Balance des paiements : déficit de plus de 11 milliards de dollars au 1er semestre 2017

Loukal balance
Mohamed Loukal, gouverneur de la Banque d’Algérie. New Press

Le solde global de la balance des paiements de l’Algérie a affiché un déficit de 11,06 milliards de dollars au 1er semestre 2017 contre un déficit de 14,61 milliards de dollars au même semestre de 2016 (déficit de 11,42 milliards de dollars au 2e semestre 2016), a indiqué le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, dans un entretien accordé à l’APS. La balance des paiements est le flux de biens (commerce extérieur des marchandises), de services, de revenus, de transferts de capitaux et les flux financiers réalisés entre l’Algérie (Etat, entreprises, particuliers) et le reste du monde. Soit l’ensemble des entrées et sorties de devises entre l’Algérie et les autres pays.

Par catégories, le déficit de la balance commerciale s’est élevé à 7,82 milliards de dollars (mds usd) au 1er semestre 2017 contre un déficit de 12,05 mds usd au même semestre de 2016 (déficit de 8,08 mds usd au 2e semestre 2016). Quant au poste services hors revenus des facteurs, le déficit  s’est creusé à 4,47 mds usd au 1er semestre 2017 contre un déficit de 3,84 mds usd au même semestre de 2016 (déficit de 3,5 mds usd au 2e semestre 2016). Le poste des services hors revenus des facteurs se compose notamment des prestations techniques assurées par les étrangers en Algérie (études…), le transport assuré par les transporteurs étrangers pour les marchandises importées par l’Algérie (armateurs…) et les assurances à l’international.

Questionné sur les raisons de la hausse du déficit du poste services hors revenus des facteurs, Loukal explique que cela résulte principalement de la hausse des importations des services construction, notamment ceux liés aux infrastructures autoroutières, et ce, de l’ordre de 153% par rapport au 1er semestre de 2016.

Concernant le poste Revenus des facteurs, le déficit a diminué à 1,23 mds usd contre 1,31 mds de dollars au 2e semestre 2016, en raison principalement de la hausse des revenus perçus sur les réserves de change (hausse des taux d’intérêt et plus-values de cession de titres). Le poste Revenus des facteurs comprend, entre autres, les bénéfices rapatriés vers l’extérieur par les entreprises étrangères activant en Algérie, les bénéfices réalisés par les sociétés algériennes à l’étranger…

Quant à l’excédent du poste transferts nets (dons, retraites et pensions…), il s’est élevé à 1,48 mds usd, en hausse de 7,01% par rapport au 1er semestre 2016 et de 2,8% par rapport au 2e semestre 2016, dans un contexte de légère dépréciation de l’euro face au dollar. Néanmoins, il demeure proche des soldes enregistrés au cours des 6 derniers semestres, constate Loukal.

Ainsi, le déficit du compte courant de la balance des paiements s’est accru de 5,1% au 1er  semestre de 2017 pour s’élever à 12,03  mds usd (contre un déficit de 14,77 mds usd au 1er semestre 2016 et un déficit de 11,45 mds usd au 2e semestre 2016), et ce en raison du creusement du déficit du poste services hors revenus des facteurs. Le solde du compte courant de la balance des paiements comprend les soldes, respectivement, de la balance commerciale des marchandises, du poste des Services hors revenus des facteurs et du poste Revenus des facteurs ainsi que des transferts nets.

Quant au solde du compte capital et opérations financières, il a affiché un excédent de 0,971 md de dollars (contre un excédent de 0,15 milliard au 1er semestre 2016).

Des efforts requis pour limiter l’érosion des réserves officielles de change

Pour les réserves de change, le gouverneur de la Banque centrale relève qu’en lien avec l’évolution défavorable de la balance des paiements extérieurs au 1er semestre 2017, les réserves officielles de change se sont contractées de 7,846 mds usd, passant de 114,138 mds usd à fin décembre 2016 à 106,292 mds usd à fin juin 2017, soit moins que le déficit du solde global de la Balance des paiements «en raison de l’effet de valorisation positif de près de 3,96 mds usd résultant de l’appréciation de l’euro vis-à-vis du dollar sur cette période».

Relevant que cet effet de valorisation était négatif lorsque le dollar s’appréciait vis-à-vis de l’euro, Loukal considère que le niveau des réserves de change demeure «encore appréciable et adéquat, notamment au regard de l’encours très faible de la dette extérieure totale (3,962 mds usd).

Cependant, avise-t-il, «compte tenu des perspectives de maintien, à moyen terme, des prix des hydrocarbures proches de leurs niveaux actuels, et du déficit encore élevé des comptes extérieurs, notamment leur principal déterminant (la balance des biens et services), des efforts supplémentaires sont requis pour réduire l’absorption et/ou augmenter l’offre domestique de biens pour assurer la viabilité, à moyen terme, de la balance des paiements et limiter l’érosion des réserves officielles de change».

Interrogé sur la tendance des cours de change du dinar, le même responsable observe qu’en moyenne semestrielle, le dinar s’est légèrement déprécié face au dollar de 1,29% au second semestre de 2016 par rapport au premier semestre 2016 et s’est légèrement apprécié de 0,61% au 1er semestre 2017 comparativement au 2e semestre 2016.

Pour Loukal, il est, cependant, utile de rappeler que les recettes hors hydrocarbures à juin 2016 n’incluaient pas encore les 610 milliards de dinars de dividendes versés par la Banque d’Algérie alors que les dividendes versés en 2017 sont comptabilisés dans ces recettes à juin 2017.

Ainsi, la forte hausse des recettes hors hydrocarbures à juin 2017 résulte essentiellement de celle des recettes non fiscales dont les dividendes de la Banque d’Algérie versées au Trésor qui s’élèvent à 920 milliards de dinars.  En outre, comme il était prévisible, ajoute-t-il, le Fonds de régulation des recettes (FRR), dont l’encours s’élevait à 740 milliards de dinars à fin décembre 2016, a été totalement épuisé au 1er semestre 2017.

R. E.

Commentaires

    Aicha Benguendouze
    9 novembre 2017 - 22 h 48 min

    Balance des paiements : déficit de plus de 11 milliards de dollars au 1er semestre 2017…Avec un vrai systeme judiciare en Algerie…attrapper tous les voleurs au gouvernement, leur demander de rembourser le fric…et pour rire et plaisanter…les mettre en prison pour leur permettre d obtenir un Master ou un PhD….ensuite leur offrir une bonne Job dans la diplomatie algerienne a l etranger…Suisse, Paris la capitale de la Finance de l Algerie, Abu Dhabi pour cooperer avec Farid Bedjaoui, Washington DC une bonne cooperation avec Chakib Khelil, Mais surtout a Panama…..Rome egalement la Via Venetto ou se trouvent les grandes banques…Ce deficit ne va pas toucher les gros joueurs….c est le petit algerien et sa famille qui vont y gouter…Bon prions pour que le people ne souffre pas trop jusqu a l arrive des gros Flouss….du Petrole qui a depasse les $ 62.00 aujourd hui. a moins que des voleurs qualifies attendant egalement ce grand moment…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.