Le Maroc et la Tunisie enterrent l’UMA et complotent contre l’Algérie

Mohammed VI Cédéao
Le roi marocain avec le président tunisien pour une alliance contre l’Algérie ? D. R.

Par R. Mahmoudi – Après le Maroc, la Tunisie va rejoindre, d’ici la fin de l’année en cours, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), annonce le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed.

La Tunisie jouissait, déjà depuis juin dernier, du statut de membre observateur dans cette organisation panafricaine reprise en main par la France depuis, notamment, son intervention au Mali et dans toute la région du Sahel, sous couverture de la lutte antiterroriste.

Avec cette adhésion, le voile est levé sur une conspiration maroco-tunisienne visant clairement à isoler l’Algérie, alors que les dirigeants des deux pays, le Maroc et la Tunisie, ne ratent aucune occasion sur les tribunes internationales pour accuser l’Algérie d’être à l’origine du blocage que connaît l’Union du Maghreb arabe (UMA) depuis des années. Or, par cette reconversion, les Tunisiens viennent d’enfoncer le dernier clou sur le cercueil de l’organisation maghrébine.

Le chef du gouvernement tunisien justifie l’adhésion de son pays à cette organisation qui, comme son nom l’indique, ne concernait à l’origine que les pays appartenant à la sous-région d’Afrique de l’Ouest, par son «ambition» de mettre en place un partenariat solide avec les pays africains, «dont l’objectif, explique Chahed, est de garantir un développement durable des ressources humaines et préserver la dignité des peuples africains».

Reprenant des arguments usités par les dirigeants marocains sur ce registre, le chef du gouvernement tunisien estime que «le repositionnement de la Tunisie sur le continent africain reste tributaire d’une action diplomatique globale qui accorde une place de choix à la communication culturelle et les échanges économiques». Comme le royaume du Maroc, la Tunisie cherche en fait une forme de protection dans cette Françafrique new look dont la Cédéao est aujourd’hui la principale matrice.

En proie à une grave crise économique qui l’a plusieurs fois plongée dans une situation de cessation de paiement, la Tunisie survit grâce aux aides internationales. Après avoir placé tous ses espoirs dans la conférence internationale organisée en 2016 avec plusieurs opérateurs étrangers, et dont l’objectif urgent était de sauver l’économie tunisienne d’une faillite imminente, le gouvernement redécouvre aujourd’hui l’Afrique et espère y trouver des ouvertures, des sous-traitances pour relancer une économie au bord de l’asphyxie.

R. M.

Comment (68)

    Anonyme
    25 octobre 2017 - 19 h 57 min

    Une épave du bourguibisme et un dealer professionnel, que peuvent’ils se dire, sinon des inepties.Quand a la défunte U M A, elle sonnait déjà faux par le passé, puisque basée sur l’arnaque des dirigeants, lesquels ne pouvaient pas se piffer,mais politiquement obligés, ils faisaient semblant d’agir entre « frères »




    0



    0
    Monferratus
    1 septembre 2017 - 20 h 57 min

    L’UMA , la ligue arabe bye bye .Il faut tirer la chasse.La fraternité., la solidarité inter-arabes c’est des gros mensonges auquels ne croient que les seuls Algériens.Les pauvres peuples Syrien et Yémenite en savent quelques choses. L’Algérie doit prendre son destin en main sérieusement sinon elle est appelée à vivre le drame Yougoslave .C’est justement ce qu’attendent nos voisins , nos « frères » et l ‘ex colonisateur.
    Pour cela l’Algérie doit se réconcilier avec son histoire , son identité.




    3



    0
    lumière
    27 août 2017 - 19 h 03 min

    Les Tunisiens sont des spécialistes du « grattage » ,ils sont économiquement dos au mur. Plus rien à gratter du côté Libye plus rien à espérer côté Algérie à cause prix du pétrole ; l’Europe ne prête plus d’argent aux pays Arabes.




    5



    0
    Hkm
    26 août 2017 - 22 h 41 min

    Fermons les frontières comme on l a fait avec le Maroc et on verra la Tunisie à genoux
    Le pouvoir algérien n à pas le courage




    3



    1
    fissou
    26 août 2017 - 22 h 01 min

    Monsieur Benbraha , je tiens malheureusement à vous informer que les Tunisiens viennent à Sétif en caravane pour tout d’abord nous vendre leur monnaie à 8 contre 1 et d’autre part à s’approvisionner en quantité pharaonique de produits que nous même nous importons en devises sonnantes et trébuchantes , et enfin allez faire un tour à la frontière algéro-tunisienne , vous verrez que les tunisiens viennent prendre du carburant en Algérie dans l’indifférence ou la complicité de la douane algérienne , allez savoir?




    4



    0
    Amitou
    26 août 2017 - 20 h 34 min

    Ils sont libres de leurs choix,notre choix est de faire de notre pays la premiere puissance economique en Afrique,nous avons tous les atouts pour y parvenir.La Tunisie est un pays voisin qui a sa politique economique qui traverse des moments assez difficiles.Nous avons fait et faisons encore notre devoir de non ingerence dans les affaires internes des pays.




    2



    0
    Cheikh kebab
    26 août 2017 - 19 h 20 min

    Nous ferons mieux de faire comme eux,oublier ce mythe d’uma,de ligue arabe où aucun pays arabe ne s’entend avec l’autre. Nous n’avons rien d’arabe et tu en a voir avec les arabes. Les alliances se font sur bases de politique,d’économie,de bon voisinage, d’amitié..pas sûr du faux. Depuis quand la ligue arabe existe?? Des décennies,et quel résultat?? Ils ont essayé la rau ( république arabe unie!!) walou. Guedafi a essayé,impose meme ,à la Tunisie la meme cose( et meme le Tchad je crois?) walou. Les européens, plus sérieux et plus pragmatiques ont été par étapes,lentement mais sûrement,et sur des bases économiques et aussi des fondements civilisationnels. Monnaie commune,libertés individuelles et collectives,droits humains..




    4



    0
    chibl
    26 août 2017 - 15 h 49 min

    La Tunisie va rejoindre la Cédéao, Wellah ca fait rire, on dirait qu’elle va rejoindre l’UE, c’est quoi ce KHORTI,des pays faibles africains,wellah ca fait rire.




    3



    1
      Amitou
      26 août 2017 - 21 h 02 min

      Dans la politique des nations ,il n y a pas d ami,il
      n y a que des interets a defendre….que nos dirigents le sachent une fois pour toute.Toutes les grandes nations defendent becs et ongles leurs interets economiques sur la planete,il n ont pas
      d ami,ils n ont que des interets.




      5



      0
    MDAMAR
    26 août 2017 - 13 h 19 min

    je doute que nos « amis » tunisiens n’aient pas lus la fable de La Fontaine: le villageois et le serpent. Elle s’applique merveilleusement à nos voisins de l’est. Ce Gaid Essebssi était un proche collaborateur de Bourguiba, (Allah yarahmou) qui d’ailleurs ne nous portait pas dans son coeur, et comme l’Algérie a senti une menace venant de sa part ; nos services ,en collaboration avec d’autres….. ont accéléré sa déchéance. A tout Algérien qui a l’amour de cette grande nation dans son THAMIR ? méditez un peu ce sage dicton : ليس من الصعب ان تضحى من اجل صديق لكن من الصعب ان تجد الصديق الدي يستحق التضحية




    4



    1
      Anonyme
      26 août 2017 - 20 h 14 min

      Ils ont surement lu celle de « LA GRENOUILLE QUI SE VEUT FAIRE AUSSI GROSSE QUE LE BŒUF ».
      Elle se termine ainsi : La chétive Pécore S’enfla si bien qu’elle creva.




      3



      1
    LE NUMIDE
    26 août 2017 - 12 h 10 min

    LA PUISANCE ET LA GLOIRE : le cours de l’Histoire berbère des peuples et des nations d’Afrique du nord est scellé et suit son chemin inéluctable vers la libération .. aune force au monde ne pourra l’entraver quand bien même le chemin est douloureux et tortueux , les signes de pistes sont là sous la lumière du soleil sous lequel les berbères finiront par avoir une grande place dans 10 à 100 ou dans 10 000 ans .. la Puissances de la locomotive de ce cours historique , c ‘est l’Algérie c’est l’âme et même temps le moyen de de réalisation de l’union des nations berbères d’Afrique du nord .. l’UMA est morte , c’est une métastase de plus de la Ligue Arabe et de l’Idéologie panarabisme (et ses fictions dramatiques) , elle- même morte sous les oripeaux du baathisme , nasserisme et autres succédanés eux-mêmes morts et enterrés avec la faillite de leur promoteurs …. l’Algérie a tout de la puissance régionale à laquelle échoit la réalisation du grand rêve de l’Etoile nord africaine et de l’union des peuples berbères et leur émancipation définitive de Rome et de Carthage .. Un seul écueil entrave encore ce grand chemin : la monarchie dite alaouite du Maroc , sorte de résidu anachronique médiéval hérité des âges Ommeyades et que le peuple marocain berbère doit abolir pour asseoir sa république et rejoindre les grands travaux de l’union Nord -Africaine berbère …Nous espérons que les insurrections rifaines vont accélérer le processus …Tout le reste ne sont que des approximations journalistiques de conjonctures !




    3



    1
    sab
    26 août 2017 - 11 h 03 min

    nous les algeriens on pleure tout le temps!! c’est quoi cette mentalité? on doit agir au lieu de pleurer que tout le monde complote contre nous! et nous, on fait quoi? on est faible a ce point? marre d’être toujours la victime alors que les autres avancent et nous on stagne! (…)




    2



    2
    lyes2993
    26 août 2017 - 10 h 19 min

    Le terrain de partenariat de l’Algérie c’est l’Afrique entière ! Nos relations avec le Continent ne se limitent à pas l’Afrique de l’Ouest … L’Algérie possède des liens historiques et forts aussi avec l’Afrique de l’Est et l’Afrique Australe : l’Histoire avec un grand « H » ne s’écrit pas qu’avec du blabla à la Française ou à la Marocaine !!! Quant au Maroc et à la Tunisie, ils peuvent nouer des relations même avec le Diable … grand bien leur fasse tant qu’ils nous laissent éloignés de leur problème ! Pour la Tunisie, tant pis d’être si naive si elle pense vraiment comploter contre l’Algérie, elle pourra toujours quémander au Maroc ou aux européens ou aux membres de la CEDEAO de lui envoyer des touristes, du capital et de l’honneur surtout !




    5



    0
      EL MOUSSATEN
      26 août 2017 - 11 h 39 min

      Les rapports qu’ont les tunisiens vis à vis des algériens sont assez ambigus . Il me semble que les sentiments d’admiration, de « jalousie » et de mépris dictent leurs comportements avec leurs voisins algériens…
      En général, le tunisien admire l’histoire révolutionnaire de l’Algérie, jalouse ses richesses et surtout méprise le comportement de l’algérien…Un comportement de « djiaane » en particulier, mais peut-on le leur reprocher ?




      3



      2
        lyes2993
        26 août 2017 - 13 h 31 min

        Je ne sais pas ce qu’est un comportement de « Djiaane » ( cest à dire d’affamé ) surtout quand on parle de l’Algérie dont l’indice de développement humaine est le plus elevé du Continent et loin de devant la Tunisie ! ce doit être certainement un problème d’effet miroir pour eux ! le seul problème, c’est que l’Algérie est condamné à veiller malgré tout sur la Tunisie : l’Algérie et son peuple ne se satisferont jamais de voir le chaos chez ces voisins et particulièrement ! mais rien ne nous empêche de faire des rappels mémoire à ses voisins ingrats notamment quand ils vivent de notre tourisme, de nos subventions, de notre protection militaire …. le Maroc, la Libye, le Mali, la Mauritanie ont déjà un aperçu et vivent à présent dans la nostalgie de la théorie du bon voisinage : certains se cherchent même des voisins à tout prix maintenant ! mais comme on dit pour ceux qui cherchent tellement l’amitié de la France et de ses sbires de la CEDEAO : parfois, il vaut mieux avoir un bon voisin qu’un ami lointain et parfois pas !




        3



        1
    Hibeche
    26 août 2017 - 9 h 54 min

    Arrêter de délirer, tous ces pays ont essayé de faire une alliance pour défendre leurs intérêts nationaux. Il se trouve que depuis 1989, la dite union n’a pas avancé. Nos voisins cherchent des alternatives et c’est légitime. Que faisons nous pour chercher un nouvel espace vitale afin de défendre notre économie, donc notre pays? doit-on rester seuls, isolés, vivant en autarcie comme à l’époque de l’Albanie communiste ? That is the question.




    1



    2
      Ait Said
      26 août 2017 - 12 h 01 min

      @ Hibeche, on peut très bien comprendre que la Tunisie cherche des intérêts avec le Maroc et c’est tout à fait légitime, mais pas en jouant contre l’Algérie , en trichant alors qu’elle prétend avoirs des relations amicales, privilégiées et d’exception avec l’Algérie.




      4



      1
      Anonyme
      26 août 2017 - 15 h 06 min

      Parle donc au nom du mokoko que tu es, ton discours pue l’infiltré traitre mokoko qui n’ose pas s’afficher sous sa véritable identité honteuse marocaine pour nous faire des leçons déplacées en s’ingérant insidieusement sur un site algérien sous une fausse appartenance algérienne, les mokokos qui s’infiltrent sur nos sites sont facilement repérable, mêle toi de tes affaires mokokos et cesse ton ingérence dans un débat algéro algérien. Dégage




      4



      0
    USMS
    26 août 2017 - 8 h 24 min

    Les traitres, alors que nous sommes toujours gentils avec eux et que nous leur tendons l’autre joue. Ils n’ont pas le reconnaissance du ventre, ces voisins.




    2



    0
    Benhabra brahim
    26 août 2017 - 0 h 58 min

    L israelien Netanyahu lui a commence depuis plus d une annee a vouloir poser ses pieds en afrique…..ezzaguet israel rahi djaya………………..douga dougaQuand a la tunisie,la crise c est comme au maroc,Plus rien ne passe,ni carburant ,ni moutons,ni dattes,..wallou.




    3



    0
    pomme
    25 août 2017 - 23 h 08 min

    Toujours se méfier des pays à qui l’on a rendu service, c’est comme pour les hommes, ils finissent toujours par mordre la main qui les a nourris.
    Combien de gaz et de pétrole nous continuons encore à livrer gratuitement au Maroc et à la Tunisie???




    3



    0
    Chawki
    25 août 2017 - 20 h 21 min

    Chaque pays pense à ces intérêts et que le meilleur manager trouve issue à sa situation .Pour nous Algérie il faut pénétrer tout les marchés .present dans tout les salons et éventuellements . Participer et faire participer les médias les hommes d’affaires les associations les représentations diplomatique afin que le monde sache ce qui se produit en Algérie .




    2



    0
    Moh
    25 août 2017 - 19 h 59 min

    Les pires ennemis de l’Algérie sont hélas aux commandes, ils protègent les 400.000 clandestins marocains, ils ont fait du Maroc le premier fournisseur de l’Algérie en huile d’olive au dépend de la production nationale.
    De mauvaise langues disent que c’est la même famille qui exporte et importe cette huile, une partie elle a la nationalité algérienne et l’autre marocaine au Maroc.




    1



    2
    b.otmani
    25 août 2017 - 19 h 03 min

    CEDEAO ou autre se sont tous des pions des grandes puissance pour leur permette de monopoliser l’économie mais en se qui concerne l ‘uma et nos voisins tout le monde sais que cette union est morte. malgré les investissements des entreprises françaises ou autre dans ces pays soit disant capitalistes la majorité des ces populations vivent la misère par contre le Maroc c’est la Sahara occidentale qui le pousse a se comporter ainsi afin de gagner quelques voies au nations unies .




    1



    1
      mezili
      2 septembre 2017 - 4 h 07 min

      le radicalisme est de mise .fermer carrement la frontiere avec la tunisie si complot il y a ? on verra la suite. tous des renegats ces voisins de m….




      4



      0
    Lassâad
    25 août 2017 - 18 h 14 min

    Votre diagnostic reproduit assez fidèlement la réalité des choses, il serait, ce faisant, temps de dépasser le stade de la stigmatisation ou celui de la dénonciation. Il serait peut-être temps pour l’Algérie d’élaborer une stratégie politico-économique en vue d’assurer une meilleure coordination avec la Tunisie sur des dossiers aussi sensibles. Les réactions intempestives n’ont pas, de par le passé, mené bien loin. Assurée du soutien populaire tunisien en tout ce qui touche aux intérêts supérieurs de l’Algérie, l’Etat algérien devrait développer une stratégie raisonnée et à long terme, en planifiant et ciblant son assistance à l’économie tunisienne, laquelle assistance est jusqu’à présent prodiguée de manière aussi épisodique qu’anarchique. La haute commission algéro-tunisienne devrait être autrement structurée et surtout dotée de moyens humains et matériels à la hauteur des intérêts bilatéraux en jeu.




    2



    2
      Anonyme
      25 août 2017 - 20 h 21 min

      Chacun défend sa chapelle et toi le tunisien hypocrite qui n’affiche pas son identité tunisienne tu défends ta Tunisie au détriment des intérêts suprême de l’Algérie. Les milliards du tourisme algérien qui sont rentrés dans les caisses de l’État tunisien ne suffisent pas, il faut que l’Algérie se sacrifie et donne plus pour la Tunisie TOZ voilà la réponse d’un citoyen algérien qui a dans son cœur que les intérêts suprêmes de l’Algérie et s’en tape de la Tunisie et du Maroc qui n’ont rien à apporter à l’Algérie, des voisins qui nous sucent le sang et nous poignardent derrière le dos.




      3



      0
    fafa
    25 août 2017 - 18 h 10 min

    bon débarras, qu’a t’on gagné avec cette union contre nature, un royaume dont la seule ressource est la culture de hachiche et la pros… touristique, à l’ouest, une république qui ne porte que son nom et un rien qui fonce tous droit vers la désintégration à l’est en fin une république islamique qui na rien de l’islam que le nom.




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.