Crise libyenne : l’Algérie réitère son soutien aux efforts onusiens

Messahel Algérie
Messahel réitère la position algérienne vis-à-vis de la crise libyenne. New Press

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a réitéré, samedi, à Alger le soutien de l’Algérie à la politique de dialogue et aux efforts onusiens pour le règlement de la crise en Libye.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience accordée au nouveau représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Libye et chef de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL), Ghassan Salamé, Messahel a indiqué que la rencontre avait porté sur «la situation en Libye», soulignant avoir évoqué avec le responsable onusien «la stratégie tracée en vue d’aboutir à une solution politique à la crise qui secoue ce pays frère».

Le ministre a réaffirmé «l’appui de l’Algérie aux efforts onusiens et à la politique de dialogue inclusif interlibyen», souhaitant l’entrée en vigueur de l’accord politique «dans les semaines à venir». Le chef de la diplomatie algérienne a ajouté avoir évoqué également «le rôle des pays voisins dans l’aide et l’accompagnement des frères libyens et du représentant spécial onusien», affirmant que «les portes de l’Algérie restent ouvertes» pour trouver une solution à la crise dans ce pays voisin.

Après avoir souhaité la réussite à Salamé dans sa mission «qui n’est pas facile», Messahel a souligné que le chef de la mission onusienne «possède les capacités et les compétences nécessaires en vue de régler cette crise, avec la participation des frères libyens et avec l’aide de tous», soulignant que le nouveau représentant spécial de l’ONU en Libye «est un homme connu, en particulier en Algérie, ayant de larges connaissances et une expérience avérée en matière de négociations».

De son côté, Ghassan Salamé a indiqué qu’il «est naturel» de venir en Algérie «car c’est un pays qui s’intéresse à la Libye, partageant avec lui plus de 1 000 km de frontières», ajoutant que «l’Algérie a des liens ancestraux, étroits et profonds avec la Libye». Le responsable onusien a précisé qu’il était venu en Algérie «pour écouter les conseils d’hommes connaisseurs dans la question libyenne, notamment le ministre des Affaires étrangères qui a une expérience de plus de quarante ans dans les affaires maghrébines». Il a dit qu’il était également venu pour «exposer quelques idées» afin d’aider les Libyens à sortir de la crise, soulignant que le peuple libyen «mérite un avenir meilleur».

R. I.

Commentaires

    Nasser
    27 août 2017 - 13 h 37 min

    la déclaration de Notre MAE est constante, constructive et respectueuse à l’ égard des libyens et du nouveau représentant Onusien , et sans commune mesure je la préfère à celle de Macron lors de sa visite éclair au Mali lorsqu’il a voulu se la jouer « comme tous ses prédécesseurs » en pointant du doigt notre diplomatie et services de renseignement. maintenant il reste à espérer que la colombe de la paix nichera bientôt dans ce pays.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.