Campagne de pêche des thonidés 2018 : l’Algérie demandera l’augmentation de son quota

pêche thonidés
L'Algérie va demander l'augmentation de son quota de pêche du thon. D. R.

L’Algérie compte demander l’augmentation de son quota de pêche de thon rouge pour la prochaine campagne de pêche des thonidés, et des négociations sont prévues avec la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) à la mi-novembre en cours, a indiqué à l’APS le directeur général de la pêche et de l’aquaculture.

Questionné en marge du 7e Salon international de la pêche et de l’aquaculture (SIPA), Taha Hamouche a déclaré que les négociations avec la CICTA se tiendront à Marrakech du 14 au 20 novembre courant. «L’Algérie étant déterminée à défendre ses chances pour augmenter son quota», a-t-il souligné. Pour rappel, le quota de pêche de thon rouge de l’Algérie pour 2017 a été porté à 1 043 tonnes, alors qu’il avait été fixé initialement à 546 tonnes par la CICTA, lors de sa réunion tenue en 2014 à Gènes (Italie) consacrée à la définition du plan de répartition des quotas de pêche par pays jusqu’à 2017.

L’Algérie avait bénéficié d’une augmentation graduelle de son quota qui avait été fixé à 243 tonnes au titre de l’année 2014, puis à 370 tonnes en 2015, à 460 tonnes en 2016 et enfin à 546 tonnes initialement pour l’année 2017, soit environ 2% du total admissible de captures (TAC). L’augmentation du quota de l’Algérie de pêche de thon permettra des recettes en devises, le produit étant exporté vers l’Asie, a souligné Hamouche, ajoutant que l’exportation du quota de 2017 a permis aux investisseurs algériens d’engranger une quinzaine de millions d’euros.

Les négociations pour porter le quota de 2017 jusqu’à 1 043 tonnes étaient très dures, a révélé Taha Hamouche, ajoutant que celles du quota de la campagne de 2018 le seront aussi. L’Algérie compte une flotte de 17 thoniers dont 14 ont épris à la saison 2017.

Dans un autre sillage, s’agissant de l’engraissement local du thon rouge, le même responsable a précisé que les autorités algériennes avaient proposé à la CICTA la création de trois fermes d’engraissement. Une dizaine d’investisseurs ont déposé des demandes dans ce sens. La commission ministérielle chargée du dossier en a sélectionné deux candidats qui remplissent les conditions requises.

R. E.

Commentaires

    OUTALEB
    11 novembre 2017 - 14 h 38 min

    Ben mince ! Vous en voyez vous, du thon sur nos étalages ? A part la sardine pêchée d’il y a une bonne semaine ? Saldine, saldine, saldine !!




    0



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.