Ould-Abbès : «Bouteflika n’acceptera pas d’être le candidat de l’armée en 2019»

Présidentielle Ould-Abbès
Un autre président pour les Algériens en 2019 autre que Bouteflika, selon Ould-Abbès. New Press

Par Hani Abdi – S’exprimant lors de la réunion avec les secrétaires des mouhafadhas aujourd’hui à Alger, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès a vivement répondu à ceux qui appellent l’armée à destituer le président Bouteflika. «L’Armée nationale populaire respecte ses missions constitutionnelles et n’est nullement concernée par les dossiers politiques», a-t-il asséné avant d’enchaîner en précisant qu’il y a encore «la légitimité historique». Mais, a affirmé Djamel Ould-Abbès, «la légitimité militaire n’existe sous aucune forme».

Djamel Ould-Abbès a poursuivi en assurant que «Bouteflika n’acceptera pas d’être le candidat de l’armée en 2019». Une manière pour le chef du FLN de dire que le président Bouteflika n’a jamais été désigné par l’armée ni en 1999, ni en 2014, ni avant. Le premier responsable de l’ex-parti unique a encore une fois assuré que le FLN aura son candidat à la prochaine élection présidentielle. «Je ne sais pas qui, mais il y aura un candidat du FLN qui sera inchallah le prochain président de l’Algérie», a soutenu Djamel Ould-Abbès.

Une déclaration qui sonne comme une mise en garde à Ahmed Ouyahia qui serait intéressé par cette échéance électorale. D’ailleurs, le secrétaire général du FLN est revenu de nouveau sur les déclarations d’Ouyahia sur Chakib Khelil pour le critiquer encore. «Nous n’avons rien contre Chakib Khelil. C’est un homme libre et Ahmed Ouyahia doit assumer la responsabilité de ses déclarations», a martelé Ould-Abbès, comme s’il invite Ahmed Ouyahia à quitter son poste de Premier ministre.

Mercredi dernier, lors de la réunion du bureau politique, Ould-Abbès avait affirmé avoir «une totale confiance en la justice». «Si nous ne croyons pas à la justice de notre pays, il ne reste donc plus rien», a poursuivi Djamel Ould-Abbès en commentant les propos de son «partenaire politique» Ahmed Ouyahia qui a défendu le jour même sur les ondes de la Chaîne III Chakib Khelil et certains cadres de Sonatrach qui auraient subi des injustices.

En effet, en réponse à une question d’un auditeur sur la lutte contre la corruption, Ahmed Ouyahia a assuré qu’elle se fait au quotidien et que tout récemment le ministre de la Justice, Tayeb Louh, avait annoncé que des milliers d’affaires sont en cours d’instruction. Mais Ahmed Ouyahia estime qu’il faudra faire attention pour éviter de tomber dans des erreurs comme par le passé. Il cite ainsi volontairement l’affaire Sonatrach et le cas de Chakib Khelil. «Ce que Sonatrach a vécu, je l’ai dit, et je le redirai jusqu’au jour où je fermerai les yeux, beaucoup d’injustices ont été commises», déclare-t-il, considérant aussi que «beaucoup d’injustices ont été commises contre Chakib Khelil». Ahmed Ouyahia a estimé que «quand on crée des situations réelles ou surfaites, parfois même inventées, ce n’est certainement pas bon pour l’Algérie».

H. A.

Comment (20)

    lhadi
    29 octobre 2017 - 9 h 18 min

    La force de la baïonnette a imposé ce dictateur qui insère son histoire cousue de lâcheté et de trahisons. Sourd aux injonctions de la loi fondamentale de la république, il sera sans aucun doute chassé par la volonté du peuple.

    Chers compatriotes,
    Ne vous laissez pas bercer par les gesticulations des mercenaires de la parole : ces thaumaturges qui considèrent l’Algérie adamantine comme leur latifundium. N’écoutez pas les mensonges éhontés des gardiens de la république des copains et des coquins.
    Fraternellement lhadi




    3



    0
    Anonyme
    29 octobre 2017 - 0 h 06 min

    Au drabki danseur du ventre on disait ce qui allait se produire et il répétait ce qu’on lui disait. Bravo au drabki il a détrôné madame soleil.
    Au remplaçant du drabki on dit l’exact contraire de ce qui va se produire et il répéte ce qu’on lui dit, alors qu’il ferait mieux à son âge ( plus de 84 ans) de raconter « avava ynouva » à ses arrière-petits enfants pour les aider à dormir.




    2



    0
    Gatt M'digouti
    28 octobre 2017 - 20 h 13 min

    Ah ! Parce que l’armee a un candidat? Je croyais l’armee apolitique !!!
    Ya ould abbes rak ettarech bark!




    6



    1
    Anonyme
    28 octobre 2017 - 19 h 44 min

    Ces mecs la une seule chose les intéresse le pouvoir, rien que le pouvoir, encore le pouvoir, toujours le pouvoir. Le pays et le peuple sont le cadet de leur souci.




    7



    1
    Anonyme
    28 octobre 2017 - 15 h 58 min

    «Ce que Sonatrach a vécu, je l’ai dit, et je le redirai jusqu’au jour où je fermerai les yeux, beaucoup d’injustices ont été commises», déclare-t-il (Ouyahia), considérant aussi que «beaucoup d’injustices ont été commises contre Chakib Khelil».
    Evidemment khouya Ahmed, beaucoup d’injustices ont été commises contre le  » meilleur ministre et le plus compétent que l’Algérie a eu depuis son indépendance  » , comme disait notre drabki national installé à Neuilly à côté de Sarkozy et de la jet-set mondiale.
    Ces terribles injustices ont été commises par le parquet de Milan, les câbles de wikileaks, les panama papers et les journalistes d’investigations Algériens, Canadiens et autres contre ce grand patriote installé aux USA dont la progéniture arrive péniblement à joindre les deux bouts.
    Tu as raison khouya Ahmed tout ce beau monde jaloux et aigri a comploté contre lui.




    11



    1
    un algérien
    28 octobre 2017 - 14 h 53 min

    Je croyais que Le Général Toufik était pour quelque chose dans l’élection de Bouteflika , à moins que Toufik n’était pas un militaire en 1999.




    8



    1
    Rayes Al Bahriya
    28 octobre 2017 - 11 h 58 min

    Donc il a toujours été candidat de l’armée. Et donc l’armée qui veut imposer bouteflika en 2019….
    Ould Abbas est l’agent double…. au service du Makhzen. Il n’a pas soufflé un mot quant aux réactions du Makhnez à la polémique sur l’état du kif …




    7



    0
    Khelfane
    28 octobre 2017 - 11 h 11 min

    voilà une affirmation bien prétentieuse et vicieuse

    En réalité c’un Titre inverse et un scénario différend qu’il faut envisager.

    N’edt Ce pas?

    « L’armée N’acceptera sans doute pas de «  sponsoriser » l’Eventuelle candidature de 🤢🤢

    À une autre « saga présidentielle « 




    8



    0
      water water
      28 octobre 2017 - 11 h 33 min

      Tu a peut etre raison , je n y vais pas pensé.




      5



      0
    water water
    28 octobre 2017 - 11 h 03 min

    Ould-Abbès , cause toujours tu m’intéresse.
    Bouteflika est mort politiquement et personne sur la planète ne peut dire le contraire.
    Les hommes partent un jour ou l’autre, leur pensée reste longtemps , et c’est pour cela qu’il faut destituer la pensée Bouteflika.
    Cette pensée reste un cauchemar et en utilisant par le passé le cheval de troie (1000 milliard de dollars) , on en a fait un rêve , rêver de l’enfer , cette pensée a fait du bled une porte qui n’est ouverte que sur elle même , une prison à ciel ouvert.




    9



    0
    chibl
    28 octobre 2017 - 10 h 35 min

    Ould Abbas ce grand résistant,moudjahid, le martyr vivant ou plutôt le FOSSILE VIVANT passe son temps a mentir et a désorienter le peuple avec ses déclarations a deux balles.
    Monsieur le menteur professionnel nous savons que vous ne savez rien, Bouteflika ne vous reçoit pas, vous inventez des choses car vous ne savez rien.
    l’ANP ne vous connait pas et ne vous parle pas aussi, la seule personne qui vous connait c’est bien l’ambassadeur de France, vous n’êtes pas un martyr vivant mais bien un HARKI.




    14



    0
    Abou Stroff
    28 octobre 2017 - 10 h 08 min

    «Bouteflika n’acceptera pas d’être le candidat de l’armée en 2019» dixit le docteur ould abbes.
    pourtant, si mes souvenirs sont bons (et je confirme qu’ils le sont), bouteflika fut, en 1999 (en 2004, en 2009 et en 2014), le candidat de l’armée puisqu’il est revenu, de son exil doré, sur un char piloté entre autres par belkheir et compagnie et s’est représenté en 2004, en 2009 et en 2014 avec l’appui inconditionnel de l’armée.
    d’ailleurs, il faut être un imbécile confirmé pour croire, un seul instant, qu’un gus pourrait devenir président de l’algérie (pays arriéré se reproduisant grâce à la distribution de la rente et où n’existe ni citoyen et encore moins de société civile et donc aucun parti digne de ce nom) s’il n’a pas l’appui total de l’armée.
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune, à part que dans une société composée essentiellement de tubes digestifs ambulants, celui ou ceux qui contrôlent le robinet de la rente contrôlent et l’algérie et les algériens




    13



    2
      Anonyme
      28 octobre 2017 - 15 h 36 min

      Tout à fait vrai.




      6



      0
    Anonyme
    28 octobre 2017 - 9 h 29 min

    il vit dans quel siècle lui? 1423 je ne sais pas qu’est ce qu’il raconte mais est il conscient? darbate rabi saiba! fais gaffe!




    7



    0
    Rascasse
    28 octobre 2017 - 6 h 42 min

    Ces v…surfent sur la naïveté et la crédulité des pauvres citoyens, de ces déclarations et de ce faux débat faut retenir deux choses ; le contraire de ce qu’ils disent, et le détournement des consciences, un voleur protégera un voleur et un voleur dans le royaume des immatures …se donnera toujours raison de son ignoble comportement




    6



    0
    Anonyme 21:27
    27 octobre 2017 - 21 h 27 min

    Ils ne savent plus ce qu’il faut dire. La légère embellie du prix du pétrole, les fait tellement saliver qu’ils en perdent la tête et dévoilent des troubles du langage et du vocabulaire. D’habitude, Ould Abbas ne l’ouvre que pour soutenir et déclarer que Boutef est l’unique et l’éternel candidat du FLN, ostentatoirement soutenu justement par l’ANP du temps de Saadani. C’est peut-être Alzheimer qui frappe à la porte.




    16



    1
    Anonyme
    27 octobre 2017 - 21 h 03 min

    @Didouche
    …une grande perte pour notre pays après celle du putch de 1962.

    BOUMEDIENE fut un homme sincère et intègre
    Y A PAS PHOTO




    10



    5
    Zaatar
    27 octobre 2017 - 18 h 47 min

    Ould Abbes nous confirme indirectement par ses propos que tous les précédents présidents qu’a connu l’Algérie ont été des candidats de l’Armée. Ce qui n’étonne personne bien sur. Reste à savoir qui sera le candidat de l’armée en 2019 si ce n’est pas Bouteflika (entendre abdelaziz car Said pourrait l’être).




    11



    2
    Anonyme
    27 octobre 2017 - 17 h 56 min

    aucun programme moderniste, aucune planification rigoureuse, aucune vision a long terme ,le F L N et le RND en panne d imagination attendent et prient pour que le prix du baril de pétrole augmente ! soyez réalistes pour une fois et partez ; l Algérie a des compétences , des génies ,des gens intègres qui peuvent donner un nouveau souffle au pays !




    20



    1
    Didouche
    27 octobre 2017 - 17 h 43 min

    Durant la courte période du président Boudiaf que dieu ait son âme, tous ces parasites qui gravitent autour du pouvoir clientéliste se sont mis au congélateur.car l’homme est allergique à l’opportunisme et à l hypocrisie qui ont conduit à la situation d aujourd’hui.une grande perte pour notre pays après celle du putch de 1962.




    16



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.