Rentrée scolaire : opération vente de manuels

Les prix des livres scolaires appliqués en 2016 restent en vigueur pour la rentrée 2017-2018. New Press

Les prix des livres scolaires appliqués en 2016 restent en vigueur pour la rentrée 2017-2018, a annoncé dimanche l’Office national des publications scolaires (ONPS), précisant que les prix des nouveaux livres de 3e et 4e années du cycle primaire et de 2e et 3e année du cycle moyen ont baissé par rapport à l’année précédente.

Les livres de 3e année primaire sont affichés cette année à 1 650 DA contre 1 770 DA l’année précédente, ceux de la 4e année primaire à 2 090 DA contre 2 350 DA en 2016, précise encore l’ONPS dans un communiqué.

Les livres de 2e et 3e années du cycle moyen sont respectivement concédés à 1 778,21 DA (contre 2 015 DA en 2016) et à 1 808,43 DA contre 2 385 DA l’année précédente.

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, avait annoncé récemment que 65 millions de livres scolaires au total seront distribués à la prochaine rentrée 2017-2018. La première responsable du secteur a fait savoir que la plupart des livres sont disponibles au niveau des offices régionaux des publications scolaires, ajoutant que certains manuels faisaient l’objet d’une évaluation par la commission de contrôle et de révision afin d’éviter les erreurs relevées l’année dernière.

La ministre a, par ailleurs, annoncé l’organisation par l’ONPS d’un salon du livre scolaire du 5 au 12 septembre à travers le territoire national pour permettre aux parents d’élèves d’acquérir les manuels, précisant que l’ouverture officielle de cette manifestation se fera à l’Office Riadh El-Feth, à Alger.

R. N.

Comment (2)

    adel alger
    12 septembre 2017 - 17 h 48 min

    Bonjour, On est dejà le 12 Septembre 2017 et on cours derrière les manuels scolaires ( 2ème année moyen), le comble c’est que les enseignants font pression sur les élèves, à ne rien comprendre, j’ai dû m’absenter pendant 2 matinées….pour rien.
    Est ce que Madame la Ministre est allée dans les CEM et voir les manuels scolaires dans les cartables des élèves; je pense qu’on lui rapporte des informations erronées de son secteur, mais on est pas dupe on supportera car on sait que ces coups bas sont l’oeuvre des Anti-progressiste pour ne pas les nommer….




    0



    0
    BISKRA
    4 septembre 2017 - 10 h 31 min

    Les pays sous développés leurs seuls capital est d’investir sur les générations avenir pour les éveiller et détruire les ignorances. Tous cela pour que leurs populations ne soient pas des moutons.
    Le président Boumédienne disait: une révolution peut être réussi si le soldat possède d’un main son fusil et de l’autre mains l’éveille politiquement ( c-à-d instruction, savoir, diplomatie,…etc)
    Notre école n’est plus gratuite comme avant les années 80, seul l’argent compte dans notre société.
    En classe de 3eme année en primaire, il faudrait débourser 1 650 DA pour les livres scolaires qu’auparavant les écoles primaires fournissent les livres scolaires avec restitution à la fin de l’année.
    Avec des salaires inférieurs à 25000 DA, comment un couple avec deux enfants puissent subvenir à leur besoin pour une rentrée scolaire obligatoire avec les fournitures scolaires, l’assurance, les vetements et probablement des lunettes.
    l’avenir de l’Algérie ne viendra pas des riches mais des classes moyenne et des pauvres même l’avenir de notre armée dépend de cette catégorie de population.




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.