Les négociations interlibyennes à nouveau dans l’impasse

négociations
Signature de l’Accord libyen à Skhirat au Maroc le 17 décembre 2015. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Les représentants du Parlement libyen ont décidé unilatéralement de suspendre lundi soir leur participation aux négociations sur l’amendement de l’Accord interlibyen conclu au Maroc en décembre 2015, au motif que leurs alter ego du Conseil d’Etat refusaient d’aborder les questions litigieuses. Le président de la commission de dialogue au sein de la Chambre des représentants, Abdeslam Nassia, a également reproché, lors d’une conférence de presse animée le même jour à Tunis, où se déroulent, d’ailleurs, les discussions interlibyennes sous l’égide de l’ONU, à la délégation de Tripoli de tourner autour du pot et de mettre à chaque fois sur le tapis des questions sur lesquelles un consensus a déjà été trouvé. Bref, les autorités de Tripoli sont accusées de saborder les négociations interlibyennes ou à tout le moins de gagner du temps.

A ce propos, le président de la commission de dialogue au sein de la Chambre des représentants a fait savoir que les tractations resteront suspendues tant que les membres du Conseil d’Etat n’auront pas couché sur le papier leurs réponses aux propositions de la Chambre des représentants.

Un autre membre du comité du dialogue de la Chambre des représentants est allé même jusqu’à évoquer l’existence d’un profond différend entre les deux parties sur les modalités de candidature au Conseil présidentiel, les prérogatives du Haut Conseil d’Etat et la nouvelle formulation de l’article 8 de l’accord de Skhirat. Bref, rien n’a vraiment été fait.

Le comité de révision de l’accord de Skhirat est composé, rappelle-t-on, de seize membres. Huit sont issus du Conseil d’Etat et Huit autres viennent de la Chambre des représentants. Depuis le 26 septembre dernier, date de la reprise des négociations entre les frères-ennemis de Tripoli et de Tobrouk, le comité de révision de l’accord interlibyen se réunissait pour la huitième fois cette semaine. Selon une source proche de l’ONU, le chef de mission, Ghassan Salamé, a tenté en vain de convaincre la délégation de la Chambre des représentants de revenir à la table des discussions.

S. S.

Comment (2)

    Kilma
    17 octobre 2017 - 22 h 05 min

    Seul seif al islam est légitime…que justice soit faite pour le guide révolutionnaire assassiné.




    2



    0
    Moussa
    17 octobre 2017 - 20 h 31 min

    La Libye est parti pour une guerre de 100 ans .




    0



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.