Taleb à Belaïd Abdeslam : «Vous jugez mon père par ignorance !»

El-Ibrahimi
Ahmed Taleb-Ibrahimi. New Press

Par Hani Abdi – Ahmed Taleb El-Ibrahimi a répondu à l’ancien Premier ministre Belaïd Abdeslam qui a publié un livre sur son père, le président des oulémas, cheikh Bachir El-Ibrahimi, et sur lui-même. Un livre intitulé Chroniques et réflexions inédites que Taleb El-Ibrahimi qualifie de «libellé», dans une longue contribution publiée par Le Soir d’Algérie.  «Juger un homme sans avoir lu un seul texte de lui est une aberration. A moins de considérer – à l’instar de certains historiens français – qu’un document écrit en arabe n’est pas un document. Ce qui est une autre aberration», lance le fils de cheikh Bachir El-Ibrahimi à l’ancien Premier ministre.

Ahmed Taleb El-Ibrahimi affirme dans son long texte avoir beaucoup hésité à répondre à Belaïd Abdeslam, qui n’est pas à sa première attaque contre lui. Il rappelle ainsi qu’en 1989, «alors que d’anciens responsables du FLN se concertaient périodiquement en vue d’adopter une position commune face à la crise politique née des événements d’octobre 1988 et prévenir le risque d’une guerre civile, Belaïd Abdeslam, ‘ancien’ lui aussi, publiait un pamphlet où il me prenait à partie avec une rare agressivité». Le descendant de cheikh Bachir El-Ibrahimi se demande si Belaïd Abdeslam le faisait par simple animosité personnelle ou pour complaire aux «décideurs» de l’époque qui redoutaient sa candidature éventuelle à la présidence de la République.

«Aujourd’hui, Abdeslam revient à la charge par la publication d’un libelle qu’il dédie, pour l’essentiel, à une attaque en coupe réglée contre le président des oulémas, mon père, et contre ma propre personne», enchaîne Ahmed Taleb El-Ibrahimi, qui s’interroge sur les raisons de cet acharnement «alors que j’ai déclaré publiquement, il y a une dizaine d’années, que je quittais la scène politique active et Dieu sait que je ne suis pas l’homme des palinodies».

Ahmed Taleb El-Ibrahimi estime que l’occasion lui a été offerte «de rétablir la vérité sur certains faits historiques concernant Bachir El-Ibrahimi». «Le jour de sa mort, le 20 mai 1965, c’est peut-être Houari Boumediène qui a le mieux résumé la vie et l’œuvre de l’homme en déclarant : ‘La disparition de Bachir El-Ibrahimi est une perte non seulement pour la famille qui a perdu un être cher, mais aussi pour l’Algérie qui a perdu un éminent érudit et un grand combattant, enfin pour le monde arabe et musulman qui a perdu un homme qui a œuvré toute sa vie pour la gloire de son pays, de l’Islam et de la langue arabe.’ » Et d’affirmer dans ce sillage que «Bachir El-Ibrahimi appartient donc au peuple algérien».

Ahmed Taleb El-Ibrahim s’est ainsi étalé sur la vie et le parcours de son père, de sa naissance en 1889 à Sétif jusqu’à son décès en 1965 dans la même wilaya.

Dans son livre-pamphlet, Belaïd Abdeslam critique vertement presque tout le monde, y compris les oulémas : «Les oulémas (à l’exception de cheikh Larbi Tébessi et dans une certaine mesure Ben Badis) ont fait dans la forfaiture et je continuerai de le dire.»

H. A.

Comment (42)

    Abdelrahmane
    13 novembre 2017 - 10 h 09 min

    @ loucif : 1/ pour vos reproches à ibn badis et sur la création du comité de libération du Maghreb ARABE au caire en 1948 (et la non-mention de la dimension berbère), çà s’passe pas comme çà, monsieur. pas comme vous le pensez, pas comme vous l’exigez et souhaitez. On vient pas dire au public « on va au caire pour créer un comité de libération de l’Afrique du nord, on vous consulte, quelles sont vos suggestions, envoyez-les par poste ». Non, monsieur, originellement, initialement, on observe, on tâte, on pèse et analyse les forces et les tendances, les variances et variétés (sociales ou sociétales) lourdes et dominantes, les centres d’intérêts et de gravité, les pesanteurs et constantes, les aspirations et les préoccupations, les humeurs et attentes (lourdes et DOMINANTES) des masses et populations qu’on cible, et même le contexte local, régional et international. de là on lance une entité politique sensée refléter et répondre à ces qualités et caractéristiques. Une tendance et réponse aux attentes nait et apparait. Et quiconque s’y identifie et s’y retrouve y adhère ou sympathise. celui qui ne s’y retrouve pas s’en distancie, cherche où se mettre ou mettre sa voix, sans demander des comptes ou faire des procès de foi aux autres obédiences.
    2/ il faut reconnaitre que l’AUA et le ppa-mtld ont porté le mieux et le plus fidèlement les tendances et aspirations de la population autochtone algérienne, arabes et berberes (en exceptant les européens et les juifs, les communistes et les athées), d’où le succès et l’enracinement de ces deux formations politiques. l’aua, aussi bien auprès de ses sympathisants et adhérents qu’auprès de ses dirigeants comportait aussi bien des arabes, des chaouis, des kabyles et des mozabites. comme il faut reconnaitre que la dimensions berbère présentait un profil bas et ne se manifestait que que dans certains cercles limités numériquement et géographiquement. et dans ces cercles elles se caractérisait par son discours arabophobe et islamophobe, niant même la présence et l’existence de la dimension arabe en Algérie et tenait un discours haineux et fractionnel. c’est ce qui la mis en quarantaine et l’isolait dans un cordon sanitaire auprès des berberes eux-mêmes (lire à ce propos le témoignage de benyoucef benkhedda dans le blog de sa fondation sur internet)
    3/ pour ta boutade « koun sba3 », chez nous les arabes algériens on dit « kounek sba3 w koulni » pour dire à quelqu’un avec qui on est en discussion, dispute (verbale) ou débat de se mettre à la hauteur loyalement et honnêtement, et gagner la partie (mabrouk 3lih w bsa7tou), c’est à dire présenter les arguments et les preuves de ce qu’il avance. Ta boutade, de l’ironie ou du sérieux ? A moi de te répliquer « kounek sba3 w koulni ».




    3



    0
    Abdelrahmane
    10 novembre 2017 - 22 h 06 min

    @ loucif puisque tu t’adresses à moi respectueusement et poliment, je me dois de te rendre la réciproque, sans pourtant renoncer à mes convictions et opinions que je défends avec arguments et faits. Mon opinion, je l’expose librement, sans concession, sans ménagement, sans haine et sans renoncement.
    1/ la citation que tu fais d’ibn badis est invraisemblable, je pense que c’est un fake. les berberistes nous ont habitué à leurs canulars et inventions et ce n’est pas de bonne guerre. ibn badis ne peut pas avoir dit cela, lui qui a combattu l’assimilation et la fusion dans la france, il a certes revendiqué l’égalité et la citoyenneté et même l’autonomie dans le contexte de l’époque où le mot « indépendance » aurait valu (à son auteur) la dissolution de l’association et la déportation de ses leaders. celui qui a dit ce que j’ai rapporté dans ma citation d’ibn badis, ne peut pas avoir dit quelques années après, ce que tu a rapporté, c’est impossible, sinon ce serait un dédoublement de la personnalité. Nul ne peut nier que les idées et les principes (tels que vous les connaissez et dénoncez) défendus par ibn badis et l’association des ulémas algériens ont été l’essence et le ciment qui ont servi dans le déclenchement et la mobilisation du peuple algériens (arabes et berbères) autour de la révolution de novembre 1954, la déclaration du 1° Novembre les reprend EXPLICITEMENT, même si ce n’est pas l’association qui l’a déclenchée.
    2/ la dimension arabe musulmane de l’Algérie et du peuple algérien a été omniprésente, saillante, prévalente et dominante dans toute la rhétorique, dans tout le discours de mobilisation et de ralliement du mouvement de revendication de l’indépendance (à part quelques rares exceptions). l’islam et la langue arabe ont été les moteurs, les dénominateurs communs au centre des préoccupations et des facteurs de mobilisation pour la révolution. vous n’allez tout de même pas reprocher à l’hymne national et les chants patriotiques (anachids) de la révolution d’être en Arabe ? vous n’allez pas nier la symbolique de l’appellation moudjahidine, chahid, moussebel, fidaï, le cri de ralliement « Allah akbar ». par contre, sans dénigrement et sans stigmatisation, il faut reconnaitre que la dimension berbere a présenté un profil bas et ce n’es pas la faute à ibn badis, ni à laua, ni aux arabes. les berberistes ont même combattu le fln, donc la révolution et comme preuve consultez la lettre de abane ramdane après le congres de la soummam où il demande au fln de france de LIQUIDER en priorité les berberistes (rendus responsables d’assassinats de cadres du fln en france). ce n’est qu’après l’indépendance que cette dimension a commencé à se manifester.




    5



    6
      LOUCIF
      11 novembre 2017 - 22 h 23 min

      @Abdelrahmane , je n’ai jamais dit que l’auteur de la citation que j’ai faite sur les Kabyles était de Ibn Badis. Relis bien. Par contre j’ai parlé de la délégation des Oulémas qui est allée au Caire en 1948 pour déclarer la création du Comité de Libération du Maghreb Arabe. J’ai donc dit pourquoi pas « Libération du Maghreb Berbère ». Les Ouléma de l’époque ont bien écrit (bel et bel et textuellement) dans leur journal de cette époque là ce que j’ai dit à propos de ce qu’ils pensent des Kabyles ! Ce sont les archives qui parlent, pas moi. Maintenant quand tu dis « les berbéristes nous ont habitué à leurs canulars et inventions » , moi je te réponds simplement : « koune s’baah » , soit Lion , Ok mon frère !




      2



      4
    LOUCIF
    10 novembre 2017 - 11 h 26 min

    D’un point de vue de l’histoire du mouvement national, il faut apprendre aux algériens que ce sont les Ouléma (une des tendances du mouvement) qui ont créé en Égypte en janvier 1948, sans qu’ils soient mandatés par quiconque, ce qu’on appelle le « Comité de Libération du Maghreb Arabe » (donc d’obédience « arabe » exclusivement). Au lieu de parler tout simplement de « Comité de Libération de l’Algérie », ils parlent d’emblée de libération d’un Maghreb arabe et les arrières pensées sont claires : intégration à la Oumma où l’arabe et l’islam est la seule et exclusive identité. C’est à partir de là que l’Algérie fera partie désormais de ce moule politique et idéologique. D’autres personnalités du mouvement national auraient pu, eux aussi, parlé de création d’un « Comité de Libération de l’Algérie Berbère ou amazigh » , et pourquoi pas ???!!! Bref !

    On sait aussi qu’après cette création du Comité de Libération du Maghreb Arabe, les Oulémas et les milieux arabo-islamiques du mouvement national ont lancé, après la crise berbère de 1949, des offensives contre les kabyles et ont même demandé la suppression de la chaîne Kabyle de Radio Alger de l’époque. Les Oulémas ont même déclaré « que les kabyles ne seraient des Algériens à part entière que lorsqu’il auront cessé de chuchoter ce jargon (le kabyle) qui nous écorche les oreilles « ! C’est une citation authentique qui existe dans leur propre journal édité en Égypte à cette époque là!

    Ainsi donc, unilatéralement et sans consulter personne, la frange arabo-islamique du mouvement national, dont les Oulémas, ont décidé que l’Algérie est un pays exclusivement arabe car, d’après eux, notre pays ne doit son existence qu’à l’islam et que l’Algérie doit ainsi être assimilée aux peuples arabes des Monarchies du Golfe Persique et de L’Égypte !

    Aussi, il est de notre devoir à tous de réapprendre à nos enfants que l’Algérie, NOTRE PAYS A TOUS, n’existe pas seulement depuis le 7ème siècle ou qu’avant ce n’était que le néant, le trou noir. L’histoire de NOTRE pays plonge plus loin dans l’histoire de l’humanité. Salut et bon courage à tous les algériens !




    11



    5
    LOUCIF
    10 novembre 2017 - 11 h 18 min

    Cher compatriote @Abdelrahmane , il ne faut pas être sélectif et ne relever que des déclarations d’une figure des Oulémas faîtes à un moment donné de sa vie et en un lieu donné face à des fidèles réunis autour de lui ! Fais toutes les gymnastiques intellectuelles que tu veux mais l’attitude mais la position des Oulémas vis à vis du déclenchement de la guerre de libération nationale n’est pas très glorieuse pour et pour les Oulémas en général et leurs chefs en particulier ! Voilà , c’est tout ce qu’il faut dire ! Pour le reste « no problème » puisque il est connu que ce sont les Ouléma qui étaient les plus actifs pour mettre d’emblée, d’office et sans débats l’Algérie, pays méditerranée par excellence , dans le giron idéologique des monarchies arabes du Golfe persique et de l’Égypte ! Mes respects.




    10



    5
    Abdelrahmane
    9 novembre 2017 - 21 h 35 min

    @ Abdelrahmane 9/11/2017 à 16:22. Et qu’est-ce-que tu dis, alors, de cette déclaration en 1925 de said boulifa, mentor et pionnier du berberisme :
    « la vieille france, maîtresse de l’Afrique du nord, réservoir d’énergie et d’intelligence, peut dans cet avenir éventuel jouer le beau rôle. le berbère soutenu guidé par elle, suivant l’esprit traditionnel, et de sa race, pourra porter haut et loin le drapeau du progrès et de la civilisation et ce, pour l’honneur de la france, comme pour la gloire de l’humanité, qui ne veut pas que les génies des vielles et belles races s’anémient et disparaissent. la berbérie, devenue la grande république fédérative, saura par sa sève débordante, par son activité et son intelligence, régénérer et garder en son sein le souvenir du génie libérateur de la tutrice bénie. le berbère aujourd’hui, quoique peu ou mal connu, est aussi jeune, aussi vigoureux et actif qu’au temps des massinissa ou juba, peut faire pour le génie de la france, sa mère adoptive, ce que ses aînées (massinissa et juba) ont fait pour la civilisation carthaginoise, romaine et arabe, c’est-à-dire faire de la civilisation française le flambeau de la lumière, le foyer de justice et de vérité dans les futurs états libres et indépendants civilisés et affranchis de l’avenir « .




    3



    8
    Yacine
    9 novembre 2017 - 15 h 51 min

    Taleb Ibrahimi fait l’éloge de son père qui a préparé le lit de l’intégrisme islamiste , aidé en cela au départ par les frères musulmans d’Egypte , récupéré et instrumentalisé par le wahabisme radical de l’Arabie Saoudite , et qui a failli transformé l’Algérie en Afghanistan !




    10



    5
      Hamid
      13 novembre 2017 - 13 h 05 min

      Vous avez tout dit cher ami et je peux même dire qu’on arrive tout doucement mais surement a transformer notre pays comme celui que vous citez malheureusement.




      2



      1
    Yacine
    9 novembre 2017 - 15 h 41 min

    J’ai du mal à réaliser que cet adepte de l’islamo-baâthisme qui prône la seule langue arabe comme langue d’Algérie , et la seule religion musulmane comme religion obligatoire de la société algérienne , a des origines amazighes ! Comme quoi , on ne peut pas trouver meilleur fossoyeur de notre culture et identité que ceux qui sont de notre sang et notre culture , retournés par l’étranger !




    6



    5
    Chaoui
    9 novembre 2017 - 15 h 30 min

    Notre Histoire doit être REECRITE. Jusqu’ici, elle a été souvent masquée, camouflée, défigurée, mutilée. Par l’ignorance et l’intérêt Oh combien mesquin…
    Notre pays, pays des hommes libres prostré par des siècles d’oppression, a vu figer son image dans le rictus de la misère, de la barbarie, de l’irresponsabilité et du chaos. Et cette image a été projetée, extrapolée à l’infini en amont du temps, justifiant par là-même le présent et l’avenir.
    En est devenu arabe tout simplement après une oppression que même l’Histoire refuse de raconter.
    …et cette situation est due à Bachir et consorts…et que certains n’ont pas honte de les défendre…il n’y a que la vérité qui triomphe




    7



    6
    Abdelrahmane
    9 novembre 2017 - 14 h 14 min

    Voilà ce que disait ibn badis en 1931 dans un discours devant le congrès des étudiants nord-africains, à tlemcen :
    « j’ai foi en Allah comme divinité, dans l’Islam comme religion, dans le Coran comme imam, dans la Qaâba comme mausolée, dans notre seigneur Mohammed – bénédiction et salut d’Allah sur lui- comme Prophète et dans l’Afrique du nord comme patrie une et indivisible. Je jure sur l’unicité de Dieu que j’ai foi dans l’unicité de l’Afrique du nord pour laquelle j’agirai tant qu’il y aura en moi un cœur qui bat, un sang qui coule et un souffle chevillé au corps. l’Islam est notre religion, l’Afrique du nord notre patrie et l’Arabe notre langue. je ne suis ni musulman, ni croyant, ni arabe si je ne sacrifie pas mon être, mes biens et mon sang pour libérer ma chère patrie des chaînes de l’esclavage et la sortir des ténèbres de l’ignorance et de la misère vers la lumière du savoir, de la prospérité et d’une vie heureuse. tout musulman en Afrique du nord, croyant en l’unicité de celle-ci, croyant en Dieu et en son prophète est mon frère et partage mon âme. je ne fais aucune distinction entre un tunisien, un algérien, un marocain; ni entre un malékite, un hanéfite, un chaféite, un ibadite et un hanbalite: ni entre un arabe et un kabyle, un citadin et un villageois, un sédentaire et un nomade. tous sont mes frères, je les respecte et les défend tant qu’ils œuvrent pour la cause de Dieu et de la patrie. si je contreviens à ce principe, je me considérerai comme le plus grand traître à sa religion et à sa patrie. ma patrie est l’afrique du nord, patrie glorieuse qui a une identité sacrée, une histoire somptueuse, une langue généreuse, une noble nationalité, arabe. je considère comme exclu de l’unité de ma patrie et exclu de la communauté des musulmans quiconque serait tenté de renier cette nationalité et de rejeter cette identité. il n’aura qu’à rejoindre la nationalité des autres, en apatride qu’on recueille. il encourra la colère de Dieu et celle du peuple. notre patrie est l‘Afrique du nord, patrie indissociable de l‘orient arabe dont nous partageons les joies et les peines, les ardeurs et la quiétude. nous unissent à lui, pour l’éternité, les liens de la langue, de l’Arabisme et de l’Islam. ».
    Où est-ce-qu’il est assimilationniste ? Où est ce qu’il prête allégeance à la france? pures divagations!!




    9



    11
      Abdelrahmane
      9 novembre 2017 - 16 h 22 min

      benbadis est un Déclaration du Cheikh Ben Déclaration de ben badis : «Croyez-vous que la nation algérienne qui a une histoire algérienne passe un siècle entier dans le giron de la France civilisée sans renaître aux côtés de la France, sous sa bienveillante protection, la main dans la main, telle une fille charmante et pleine de vitalité, possédant tout ce que peut avoir une fille de race élevée par une mère pareille.» (Al Bassaïr du 27/12/1935). Il ajoute plus loin «Ceci afin que le Musulman algérien soit aux côtés de ses autres frères, les fils de la France, sur le même et vrai pied d’égalité. Celle-ci aura pour conséquence la véritable union que nous recherchons.»




      4



      11
      Anonyme
      9 novembre 2017 - 16 h 30 min

      L’assimilation est dans la volonté outranciere de négation de la berbèrité. Il parle de peuple algérien assimilable à l’arabité. C’est à dire le berbére n’a pas d’existence propre mais – une sous espece qui peut etre englobée dans l’arabité- en fonction de ce que la vision islamiste deterministe depuis la Oumma et nie la particularité. Or, les turcs qui ont gouverné longtemps les vrais arabes et partagent les frontieres avec les pays arabes ne se sont pas vu dans l’obligation de s’assumer comme une sous espece d’arabes. Cette négation a été suivie par boumediene qui a continué à vouloir arabiser les recalcitrants kabyles en elevant un partheid culturel economique , que l’on retrouve encore aujourd’hui.




      7



      5
      Anonyme
      9 novembre 2017 - 19 h 34 min

      «Ceci afin que le Musulman algérien soit aux côtés de ses autres frères, les fils de la France, sur le même et vrai pied d’égalité. Celle-ci aura pour conséquence la véritable union que nous recherchons.» Toutes ses déclarations de fidélité à la France vont se matérialiser par une Charte revendicative du Congrès musulman, coalition regroupant la Fédération des Elus de Constantine, l’Association des Oulémas, le Parti communiste algérien (PCA) et d’autres associations de la société civile, une Charte qui va revendiquer le «rattachement pur et simple à la France» (article 2) et qui sera présentée le 24/07/1936 au gouvernement français.




      1



      3
    Brahim
    9 novembre 2017 - 11 h 21 min

    Taleb Ibrahimi a bien sûr le droit de se défendre et de répondre aux attaques de Belaid Abdeslam concernant le comportement hasardeux et soupçonneux des Oulémas durant l’histoire du mouvement national et de la guerre de libération nationale. Cependant l’histoire avec un grand H ne peut jamais être cachée ou trahie. Elle est là, et les faits et les preuves existent !

    Pour élargir le débat, dans cette contribution de cet islamiste, il dit en quelque sorte que son père a mis …. ses tripes et son âme … pour inculquer aux Algériens les fondements de leur identité arabe et musulmane. On relève ici qu’il n’y a point d’évocation chez lui, bien sûr, de l’identité amazigh ou berbère. Jamais rien ne sortira dans ce sens de la bouche ou de la plume de cet élément des arcanes du pouvoir et qui est un des principaux acteurs politiques de la déroute et du marasme de l’école algérienne qui a perdu son âme républicaine, culturelle, citoyenne et éducative.

    Question à deux balles : pourquoi il est permis en toute liberté à des arabo-islamistes algériens d’inculquer une identité exclusive arabe et islamique aux algériens, alors qu’on voue aux gémonies, qu’on est prêt à accabler, à emprisonner et qu’on veut faire taire un Ferhat Mehenni ou un Said Saidi ou un Ait Hamouda quand il s’agit d’inculquer ou de réhabiliter l’identité berbère et amazigh au peuple algérien ???? Je me pose la question de savoir pourquoi quand on parle exclusivement d’identité arabe et musulmane, on est des patriotes et on applaudit à tout rompre mais dès qu’un berbère (surtout un kabyle) défend ou combat pour son identité, il est targué de « harki », de hizb frança ou de pro-israélien ! Pourquoi ya bou guelb ??? !!!! Voilà comment et pourquoi le MAK et Ferhat Mehenni ont le vent …en poupe, comme on dit.

    Quelques remarques importantes : Je ne suis pas contre le fait que l’identité algérienne soit arabo et musulmane. Je ne suis pas pour l’indépendance ou la scission de la Kabylie du reste de notre pays, que les choses soient claires là-dessus ! Mais connaissant le pouvoir totalitaire algérien et son idéologie sectaire, sachant qu’il ne veut rien lâcher pour construire ensemble la démocratie, je suis politiquement pour un fédéralisme à l’Algérienne. En tout cas, je suis contre la dictature identitaire arabo-musulmane exclusive que prônent certains comme ce Taleb Ibrahimi. Je suis contre la centralisation aveugle du pouvoir entre les mains de quelques personnes à Alger, aux Tagarins et à El Mouradia. Ok, c’est clair pour tous ….je l’espère. Certains diront que je suis hors sujet, mais je regrette pour eux car je suis en plein dans le sujet ! Bon courage à tous les Algériens dignes de ce cette qualité !




    25



    5
      Abdelrahmane
      9 novembre 2017 - 12 h 38 min

      La France arabie avait fait recours aux kouliglis, à commencer par Messali. Il suffit de lire les positions de benbadis l’assimilationiste, qui concevait une cohabitation pacifique avec le système colonial- pas la france des lumieres- mais en patron des berbéres assimilables aux « arabes ». C’est à dire le feodalisme du bureau arabe du temps de la France, qui s’est elevé à Etat. Il y a bien continuité semantique entre ce courant et la caste qui impose la famine au peuple pendant qu’elle investit dans les quartiers chic de paris.




      6



      13
    Abou Stroff
    9 novembre 2017 - 10 h 47 min

    si l’on parle de faits et rien que de faits, on peut avancer que:
    – les oulémas algériens ont rejoint le FLN, en 1956, avec le couteau sous la gorge (si le grand Abane était vivant, il confirmerait mes propos)
    – les oulémas ont tous trouvé un moyen pour envoyer leurs rejetons étudier dans les écoles françaises pour en faire des dirigeants-nés (voir le parcours de tous les « ibrahimi », par exemple).
    – dans les années 60 et 70, les élèves apprenaient que les oulémas étaient les initiateurs du nationalisme algérien et avaient déclenché la guerre d’indépendance (cette thèse farfelue participait évidemment à poser les bases idéologiques du futur courant islamiste qui devait, sous la conduite éclairée de ali benhadj, nous conduire au paradis sans passer par le purgatoire).
    moralité de l’histoire: les fossiles vivants font partie de notre histoire mais, je pense, avec la modestie qui m’étouffe, qu’ils n’ont plus les capacités de discernement nécessaires à la compréhension du monde actuel. je pense donc qu’ils devraient profiter des quelques années qui leur restent en évitant de s’exprimer.




    20



    6
    Zoro
    9 novembre 2017 - 8 h 47 min

    El Ibrahimi et Benbadis sillonaient tout le territoire pour éveiller la conscience de nos concitoyens en s adressant à eux avec un langage arabo islamique compris par toute la OUMMA. TOUS Les algeriens les accueillaient à bras ouvert et leur vouaient le respect qu ils méritaient. l industrie desinsdustrialisante n avait pas encore pointé son nez.




    14



    14
      Abdelrahmane
      9 novembre 2017 - 8 h 50 min

      Il etait au service de l’arabislamisme et pas de l’Algerie berbère laique. Son courant a servi à asseoir ce qui deviendra plus tard le baath fln qui a mis au jour la dictature et ses mercenaires islamistes. Avec benbadis le kouliglis ils ont mis le pays dans la m…




      19



      14
    Abdelrahmane
    9 novembre 2017 - 6 h 37 min

    Cheikh El-Ibrahimi et l’une des figures marquantes du nationalisme algérien. Au sein et grâce à l’association des ulémas algériens, Il/elle a éveillé la consciences et la fierté des algériens de leur histoire et les gloires de leurs ancetres. Lui et ses pairs de l’association (ainsi que leurs frères du ppa-mtld) ont contribué à forger le nationalisme qui a éclairé et mobilisé les masses au déclenchement de la révolution de Novembre 1954.




    14



    19
    Aicha Benguendouze
    9 novembre 2017 - 0 h 04 min

    A tous les hommes politiques d Algerie. SVP arretez de vous insulter, de vous attaquer mechamment, vulgairement, arretez l’impolitesse etc…Vouis faites du tord au pays. Une critique basee sur des faits concrets et prouvables …oui. OK….!!! Ca nous fait degouter ….Ehechmou…respectez ce peuple qui a souffert depuis 1830. quelle image pour notre jeunesse…? Vous n etes pas capable de civilite…rester chez vous et ne faites pas de politique…




    6



    10
      Momo
      9 novembre 2017 - 3 h 24 min

      Calmez-vous un peu madame? Laissez-les gens polémiquer si ça les tente. Vous n’êtes pas obligée de les écouter ni de commenter. Et puis que signifie cette injonction de devoir respecter un peuple qui souffre depuis 1830? Que je sache, les algériens rient et pleurent comme tout le monde : un jour sans et un jour avec. Wa tilka Al ayam noudawilouha bayna Ennas (sadaqa Allahu Al aadhim). Je n’ai pas senti, en ce qui me concerne, chez le peuple algérien ce drame hitchcockien qui vous tient lieu de trame de fond.




      11



      3
    Rayes EL BAHRIYA
    8 novembre 2017 - 23 h 46 min

    Slimane Ben Aissa en conférence à Ottawa / Partie 1

    Slimane Ben Aissa en conférence à Ottawa / Partie 1




    5



    4
      Anonyme
      9 novembre 2017 - 8 h 47 min

      Qui est ce sliman ben aissa que dit il??




      2



      6
    Anonyme
    8 novembre 2017 - 22 h 15 min

    La France est partie mais elle a laissé un poison qui nous détruirait un jour, le RÉGIONALISME




    56



    2
      Anonyme
      9 novembre 2017 - 7 h 44 min

      ..Elle a laissé l’arabislamisme, un poison mortel.




      10



      6
    Anonyme
    8 novembre 2017 - 21 h 26 min

    l’algerie est arabo musulmane
    Paix à Cheikh Bachir el ibrahimi et qu’il repose en paix
    on insulte même nos morts bande de renégats




    17



    18
      Anonyme
      9 novembre 2017 - 13 h 59 min

      Non, Monsieur l’Algérie est amazigho musulmane, tous les pays à majorité musulmane ne sont pas devenus arabo…




      8



      2
    kaci
    8 novembre 2017 - 19 h 42 min

    Cheikh Bachir El Ibrahimi (Allah yerrahmou).
    Monsieur Taleb vous pouvez en être fier car c’était un grand homme, et Dieu le récompensera pour son combat pour la dignité et la langue arabe en Algérie. Quant aux charlatans comme ce Belaid abdesselem il faut le laisser aboyer. Car les chi.. aboient et la caravane passe. Vive le mouvement réformiste des Oulémas algériens.




    19



    17
      vyeypo
      9 novembre 2017 - 7 h 28 min

      belaid abdesslam, abdelhamid mehri, abdelhamid brahimi,benyoussef benkhadda ,chadli….sont des sommités que l’on retouvera au paradis les mieux logés possibles …avec bien sur mouloud hamrouche, edda elhocine edda vlkacem nait velkacem, da slimane, chamseddine merbah….




      8



      3
    Rayes Al Bahriya
    8 novembre 2017 - 19 h 33 min

    Voila la haine d un arabe …envers un kabyle.
    Comme du temps de la france la haine du colon
    Francais contre indigène Algérien.
    L’un etait FRANÇAIS.
    L’autre c’est toujours un arabe.
    Qui en pâtit?
    L’Algérien bien sure qui est l’éternel souffre douleurs …
    Eh oui..ironie de l’histoire!




    14



    17
    Rayes Al Bahriya
    8 novembre 2017 - 18 h 55 min

    Taleb ibrahomo …un doctrinaire arabe baathiste
    Anti kabyle.
    Belaid Abdesslam patriote republicain bâtisseur
    De L’Algérie moderne plurielle.
    Wach jab …l jab…




    33



    24
      Momo
      9 novembre 2017 - 2 h 30 min

      belaid Abdeslam n’a bâti que des SONA.. RIEN. On en paye le prix aujourd’hui.




      7



      7
        Anonyme
        9 novembre 2017 - 7 h 46 min

        Il etait arabislamiquement correct. Tout comme votre eminence grise, gris foncé plutot




        4



        4
        Hamid
        13 novembre 2017 - 13 h 01 min

        C’est le système politique et de gestion qui esten cause cher ami, Abdeslam n’est pour rien dans la situation actuelle et il a quitté la politique depuis bien longtemps pas comme certains qui gravitent encore dans la sphère du pouvoir.




        0



        0
    chibl
    8 novembre 2017 - 17 h 27 min

    Tout le monde a le devoir de defendre son pere, mais dites nous donc monsieur Taleb el Ibrahimi, vous etiez en France vous pendant la guerre le libération et vous n’êtes venu qu’apres l’indépendance, votre pere entant ue musulmans et erudi connait bien le sens du DJIHAD devait vous inciter a prendre les armes. En fin de compte vous etiez tous quelque part,l’un au Maroc,l’autre en France et d’autres y en a qui viennent même du Mali.




    41



    16
      Momo
      9 novembre 2017 - 2 h 12 min

      Sais-tu (…) que Taleb al Ibrahimi a passé 5 ans de prison en France et n’a été libéré qu’à l’indépendance? Il faut s’instruire un peu avant de gloser.




      8



      7
        vyeypo
        9 novembre 2017 - 7 h 46 min

        En 1957 a Alger on a emprisonne mon frère on lui a proposé de partir en France pour y etre à l’abri mais de donner ses amis…il a refusé, sous les conseils de mon père (avaient t ils raison ???????? ) d’autres ont accepté ils sont revenus héros ,grands responsables …..lui il serait revenu surement roi.. il etait si beau si intelligent si courageux il avait 20 ans et un ancien moudjahid m’a raconté nous l’aimions tellement que nous n’osions pas nous souler devant lui…




        12



        3
        Anonyme
        9 novembre 2017 - 7 h 48 min

        Il a participé, comme ben badis à l’arabislamisme actuel bete et méchant qui a conduit le pays à 200 000 morts outre à consolider la dictature!




        10



        8
        Hamid
        13 novembre 2017 - 12 h 56 min

        La plupart de ceux de sa génération ont séjourné dans les prisons du colon, chez nous et en métropole cher ami.
        Le faite de faire de la prison ne fait pas de vous un héros, mon père aussi a fait de la prison et il ne le crie pas sur tous les toits et ne revendique rien, comme beaucoup d’ailleurs. pas comme certains qui ont profité à fond d’une situation historique comme si c’était des doctorants depuis l’indépendance.
        En revanche, ce que je peux dire c’est que grâce à lui, on a enclenché la marche arrière pour entrer dans les sous-sol du sous-développement.




        1



        1
        haddar barka
        19 novembre 2017 - 21 h 42 min

        tu vas en prison on te chouchoute on te fait de la pub nous on s’en va on te propulse ou tu veux mais donnant donnant meme abbassi madani est allé en prison en 1954 et de simple apprenti tailleur chez Sator allah yerehmou est revenu universitaire que dis je docteur la magie quoi…




        0



        0
    Libre numidie
    8 novembre 2017 - 15 h 52 min

    Libre a’ votre pere d’ ecrire en arabe, ce qui ne fait pas de l’ Algerie un pays arabe! Surtout que ce n’ est ni Montesquieu ni Goethe.




    33



    26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.