Nucléaire iranien : Trump veut mettre le feu au Moyen-Orient

trump nucléaire
Donald Trump. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Donald Trump a annoncé ce vendredi qu’il refusait de certifier l’accord international sur le nucléaire iranien, le dénonçant comme «l’un des pires» qui soit. Avec cet accord, «nous avons obtenu de faibles inspections en échange de rien de plus que de repousser, purement à court terme et temporairement, l’avancée de l’Iran vers l’arme nucléaire. Quel est le sens d’un accord qui ne fait que retarder la capacité nucléaire pour une courte période ? Ceci est inacceptable pour le Président des Etats-Unis», a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche.

Donald Trump a martelé que Téhéran ne respectait pas l’«esprit» de cet accord, passé en juillet 2015 par l’Iran et le Groupe des Six. «L’Iran est gouverné par un régime fanatique» et est «l’un des principaux soutiens au terrorisme» dans le monde, a-t-il taxé. Le régime dirigé par Hassan Rohani «sème la mort, la destruction et le chaos à travers le monde», et «l’agression de la dictature iranienne se poursuit à ce jour», a-t-il poursuivi.

Avec cette décision, le Président américain prend le risque de mettre le feu dans un Moyen-Orient déjà bouillonnant. Une remarque cependant : le magnat de l’immobilier ne pas va jusqu’à «déchirer» l’accord international, comme il l’avait promis en campagne. Depuis son entrée en fonction, Donald Trump a accepté de certifier à deux reprises cet accord, une démarche obligatoire par laquelle le Président américain informe tous les quatre-vingt-dix jours le Congrès du respect par l’Iran des engagements pris sur le contrôle de son programme nucléaire. Cette «non-certification» envoie désormais la balle dans le camp du pouvoir législatif américain : les parlementaires ont soixante jours pour décider de ré-imposer, ou non, les sanctions levées depuis 2015.

Un retour des sanctions signerait clairement la mort de cet accord âprement négocié. Mais d’autres scénarios sont possibles, d’autant que plusieurs membres de l’administration Trump, au premier rang desquels le général Jim Mattis, chef du Pentagone, ont affirmé que le texte était dans l’intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis.

Une chose est certaine, cette décision a scandalisé le monde entier. Paris, Berlin et Londres ont déclaré rester «engagés» dans l’accord sur le nucléaire iranien. «Nous restons engagés dans le JCPOA (acronyme du texte) et sa pleine application par toutes les parties», selon un communiqué conjoint de la Première ministre britannique, Theresa May, de la chancelière allemande, Angela Merkel, et du président français, Emmanuel Macron. «Nous ne pouvons pas nous permettre en tant que communauté internationale de démanteler un accord qui fonctionne et tient ses promesses», a affirmé Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne, quelques minutes après des déclarations du Président américain, annonçant qu’il refusait de certifier cet accord.

Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé, de son côté, la stratégie annoncée par le Président américain à l’égard de l’Iran. Il l’a la qualifiée de «rhétorique agressive et menaçante», soulignant que l’accord avec Téhéran sur le nucléaire restait intact. Ryad a, en revanche, salué les propos de Donald Trump.

Le ministère russe a estimé dans un communiqué que la décision de Trump de refuser de «certifier» l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien «n’allait pas avoir d’impact direct sur la mise en œuvre» du texte, mais était «un élément du débat intérieur» aux Etats-Unis. Il n’y a qu’Israël et l’Arabie Saoudite qui ont applaudi la décision de Trump…

S. S.

Comment (4)

    Thifran
    14 octobre 2017 - 22 h 56 min

    Trump est un personnage cynique




    0



    0
    Argentroi
    14 octobre 2017 - 21 h 19 min

    Trump veut tout simplement un état kurde. Adieu les vieilles alliances. La Turquie en aura pour son compte pour être intervenue sans retenue en Syrie, en plus de son soutien aux terroristes d’En-Nosra et autres. De même pour l’Arabie Saoudite et Qatar, hier alliés en Syrie et au Yémen, aujourd’hui s’entre-déchirants dans l’attente d’une guerre. L’Irak depuis la guerre inutile contre l’Iran et l’invasion du Koweït n’a connu aucun répit –voilà ce qu’il en coûte aux peuples quand ils se laissent faire devant l’aventurisme des dictateurs—et qui se prépare pour une troisième guerre civile entre les kurdes et les chiites qui prennent le relais des baathistes-islamistes de Daesh. Accuser d’autres parties et dédouaner les régimes rétrogrades est une turpitude qui ressemble à celle des dirigeants arabes qui ne peuvent offrir à leurs peuples de la stabilité, du progrès et de la liberté. Ils régentent tout : l’Islam qu’ils mettent à leur service et qui lui ôtent toute spiritualité, les caisses de l’état qu’ils consacrent à l’usage de leur propre famille composée de centaines ou de milliers de princes et cheikhs, des sociétés aseptisées sans perspectives; et il est fatiguant de faire l’inventaire des tares de ces régimes. Ce n’est pas alors une grande surprise si l’embrasement se généralise ! La pauvre Syrie sera vengée!




    1



    0
    le numide
    14 octobre 2017 - 9 h 54 min

    TRUMP ce n’est qu’un boute feu et un Samsar du Lobby israélien sioniste et ses stratèges et du Lobby arabe wahabiste et ses rois .. il va pousser à la guerre entre les arabes et les perses entre les chiistes et les wahabistes , pour que Israël soit la maitresse du Moyen Orient .. c’est sur les ordres de Netanyahoo que Trump agit .. Comme toujours l’Islamisme wahabiste va être activé sous le label Sunniste par la CIA et l’armée américaine et les finances arabes pour détruire l’Iran et mener une guerre d’extermination… Mais les perses ne vont pas se laisser faire , ni les chiistes arabes du Cham et d’Irak qui vont riposter pour défendre leur Survie ..l’Algerie bien sûr va être sollicitée par les rois arabes encore une fois et sous la pression de ses Mawalis et mercenaires arabo-islamistes, tapis dans l’ombre, pour aller participer à la boucherie qui se prépare au nom de thèmes racistes anti- perses et théologiques anti-chiisme .. Evidemment , le courant nationaliste algerianniste dans l’état et à sa base le mouvement national Berbère vont refuser cette implication dans cette guerre arabo-juive contre les iraniens et leurs soutiens au Moyen Orient (et qui va même se mondialiser avec l’entrée de la Russie dans la danse ) … une chose est sûre le Diplomatie algérienne va déclarer la neutralité du gouvernement algérien et l’armée nationale algérienne l’ANP , n’ira jamais défendre la guerre d’Israël et de l’Arabie contre l’Iran , le Liban , l’Irak , la Syrie ou la Russie … TRUMP comme BHL et Sarkozi , est un fouteur de guerre !!!




    8



    1
    Anonyme
    14 octobre 2017 - 7 h 26 min

    Une chappe de plomb est imposé au monde par le KKK




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.