Des ONG à Macron : «Reconnaissez le 17 Octobre comme un crime d’Etat !»

Alger Macron
Macron en compagnie de Lamamra lors de sa visite en Algérie en février dernier. New Press

Par R. Mahmoudi – Une lettre ouverte signée par plusieurs ONG françaises exigeant la reconnaissance des massacres du 17 Octobre 1961 comme «crime d’Etat» a été adressée au président de la République française, Emmanuel Macron. D’entrée, les signataires ont rappelé à Macron sa déclaration, le 15 février dernier, à la chaîne privée Echourouk News, dans laquelle celui-ci avait précisément dit : «La colonisation fait partie de l’histoire française, c’est un crime contre l’humanité, une vraie barbarie…» Une déclaration qui sera suivie, deux mois plus tard, par un engagement solennel de prendre des actes «forts» sur cette période de l’histoire de son pays.

S’adressant au chef de l’Etat, les signataires de la lettre estiment qu’à l’occasion du 56e anniversaire du «crime d’Etat» commis en plein Paris, «vous pourriez (devriez ?) ainsi concrétiser cet engagement». Ils le sollicitent pour une audience pour connaître sa position précise à ce sujet «afin de pouvoir, écrivent-ils, en rendre compte lors du rassemblement prévu le 17 octobre au pont Saint-Michel, à Paris».

La lettre est signée par des représentants du Collectif du 17 Octobre 1961, des associations : 17 Octobre contre l’oubli, Au nom de la mémoire, Les Oranges, Sortir du colonialisme, de la Ligue des droits de l’Homme et du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples).

Dans un appel pour un rassemblement le 17 octobre prochain, auquel d’autres associations, comme 4 ACG (Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre), 93 au Cœur de la République, Amis de l’Algérie Rennes, ACCA (Association contre le colonialisme aujourd’hui), ACDA (Association pour le changement et la démocratie en Algérie), Les Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons, ANPPROMEVO (Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS), et un parti politique, le Parti de gauche (PG), les signataires jugent que «56 ans après, la vérité est partiellement en marche. Cependant, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées, en particulier la guerre d’Algérie, non plus que dans le cortège de drames et d’horreurs qu’elles ont entraînés, comme ce crime d’Etat que constitue le 17 octobre 1961».

Appuyant leur démarche, ces associations considèrent que le 17 octobre 2012, le président de la République (François Hollande) «avait, certes, fait un premier pas important, en déclarant : ‘‘Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes.’’ Mais le terme de crime n’est pas repris, et la responsabilité, sous-entendue, n’est pas clairement définie», concluent les initiateurs de l’appel.

R. M.

Comment (11)

    USMS
    10 octobre 2017 - 6 h 16 min

    Il ne reconnaitra rien du tout car, comme ses prédécesseurs, il est à la botte du crif comme la tunisie est à celle de l’italie. Il ne faut plus rien demander à ces c…, il faut les mépriser et laisser l’Histoire les rattraper. Il viendra le jour où comme pour le pseudo holocauste, il y aura des films et des documentaires à n’en plus finir sur les crimes commis par la France en ALGERIE depuis 1830.




    0



    0
    Aicha Benguendouze
    9 octobre 2017 - 19 h 53 min

    Des ONG à Macron : «Reconnaissez le 17 Octobre comme un crime d’Etat…L humanité depuis Adam et Eve n a été qu’une succession de crimes d Etats. L histoires de cette humanité est présente partout dans les bibliothèques ou sur l internet. Je ne mettrai pas de pression sur le Président Macron a l heure actuelle car il n est qu’a ses débuts de son règne en France. Je lui en parlerai discrètement mais je demanderai très, très fort qu’il installe une cinquantaine d usine en Algérie et cela le plus vite possible pour lutter contre le chômage au pays….des priorités dans tout dans les relations avec qui que ce soit. Il faudrait revoir les priorités de l Algérie avec tous les pays au lieu de s attaquer a des problèmes passés qui pourraient être solutionnés d une façon plus souple lorsque la situation économique et sociale est rétablie dans le pays coupable. Il faut lire les discours et déclarations du Premier Ministre Canadien Justin Trudeau depuis quelques jours sur le drame des Indiens du Canada. Toutes les preuves sur les sévices endurent par le people indien d Amérique du Nord lors de la colonisation. La période dramatique avec tous ses abus par les différents gouvernements canadiens depuis le premier débarquement des blancs sur le continent nord américain. Essayons plus de relations business-business que politico politiques actuellement avec la crise du pétrole.




    0



    0
    GÉNOCIDE ALGÉRIENS
    9 octobre 2017 - 14 h 33 min

    RECONNAISSEZ LE GENOCIDE TOUT COURT DES ALGERIENS DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, ET LA REPENTANCE C’EST POUR QUAND ???
    Ps : On perd notre temps avec ce Macron qui lui obeit aux ordres qu on lui donne c’est pas lui qui dirrige la France !!




    1



    0
      Chaoui
      9 octobre 2017 - 20 h 44 min

      Tu as TOUT bien résumé.




      0



      0
    karimdz
    9 octobre 2017 - 13 h 11 min

    Le 17 octobre 1961, les evenements de setif guelma kherata, l extermination de la moitié de la population algérienne lors de l invasion française au 19e siècle (…) les déportations, les rafles, les viols, la torture, les couvre-feu, la déculturation de tout un peuple… tout cela a un nom : Génocide.
    L Algérie doit une fois pour toute arrêter de quémander les autorités française, il faut imposer à la France, elle doit faire voter par son parlement une reconnaissance du génocide et présenter ensuite une résolution au bureau de l ONU dans ce sens, pour que le monde sache.




    5



    0
    hmida
    9 octobre 2017 - 12 h 59 min

    Reconnaitre son passé colonial avec ses atrocités est le seul et unique élément pour assurer l’avenir commun serein des générations a venir de l’Algérie et la france . Retarder l,échéance n,est pas en faveur des peuples.




    3



    0
    Sharmoun
    9 octobre 2017 - 11 h 09 min

    Ce que la France a fait pendant cet octobre 1961… une journée de terreur pour les Algériens et Algériennes qui ont été brutalisés par la police de Maurice Papon, une page sombre de l’histoire de Paris, certes, mais maintenant il faut repartir sur de bonnes bases, pour un nouveau départ civilisationnel, une synergie entre les deux peuples, il faut absolument se pardonner l’un et l’autre, comme frères et soeurs, comme une famille qui se reconcilie…




    1



    3
      Chaoui
      9 octobre 2017 - 20 h 49 min

      Octobre Rouge (17/10/61), enfant j’y étais…(avec ma Mère, mon Père lui avec les hommes). Pardonner ? Jamais. Du moins pas avant qu’ils reconnaissent LEURS crimes et s’en excusent.




      2



      0
    Anonyme
    9 octobre 2017 - 10 h 29 min

    Toujours les mêmes incompétents qu’on voit dans les journaux et qui sont nommés représentants, ambassadeurs, etc… même pendant leur retraite dorée, ça va changer…




    0



    0
    chibl
    9 octobre 2017 - 9 h 08 min

    La France qui nous impose Bouteflika ne nous demandera pas pardon.




    6



    2
    BEKADDOUR Mohammed
    9 octobre 2017 - 6 h 16 min

    L’Hexagone est un territoire sombre mais qui a ses beautés, architecturales, naturelles, hygiéniques, féminines, un territoire infernal, auquel le nôtre tend à ressembler, (L’automobile…), anecdote : Un jour, à l’aube de l’émergence de l’islam sur ce territoire là, ça s’est passé à Marignane, à l’époque une ville encore à dominante « Pieds Noirs », un musulman téméraire a décidé de faire le muezzin à partir d’une cité H.L.M lugubre, (Comme toutes les cités H.L.M), un Pieds Noirs réveillé en sursaut, dans une cité juste en face, lui a tiré dessus ! Il y a un écheveau, pourquoi se concentrer sur UN massacre !!! La Belle « France » a commis beaucoup de Beaux Massacres, il faut lui présenter l’Addition, celle qu’au restaurant Les Français appellent « La Douloureuse », je propose à Macron, bien plus jeune que moi, un déjeuner, pas pour manger tant de cadavres ! Et l’Addition s’appellera : Amende ! Ce sera l’aube de La Civilisation, je veux bien sa femme à ses côtés, j’aurai, moi, à mes côtés, Une Française qui fut ma condisciple, Une Française qui condamne TOUS LES MASSACRES, pas l’un d’eux ! Allah yerham LES VRAIS CHOUHADAS !




    10



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.