabo-musulmane. En un mot, il refuse de donner une quelconque existence à l’Algérie avant l’avènement de l’Islam en Afrique du Nord. C’est que cette vision est loin de faire l’unanimité au sein du principal parti indépendantiste. Autant l’indépendance nationale est un dénominateur commun à tous les militants du PPA-MTLD, il n’en est pas de même de cette orientation exclusive défendue par la direction du parti. Un groupe de militants, composé de Mabrouk Belhocine, Yahia Henine et Sadek Hadjeres, se donnant pour pseudonyme Idir El Wattani, élabore un document de 33 pages « Vive l’Algérie » où il jette les bases de la nation algérienne moderne. Cela dit, en dépit de ce rappel des origines lointaines de l’Afrique du Nord, les auteurs du document ne nient pas les apports des autres cultures. Mais, pour mieux vivre ensemble, les rédacteurs du document «Vive l’Algérie» suggèrent que cette nation ne se définisse ni par la communauté raciale, ni par la communauté religieuse, ni par la communauté de langue. il va de soi que le document «Vive l’Algérie» correspond davantage à la réalité.
          Cela dit, bien qu’il soit une réponse au mémorandum de Messali, le document n’est pas conçu dans le but de s’opposer à la version de Messali, mais il offre une étude complète en vue de construire une nation inclusive et non exclusive. Enfin, le mémorandum de Messali et le document « Vive l’Algérie » opposent deux visions : la première est restrictive dans la mesure son projet exclut de fait une partie du peuple algérien et la seconde est moderne dans le sens où chacun à sa place, et ce, pour peu qu’il adhère au projet national. Par conséquent, porter un jugement sur Messali Hadj, c’est voir au préalable, et de rappeler la genèse de la crise du principal parti nationaliste, le PPA-MTLD . Bien que le « père fondateur » du Mouvement national ne veuille pas engager le parti dans l’action armée – Mohammed Harbi explique que Messali Hadj agitait la menace de la lutte armée en vue d’inciter les autorités coloniales à négocier avec lui. Le culte de la personnalité, le « zaimisme » ont fait de lui un éternel incompris. Quand on reste trop longtemps loin de son peuple et que l’on exerce des responsabilités loin de son peuple, on finit toujours par : être mutilé dans ses capacités d’analyse, mal ressentir les choses, parce qu’on est loin des réalités quotidiennes et être victime de son propre égo et se donner toujours raison. Et là, c’est le début de la fin, c’est ce qui est arrivé à Messali. Il est devenu autiste : il parlait tout seul, il argumentait tout seul, il posait des questions tout seul et il se répondait tout seul. Ce qui fait que dans la fin des années 1940, même après la répression de 1945, avec des dizaines de milliers de morts, il disait qu’on devait aller vers des élections, alors que l’ensemble du parti disait non, en tout cas, la très grande majorité du parti disait non. Il n’a pas voulu voir que la majorité de l’encadrement du PPA-MTLD était contre sa démarche. Ali Kafi aurait dit que Messali a trahi ; oui, Messali a été à l’origine de la mort de milliers d’Algériens. La France a armé des maquis messalistes contre l’ALN.




          0



          0
        Marre du Khorti
        22 août 2017 - 14 h 37 min

        Le Zaïm Messali Hadj (qui se croyait plus grand et plus important que la révolution algérienne), en s’opposant au déclenchement de la guerre de libération nationale, a contribué à la guerre fratricide entre le MNA et le FLN. Il porte une lourde responsabilité. En plus il se prenait pour un dieu vivant.




        0



        0
      DEHMANI
      22 août 2017 - 10 h 39 min

      Kader a été couronné d’une médaille de légion d’honneur par l’ennemi, KADER est accusé par son peuple de haute trahison, son épouse était française, il passa le reste de sa vie dans un château a Amboise que la France lui a offert. on connait l’histoire.




      0



      0
        Otto
        22 août 2017 - 14 h 59 min

        S’il a été décoré de la légion d’honneur c’est que la france a reconnu en l’Emir Abdelkader un homme extraordinaire de culture, un homme d’état et l’Algérie mettra des siècles pour enfanter un homme à la moitié de ses connaissances.
        Quand à sa résidence en france, elle fait partie des accords de cessez le feu entre la france et l’Emir Abdelkader.
        Un homme comme l’Emir Abdelkader descendant de la fille du prophète à fait des émules du côté du royaume de la drogue puisque ses différents roitelet ont tous prétendu être de la descendance du prophète en vain, tout le monde sait qu’ils mentent mais l’Emir Abdelkader à sa ligne généalogique que tout le monde peut consuler sur le net et elle est authentique, il descend bien de la fille du prophète, encore un indice qui prouve à qui veut comprendre que l’Emir Abdelkader était un homme exceptionnel.
        La traîtrise est un trait de la personnalité de certains acteurs politiques ont certainement pas lui.




        0



        0
        Krimo
        22 août 2017 - 19 h 17 min

        Dehmani,

        Puisque vous connaissez l’histoire.

        Sur le Larousse Edition 1959, dans la partie nom propre, voilà ce qu’on lit :
        «Abdelkader …… et il devint un fidèle ami de la France» Sur l’édition récente et du même Larousse, dans toujours la partie nom propre, cette phrase a disparu.

        Pourriez-vous me l’expliquer Ɂ




        0



        0
    Bison
    21 août 2017 - 21 h 58 min

    ((« …diatribes virulentes, comme celles lancées par les défunts Ahmed Ben Bella et Ali Kafi contre la plateforme de la Soummam et ses artisans ? « ))!

    Quand on connait les exploits de ces deux personnage au cours de l’Algérie indépendantes, leurs passage au pouvoir, leurs grandes oeuvres, leurs déclarations,…on devinent également et facilement leurs exploits lors de la révolution et on a envie de les croire quand ils en parlent! ! !

    ((«Les partisans de la deuxième vision, tout en émettant des réserves sur les conclusions du Congrès, soupçonnaient les dirigeants de l’intérieur, et plus particulièrement Abane Ramdane, de vouloir organiser une «OPA» sur la Révolution,… »))…((« C’est ainsi que Ben Bella et ses partisans, à l’image d’Ahmed Mahsas, ne se gênaient pas d’accuser Abane de nourrir des ambitions de pouvoir et d’outrepasser le caractère collégial de la direction. Certains sont même allés jusqu’à justifier l’élimination d’Abane par ses frères d’arme. »))!!! Quand on sait ceux qui ont mis finalement une « OPA » sur la révolution et ceux qui ont finalement mis main basse sur le pouvoir et qui ont détourné l’indépendance et ce qu’ils en fait depuis 60 ans en la trainant dans la boue!! Pas besoin d’etre un historien ou un génie, on a pas besoin d’etre une lumière, d »avoir un Qi de 150, ou encore d’aller chercher loin pour savoir qui d’entre ABANE le génie de la révolution, dont les exploits parlent pour lui, et de ces chacals planqués des frontières avait des visée et des ambitieux de pouvoir pas uniquement en outrepassant le caractère collégiale de la direction mais carrément en crachant ( pour ne pas dure autre chose) sur la tête de la direction et du peuple compris ! ! ! Et ça continue, puisque c’est rentré dans les moeurs, c’est devenu une culture, un mode de gouvernance !!
    Franchement, vous imaginez ABANE usurpateur, et même, imaginons le un instant, qui est plus logique et plus bénéfique ( au vue de son patriotisme, son amour pour la partie, son courage, son intelligence,…) pour l’Algérie indépendante entre lui, ABANE qui a tout donné, et ces chacal aventuriers qui en ont hérité illégitimement du pouvoir ( ben bella et ses copains) ( par les procédés dont ils accusent cabane, voire pire), et cela sans jamais tirer une cartouche pour compte de l’indépendance sinon peut être dans le mauvais sens ( contre les freres)! Donc, franchement, quand benbella, ali Kafi, et leurs copains parlent de la révolution moi je sors prendre l’air…!!!
    Elle est belle l’Algérie de ben bella, de Ali kafi et leurs copains…nous sommes devenu le Japon d’Afrique! Ils ont vécu longtemps, très vieux, profité de l’_indépendance faites par des Hommes,…au lieu de se taire et garder un peu de dignité et d’en profiter de leurs incommensurables privilèges qu’ils se sont octroyés en faisant de l’Algérie leur et exclusif butin de guerre, Non, ils ont préféré verser dans le dénigrement de ABANE et du congrès comme si ça va les grandir ! ! Malheureusement, pour eux la vérité finit toujours par surgir, même si on lui met des montagnes dessus! Le grand est grand!! Un lion restera toujours lion même si tous le monde se mette à danser sur son cadavre, c’est pas ça qui changera l’État de chacun!!
    Abane est un patriote qui a tout donné pour la partie jusqu’à sa vie, il a vécu en Algérie, s’est battu en algerie parmi les siens, et pour l’Algérie, il n’a jamais préféré se la couler douces dans les salons du Caire ou de Marrakech, et n’a jamais accepté aucune concession ou marchandage avec l’étranger quelqu’il soit ( même ceux du grand zaïm égyptien qui voulait de faire de notre pays une ferme qui lui suffirait et nous suffira après) oui, contrairement a ben bella et des copains qui a roulé pour Nacer et fethi dib ( chef des services égyptiens),…benbella dont BOUDIAF disait que seuls les projets ou les actions du FLN auxquels ben bella n’est pas associé échappent à l’occupant ( ça veut tout dire)!! Ben bella, le médaillé de la deuxième guerre mondiale, medaille dont il etait très fier et pour cause elle lui a été remise des mains de de Gaule pour ses fait d’armes en Italie, car les seuls fait d’armes de ben bella sont uniquement sous les drapeaux français!!! Donc, A choisir entre ABANE et ses partisans ( la nation et l’honneur) et ben bella et ses partisans chacals ..je penses qu’un vrai patriote ne peu pas se tromper!!




    0



    0
      Zoro
      22 août 2017 - 13 h 24 min

      Bravo moderateur tu accepte donc que benbella et ses camarades soient traites de chacals (…) je laisserai la memoire de ces grands hommes te repondre monsieur le droit de veto.




      0



      0
    Rayés Al Bahriya
    21 août 2017 - 21 h 48 min

    Le doute est il plus fort que la foi pour la révolution du 20e siècle qui a mis fin
    Au régime colonial français en Algérie…?

    Le révisionnisme historique sème encore le doute .

    Notre foi en nos révolutionnaire de novembre 1954 est intact ..

    Kassaman binazilat al mahikat




    0



    0
    Novembre
    21 août 2017 - 21 h 12 min

    Les Bouteflika sentant l’odeur du feu autour d’eux, non seulment pour avoir dilapidé plus de 1000 milliards de dollars dans une corruption redoutablement organisée, mais aussi de haute trahison comme cela est sussuré ça et là – comme l’a fait avec beaucoup de bravoure l’ancien Ministre de la Défense, celui a sauvé notre pays des griffes de l’obscurantisme, j’ai nommé le Général major Khaled Nezzar – dans sa dernière interview d’avant la loi qui interdit aux officiers supérieurs à la retraite de parler.

    Pour sauver leur peau, ils n’ont prequ’une seule alternative exacerber le chauvinisme entre algériens en ressortant de vieilles querelles qui ne sont en fait que de l’intérêt des historiens. Aujourdhii, les problèmes de l’Algérie sont ailleurs: comment une équipe d’incompétents notoires, d »incultes, avec à leur tête un Prsidnet qui a violé à deux reprises la Constitution pour ses intérêts personnels et ceux de sa famille et de son clan, comment une équipe pareille peut-elle encore diriger notre pays, le pays de Massinissa, l’emir Abdelkader, Abane Ramdane, Ben Mhidi, Zighout Youcef, Ben Boulaid ?

    Sachant que lui et sa famille et leurs clans finiront tôt ou tard par payer rubis sur ongle le retard économique qu’ils ont infligé à l’Algérie, ils essaient de trouver une voie de sortie et rien de mieux que de faire de notre ays une libye et une Syrie?




    0



    0
    anti-khafafich
    21 août 2017 - 20 h 58 min

    tout le peuple a participé à la libération, alors si c’est pour dire cela je suis d’accord avec le président. personne n’a le droit de s’accaparer de cette glorieuse révolution payé par le sang de millions d’Algériens. oui souvent certains des régions monopolisent la révolution alors qu’elle était nationale. cela suffit !




    0



    0
      Bi Kouli Sarahaa
      21 août 2017 - 21 h 57 min

      Ya si @anti-khafafich, si tu penses que le président Bouteflika a raison de mettre un « doute » sur le Congrès de la Soummam, il faut lui rappeler aussi que la déclaration du 1er Novembre est aussi bourrée de « divergences » pour ré-utiliser son propre terme ! Le commencement et le début du déclenchement de la guerre de libération n’ont pas fait l’unanimité au sein de tous les chefs historiques de l’époque ! Il faut chercher à connaître notre vraie histoire contemporaine et surtout l’histoire du mouvement national, mais pas celui raconter par le pouvoir et le FLN.

      Il faut aussi se demander ou chercher à comprendre pourquoi Bouteflika (et ces compagnons morts ou vivants) s’entête à ne reconnaître que du bout de sa moustache l’importance du Congrès de la Soummam , plus de 50 ans après l’indépendance !




      0



      0
    SMCO
    21 août 2017 - 20 h 55 min

    Il est inutile et même néfaste de continuer a creuser ce faussé dans notre histoire. Glorifier une région et dénigrer une ou honorer un Chahid and condamner un autre ne fait que maintenir la plaie et diviser le pays. Toutes les grandes révolutions ont eux des anomalies et des luttes intestinales que se soit d’ordre politique, idéologique, ethnique, économique, personnalité, et parfois même religieux.
    Nous sommes tous convaincus que Ferhat Abbas, Messali Hadj Zirout Youcef, Aban Ramdane, Ben Bella, Boumediene etc. étaient tous pour la libération de l’Algérie, chacun avec sa vision. C’est aux vivants de consolider leurs efforts pour améliorer le sort de chaque citoyen. La révolution Algérienne n’est pas une exception. Peut être il y a eu plus de dirigeants de l’Est que de l’Ouest du Pays ou vis versa, mais cela ne devrait en aucun cas être le sujet de dénigrement d’une zone contre une autre. Ce qui bénéficie de cette attitude ne sont pas des Algériens nationalistes.




    0



    0
    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    21 août 2017 - 20 h 36 min

    HASSINA HAMMACHE
    Histoire et mémoire : la mémoire et l’avenir du passé
    Une discussion intelligente commence par clarifier les sens de l’histoire et de la mémoire. L’histoire, comme discipline académique et savante, vise à produire des connaissances sur le passé pour comprendre et expliquer des événements et des personnages. La Mémoire, ou les mémoires, visent à entretenir un personnage ou un événement pour le sauver de l’oubli ou de l’occultation, produire des émotions et des jugements se rapportant à des expériences ou personnages du passé.
    L’histoire et la mémoire peuvent se compléter ou se contester. La différence fondamentale entre l’histoire et la mémoire réside dans la nature de la relation avec le passé.
    J’avais posé cette question à mon défunt père Allah yarahmou qui n’est autre que le neveu de Tahar Amirouchène et Hamid Amirouchène, allah yarhamhoum Tous la réponse et que il n’y avait pas de conflit, d’après ce qu’on m’a raconté lors du congrès, Ali Kafi et Hamid Amirouchène étaient envoyé en mission vers l’Est du pays sans vouloir écarter Ali Kafi du congrès comme c’est dit dans certains écrits. Amirouchène Tahar était resté, il était le secrétaire du colonel Amirouche avec son ami Hocine Salhi. Ces deux Tahar Amirouchène et Hocine Salhi avant qu’ils ne montent au maquis ils travaillaient au tribunal d’El kseur, ils étaient greffiers de justice ils avaient volé des machines à écrire du tribunal et ils sont monté au PC du colonel Amirouche qui se trouvait non loin d’EL KSEUR à vol d’oiseau d’ AKAFADOU.
    Nous n’allons pas remonter à Syphax et GAIA aujourd’hui le président est Tlemcenien et le premier Ministre est Tiziouzien Que notre pays recoud toutes les mailles effilochées للوحدة في الهناء و الرخاء




    0



    0
    Anonyme
    21 août 2017 - 20 h 04 min

    On aimerait lire sur ce site l’interview (même imaginaire) et son point de vue sur ce double anniversaire de la lutte héroïque de l’ALN e du peuple algérien contre la France, de l’ancien ministre des moujahidine, grand moujahed pendant la guerre de libération, aujourd’hui en retraite (réfugié?) à Lyon, symbole et haut-lieu de la Résistance française.




    0



    0
    MELLO
    21 août 2017 - 19 h 56 min

    Quelque soit la position des uns et des autres sur cet événement grandiose, le Congrès de la Soummam, comme tout ce qui est grandiose transcende la conjoncture historique qui l’a vu naître pour devenir un événement d’une portée nationale et internationale INCOMPARABLE. Témoigner des idéaux démocratiques et du principe de  » la primauté du politique sur le militaire  » proclamés par le Congrès de la Soummam . Et ce , quelque soient l’avenir de leur témoignage ainsi que sa portée sur la société ; certes celle-ci n’avait pas oublié les promesses « d’une république démocratique et sociale  » , proclamée le PREMIER NOVEMBRE 1954 ; sauf , ne l’oublions pas , qu’elle venait de passer ,-quasiment sans transition -, d’une domination coloniale à un système d’oppression d’autant plus redoutable qu’il n’est pas d’origine étrangère et qu’au surplus ,il se prévaut d’une légitimité et d’un patriotisme pris en otage par la  » famille révolutionnaire  » . Pour notre jeunesse , c’est une arrogance insupportable de se voir dépossédée de son passé et des significations qu’elle lui accordait .La traque organisée de la vérité , l’effacement des traces qui rappellent l’extra-ordinaire mobilisation des femmes et des hommes libres de tous âges .Cet invraisemblable détournement de sens du combat libérateur , refuge ultime de la mémoire et de l’identité nationales s’est aussi effectué en plein jour et à ciel ouvert . Y compris dans la frénésie des commémorations patriotiques présidées par des démagogues rentiers de leur passé . Oui ! la dictature a mené pendant plus de cinquante ans une politique de déculturation , de dépolitisation voire de déstabilisation mentale des Algériennes et des Algériens afin de rendre impossible toute pensée et toute action logiques . Par contre elle a donné toutes ses chances à l’inculture politique , à la culture du mensonge de la manipulation et de la violence .Certains cercles du pouvoir s’évertuent encore à rendre irréversible la politique de la kalashnikov et des dobermans . Etrange attirance du vide d’Etat, où une société en plein désarroi retourne à ce qui l’a fondé et uni le 20 août 1956. Faire revivre le congrès de la Soummam c’est ouvrir la voie à l’espoir et redonner à la nation algérienne confiance en elle-même. Le miracle qui a pu s’accomplir en pleine guerre de reconquête coloniale est, aujourd’hui, à la portée des Algériens et Algériennes. Deux hommes, Ben M’hidi Larbi et Abbane Ramdane ont réussi les premières assises de la  » révolution » , parce qu’ils ont su réussir la préparation de ces assises. C’était une entreprise de titans pour qui se rappelle les querelles de personnes , les problèmes entre willayas et les rivalités qui opposaient les dirigeants des différentes formations politiques invitées à ce congrès. Cet anniversaire est là pour nous rappeler que notre nation a vécu de grandes choses dans son histoire. Elle est montée si haut dans l’affection et l’estime des peuples et des hommes libres du Monde en Tiers. Pourquoi est-il descendu si bas ? probablement aussi parce que la diplomatie totalitaire a réussi à tromper ces derniers et à les retourner contre les aspirations profondes de cette nation, au nom de la lutte contre le terrorisme intégriste. La balle est aussi et surtout dans le camp des vrais démocrates et de la société civile.
    Refusez le refus du pouvoir d’une solution globale politique et pacifique est un préalable qui interpelle la responsabilité de chaque Algérien et Algérienne.




    0



    0
    Predator.DZ
    21 août 2017 - 19 h 31 min

    Il est dit que tant que tu refuses d’affronter ton passé, tu seras condamné à le revivre eternellement! Ceci dit, il est aussi inutile de dire que la révolution a été pensée et construite par des Kabyles qui n’avaient que l’indépendance à l’esprit, pendant que d’autres, pas tous, étaient en embuscade et tissaient des alliances, and pour cueillir les fruits de leurs sacrifices et éliminer, un à un ces grands révolutionnaires naïfs- Tant que ce Peuple ne leur rendra pas justice, il sera eternellement condamné à revivre trahison sur trahison.
    .




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.