Ouyahia aux entrepreneurs algériens : «Voilà ce que nous attendons de vous !»

Finances Ouyahia
Ahmed Ouyahia lors de la rencontre organisée par le FCE. New Press

Par Houneïda Acil Après avoir mis en avant les réalisations de l’Algérie en termes d’investissements publics et les avancées faites pour leur promotion, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a ouvert, aujourd’hui, les travaux de l’université du Forum des chefs d’entreprise, a fait savoir que l’Algérie a perdu 50% de son chiffre d’affaires suite à la chute brutale des cours de pétrole. «Même les entreprises ont ressenti l’impact de ce choc financier, à travers la baisse des investissements publics, ou le retard dans le paiement des entreprises ayant fourni des prestations à l’Etat et ses démembrements, ainsi que la baisse de la disponibilité du crédit bancaire au profit des projets d’investissements», a-t-il expliqué, tout en rassurant, toutefois, qu’une solution financière a été mise en place afin de surmonter la crise actuelle. «Une solution financière est désormais là avec le recours par le Trésor public à l’emprunt auprès de la Banque d’Algérie.»

Selon le Premier ministre, le dépassement de cette crise économique et financière nécessite des réformes que le gouvernement «mènera». Mais aussi «une participation active des travailleurs et des entrepreneurs aux côtés de l’Etat et du citoyen». Il a rappelé, en ce sens, l’appel du Président de la République lors du Conseil des ministres, en septembre dernier, aux partenaires économiques et sociaux pour une mobilisation générale des énergies et une création de nouvelles ressources, en complétant celles du pétrole. Lequel appel a, selon Ouyahia, reçu un «écho engagé» de la part de l’UGTA et des organisations patronales privées et publiques.

 

Les attentes du gouvernement

Parallèlement à la batterie de mesures qu’Ouyahia a énumérées devant les chefs d’entreprise, le Premier ministre a tenu à faire part des attentes du gouvernement par rapport aux contributions et initiatives des entreprises et organisations patronales.

Le Premier ministre a demandé aux entrepreneurs d’aider le gouvernement à «bien connaître la production nationale pour savoir avec exactitude les domaines dans lesquels elle couvre la demande locale» ; de travailler, en collaboration avec les administrations, notamment locales, à l’établissement d’une carte économique du pays, wilaya par wilaya afin d’identifier les opportunités d’investissements qui existent ainsi que les créneaux réellement saturés.

Il leur a demandé également de contribuer à la réalisation ou à la réhabilitation, ainsi qu’à la gestion des zones industrielles, que les pouvoirs publics sont prêts à mettre sous l’autorité des opérateurs qui y travaillent pour peu que ces derniers s’organisent à cette fin ; à investir dans le développement de chaînes de distribution locales de la production nationale, manufacturée mais aussi agricole. C’est par ces méthodes modernes que le marché sera mieux régulé et que le producteur, y compris l’agriculteur, pourra travailler avec de la visibilité dans ses débouchés ; à investir dans les différents créneaux de la chaîne d’exportation de la production nationale ; «nous devons avoir demain des entreprises de prospection des marchés extérieurs, de packaging, d’affrètement de transport de fret, et même des entreprises privées de transport aérien ou maritime de fret». Aussi, de participer à la formation de la main-d’œuvre qualifiée par l’octroi de stages aux élèves des centres publics de formation, mais aussi par la création d’écoles privées des métiers, selon les besoins des opérateurs et participer à la recherche/ développement en entreprise pour améliorer la qualité de leurs produits et de leurs prestations de sorte à aller à la conquête de marchés extérieurs.

H. A.

Comment (16)

    Expression
    19 octobre 2017 - 11 h 49 min

    Et bien que de beaux discours alors qu’il ya urgence,il faut pas aller loin nôtres pays n’a jamais eu de vrais dirigeants pour que le peuple prospère sans les hydrocarbures car ce n’ai que des incapable et des non patriotiques prendre des exemples si ou la n’a jamais fait de mal au contraire,un pays comme la Norvège qui a su diversifier son économie pour le bien de son peuple voilà un exemple à suivre mais chez nous non on veux pas on vole on corromp on détruit en somme on fait rien de normal …




    2



    0
    zaatar
    19 octobre 2017 - 8 h 16 min

    « le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a ouvert, les travaux de l’université du Forum des chefs d’entreprise, a fait savoir que l’Algérie a perdu 50% de son chiffre d’affaires suite à la chute brutale des cours de pétrole. » Voila une déclaration concordante que nos dirigeants ne savent rien faire d’autres que de lorgner sur le prix du baril. Ce dernier, on l’avoue en public maintenant, a toujours conditionné la santé du pays. Autrement dit on ne sait rien faire d’autres hormis attendre que le prix de l’or noir remonte. Pourquoi? parce que si on savait faire des réformes pour la diversification de notre économie, on l’aurait fait depuis belle lurette d’autant plus qu’on disposait d’un matelas de milliards de dollars conséquent amassé en un temps record. Comme nous ne l’avons pas fait, et que le pays actionne en ce moment la planche à billet pendant que nous rétrécissons nos réserves de change (il faut bien bouffer) cela démontre indéniablement soit nous avons à faire à des dirigeants incompétents, soit nous avons à faire à des dirigeants malhonnêtes, traîtres et égoïstes voleurs, soit c’est les deux en même temps. Il n y a que cette déduction possible et il n’en existe pas d’autres, autrement le pays se porterait beaucoup mieux voir au niveau de développement assez avancé par rapport à d’autres pays que nous envions.




    8



    2
    nonews
    19 octobre 2017 - 0 h 37 min

    Les Algeriens attendant de vous que vous prenez un ticket d’avion non retour. On ne peut plus vous entendre mentir en plein jour.




    10



    1
    Felfel Har
    18 octobre 2017 - 22 h 59 min

    Mr. O fait des rêves en couleurs et debout. Son programme est une litanie de voeux pieux, ses projets sont irréalisables, et le consensus qu’il pense avoir trouvé est factice. Le patronat privé n’a qu’un objectif, s’approprier la rente et transférer ses avoirs là où il sera difficile à l’Algérie de les récupérer. L’UGTA ne sera d’aucune utilité tant son SG est vomi par les travailleurs. A part ses 12 secrétaires nationaux, il ne représente personne. Les entreprises publiques ont été émasculées car leurs gestionnaires ne décident de rien, ils attendent les ordres d’en haut. Rien n’interdit de rêver! Toutefois, on ne gouverne pas un pays en se faisant des illusions. Michel Roccart avait averti que le volontarisme ne devait pas être un défi à la volonté. Un programme de gouvernement doit clairement indiquer qui fait quoi, quand et comment, avec des objectifs chiffrés et des délais impératifs. Mr. O fait de la prose et il se prend pour Mr. Jourdain, le fameux bourgeois gentilhomme de Molière.




    7



    2
      E=MC2
      19 octobre 2017 - 15 h 20 min

      Il n’a pas affaire à des « entrepreneurs » au sens propre du terme. Ce sont des rentiers qui ne prennent aucun risque. Dans le langage économique, tout profit sans risque, c’est de la rente. A l’inverse, si on prend des risques et que les profits ne sont pas au rendez-vous, c’est la faillite. Nos « hommes d’affaires » sont des assistés du systême. Au lieu de les courtiser, le gouvernement devrait leur intimer l’ordre d’exécuter chaque projet et leur faire comprendre que tout retard et surcoût sera à leur charge exclusive. C’est ça le business. On verra s’ils réussiront à amasser fortune et la placer ailleurs.




      23



      1
    Genseric
    18 octobre 2017 - 19 h 19 min

    Des voeux pieux . Le bonimenteur dans toute son action d’illusionniste !




    6



    3
    LE NUMIDE
    18 octobre 2017 - 19 h 05 min

    Ca prouve que Ouyahia ne sort pas de son bureau .. les entreprises monsieur Ouyhaia avec tes fonctionnaires sont passés à une autre stade de la fraude, du sabotage , du crime ,de la gabegie et de la corruption ET LA DESTRUCTION DU PAYS …. ils ne terminent même pas le projet , volent sur le métrage et l’achèvement et ne ramassent même pas les détritus et les ordures et laisse les dépotoirs des chantiers sans y revenir .. et vous voulez qu’on vous écoute qu’on vote pour les maires RND et les APC ET APW algériennes et vos maffias de l’administration? VA JOUER




    10



    3
    Cheikh kebab
    18 octobre 2017 - 18 h 32 min

    M Ouyahia,soit vous êtes incompetents soit vous êtes hypocrite et rusé ou les 2 à la fois: vous demandez aux entreprises de vous signaler les créneaux saturés et ceux couverts par la production locale!! C du culot!! Vos administrations n’ont pas c infos?? C grave. Ainsi quand vous favorisez un investissement dans un domaine largement couvert ,à des copains coquins,vous ne ke saviez pas?? Allez raconter ça à d’autres M Ouyzhia. Et puis vous faites appel aux sociétés civiles pour vous aider!! Pendant la bahbouha vous nous avez méprisés et même insultés!! Un de vos ministres » inalbouh limayhebnach! » L’autre assis avec vous  » inaldinyemethoum! »
    Assumez la faillite dûe à votre entêtement,au mépris de l’autre,faites votre mea culpa,changez de discours et ouvrez la voie aux débats avec vos contradicteurs si vous voulez sauver ce qui reste à sauver. Venez à la télé affronter les benbitour les boukrouh.. Dites nous ce qui se passe au port de bejaia…débattez sur l’opportunité du gaz de shit,du solaire…




    14



    3
    Enya
    18 octobre 2017 - 18 h 09 min

    Mais que lui prend -il a ce pseudo premier ministre , il est un peu en avance ….ce n’est pas maintenant en Octobre qu’on fait les Voeux de Bonne Année
    SVP quelqu’un peut-il lui offrir un calendrier ??




    9



    4
    Tempéte économique
    18 octobre 2017 - 17 h 47 min

    un entrepreneur est avant tout un homme d’affaires dont l’inéteret est la prospérité financiére de son entreprise : sauf que tout entrepreneur doté d’une raison , pensera tout naturellement (pour le bien être de son enfant , comprendre son entreprise ) à aller entreprendre là où il obtient beaucoup plus facilement des emprunts , là où il y’a beaucoup moins d’impots …etc etc : je me demande comment un tout petit pays désertique comme Dubai a réussi tout en ayant aucun impot à payer , et les banques offrent des services classiques en plus des services dits conformes à la charia !!!
    la Norvége ??? !!!! une réussite planétaire pourtant sans charia !!!!!
    le probléme n’est donc pas du tout dans la banque islamique ou pas : [ c’est dans l’éducation du citoyen ]




    6



    3
      Genseric
      18 octobre 2017 - 19 h 13 min

      Je dirais par l’éducation des gouvernants et des entrepreneurs …




      5



      3
    Mello.
    18 octobre 2017 - 17 h 28 min

    Et voila que le Premier Ministre d’un Etat , desengage cet Etat au profit des suceurs de la finance Algerienne. Il demande a ces gens de reguler le marche Algerien jusqu’a l’exportation. Pour Ouyahia , l’Etat regulateur est une fiction et tous les services operant dans le domaine doivent mettre la clef sous le paillasson. Il ( Ouyahia) ne comprend pas que la crise qui nous frappe vient en grande partie de ces predateurs qui siffonnent et le Dinars et la devise et maintenant, on leur fait fonctionner la planche a billets. Comment devient on chef d’entreprise en Algerie ?




    12



    3
    Anonyme
    18 octobre 2017 - 16 h 57 min

    Il faut alleger davantage les formalites de creation d entreprises et multiplier les zones industrielles parfaitement emmenagees,eau,electricite,gaz,routes,internet a haut debit,telephone,……etc.Les lots a octroyer doivent etre a un prix abordable,meme au prix de revient.




    10



    5
      Mello.
      18 octobre 2017 - 17 h 46 min

      Ceder des lots de terrains a prix abordables a ces vautours ? C’est de l’ineptie. Il faut exiger des projets porteurs de richesses, un recrutement massif , et des produits fabriquees selon des normes.




      9



      2
    Anonyme
    18 octobre 2017 - 16 h 35 min

    Ya Monsieur Ouyahya avec votre nouveau impôt y’ aura automatiquement moins d’investissements, sont les analyses d’un expert! entrainera entre autre aussi une dévaluation du dinar car les flux sur le marché sont moins jouter a tous cela la forte fuite des cpitux vers des paradis fiscaux, enfin Monsieur si voulez vraiment que les entrepreneurs créent des postes d’emplois et investissent il ne faut plus parler d’impôt, une exonération radicale.




    5



    4
      anonymous
      19 octobre 2017 - 15 h 10 min

      @Anonyme
      PENDANT que tu y es il faut aussi que l’état paye les ouvriers, vous n’êtes que des vautours, votre seul but c’est d’amasser l’argent




      2



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.