Messahel à partir de Bamako : «Il faut une stratégie novatrice de lutte contre le terrorisme»

17 Octobre 1961
Abdelkader Messahel. New Press

Dans sa déclaration aux travaux de la Conférence, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a indiqué que cette Conférence, dont le thème central est la sécurité au Mali et dans le Sahel et ses répercussions sur l’Afrique de l’Ouest, a pour objectif fondamental l’évaluation globale de la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest et l’élaboration d’une nouvelle stratégie collective en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée dans la zone du Sahel. Il a réaffirmé l’engagement de l’Algérie à poursuivre la coopération multiforme avec le Mali pour l’accompagner dans ses efforts visant à accélérer sa sortie de la crise qu’il endure.

Messahel a ajouté que les objectifs liés à la recherche de nouveaux modes d’action, à l’affinement de la stratégie et à la mobilisation des instruments nouveaux et plus adéquats permettant davantage d’efficacité pour obtenir les résultats escomptés, doivent tenir compte de l’impératif d’une plus grande concertation et dialogue entre l’ensemble des acteurs dans la zone du Sahel, mais également la mutualisation de leurs efforts et moyens.

Abordant la question principale de la Conférence, à savoir la sécurité régionale, Messahel a partagé avec les participants l’expérience de l’Algérie en matière de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme. A cet égard, il a rappelé que les résultats hautement positifs enregistrés par l’Algérie dans cette lutte constituent le centre d’intérêt d’un grand nombre de pays avec lesquels elle entretient une coopération dense et mutuellement bénéfique.

Abdelkader Messahel a précisé que cet important document préconise sept axes fondamentaux autour desquels s’articulera la mission du Coordonnateur de la prévention de l’extrémisme violent et de la lutte contre le terrorisme en Afrique à savoir : le développement de l’architecture africaine de lutte contre le terrorisme ; le développement et l’enrichissement des normes africaines de lutte contre le terrorisme ; la vigilance par rapport aux combattants terroristes étrangers et leur retour ou mouvements à destination de l’Afrique (comme on l’a vu en Libye) ; le resserrement et le tarissement des multiples sources de financement du terrorisme ; la lutte contre la radicalisation et les politiques de déradicalisation ; la promotion des cadres politiques, institutionnels et judiciaires pour favoriser la démocratie, la bonne gouvernance ; les droits de l’Homme, la justice sociale, le développement socio-économique et l’Etat de droit en tant que facteurs contribuant effectivement à priver le terrorisme des terreaux qu’il exploite pour sa propagande et, enfin, l’intensification de la coopération bilatérale, régionale et internationale dans la lutte contre ce fléau.

Il a ajouté, par ailleurs, que les éléments définis dans le Mémorandum susmentionné sont constitutifs d’une stratégie novatrice pour une réponse collective à la menace terroriste, en soulignant qu’ils sont destinés à contribuer aux débats de la Conférence visant l’élaboration d’une «Plateforme collaborative» pour renforcer la lutte contre le terrorisme et les autres fléaux ravageurs que connaît cette région.

Messahel a indiqué, enfin, que l’Algérie, du fait de son appartenance à une région marquée par une grande turbulence, due notamment aux crises en évolution dans son voisinage immédiat, demeure consciente que, le règlement de la crise en Libye donnera de la visibilité à la stabilisation de toute la région et permettra d’appréhender efficacement la lutte contre le terrorisme et ses connexions en raison des liens avérés entre les groupes existant en Libye et leurs prolongements dans la sous-région.

R. N.

Comment (9)

    le numide
    15 octobre 2017 - 14 h 09 min

    Il n’ y a qu’une stratégie novatrice dans la lutte contre le terrorisme , elle est algérienne et elle a donné ses fruits :  » la terreur doit changer de camp  » …le reste c’est du bla bla




    1



    0
    water water
    15 octobre 2017 - 9 h 45 min

    Stratégie novatrice de lutte contre le terrorisme» , jusqu’à l’heure actuel personne n’a pu définir le terrorisme , y compris l’Onu et je vais vous dire pourquoi,
    il y a plus de quarante , quand un homme fait sauter un train de voyageur, les dictateurs le nomme séparatiste, révolutionnaire , combattant de la liberté et soudain on a changé de langage , terroriste, homme d’un autre temps.
    Le dictionnaire humain n’est pas crédible.




    0



    0
    Anonyme
    15 octobre 2017 - 6 h 55 min

    Il faut une strategie innovatrice uniquement africaine,avec paricipation uniquement de forces africaines contre la lutte contre le terrorisme et le trafic des drogues et organiser l immigration africaine vers les pays demandeurs en contre parti de creation de centres de formations professionnelles dans tous les metiers en Afrique.




    1



    1
    Anonyme
    15 octobre 2017 - 6 h 51 min

    Le Mali et le Niger sont les plaques tournantes des trafics de drogues ,de l immigration clandestine et du renfort
    des groupes terroristes et des armes venants de Lybie.L Union africaine doit s investir dans ces deux pays au lieu de laisser le terrain libre a l initiative pleine de doute aux groupes de « cooperants » militaires de certains pays Europeens ».L experience au proche orient de ces groupes de « Cooperants » a ete plus que desastreuse. Armement des kurdes irakiens et Syriens et cooperations et soutien a des groupes terroristes.




    2



    0
    Anonyme
    15 octobre 2017 - 5 h 44 min

    Le combat contre le terrorisme,l immigration clandestine et le trafic des drogues commence au Mali et au Niger,
    c est la que s organisent toutes les filieres avec l aide d experts infiltres dans les cooperants militaires etrangers sur place.




    1



    0
    Anonyme
    15 octobre 2017 - 0 h 48 min

    Messahel sur cette photo parait fatigué et tt ses voyages et réunions non stop ses derniers temps pr cet homme ; j espère qu il va bien et devrait préconiser le repos qd même ;je sais sa tache est importante et difficile et seul de grds diplomates comme lui et Lamamra peuvent les concrétiser face à des requins et prédateurs comme les grdes puissances. bonne continuation au service de l Algérie t de l Afrique.




    2



    0
    Le Patriote
    14 octobre 2017 - 19 h 04 min

    Le représentant de la France va leur faire un cours de géographie politique. Il leur expliquera comment et par quel « pur hasard » le terrorisme se soit vite développé dans cette région. C’était après que des « humanitaires » furent kidnappés alors qu’ils aidaient les populations locales en leur construisant des écoles et en leur installant des puits d’eau potable. Les méchants ravisseurs réclamèrent des rançons que la France, péremptoire » refusa de payer mais et comme par « pur hasard » ces terroristes se retrouvèrent avec des armements de plus en plus sophistiqués qu’on ne trouve pas dans les supérettes et qu’on ne peut utiliser qu’après une formation. Les populations « terrorisées » par ces hordes sauvages font appel, par le biais de leurs dirigeants à la protection de la France qui envoya (au début) des conseillers pour encadrer les troupes locales. Ces dernières ne pouvant rien ou peu contre ces terroristes, fuirent les combats, poussant les populations à fuir vers le nors et se retrouvèrent toutes en Algérie. Les opérations « Serval » et « Barkhane » durent depuis des années et les pays exsangues, vidés de leurs populations sont vidés en toute tranquillité de leurs ressources minières, l’uranium.
    Donc par des raccourcis et des silences que seule une puissance dominatrice peut prendre, le représentant de cette puissance n’ expliquera pas aux assistants comment des militaires américains, sensés être en Libye, se sont retrouvés nez à nez au nord du Niger avec ces terroristes qui en tuèrent 4 d’entre eux. Il ne leur expliquera pas non plus comment un avion « affrété par l’armée française pour l’opération Barkhane » localisée au Niger et au Mali se soit crashé « au large de la Côte d’Ivoire » c’est-dire à des milliers de kilomètres du « théatre des opérations ». Il ne leur donnera aucun détail sur les passagers de l’avion ni surtout sur ce qu’ils faisaient en Côte d’Ivoire et où ils partaient. Enfinil les empêchera de rire en dévoilant que parmi les passagers il y avait 4 Moldaves.




    6



    2
    TARZAN
    14 octobre 2017 - 18 h 42 min

    je vois que messahel a beaucoup maigri, j’espère qu’il va bien et dieu le protège de nos diables d’ennemis




    7



    4
    L'EPERVIER.
    14 octobre 2017 - 17 h 50 min

    lutte contre le terrorisme , Mr.MESSAHEL , voyez avec la france , c’est elle qui fait le beau et le mauvais temps , arretez de nous rabaches des sornettes vielles comme le temps. avec vos declarations vous tombez dans leurs jeux prejudiciables pour la region et surtout pour mon pays. prenez vos responsabilites meme en coupant court avec les relations qui vous unissent. pratiquez une une diplomatie radicale avec l’ancien colonisateur . ARRETEZ VOTRE DIPLOMATIE DE CHIFFE MOLLE ,avec la france , le maroc et tout le monde . bezef , lutte contre le terrorisme pour des noix , sinon foutez dehors cette france du mali , vous en avez la capacite et intervenez seul avec idrisse deby le tchadien , est ce que je me trompe ?




    4



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.