Messahel place Mesdoua à la tête de l’ambassade d’Algérie à Paris

Ambassade Mesdoua
Siège de l'ambassade d'Algérie en France. D. R.

Par Sadek Sahraoui – C’est finalement Abdelkader Mesdoua qui succédera à Ammar Bendjemâa à la tête de l’ambassade d’Algérie à Paris. Confirmée par une source du ministère des Affaires étrangères, l’information surprend dans la mesure où tout le monde s’attendait à ce que cet important poste soit confié à un poids lourd de la diplomatie ou, à tout le moins, à une personnalité politique nationale de premier plan comme ce fut souvent le cas par le passé.

Le poste d’ambassadeur d’Algérie en France est resté sans titulaire depuis 2016, date à laquelle Ammar Bendjemâa avait été limogé. Abdelkader Mesdoua n’est pas une figure très connue de la diplomatie. Son expérience en qualité de diplomate de terrain reste aussi assez limitée puisqu’il n’a été jusque-là qu’ambassadeur d’Algérie à Belgrade et à Lagos. Abdelkader Mesdoua occupait jusque-là le poste de conseiller d’Abdelkader Messahel dont il est proche. De nombreux observateurs aux Annassers soutiennent d’ailleurs que c’est le chef de la diplomatie algérienne qui a insisté en personne pour qu’il soit nommé à Paris.

Selon certaines sources, il devait initialement être désigné ambassadeur d’Algérie à Tripoli. A signaler que cette nomination sera suivie par de nombreuses autres dans l’appareil diplomatique national. Certains observateurs prêtent l’intention aux hautes autorités du pays d’assainir le secteur de la diplomatie.

S. S. 

Comment (22)

    INSIDER
    4 septembre 2017 - 8 h 37 min

    et pourtant ce ne sont pas les cadres de valeur qui manquent au MAE




    9



    3
      selecto
      4 septembre 2017 - 8 h 59 min

      Des cadres de qualité intègres hommes et femmes ont passé leurs carrières dans des placards a cause de ces salopards, quels gâchis !




      9



      2
    mezili
    4 septembre 2017 - 1 h 36 min

    la region et les amis avant tout …




    13



    1
    Lemdigouti
    3 septembre 2017 - 23 h 58 min

    Zithoum fi d Guighoum (leur huile dans leur semoule)!!!
    Ils ne s’arrêteront jamais. Tout leur appartient dans ce pays. Le clan qui privilégie le lieu de naissance n’a plus de retenue : comme si aux Étranges Affaires il n’y a aucun autre fonctionnaire pour occuper ce poste. L’Algérie se limite à sa seule région occidentale. C’est un comportement révoltant, indigne et mesquin dans la mesure où les effectifs dans ce ministère ressemblent étrangement à la composition gouvernementale : tous issus des mêmes dechrates de l’ouest comme si le reste du pays comptait pour des prunes. Jusqu’à quand ??? Et pour quels résultats ???




    13



    6
    Mus
    3 septembre 2017 - 23 h 31 min

    L’article me parait bien informé sur la modeste expérience diplomatique du nouveau titulaire a la tête de l’ambassade d’Algérie en France et la surprise toute normale que ce « placement » plus que nomination fait par Messahel. Ce dernier avait aussi été a l’origine du déplacement de Amar Benjamaa de Bruxelles vers Paris. C’est dire a quel point Messahel est bien cote auprès des « dirigeants suprêmes » actuels. Quant au nouvel ambassadeur a Paris, il faut souligner que depuis un peu plus de 2 ans il était devenu l’ombre et la doublure de Messahel surtout pour les missions a l’étranger. Tous deux partagent les caractéristiques d’anciens diplomates et d’être issus d’une …certaine région du pays. Souhaitons quand même a M. Mesdoua de réussir et de durer la ou plus coriaces que lui ont laissé des plumes.




    8



    3
      Mohand
      4 septembre 2017 - 12 h 16 min

      Réussir pour la patrie et les algériens en général, pas pour réussir pour ses affaires personnelles et sa clique au détriment de notre patrie cher ami.




      2



      1
    HANNIBAL
    3 septembre 2017 - 22 h 50 min

    C’est Mac rond qui réclame un ambassadeur vu qu’ils n’ont pas vu venir Sellal au tapis par une balayette de Teboune et qu’Ouhiyaya a remis un ipon a celui ci la politique Algerienne est trop compliquée qu’il faut un interprète c’est tellement flou que les RG et l’ambassadeur de france en Algerie n’a rien vu venir et en perdent leur Latin mais la france ruinée ne peut plus entretenir notre Baba Merzoug a brest et dans les prochains jours il sera a Alger espéront ça de notre ambassadeur quand a nos cranes ils hantent le musé des sciences !!!




    6



    3
    Anonyme
    3 septembre 2017 - 20 h 54 min

    Depuis qu’un Monsieur comme Lamamra a été mis à la touche, il ne faut pas s’attendre à la promotion des compétences dans ce département sinistré.




    14



    6
      Mohand
      4 septembre 2017 - 12 h 07 min

      Il n’y a pas que ce département qui est sinistré malheureusement cher ami, tout les départements sont sinistrés aux point qui même celles et ceux qui veulent faire leur travail correctement sont mis aux poteaux d’exécutions (je parle de toutes sortes d’artifices pour les empêcher leur travail jusqu’aux menaces physiques).
      Seul le taux de natalité continu sa progression vertigineuse et la religion gérée de manière acrobatique par des monstres sortis tous droit de l’enfer?




      2



      1
    Hocine-Nasser Bouabsa
    3 septembre 2017 - 20 h 39 min

    Déjà que la France nous dicte sa politique dans la région du Maghreb et du Sahel et même chez nous en Algérie. Que peut faire alors un ambassadeur algérien à Paris, sur le terrain du principal protagoniste (erreur, ce n’est pas Maroc) de la Diplomatie algérienne? Qu’il s’appelle Zid ou Bouzid, ses marges de manœuvres seront très réduites.

    C’est la conséquence du Waterloo de la diplomatie algérienne qui s’est déjà mis en branle en 1999 et s’est confirmé en 2014 avec la nomination factuelle de deux ministres des AE (Lamamra et Messahel). Avec la confirmation de ce dernier en 2017 comme unique ministre des AE et la nomination de Mesdoua à Paris, nous sommes bien dans la logique de l’après Val-de-Grace et Les Invalides. Le tout enveloppé dans une stratégie du petit pas, qui ressemble à une partie de jeux d’échec – tranquille mais néanmoins dangereuses comme les courants profonds du triangle de Bermuda – que les Forces Patriotiques en Algérie ne maitrisent pas, ou veulent volontairement ignorer par peur de perdre leur part de la rente. Comme le dit l’adage de chez nous « ennar yekhali ermad » ou le feu laisse la cendre.

    Comme l’a dit le poéte, feu Abou Kacem Chebbi :
    Quand, un jour, le peuple veut vivre
    Forcément, que le destin lui obéira
    Et forcément, que la nuit se dissipera
    Et forcément, que les chaines se briseront

    Gloire à nos valeureux martyrs !!!!




    11



    5
    Anonyme
    3 septembre 2017 - 20 h 28 min

    Nous ceux qu on attend de cet homme ou d un autre ; c est ses compétences au services des algériens vivant en France et l intérêt suprême du pays qui sert tt simplement et pas autre choses. les algériens en France ont besoin d un ambassadeur qui doit les protéger contre une société parfois même un état qui ne respecte pas la libre circulation ou la dignités des algériens même sans papiers. l Algérie est un grand pays c’est pas le Mali ou le soudan ou nos voisins magrébins mais le malien est bcps mieux vu et pris en compte que l Algérien même celui qui est né en France donc mieux représenté surement malgré la faiblesse de leur nations … faut que ca change et l Algérie doit le montré au monde entier par ses ambassadeurs…. l Algérien et l Algérienne doit intouchable qd il a rien a se reprocher et bcps de pays maltraite l algérien et l algérienne donc les Ambassadeurs vs avez du pain sur la planche. stop les cérémonies pr les star et les Vip vs êtes pas leurs représentant vs représenter l Algérie et son peuple ; l année de l Algérie en France a couté 7 millions d euros pr recevoir Depardieu Khalifa Zidane ; on aurait pu faire bcps de choses pr les algériens même du pays. enfin si c’est pr ca ; laisser l’ambassade algérien à Paris sans représentation ca nous économisera l argent publics algériens si ses seulmt pr leurs privilèges et ceux des vip et stars. celui qui touche a un algérien touche a tte l Algérie normalement si il n a commis aucun impairs. les africains sont mieux ^protéger que nous en occident et ailleurs. c est un constat.




    11



    1
      Mohand
      4 septembre 2017 - 12 h 39 min

      Pour les occidentaux, il leur faut un ennemie commun, comme le communisme a été achevé, voilà que une autre bête immonde surgit à leurs yeux, ils ont même je crois fabriqués des monstres à cet effet pour justifier leur haine bien que leur haine ne date pas d’aujourd’hui, disons qu’ils l’ont assisté pour que ça soit de la sorte avec les répercutions que nous savons.
      Pour les africains, pour eux c’est comme pour payer une dette à leur égard pour réparer l’esclavagisme comme ils ont fait pour chasser les palestiniens, ils ont décidé arbitrairement de créer un état artificiel sur leur sol sans aucune concertation des concernés, les occidentaux se sentent les obligés de ces deux communautés,
      bien que l’esclavagisme n’existe plus depuis presque deux cents ans et les palestiniens n’ont pas à payer la cruauté des occidentaux de leur protégé d’aujourd’hui et ils ont suffisamment de place dans leurs territoires pour leur en donner un même grand.
      L’autre aspect nous concernant, c’est qu’on fournit toujours le bâton à notre ennemie pour nous faire battre comme des masos, on aime qu’on nous fasse violence physique et psychologique de façon à perdre toute notion des réalités du monde.




      1



      1
    Bison
    3 septembre 2017 - 19 h 36 min

    (« Certains observateurs prêtent l’intention aux hautes autorités du pays d’assainir le secteur de la diplomatie. »)
    Ça doit être ça. l’intention des hautes autorités du pays est d’assainir le secteur! Sans doute les même intentions qui les ont animé pour assainir le secteur des affaires avec Teboune! Avant de l’assainir lui même quand ils se sont rend compte que l’assainisseur veut assainir au delà des moustiques et …risque d’atteindre aussi les petits cafards, mais c’est déjà trop?




    6



    2
    TARZAN
    3 septembre 2017 - 19 h 33 min

    un très bon choix




    8



    13
      Farid
      3 septembre 2017 - 21 h 20 min

      Un bon choix pour le Maroc.




      13



      6
    Moi
    3 septembre 2017 - 19 h 26 min

    C’est incroyable, encore un diplomate de mère marocaine, est ce que c’est pour faire plaisir aux Français qui ne voulaient pas d’un diplomate chevronné?




    24



    4
      Neva
      3 septembre 2017 - 21 h 56 min

      Ou est le problème si sa mère est marocaine???




      5



      25
    Bouzorane
    3 septembre 2017 - 19 h 05 min

    «  » »Certains observateurs prêtent l’intention aux hautes autorités du pays d’assainir le secteur de la diplomatie. » » » tout ce que j’ai retenu et tout ce que j’espère!




    5



    2
    Blasé
    3 septembre 2017 - 18 h 50 min

    L’amitié,le régionalisme,le « benamisme » et le « djarisme » comme critères de sélection et en diplomatie svp !!!
    Si j’avais 20 ou 25 ans j’irais demander asile à…ISRAEL




    35



    11
      Blasé
      4 septembre 2017 - 9 h 01 min

      Cher Zéro (Zoro est vaillant et très intelligent),en réponse à tes bêtises et à ton ignorance juxtaposant ton analphabétisme, permets-moi de t’éclairer ta citrouille vide: Va t’éclater sur un site pour enfants,il te sierra mieux et tu retrouveras ton équilibre.Sinon je te conseille une cure de gingembre pour rafistoler ce qui te reste de neurones. Ce site n’est que l’apanage d’adultes censés et d’un certain palier….




      1



      0
    barcha
    3 septembre 2017 - 18 h 37 min

    surtout ne lache pas les marocains de vue c est la seule mission que tu as a PARIS




    8



    5
      Kamel
      3 septembre 2017 - 23 h 02 min

      Il a été nommé pour leur faire plaisir, Lamamra a été limogé parce qu’il ne saquait pas les marocains.




      9



      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.