Moussa Touati révèle : «J’ai payé pour obtenir un siège au Parlement»

Parlement
Le président du FNA Moussa Touati. New Press

Par Ramdane Yacine – Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a jeté un pavé dans la mare, hier, en révélant que son parti a dû payer pour obtenir un siège à l’Assemblée nationale populaire (APN). S’exprimant lors d’une conférence de presse consacrée aux questions organiques, Moussa Touati a expliqué que le seul siège obtenu par le FNA à l’APN, lors des élections législatives du 4 mai dernier, a eu lieu après avoir payé une commission. «Nous avons été forcés de verser de l’argent aux agents de l’administration afin d’obtenir les procès-verbaux de dépouillement que nous avons utilisés pour présenter des recours afin de récupérer le siège de Blida», a rapporté le journal arabophone El-Khabar dans son édition d’aujourd’hui, citant le chef du FNA.

Dans la foulée, Moussa Touati a appelé à l’annulation du résultat des élections législatives «à cause de la fraude et de la faible participation, comme l’attestent les observateurs étrangers».

En attendant les suites que donnera la justice à cette affaire, la déclaration de Moussa Touati ne fait que confirmer le ressentiment qu’ont beaucoup d’acteurs politiques sur la transparence et l’intégrité des élections législatives du 4 mai 2017 en Algérie.

Pour rappel, la Mission d’expertise électorale de l’UE (MEE) de 2017 a dressé, à travers son rapport rendu public en juillet dernier, un constat accablant quant au déroulement du scrutin législatif de mai dernier. La mission a pointé du doigt de multiples dysfonctionnements, voire des aberrations qui minent les scrutins en Algérie. «Malgré les recommandations des précédentes missions d’observation et d’expertise électorale de l’UE, respectivement en 2012 et 2014, les listes électorales ne font toujours pas l’objet, en 2017, d’une consolidation au niveau national. Dressées et révisées au niveau des communes et représentations diplomatiques ou consulaires, l’accès à ces listes demeure extrêmement restreint, privant les parties prenantes au processus d’une possibilité de contrôle effectif de leur fiabilité», note le rapport de la MEE.

Par ailleurs, le nouveau cadre électoral n’a pas modifié la structure de l’administration électorale. «L’organisation des élections demeure de la seule compétence du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. La création de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (Hiise) a permis une constitutionnalisation de la surveillance des élections. Toutefois, cette dernière ne joue aucun rôle dans l’organisation même des scrutins et ses attributions de supervision et de contrôle restent, de facto, limitées», lit-on encre dans le rapport de ladite mission.

Autre aberration relevée par le rapport de l’UE : «Selon le nouveau cadre juridique des élections, les représentants des partis politiques/candidats n’ont pas accès, en qualité d’observateurs, à toutes les étapes du processus électoral et aux structures de l’administration électorale, notamment aux différentes commissions électorales mises en place lors de la compilation et de la centralisation des résultats.»

Concernant le dépouillement que Moussa Touati cite dans ses révélations, «le (cadre des élections ne fait jamais référence à la publication systématique, au niveau central, des procès-verbaux de dépouillement de chaque bureau de vote, alors même que cette publication est essentielle afin de garantir la transparence des scrutins», ajoute le rapport.

R. Y.

Comment (43)

    A3zrine
    15 septembre 2017 - 21 h 57 min

    Il balance tout au moment où il quitte le navire, il y a une dissension dans son parti et si je ne me trompe pas il a déposé sa démission. Je vous pose la question Mr pourquoi maintenant et hier? Vous saviez dès le début que les dés son pipés, il fallait tout divulguer quand on vous a demandé la somme d’argent.
    Mais d’où vient l’argent? vous êtes un parti sans bases, et les cotisations ne sont pas payées.
    Arrêtez svp votre cinéma et continuer à manger le reste des boutef et surtout laissez nous tranquille, parce que, vous n’existez même pas pour nous.




    2



    1
    yugarithen
    15 septembre 2017 - 18 h 03 min

    Il a audace de dire que nous avons donné de la corruption,s’ils sont lui et son pseudo député des partisans de l’état de droit,ils auraient dénoncé ceux qui leur ont demandé de l’argent au moment opportun.cet homme reflète parfaitement l état du cinéma politique en Algérie.




    0



    0
    tangoweb54
    15 septembre 2017 - 11 h 31 min

    Les élections du 4 mai 2017 sont vraiment entaché de fraude et de passe droit, pour exemple les sacs d’argent qu’a reçu le fils de Ould Abbes pour permettre a ceux qui détiennent l’argent sale d êtres a nouveau Députés, Ould Abbes qui lors de son installation a la tête du FLN a dit publiquement qu’avec lui shab chkara c’est fini, malheureusement il a fait tout le contraire de ce qu’ il a avancé, la preuve ils les a tous bien placés dans listes.




    4



    0
    Noor
    15 septembre 2017 - 10 h 16 min

    Eh bien un corrupteur qui cherche une chaise de président. Il ne manquait plus que cela.




    2



    0
      Robocop
      15 septembre 2017 - 12 h 37 min

      Moussa Droopy,du FNA propulsé par erreur à l’APN, à cause de la ressemblance des initiales de son « parti » avec le FLN est un drôle de coco. Ce type de « parti » artificiel et sans base sociale,arrange le système algérien avec ses frasques,son immaturité et son infantilisme.Au pays des aveugles,le clown est roi…




      2



      0
    freind of peace
    15 septembre 2017 - 8 h 43 min

    Il veut le beurre et l’argent du beurre, participer à la caste et passer pour revolutionnaire, c’est l’embleme du regime, qui veut rester comme maitre et pretend l’appellation de democrate.




    4



    0
    Mehsis
    15 septembre 2017 - 7 h 01 min

    Qu’attend la justice pour s’auto-saisir ?




    3



    0
    karim
    15 septembre 2017 - 4 h 37 min

    étant donné que vous êtes au courant des irrégularités commises par le pouvoir en place. alors pourquoi vous couriez pour participer à ces élections? donc vous faite partie pour la destruction de ce pays




    3



    0
    Benhabra brahim
    15 septembre 2017 - 4 h 32 min

    Il y a quelques annees il s est mis une balle dans la main…. aujourdhui il s est mis une balle dans le pied.




    2



    0
      Le Patriote
      15 septembre 2017 - 11 h 02 min

      A quand la balle dans le ciboulot?




      3



      0
    Le Patriote
    15 septembre 2017 - 1 h 18 min

    Je demande l’indulgence @ AP pour publier ce court commentaire que je dédis à ce Touati:
    Les Tunisiens ont un proverbe: « elli 3ta zoko, Allah la yfeko




    4



    1
    difou.guery
    14 septembre 2017 - 21 h 41 min

    dans peu de temps le trône et la couronne vont être mis aux enchère publique




    3



    0
    kaci
    14 septembre 2017 - 21 h 04 min

    Si tu n’as pas honte fais ce que bon te semble. Le pays descend aux abimes avec ces politicards pourris jusqu’à la moelle. Mais la fin de ce système viendra et on verra qui l’emportera la vérité ou le mensonge. Gloire aux Martyrs




    5



    1
    elkhayam
    14 septembre 2017 - 20 h 51 min

    Une faute avouée , à demi pardonnée.




    4



    3
    Aboudesoufle
    14 septembre 2017 - 19 h 25 min

    Il y a des gens : qu’il faut faire parler
    Ceux qu’il faut laisser parler
    Et ceux qu’il faut arrêter de parler-
    La comédie des vertus……




    2



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.