Tentative d’attentat contre Lafarge : qui en veut au financeur de Daech en Syrie ?

Lafarge Daech Syrie
Eric Olsen, PDG de LafargeHolcim, lors d’une conférence de presse animée en mars 2017 à Genève. D. R.

Par R. Mahmoudi Au moment où s’ouvrait à Paris le procès du cimentier français Lafarge pour «financement d’entreprise terroriste», suite à la découverte d’un marché entre une filiale de cette société en Syrie avec Daech auquel elle versait entre 20 000 et 30 000 euros par mois, la presse français annonce mystérieusement la découverte, vendredi matin, de six bouteilles d’essence reliées à un «dispositif d’allumage rudimentaire» sous plusieurs camions du cimentier dans le XIXe arrondissement de Paris.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance du chef de «tentative de destruction par incendie». Acte de sabotage ou tentative d’attentat terroriste ? Les observateurs penchent plutôt pour la seconde hypothèse, d’autant plus que cette affaire intervient après la découverte de bonbonnes de gaz équipées d’un dispositif de mise à feu dans un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, dans la nuit de vendredi à samedi. Dans cette affaire, six personnes, dont deux identifiées comme «radicalisées» – autrement dit potentiellement djihadistes – ont été placées en garde à vue.

Cela dit, ce qui est étrange dans cette histoire, c’est de s’apercevoir avec quelle facilité une société poursuivie pour financement d’une organisation terroriste mondialement connue pour ses crimes atroces se trouve du jour au lendemain dans la position de victime ou, du moins, de cible du terrorisme. Mais il reste à savoir si cette découverte de produits inflammables dans les camions de Lafarge peut jouer en sa faveur dans le procès qui se poursuit parce que la direction est déjà passée aux aveux dès l’ouverture de l’instruction et ne doit, a priori, bénéficier d’aucune circonstance atténuante.

Pour rappel, Bruno Pescheux, PDG de la filiale syrienne de l’entreprise franco-suisse jusqu’en juin 2014, avait indiqué aux enquêteurs avoir vu le nom de Daech sur des documents internes à l’entreprise, a rapporté le journal parisien Le Monde, qui a diffusé des extraits des auditions. A la question «avez-vous une idée du montant prévu pour Daech», il a répondu : «De l’ordre de 20 000 dollars par mois.»

Le même journal a révélé que «la décision du leader mondial des matériaux de construction de rester en Syrie a reçu l’aval des autorités françaises, avec lesquelles le groupe était en relation régulière entre 2011 et 2014». Les responsables de Lafarge ont ainsi affirmé à plusieurs reprises avoir consulté le ministère des Affaires étrangères ainsi que le gouvernement au sujet du maintien de leur activité dans le pays. Lafarge justifiait cela par son souci de continuer à fonctionner pendant la guerre. Un principe auquel le cimentier français se dit attaché, quitte à contribuer au financement «indirect» de l’une des organisations terroristes les plus cruelles de l’histoire.

R. M.

Comment (6)

    PRAGMATISME
    7 octobre 2017 - 17 h 18 min

    PS je suis certain que l’état français savait que Lafarge versait des pots de vins à Daesh et que ce procès n(est qu’une mascarade.




    1



    0
      karimdz
      7 octobre 2017 - 19 h 54 min

      C est un secret de polichinelle. Les services secrets francais sont comme culs et chemises avec le mossad et la cia. Ils planifient le recrutement des djihadistes, les attentats, gèrent les sites internets du daech etc.

      Forcément, les autorités francaises sont au courant.




      3



      0
    PRAGMATISME
    7 octobre 2017 - 17 h 13 min

    Une fois j’ai écouté,sur une chaîne satellitaire, les confidences d’un industriel français voilà ce qu’il avait dit: quand il nous arrivait très souvent de verser des pots de vin, aux dirigeants des pays du tiers monde notamment,pour avoir des marchés, on le faisait avec le consentement de l’état français qui nous remboursait rubis sur l’ongle ce qu’on a versé,mais on devait lui fournir les noms des personnes corrompues probablement pour que l’état français exerce sur elles un chantage le moment voulu.Donc j’en conclus que tous les corrompus sont connus des états étrangers,et que ces pays peuvent leurs vendre des produits bas de gamme ou impropre à la consommation et ils n’ont pas intérêt à ouvrir la bouche.La corruption rabaisse, celui ou celle qui est impliqué,au rang de marchandise peu être que c’est pour ça que dieu l’a interdite.




    2



    0
    Aicha Benguendouze
    7 octobre 2017 - 13 h 36 min

    Un peu de cirque avec ce procès pour camoufler et protéger les vrais financiers de l’EI… Lafarge est naturellement le petit poisson pour la publicité. Lafarge accusé d avoir payé des rançons a Daech et directement n a tué personne….Les gros requins des monarchies arabo musulmanes, multi multimilliardaires, qui ont financé le terrorisme depuis deux décennies qui a coute la vie a des milliers de citoyens innocents arabo musulmans et même étrangers, ces monarchies ont contribué et contribuent encore, a la destruction total de la société arabomusulmane de Baghdâd a Casablanca avec leur fric…Personne n ose s attaquer a eux dans une cour de justice internationale..Une grande manipulation des medias surtout français pour camoufler et protéger les responsables politiques français, Israéliens et autres étrangers….




    1



    0
    karimdz
    7 octobre 2017 - 11 h 05 min

    Il devient génant pour le sionistes, il faut donc l éliminer…




    6



    0
    Anonyme
    7 octobre 2017 - 9 h 40 min

    Allez ceux qui ont fait de la guerre d’Algérie un fond de commerce sortez les crocs c’est FAFA.




    4



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.