Khadra à Boudjedra : «Tu te terrais à Paris quand je traquais les terroristes»

L'écrivain Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohamed Mouleshoul. D. R.

Par Karim Bouali – Le torchon brûle entre Yasmina Khadra et Rachid Boudjedra. L’auteur des Agneaux du seigneur a répondu dans des termes acerbes à ce qu’il qualifie de «diatribes». «Je sais que tu crèves d’envie que je réagisse à tes diatribes, persuadé que mon mépris te martyriserait moins que mon silence. Qu’à cela ne tienne. Puisse mon mépris te toucher comme une grâce et t’éveiller au ridicule dans lequel tu te complais comme le ver dans le fruit», fulmine l’écrivain installé en France.

«Tu dis que je ne suis pas un écrivain. C’est ton droit. Pourquoi te faut-il en souffrir ? Tu as voulu semer le doute au sein de ma famille. Raté. J’ai la chance d’avoir épousé la plus merveilleuse des femmes. Tu me traites de bougnoule de service ? Sache que je suis boycotté par l’ensemble des institutions littéraires de France depuis 2008. Tu contestes mon algérianité ? Je te rappelle que lorsque tu te terrais à Paris, durant la décennie noire, je menais une guerre atroce dans les maquis terroristes. Sans mes compagnons de combat et mes milliers de morts, jamais tu n’aurais remis les pieds en Algérie», a encore écrit Yasmina Khadra, Mohamed Mouleshoul de son vrai nom et ancien officier de l’ANP.

L’ancien directeur du Centre culturel algérien à Paris répond à l’auteur de L’Escargot, en le tutoyant : «Détrompe-toi, Rachid. Je ne suis qu’un romancier qui s’évertue à mériter l’intérêt de ses lecteurs. Sans fard, ni fanfare. Sans polémiques, ni la moindre agressivité. Je travaille dur, tu sais ? Personne ne me fait de cadeau.». Et, sur un ton altier, il rappelle à Boudjedra que «ce n’est pas un hasard si [je] demeure, à ce jour, l’écrivain algérien le plus lu en Algérie, l’écrivain maghrébin le plus lu au Maghreb, l’écrivain araberbère le plus traduit (50 pays) et le plus apprécié (10 millions de lecteurs) dans le monde».

Yasmina Khadra conseille à Rachid Boudjedra de «soigner» ses textes «au lieu de passer [ton] temps à traîner dans la boue les étoiles du ciel».

«Notre pays a trop souffert des jalousies crétines et des anathèmes. Nos enfants attendent de voir en leurs génies les aurores boréales qui manquent à leur horizon. Aucun pays ne peut s’émanciper sans mythes, et aucune jeunesse ne peut forcir sans idoles. Si notre pays n’en dispose pas, créons-les de toutes pièces comme font les nations fières de leur culture au lieu de nous empresser de décapiter toute tête qui émerge», a conclu l’écrivain qui s’est dit «chagriné» par le comportement de Boudjedra à son égard.

K. B.

Comment (76)

    messelem
    7 novembre 2017 - 18 h 31 min

    moi personnelement je connais monsieur mouleshoul

    Anonyme
    26 octobre 2017 - 20 h 56 min

    Sur le fond,je suis entièrement d’accord avec Yasmina Khadra,sinon comment expliquer les tirs croisés sur Kamel Daoud,alors qu’il n’a tué personne en Algérie,quand à ceux qui s’en gargarisent du massacre de milliers d’Algériens au nom de l’islam tout en étant responsables de l’exil de nos meilleurs cadres,ont pratiquement été honorés d’une médaille de mérite.

    2
    2
    Félix
    12 octobre 2017 - 9 h 18 min

    Quand je vous lis, amis commentateurs algériens, il me revient une lecture que j’ai faite il y a quelque temps: Poste restante: Alger de Boualem Sansal, sous titré : Lettre de colère et d’espoir à mes compatriotes.

    Ce petit livre se présente donc comme une longue lettre qu’il vous écrit en 2006 et il ressort pour ce que j’en ai compris pour résumer en une phrase : arrêtons de ressasser le passé mettons nous au travail et construisons notre avenir en même temps que notre pays.

    Il y cite un de ses amis: Belkacem qui avait émigré en Espagne en leur disant entre autre une maxime. » Tel qui pleure le lundi dimanche pleurera, affaire d’habitude » ou encore cette merveille : »le pétrole ne manque pas, mettez vous en panne d’idées ça fera des économies de phosphore ».

    Dans sont texte il écrit aussi ce constat de malheur: « En 40 années l’Algérie a produit plus de dignitaires en chapeau que de savant et nos rare savant sont partis à l’étranger alors que, pour ne pas changer, les gros bonnets continuent de pulluler au dessus de nos têtes ».

    Voila je termine en vous souhaitant du meilleur temps pour l’avenir, et surtout lisez et relisez vos écrivains tel Kateb Yacine, Yasmina Khadra, Boualem Sansal, Kamel Daoud…

    Marre du Khorti
    10 octobre 2017 - 5 h 21 min

    le manque d’humilité fréquent chez nos élites

    Marre du Khorti
    10 octobre 2017 - 5 h 19 min

    Rachid Boujedra avait déjà sali la mémoire de Kateb Yacine en 2011. Sinon, concernant Yasmina Khadra, j’approuve totalement sa réponse sur le fond, au procureur de service Boujedra.Tout est dit dans son cinglant « Je te rappelle que lorsque tu te terrais à Paris, durant la décennie noire, je menais une guerre atroce dans les maquis terroristes. ». Par contre sur la forme, j’aurais préféré qu’il fasse preuve d’un peu plus de modestie. Il n’était pas obligé de rappeler sa place de n°1, et ce n’est pas à lui (malgré son indéniable talent) de se classer parmis « les étoiles du ciel » et nos « génies ». J’espère que c’est par maladresse. Il a raison de dénoncer cette culture de la jalousie qui prévaut chez nous, et qui freine l’émergence et l’épanouissement de nos talents, mais il ne doit pas non plus oublier le manque d’humilité fréquente chez nos élites.

    8
    2
    Enya
    10 octobre 2017 - 5 h 14 min

    ya wedi l’un comme les autres n’ont de Dieu quele euro , le venerable euro ….ya si yasmina si tu te trouves boycotte en france , y a un pays qui s’appelle l’algerie et ou il y aussi des imprimeries privees comme etatiques , alors pourquoi te colles tu au c… francais comme un furoncle ?
    ils sont tous les memes ces  » lettreux ‘ que du blabla a endormir debout….revenez au pays et a tout le moins devenez enseignants c’est quand meme beau comme metier ….
    une des caracteristiques de l algerien c’est qu’il s’incruste comme un molusque et ne quitte plus l’endroit , ils ont tous mais alors tous le syndrome du colon….cad le colonise devenu orphelin de son colon , alors il part a sa recherche et quand il retrouve la demeure du colon , il reste a l’exterieur s’extasiant sur le batit de son bourreau
    ….
    ps: je suis en europe depuis longtemps et je ne met jamais les pieds en france , c’est l’un des pays que je hai le plus apres israel si on peut coller le tittre de pays a cette entite malefique

    5
    6
    JIJEL
    10 octobre 2017 - 0 h 15 min

    Au lieu d’unir leurs efforts pour nous éclairer et nous libérer des griffes du système, en nous apportant le plus nécessaire, nos « intellos » à la manque s’entredéchirent en se ridiculisant à notre grand dam EN FAISANT LE JEU DU POUVOIR….. vous êtes des boughyouls, tout simplement !!! CESSEZ VOS GAMINERIES ET TOUT DE SUITE.

    14
    nono
    10 octobre 2017 - 0 h 07 min

    Avec sa declaration, Mr khadra vient de creer la famille revolutionnaire Mark II, ceux qui etaient au maquis et les autres….

    4
    1
    neva
    9 octobre 2017 - 23 h 58 min

    Si Boudjedra s’est contenté d’écrire pendant la décennie noir, Yasmina Khadra a combattu sur le terrain parce que tout simplement comme tout un militaire doit exécuter les ordres de ses supérieurs, donc il n’a fait que son boulot. Je me demande pourquoi toute cette polémique et ses critiques?!? sachant que vous êtes tous des enfants-adultes d’Algérie (je m’adresse aux voisins de l’ouest qui  »adorent » visiter nos sites n’oubliez pas vos DISLIKES vous êtes formés et payer pour ça

    34
    4
    Aguellidh
    9 octobre 2017 - 22 h 38 min

    Drarri, des pseudos intellectuels qui se reprochent pourquoi les serpents ont du venin. Au lieu de multiplier des conférences, des séminaires et de se rapprocher de la société, des jeunes assoiffés de savoir, ils se chamaillent à distance comme le fait boukrouh et les autres vieillards chaussés de bottes de plomb dans du sable mouvant. Heureux Tahar Djaout, Mouloud Feraoun, Mohamed Dib qui n’ont rien vu.

    12
    1
    Algérie Authentique
    9 octobre 2017 - 20 h 48 min

    Perso j’adore Y. Khadra et je trouve terrible ces règlements de compte a sens unique… il faut passer à autre chose monsieur Boudjedra; on est fier de vous tous!

    21
    2
    Bouzorane
    9 octobre 2017 - 20 h 09 min

    Yasmina Khadra Président!

    8
    16
    ZORO
    9 octobre 2017 - 19 h 17 min

    Ceux qui ont pris la defense de Boujadra face a Ennahar peuvent ils le faire devant la nuit et ce qu elle doit au jour????SIGNE ZORO. …Z…..

    3
    22
    Genseric
    9 octobre 2017 - 17 h 55 min

    Comme Boudjedra s’est trompé de cible en s’attaquant gratuitement à ses confrères . Maintenant si ( comme vous le dites )Boudjedra a combattu le colonialisme ( ce qui reste à prouver tellement les « contrebandiers de l’histoire » pullulent pour le paraphraser ) , il n’y a pas que lui qui l’a fait et sont même mort en martyrs .et rien ne le pousse à polémiquer par peur d’être sacrifié sur l’autel de l’oubli .

    Genseric
    9 octobre 2017 - 17 h 51 min

    A propos qu’est devenue la plainte de Rachide Boudjedra contre la chaîne TV « ENNAHAR » ? Son amis Saïd Bouteflika lui avait dit qu »il allait régler le problème . Au lieu de polémiquer , il vaut mieux qu’il s’occupe de ses affaires . On se demande s’il n’a pas été missionné ?

    9
    1
    Genseric
    9 octobre 2017 - 17 h 19 min

    Je n’ai rien à ajouter à ce qu’a dit Yasmina Khadra sur cet aigris . Sa jalousie maladive le pousse à attaquer gratuitement des romanciers et écrivains plus jeunes que lui et qui lui ont fait de l’ombre . Il n’a jamais accepté que Yasmina Khadra ou au jeune romancier Daoud d’être connus et reconnus de par le monde en étant même nominés pour les grands prix de littérature , que leurs ouvrages sont traduits et lus partout en Algérie et dans le monde et même certains romans traduit en film . Alors que lui , est resté un petit écrivaillon local sans épaisseur. Alors que lui reste-t-il pour se faire connaître ? La polémique …

    16
    2
    Algé[email protected]
    9 octobre 2017 - 16 h 52 min

    J’ai rien contre Y. Khadra, mais Rachid Boudjedra mérite le respect…Je regardais hier, Chronique des années des braises de Mohamed Lakhder Hamina, un grand chef d’oeuvre du cinéma qui a reçu une Palme d’or au Festival de Cannes de 1975, le scénario est écrit par Rachid Boudjedra, alors on lui doit le respect à ce grand Monsieur.

    37
    16
      Algérie Authentique
      9 octobre 2017 - 20 h 59 min

      il faut arrêter d’opposer nos intellectuels, c’est la meilleure façon de rendre impossible tout débat voire toute avancée de la société ! ces gens sont complémentaires avec chacun sa sensibilité ! leurs talents s’additionnent et ne s’excluent pas ! regardez vers les sociétés civilisées , regardez le nombre d’ouvrages édités , regardez ces opinions divergentes qui coexistent de façon constructive ! arrêtez de réduire les gens à bon et mauvais selon un unique critère que vous ne maitrisez même pas ! soyons au contraire unis et ouverts à toutes les sensibilités!

      5
      1
    Anonyme
    9 octobre 2017 - 16 h 40 min

    Boudjedra ? c’est le type même d’un individu façonné par le FLN et son éternel fond de commerce de commerce qu’est la guerre d’Algérie. Le mec, se terrais en effet à Paris ou en France comme des milliers d’anciens du FLN du régime algérien pendant la décennie noire.
    Ces gens sont comme ça, ils nous font leur danse du ventre patriotique dès qu’ils ont un petit bobo, ils remuent ciel et terre pour obtenir une prise en charge pour aller se soigner en France pendant que les algériens qu’ils auraient, d’après eux, « libérés » vont dans les mouroirs que sont devenus les hôpitaux du FLN.
    Vous allez me dire que je suis hors sujet, pourtant non ! ce « grand moudjahid » de pacotille de Boudjdra s’est attaqué aux écrivains qui ont du talents et qui ont rompu avec les thèses de « libération » usées jusqu’à l’os par l’entité totalitaire qui se nomait hier comme aujourd’hui le FLN.

    18
    3
    AZZAZ Mahammed
    9 octobre 2017 - 16 h 34 min

    M. Boudjedra on comprend votre sénilité mais à aller jusqu’à invectiver de confrères jeunes talentueux et virtuoses c’est ahurissant et irrespectueux. Vous devez à son égard le guider vers la réussite si vous sentez qu’il a dévié de ce chemin. Lui vous respecter car vous êtes son doyen. Au fait on n’attend aucune morale d’un athée incapable de se défendre face aux humiliations infligées par une chaine de télévision.

    10
    5
      Naziha
      9 octobre 2017 - 18 h 51 min

      @Azzaz + Yasmina KHEDRA et DAOUD. Où êtiez-vous durant notre Sainte Révolution QUAND Si Rachid BOUDJEDRA était déjà révolutionnaire dans les rangs du F.L.N. ? Y a pas photo, désolé pour vous tous. Alors, du respect pour ce Monsieur qui a écrit bien avant vous quand vous n’étiez que de simples jeunots qui tétaient encore le biberon alors QUE Si RACHID participait déjà à la LIBÉRATION DE SON PAYS !!! Alors du RESPECT….. S.V.P.

      50
      17
    TOLGA - ZAÂTCHA
    9 octobre 2017 - 16 h 12 min

    C’eût été beaucoup plus intelligent de votre part si vous n’aviez pas répondu aux propos insanes écrits par Monsieur Boudjedra. Sauf qu’en lui rendant la pareille, vous vous êtes rabaissé à ses propos mesquins. Dommage, Monsieur Mouleshoul ! Vous me décevez fortement. Moi, qui vous prenez pour un Élu des dieux…

    40
    13
    focus
    9 octobre 2017 - 16 h 10 min

    pour repondre a TBA IL FAUT VOIRE LE FILM le bon la brut et le truand.

    1
    1
    BOUAMAMA
    9 octobre 2017 - 15 h 27 min

    Avec son livre FIS DE LA HAINE, Boudjedra a fait plus que tous les Yasmina Khadra réunis avec ou sans kalach, et tout autant qu’un bataillon, dans la démystification du projet dément des intégristes-salafistes-wahhabites-takfiristes-djihadistes. Comment un militaire peut-il reprocher à Boudjedra de s’être terré à Paris? Ce militaire a fait le boulot pour lequel il était payé, car en plus c’est un métier rémunéré. Boudjedra à travers ses positions, durant la période ou beaucoup collaboraient, flirtaient et léchaient les théocrates algériens et leurs amis occidentaux, avec le Ni Ni et le qui tue qui, a fait pour la République et l’ANP ce que ne fera jamais Yasmina Khadra, qui par vanité, tout à l’égo, et soif de reconnaissance par le marécage germanopratin, s’est complu avec son roman « Ce que jour doit à la nuit » , à dresser le tableau d’un colonialisme à visage humain. Faut le faire! D’ailleurs la mise en pellicule du livre a été faite par un sioniste notoire, et partisan des « bienfaits de la colonisation », le sieur ARCARDY. Quelque soient les reproches qu’on peut faire à Boudjedra, il reste quoiqu’en dise et qu’on en pense un PATRIOTE.

    7
    16
      Genseric
      9 octobre 2017 - 17 h 34 min

      Heu…, combien de lecteur ont lu « fils de la haine  » ? Si Boudjedra s’est contenté d’écrire pendant la décennie noir , Yasmina Khadra a combattu sur le terrain les terroristes qui faisait terrer Boudjedra à Paris . Voila un aigri qui, faute d’idée , n’a pas trouvé autre chose pour ne pas disparaître des écrans de « l’intelligentsia » algérienne ( si tant est qu’il soit créateur de quelque chose ) que de polémiquer en s’attaquant gratuitement à ses confrères.

      13
        elgat
        9 octobre 2017 - 19 h 59 min

        en ce temps la on avait plus besoin d’un Khadra en tant que Militairequ’un de tous les livres de Boudjedra,parce-que en ce temps la personne n’avait le cœur a la lecture.

    Raselkhit
    9 octobre 2017 - 15 h 25 min

    Mon commandant .Oui effectivement tu combattais le terrorisme .Mais Rachid Boudjedra à 16 ans combattait le colonialisme Donc pas d’amalgame Je ne crois pas que Si Rachid ait eu tord de dénoncer les « Contrebandiers de l’Histoire » Donc il n’y a pas lieu de s’étriper entre patriotes Boudjedra s’attaque à une puissance néocolonialiste qui a réussi à dévaloriser notre littérature et à en faire une sous littérature néocoloniale Mon commandant vous vous tromper de cible

    6
    18
    ali
    9 octobre 2017 - 14 h 50 min

    Kadra aurait dû ajouter »pendant que je traquais les terroristes avec l armée et le peuple,Bouteflika et toi vous vous terriez à l etranger et maintenant vous venez nous donner des leçons de patriotisme!!!! ».

    23
    4
      Raselkhit
      9 octobre 2017 - 15 h 19 min

      Quel courage Donner des leçons à Yasmina Khadra à Rachid Boudjedra et même à Bouteflika Quand tu n’arrives même pas à la cheville qui que que ce soit …

      2
      16
        ali
        9 octobre 2017 - 21 h 55 min

        Ça c est vous qui le dites,en tout cas j aurai mieux fait que ton Bouteflika que tu admires…..

    Cheikh kebab
    9 octobre 2017 - 14 h 48 min

    Quelle mouche a piqué ce boudjedra?? Ya pas assez de problèmes d’intérêt national auquels boudjedra devrait s’intéresser au lieu de s’attaquer à des confrères ?? Boudjedra s’attaque aux personnes mais pas aux idées,qu’apporte t il ,que propose t il d’utile au débat?? Rien. Le talent de khadra est immense,la pensée de daoud est salvatrice,et boudjedra erre comme un déboussolé cherchant le nord.

    14
    3
    focus
    9 octobre 2017 - 13 h 51 min

    Mes respects a vous hommes de lettres.
    A vous Mr boudjedra votre temps est révolu avec la chute du bloc soveitique
    il faut changer et evoluer avec l’actualite une nouvelle philosophie qui est née il faut prendre le train si non vous aller disparaitre .

    5
    1
    salah
    9 octobre 2017 - 13 h 34 min

    Respect Mr Yasmina Khadra,
    Déjà le peuple aiment son armée L’ANP don vous faisiez parti vous êtes les héros de la NATION et ça personne ne vous le retira
    Les algériens vous aiment car vous êtes très bon écrivain et ca vous le devez cas vous même et Allah vous donne encore plus de réussite
    Vous êtes notre fierté

    13
    karimdz
    9 octobre 2017 - 13 h 05 min

    La réplique de Khadra est cinglante, et Boudjedra aurait du réfléchir à deux fois, avant de provoquer son confrère écrivain et rhétoricien hors pair.

    12
    1
    citoyen algérien
    9 octobre 2017 - 12 h 44 min

    Boudjedra doit se taire qu’il arrete de délirer et se mettre au travail, kamel daoud, khadra et autres sont des algériens, ils sont de bons écrivains et de tres bonnes plumes qui sont traduits en d’autres langues, honneur à la culture algérienne, pas des salafo wahabites et des khoubzistes du pouvoir, les écrivains algériens d’expression francaise sont connus meme au japon et en amérique du sud

    13
    1
    Nasser
    9 octobre 2017 - 12 h 38 min

    Normal où est le problème? Boudjedra, un civil, (né en 1941) est écrivain menacé de mort directement par le GIA, alors que Yasmina Khadra (né en 1955) était officier de l’Armée. Le 1er fait son travail d’écrivain, le 2ème fait celui de la sécurité du pays! Il veut que ce soit Boudjedra qui le fasse?

    5
    11
    Tin-Hinane
    9 octobre 2017 - 12 h 36 min

    Certes Yasmina Khadra était dans l’armée et il a traqué les terroristes avec ses compagnons et nous saluons tous cette armée. Mais nous les civils, nous le peuple nous étions là aussi et nous étions traqués par les terroristes. Je ne sais pas si Rachid Boudjedra était à Paris en tout cas à chaque qu’il m’est arrivé de le voir sur un plateau de TV européen (TV française et italienne), il prenait la défense de l’armée algérienne en défiant toute l’assistance, alors que d’autres écrivais et journalistes algériens qu’il est inutile de nommer ici déblatéraient sur les généraux corrompus pour plaire à leurs interlocuteurs européens. Chacun a sa manière a mené son combat pour l’Algérie dommage qu’ils éprouvent le besoin de se rentrer dedans de cette façon

    6
    3
    BEKADDOUR Mohammed
    9 octobre 2017 - 11 h 40 min

    D’un point de vue littéraire, la réplique de Khadra est brillante, fulgurante, mais au bilan ce type de joutes, qu’on retrouve y compris en politique nous situe au plan calendaire à l’ère des Mégères…

    4
    5
    LE SPHYNX
    9 octobre 2017 - 11 h 35 min

    Le Boudjedra indécrotable ! Souvenez-vous, pour se rappeler au public il le faisait avec Tahar Ouettar en feignant une dispute arrangée entre les deux lascars. D’une pierre deux coups, et les deux étaient remis d’actualité. Mais comme son compère est mort, il s’en prend à deux parangons. C’est vraiment dommage, l’escargot est toujours resté entété.

    14
    1
    Otto
    9 octobre 2017 - 10 h 53 min

    Boudjedra, les effets de la vieillesse commencent à te jouer des tours, la sénilité n’est pas loin, de plus le changement de saison pointe son bout du nez.
    Ne dit-on pas que l’automne est la saison des feuilles mortes…

    12
    2
    zaatar
    9 octobre 2017 - 10 h 44 min

    On retrouve bien, et à tous les niveaux, l’égoïsme, l’individualisme, l’égocentrisme et le narcissisme de l’Algérien.

    15
    4
      YES
      9 octobre 2017 - 11 h 40 min

      EXACTE !

      6
      1
      Krimo
      9 octobre 2017 - 16 h 27 min

      La culture de l’ego n’est pas une tare dans un environnement ou l’ingratitude prend le pas.
      «L’ingratitude j’aimerai la voir crucifier …… qu’elle serait belle écartelée …. l’ingratitude» ….. clin d’œil a ton bon souvenir.
      Ce que le bien né n’a pas réussi à faire, des enfants de roturier l’ont accompli avec le panache tant recherché par le premier

      2
      1
    Débarassez vous de votre Ego .
    9 octobre 2017 - 10 h 32 min

    élite ..hahahahahah
    tous juste des égoistes , probléme d’Ego ;
    Moi je ……alors que Toi tu …..
    l’algerien n’a pas encore muri dans son cerveau , toujours ce probléme d’Ego qui vous joue des tours !

    14
    8
      citoyen algérien
      9 octobre 2017 - 14 h 15 min

      a Débarassez vous de votre Ego , ecoute bien les télés francaises et francophones, les journalistes les présentateurs, les hommes de lettre les universitaires, tous utilisent l’expression « moi je », donc tous probleme « ego » alors? donc attaquer les algériens tu es malhonnete ou ignorant, tu ne dois pas etre algérien, tu n’es qu’un cybercollabo qui est du coté du maroc

      2
      4
    ZA DIGUE 2 VOL - TERRE
    9 octobre 2017 - 10 h 26 min

    « Je te rappelle que lorsque tu te terrais à Paris, durant la décennie noire, je menais une guerre atroce dans les maquis terroristes »

    Si Boudjedra était écrivain, ça se saurait. Un écrivain écrit. Boudjedra dénigre et s’arroge le droit avec une indécence sans commune mesure, de juger ceux dont il ne peut égaler le travail. En effet et comme le dit à juste titre Yasmina Khadra, Boudjedra devrait aller soigner ses textes plutôt que de dénigrer ceux qui le dépassent dans l’art littéraire.

    Comment lui, fils de la bourgeoisie qui a passé la moitié de sa vie entre Paris, Rabat et Tunis, peut il remettre en cause l’algerianité d’un Mohamed Mouleshoul fils d’un officier de l’ALN ou d’un Kamel Daoud son cadet de 29 ans? Des algériens pur jus !

    Lui le papy excité, au lieu d’être fier de voir deux purs algériens sortir de l’ombre grâce à l’excellence de leur littérature, préfère s’adonner à de la médisance de bas de gamme car animé encore à son âge par la jalousie des petits enfants gâtés qui n’aiment pas qu’on leur vol la vedette.

    Monsieur Boudjedra, si j’apprécie vos prises de positions théologiques, je vous invite, à votre âge, à plus de maturité intellectuelle. Ne vous donnez pas en spectacle, sortez de la masse médiocre, essayez de soigner vos textes plutôt que de dénigrer la personnalité de ceux dont les textes sont meilleurs que les vôtres. Faites figure d’un bon père de famille à l’égard de ceux dont l’encre coule de source. Sachez que la sérénité est le propre de l’écrivain et vous, vous n’avez pas encore trouvé la sérénité. Cherchez là et ne sombrez pas dans la jalousie inutile qui vous éloigne de la littérature et vous rapproche des réflexes nauséabonds des parvenus.

    28
    3
    selecto
    9 octobre 2017 - 10 h 19 min

    Moi j’ai du respect pour nos deux écrivains, Rachid Boudjedra est boycotté en France depuis qu’il a répondu à l’écrivain Bendjelloun sur une chaine de télévision français qui commençait à traiter les généraux Algériens de « dictateurs »  » Tais toi tu n’est qu’un Marocain ! »

    Yasmina Khadra a été le seul directeur du centre culturel algérien a avoir programmé une journée de solidarité avec le peuple Sahraoui, il a eu des problème avec l’ex ambassadeur Missoum Sbih qui lui a reproché de ne pas l’avoir consulté avant l’organisation de cette journée, bizarrement ce jour là il y avaient même des associations marocaines qui ont été invitées par des fonctionnaires du CCA notamment par la secrétaire. Depuis ce jour Yasmina Khadra commençait a avoir des problèmes même à Alger et depuis sont départ toute manifestation de soutien à la cause Sahraouie est interdite au CCA pour des raisons qui restent inconnues.

    19
      Mello
      9 octobre 2017 - 11 h 49 min

      Toute elite merite consideration, Yasmina Khadra tout particulierement. Toute elite qui commence a avoir des problemes en Algerie, de la part de ce pouvoir, merite consideration de notre part ,et c’est le cas de ce Khadra. Quant au vieux qui aboie sur toutes les etoiles , il voit le crepuscule de la vie l’envelopper. Cessons de nous tirer dessus, les uns les autres et regardons comment construire un avenir radieux a nos enfants.

      16
      1
        celeste
        9 octobre 2017 - 13 h 12 min

        un avenir radieux pour nos enfants oui..et ça passe par l’interdiction pure et simple de la vente de nanard et et navet dans les librairies algerienne…plus de livres religieux dans nos écoles, on veut de l’universel pour l’écolier algerien…du sartre, du mameri, du lacan, du freud,du spinosa, du Goethe, du Bakounine, du kateb yacine , duHegel , du Saint Augustin, du ben khaldoun…les brulots sur adab el kabr et la chariaa au four pour faire des engrais ….les fils de caïd ayant pignon sur rue à Paris, Genüve ou Londres ont accés à une autre bibliothèque…une manière de faire perdurer le massacre enclenché par les pères grabataires…

        16
          ZA DIGUE 2 VOL - TERRE
          9 octobre 2017 - 13 h 53 min

          Que c’est bon de lire ce genre de commentaire. On se dit que rien n’est perdu et qu’il y’a encore de l’espoir que de savoir qu’il y’a des gens qui réfléchissent encore à l’endroit! Seul bémol c’est qu’à la différence de vous, je pense que les fils de caids n’aiment ni Sartre ni Mammeri car comme leur ascendance, s’ils ont pignon sur rue à Paris, Genève ou Londres, ils ont une haine de la culture cérébrale, préférant de loin tout ce qui est abdominal, voire en dessous. On ne fait pas d’un baudet un cheval même s’il habite à Neuilly sur Seine ou sur les Champs-Elysées. Les gènes prévalent sur le lieu de résidence…si vous voyez ce que je veux dire.
          Cordialement

          Mello.
          9 octobre 2017 - 14 h 53 min

          Un avenir radieux passe inevitablement par une ecole de qualite , une ecole ,que je dirais universelle, qui apprendra aux futurs generation qui est Camus, qui est Mammeri, qui est Feraoun, qui est Dib et au dela qui est Freud, qui est Voltaire, qui est St Augustin . L’ecole reste le seul vecteur d’emancipation d’un pays en detresse , d’un pays qui se deperrit par la faute de ses dirigeants grabataires, sans vision.

    Med
    9 octobre 2017 - 10 h 12 min

    Boudjedra , quel est ton complexe ? ta haine et ta rancoeur gachent ton talent !et te privent de la sympathie de tes lecteurs potentiels, rebutés par des positions et des declaration qui ne doivent pas effleurer l’esprit d’un intellectuel…..dommage !

    15
    Makhlouf
    9 octobre 2017 - 10 h 11 min

    Au lieu de laver l’affront qu’il a subi de la part d’ENNAHAR TV, à cause de sa cupidité, aveuglé par sa jalousie contre les écrivains algériens qui ont réussi, Rachid Boudjedra s’attaque vilement à ces derniers. Cela ne le grandit pas, bien au contraire. Une vieillesse mal vécue devient une horrible détresse.

    19
    LE NUMIDE
    9 octobre 2017 - 9 h 55 min

    Yasmina Khadra et Rachid Boujedra sont deux grands écrivains algériens .. Bon il y a cette querelle intellectuelle entre eux .. Comme ca existe dans tous les pays ces querelles entre écrivains .. il reste que l’Algérie a encore des écrivains intelligents qui font ce qu’ils peuvent pour témoigner de leur peuple avec leurs moyens .. c’est déjà beacoup qu’une nation menacée dans son existence comme la nôtre puisse encore avoir des écrivains qui parlent de nous dans le monde ! Depuis Apulee de Madaure jusqu’à Kamel Daoud en passant par Dib , Si Mhand ou Mhand , St Augustin , Moufdi Zakaria , Mammeri et Wacini Laaredj , les Berbères algériens ont toujours été un peuple littéraire , dans la langue qu’ils peuvent et avec les moyens dont ils disposent .. un peuple apte à la littérature est un peuple qui ne meurt pas

    26
      CHANKHADRA
      9 octobre 2017 - 11 h 21 min

      vous êtes sages. Puisse Dieu faire beaucoup des comme vous (…)

      8
      1
      Mello
      9 octobre 2017 - 12 h 04 min

      L’Algerie,en ce moment , n’a pas besoin de ces quolibets, la sagesse doit l’emporter. Yasmina khadra ,dans ses veines coule ce sang berbere qui a tant donne a ce pays meurtri, mais ne cedant jamais a ces vautours qui veulent le depecer. Boudjedra est loin ,tres loin d’egaler ces auteurs et ecrivains qu’il a voulu salir.Numide, tu as tout dit.

    nono
    9 octobre 2017 - 9 h 39 min

    Ce regime a reussi a empoisonner tous les leaders de l’opposition. Ils passent leur temps a critiquer et condamner les actions et paroles des autres leaders de l’opposition.
    Si vous n’avez rien de bon et positif a dire, ne dites rien!!!
    C’est le moment de s’unir contre la mafia des tenebres.

    14
    6
      Argentroi
      9 octobre 2017 - 10 h 57 min

      Nono, tu te trompes de rubrique, on parle ici de littérature. A moins que tu veuilles par ton appel unir Boujedra et Yasmina khadra pour manifester ensemble à Paris! Mais je doute qu’il y répondent, c’est des vieux briscards qui connaissent mieux que quiconque l’art de la manipulation. Écoute Nono, si tu veux qu’on s’unisse contre la mafia des ténèbres comme tu dis, il faut faire cela dans un cadre clair et non ténébreux. On en a marre que d’autres détournent puis récupèrent nos actions. Sans préjuger de tes véritables intentions, je te conseille de militer sous une bannière bien précise pas ténébreuse car des appels sur la toile c’est fortement douteux pour nous les algériens qui vivons ici au bled et surtout en ce moment car les appels ils y en a.

      8
      5
    Anonyme
    9 octobre 2017 - 9 h 22 min

    Deux ecrivains du régime arabe s’entre-déchictent pour un une repprésentativité sur scène arabe. Sauf que la categorie araberbére n’existe pas, tout comme la métamorphose n’est un etat stable, donc les araberbères c’est juste un passage, il y eut des arabisables, qui sont le substrat de la Oumma et d’autres qui refusent le voyage et restent Kabylo-berbères.
    Dommage que l’arabisation que aviez soutenue les deux vous dépasse déjà de loin. Votre lectorat d’hier vous le trouverez sous peu à la péripherie du Caire, pres d’El Azhar.

    11
    22
      chibl
      9 octobre 2017 - 9 h 59 min

      Tu as deja lu un livre de Khadra?

      12
      3
        tikouk
        9 octobre 2017 - 10 h 29 min

        J’ai écouté ses thèses assimilationistes cela suffit. Parler d' »araberbère » c’est exactement reproduire la thèse de Ben Badis qui assume la berbérité comme variable dependante de l’arabité. La thèse des islamoarabiste assimilationistes. Ce qui n’est pas berbère n’est pas nationaliste en Algerie. Subordonner l’Algerie à l’arabité est une forme de soutien au colonialisme par arabislamisme interposè…

        11
        9
    Argentroi
    9 octobre 2017 - 9 h 18 min

    C’est percutant, c’est le ko du siècle : «Tu te terrais à Paris quand je traquais les terroristes».

    23
    1
      tikouk
      9 octobre 2017 - 10 h 29 min

      Sauf que c’est le régime qui a crée les islamistes. Régime qu’ils ont servi chacun à sa maniére…

      7
      8
        Argentroi
        9 octobre 2017 - 12 h 35 min

        A tikouk. Les régimes en Algérie se suivent mais ne se ressemblent pas. Le seul régime qui a créait les islamistes-terroristes, c’est le régime de Chadli non pas à dessein mais par simple bigoterie et inculture politique. Les autres régimes ne font que gérer les conséquences désastreuses de ce choix et de contrôler la nuisance que peut générer ce courant idéologique. Le discours nihiliste n’est pas dans la patience quand le danger est toujours présent. Boujedra et Khadra sont, quoiqu’on dise, dans le même camp moderniste. Il n’y a que deux camps en Algérie, la ligne de démarcation est tracée depuis longtemps. Alors, les manœuvres politiciennes ou les manipulations d’officines pfft….

        4
        3
          Mello.
          9 octobre 2017 - 15 h 11 min

          Non Argentroi, en Algerie un seul regime depuis 1962, celui qui a occulte la liberte aux Algeriens, celui qui commis le premier coup d’Etat juste apres l’independance sur le GPRA, celui qui a provoque le 5 Octobre 1988, celui qui a cree le courant islamiste pour combattre les democrates du mouvement berbere, celui qui a cree la plus puissante securite militaire de tous les temps, celui qui a offert la victoire aux islamistes pour pouvoir faire semblant de les combattre et assoir par la meme son egemonie, celui qui a offert une presidence a vie , celui qui a dilabite toutes les fortunes du pays, celui qui a cree tout le FCE pour pouvoir l’utiliser a sa guise.

          Argentroi
          9 octobre 2017 - 18 h 10 min

          Mello.L’Algérie de 2017 n’est pas celle de 1962. Si on devait analyser la situation actuelle avec le prisme de 1962 ou 1980 ou 1988 ou 1992, on ferait des milliers d’erreurs. En 1980,on avait affaire à une coalition barbefln ultra conservatrice. En 1988, on commençait à connaitre l’islamisme sans mesurer le danger. En 1992, on a appris à nos dépens que la haine du pouvoir a fait le jeu de l’islamisme. En 2017, le monde entier a fait connaissance avec l’islamisme qui tisse maintenant des alliances stratégiques avec des états reconnus à l’exemple d’Al Qaïda avec Qatar, la Turquie et les frères musulmans. Alors si on revenait à ton analyse où tu avançais que le pouvoir des années 80 encourageait les islamistes pour contrebalancer la gauche, cela n’est plus valable actuellement car s’il refaisait la même alliance, il sera balayé par les islamistes eux-mêmes. Le pouvoir tôt au tard doit composer avec le courant moderniste avec tout ce qui en découle comme compromis. Le camp démocratique à l’état actuel des choses n’est pas en mesure de trancher tout seul. L’impatience nihiliste ne construit rien. La dilapidation des deniers publics, la corruption et tous maux ne sont rien devant ce qui peut nous advenir si l’islamisme s’installait à la présidence. Tu as vu ce qu’il a fait de la Syrie, tu a vu les bébés syriens noyés, tu as vu les survivants syriens fuir grelottants. Tu as vu les bombardiers furtifs américains arrosés de bombes l’Afghanistan. Et ce qui s’offusquent en disant qu’on veut leur faire peur seulement, c’est qu’ils n’ont pas vécu l’horreur ou qui ne sont plus en Algérie comme le sieur Nekkaz, l’affidé de Qatar.

          Marre du Khorti
          10 octobre 2017 - 4 h 53 min

          Le pouvoir a pris des mesures qui ont favorisé le développement et l’enracinement de l’islamisme dès 1962 (souvent, par mauvais calcul politique), pas seulement depuis Chadli. Importation d’enseignants moyen-orientaux (qui s’avéreront très majoritairement islamistes) sous Ben Bella (pour permettre la politique précipitée d’arabo-islamisation de l’enseignement), puis sous Boumediene (qui n’y mettra fin qu’en 1977). Légalisation des mosquées clandestines, autorisations des hauts parleurs, passage au week-end islamique, et soutien aux syndicats étudiants islamistes (pour contrer les syndicats étudiants progressistes), sous Boumediene.

          Non à l'Etat arabe
          10 octobre 2017 - 6 h 57 min

          Non Mr, Le regime arabe est toujours le meme. bouteflika est plus boumedieniste que jamais. En ajout, il y a la lcharia dans les écoles. Détrompez vous, dès que la crise sera méchante ils vireront vers l’Etat islamique pur et dur, l’infrastructure etant déjà prete!

    Anonyme
    9 octobre 2017 - 9 h 09 min

    Les salons et l’anonymat c pour khadra .

    17
    Anonyme
    9 octobre 2017 - 9 h 01 min

    Ha ha ha oui dans des salons bien calfeutrés et sous anonymat en plus en zone verte..

    11
    Anonyme
    9 octobre 2017 - 8 h 51 min

    Ha ha ha oui dans des salons bien calfeutrés et sous anonymat en plus.

    14
      Argentroi
      9 octobre 2017 - 9 h 30 min

      Anonyme, je crois que tu ne connais pas le parcours de Yasmina Khadra pour dire qu’il se calfeutrait sous l’anonymat. Et si tu n’aimes pas l’anonymat, change de pseudo!

      19
      1
    chibl
    9 octobre 2017 - 8 h 46 min

    Yasmina Khadra est une fierté pour tous les algériens et en particulier pour les cadets de la révolution.

    25
    3
      bird
      9 octobre 2017 - 9 h 22 min

      Magnifique réponse de Yasmina Khadra à Boudjedra ,le ton juste ,la simplicité ,évitant la polémique stérile voire haineuse de Boudjedra . J’étais effaré lorsque j’ai lu certaines réactions à l’article paru sur AP , en lisant on s’aperçoit malheureusement que la plupart des  » intervenants  » n’avaient jamais lu ni Kamel Daoud ni Khadra ,juste un réflexe pavlovien par principe .je vais être un tantinet désagréable mais la plupart des commentateurs ne maîtrisaient ,ni la syntaxe ,ni l’orthographe du français ,alors un conseil passez par la case librairie ,achetez les auteurs que vous décriez puis ensuite opinion faite si c’est possible commentez !

      25
      3
    Lghoul
    9 octobre 2017 - 8 h 46 min

    Ce Boudjedra ne cesse de jouer a l’enfant gaté qui fait tout pour s’attirer une attention et des sympathies.
    Toutes ses interventions sont pour critiquer les autres.
    Soit, il est complexé, soit il est psychologiquement malade ou soit il est les deux.
    Tout ce qu’il fait est de se ridiculiser et de terminer ses jours comme un ignard.
    Il restera un petit vieux fanfaron le reste de sa vie.

    26
    5
    nectar
    9 octobre 2017 - 8 h 33 min

    Excellente réponse à ce fanfaron du système et sans rancune…

    21
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.