Ghozali, Djabi et Mostefaoui au campus du RCD à Béjaïa

Ghozali
Sid-Ahmed Ghozali, un des animateurs des conférences. New Press

Par Hani Abdi – Le RCD accentue ses efforts pour le renforcement de sa base par des jeunes militants. Ainsi, à partir ce jeudi, il ouvrira son campus annuel des jeunes au niveau du centre touristique de Souk El-Tenine, dans la wilaya de Béjaïa. Pour réussir cet événement, le RCD a regroupé 500 jeunes militants issus de différentes régions du pays.

Le parti de Mohcine Belabbas assure que cet événement «se veut être un espace de débat et de réflexion sur les questions de l’heure». C’est, estime cette formation de l’opposition, une occasion pour les jeunes militants du parti pour se former à travers les diverses thématiques qui seront abordées durant les trois jours et une opportunité pour eux de débattre et de s’exprimer sur des sujets d’actualité.

Plusieurs conférences-débats ont été programmées avec des professeurs et des chercheurs connus. La première conférence sera animée par Sid-Ahmed Ghozali, ancien Premier ministre et un des fondateurs du groupe Sonatrach. Elle portera sur l’eau et l’énergie, deux éléments qui dessineront l’avenir du pays. Il s’agit, affirme le RCD, d’un thème d’une actualité brûlante tant au plan national avec la chute des cours mondiaux des prix des hydrocarbures et le contexte aride à semi-aride de notre région qu’au plan mondial où la transition énergétique est plus que jamais à l’ordre du jour.

Les jeunes militants auront aussi à aborder une thématique intitulée «La régulation des médias et du journalisme : questions actuelles de l’Algérie». Cette conférence sera animée par Belkacem Mostefaoui, professeur à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information et acteur engagé pour le droit à l’information pour animer un tel débat d’autant que la question suscite de nombreuses interrogations et inquiétudes.

Une autre conférence sera animée par le sociologue et chercheur Nacer Djabi sur la transition démocratique. «La crise politique que vit notre pays ne manquera d’amener les intervenants à toucher du doigt les mécanismes et les instruments à mettre en œuvre pour une sortie pacifique et démocratique de l’impasse actuelle», souligne le RCD, qui organisera également onze ateliers sur différents thèmes, notamment les élections, la communication, les finances, le code du travail et l’organisation syndicale.

Lors de la dernière session de son conseil, le RCD a exprimé ses inquiétudes quant à la situation générale du pays. Il avait considéré que la confusion sur la gouvernance générée par l’incapacité du pouvoir à circonscrire encore les luttes de chapelles dans le sérail indique que le pays est rentré dans une phase où le pire peut advenir. Pour ce parti, «circonscrire une sortie de crise à la demande de la mise en œuvre de l’empêchement par voie légale de Bouteflika (article 102) équivaut à parrainer une alternance clanique, a fortiori dans le moment présent».

H. A.

Comment (12)

    Anonyme
    14 septembre 2017 - 13 h 21 min

    @ Anonyme.
    Rappel utile auquel il faut ajouter que c’est sous son règne » que fut assassiné Boudiaf, Belkhir étant ministre de l’intérieur. Ce n’est ni plus ni moins qu’un renvoi d’ascenseur: la veille de son remplacement par Bélaïd Abdesslam, alors que l’Algérie était à feu et à sang, SAG signa un décret exécutif créant sur l’unique chaîne detélévision, surnommée à juste titre l’Unique, un Journal télévisé en charabia kabyle




    3



    4
      Amar
      14 septembre 2017 - 23 h 46 min

      Hachak! La langue Kabyle n’est pas du charabia, mais la langue de tes ancêtres que tu as oublié en cours de route.




      3



      1
        zoro
        15 septembre 2017 - 1 h 32 min

        ce n’est p)as une langue juste un dialecte que les Pères-Blancs ont remis au goût du jour pour mieux diviser le peuple. Si ce n’est pas un charabia (littéralement « incompréhensible ») c’est alors, tout au plus, un baragouin




        2



        2
          Azulaman
          15 septembre 2017 - 15 h 42 min

          Manque de respect de responsabilité , caractère d un ignorant.




          1



          0
    Akli Boughzer
    14 septembre 2017 - 9 h 40 min

    Bravo le RCD pour cette bonne initiative instructive et intelligente à plus d’un titre.




    6



    1
    zaatar
    14 septembre 2017 - 8 h 19 min

    Les débats de ce genre sont plus qu’intéressants et bénéfiques à tous les Algériens…Tout le monde de n’importe quelle couleur politique (si on peut les appeler ainsi…car en fait on n’en a pas de parti politique chez nous hormis ceux qui règnent au pouvoir depuis toujours) devrait piquer du nez pour assister à ces échanges avec ces Messieurs qui ont traversé pas mal d’orages et de cieux clairs au courant de leur périple « politique » et responsabilité d’état. Je pense beaucoup plus à Sid Ahmed Ghozali. Je ne suis d’aucun parti bien sur…mais Bravo au RCD.




    5



    1
      hadjarab
      14 septembre 2017 - 12 h 12 min

      pourquoi une religion ahmadite, la religion musulmane n a t elle pas suffi??




      1



      1
    Anonyme
    13 septembre 2017 - 22 h 58 min

    Revoilà SAG. C’est lui qui organisa en 1989 au Club des Pins les premières assises du multipartisme accouché dans la douleur après le 5 octobre 1988; c’est lui qui redécoupa le territoire en une myriade de daïrste se composant pour certaines d’un seule commune, la plupart du temps perdue et enclavée; c’est lui qui nous promit en 1990 des « élections propres et honnêtes ». Elles le furent tellement bien que leurs effets dura une décennie noire et plus de 200000 morts. C’est lui qui, après la « démission » peu glorieuse de Chadli, inventa le HCE et instaura l’état de siège; c’est lui qui, nommé ambassadeur à Paris, resta 3 mois avant de pouvoir présenter ses lettres de créances au président Mitterrand qui ne l’autorisa à le faire qu’au lendemain du verdict contre Abassi Madani et Ali Belhadj d’un procès suivi de très près par les barbouzes françaises; .




    5



    1
    Nasser
    13 septembre 2017 - 18 h 57 min

    on ne peut pas leurs reprocher d’ attirer de jeunes militants quoi de plus normal car ce sont eux qui sont porteurs de messages et sont force de propositions, il n’ est pas normal que cette jeunesse subissent de telles frustrations dans les espaces socio-culturelles , économiques, éducatifs,politique et ça se traduit pour certains et certaines par des tentatives de quitter leurs pays au risque de périr. Cette génération doit prendre en mains son destin et pour cela il faut leurs mettre le pied à l’ étrier, alors bonne chance 😉




    7



    2
    elgat
    13 septembre 2017 - 18 h 44 min

    Quoique qu’il fasse le rcd restera un parti croupion.




    3



    5
    Robocop
    13 septembre 2017 - 16 h 17 min

    Le RCD laminé,à bout de souffle continue à « pousser un âne mort ».Le RCD n’ a pas tiré les leçons de son échec à démocratiser l’Algérie après 27 ans de lutte légale.L’avenir du RCD est derrière lui.Il est loin où ce parti prometteur pouvait organiser à lui des marches respectables à Alger,Batna,Sidi-Belabbès,Tizi Wezzou…




    5



    7
      Zahir Djama
      13 septembre 2017 - 17 h 30 min

      @Robocop , il faut faire la différence entre ce qu’on peut penser du RCD sur le plan politique, de sa ligne idéologique, de ces positions etc… etc.. mais ces conférences en direction des jeunes avec des thèmes intéressants, il ne faut pas faire la fine bouche ou porter des jugements qui n’ont pas lieu d’être ! Les échanges de sujets, de thèmes et d’avis, ainsi que les discussions entre militants çà ne fait de mal à personne surtout que çà se passe entre militants et à l’intérieur du parti politique, même si la presse est invitée ! Koune esbaa3h !!




      10



      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.