Libye : plus de 3 000 migrants interpellés à Sabratha

migrants clandestins
Candidats à l'émigration clandestine à Sabratha. D. R.

Plus de 3 000 migrants ont été interpellés samedi à Sabratha, après des semaines d’affrontements meurtriers dans cette ville libyenne, située à 70 km à l’ouest de Tripoli, qui était devenue le principal point de départ de l’immigration clandestine.

«Nous avons arrêté 3 150 migrants clandestins de différentes nationalités (asiatiques, arabes et africaines)», a indiqué Bassem Ghrabli, commandant d’une force de sécurité loyale au Gouvernement libyen d’union nationale (GNA). Cette force avait annoncé vendredi avoir «chassé» une milice dirigée par un ancien baron local du trafic de migrants de la ville, qui commençait à retrouver un peu de normalité. «Il y avait des snipers postés en haut du théâtre (…) mais nous avons réussi, avec beaucoup de précaution, à les faire descendre», a indiqué Saleh Gressia, porte-parole de la force qui a accompagné les journalistes sur le site.

Déjà en juillet 2016, le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco avait tiré la sonnette d’alarme en inscrivant les cinq sites libyens du patrimoine mondial sur la «liste des sites en péril» à cause de leur proximité des zones de combat. Les violences à Sabratha s’inscrivent dans le cadre d’une lutte d’influence entre groupes armés pour le contrôle de la ville.

R. I.

Pas de commentaires! Soyez le premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.