Algérie-République centrafricaine : les Verts renouent avec la victoire mais sans convaincre

EN centrafricaine
De grandes échéances attendent l'équipe nationale. D. R.

L’équipe nationale de football s’est imposée mardi soir, sans briller, face à son homologue centrafricaine (3-0) en match amical disputé au stade du 5-Juillet d’Alger, devant une faible assistance, renouant ainsi avec le succès après une série de mauvais résultats. Sous la conduite du nouveau sélectionneur, Rabah Madjer, dont il s’agit de sa deuxième sortie sur le banc des Verts après le match nul concédé vendredi dernier face au Nigeria (1-1) en clôture des qualifications du Mondial 2018, les coéquipiers du néo-international Ayoub Abdellaoui boucle ainsi l’année 2017 avec un succès, bon pour le moral, même si l’équipe reste encore fébrile.

Dès le début de la rencontre, les Verts ont voulu acculer le défense centrafricaine, une manière pour prendre les choses en mains, mais sans réel danger sur la cage gardée par Lembet, très peu sollicité lors du premier quart d’heure. La première action dangereuse de la partie a été l’œuvre du capitaine des Fauves de bas Oubangui Enza-Yamissi, dont le tir a été dégagé en corner par le gardien de but Abdelkadir Salhi (19e). La réaction des Verts est intervenue à la 33e minute par l’entremise du latéral droit Islam Arous (Paradou AC), dont il s’agit de sa première apparition en sélection.

Décalé par Brahimi, le suppléant de Youcef Attal a placé une frappe pas assez puissante interceptée par le portier centrafricain. Quelques minutes plus tard, l’équipe nationale est parvenue à ouvrir le score par Yacine Brahimi (38e). Le sociétaire du FC Porto (Div.1 portugaise) a trompé la vigilance de Lembet sur une superbe passe aveugle de Ryad Mahrez, promu capitaine d’un soir. Les deux équipes ont regagné les vestiaires sur un court avantage de l’Algérie au moment où la prestation des Verts était loin de plaire aux supporters présents, qui ont bravé le froid pour soutenir les joueurs de Rabah Madjer.

En seconde période, le coach national a voulu inculquer du sang neuf en effectuant pas moins de six changements, ce qui a permis enfin à l’équipe nationale de «dérouler» pour inscrire le deuxième but grâce à Brahimi (70e), auteur d’un doublé. L’actuel buteur de la sélection, Islam Slimani, a signé le troisième but (85e), renouant ainsi avec les filets après un mutisme qui n’a que trop duré pour le sociétaire de Leicester City (Angleterre), datant depuis la Coupe d’Afrique des nations CAN-2017. L’ancien joueur du CR Belouizdad (Ligue 1/Algérie) marque son 26e but sous les couleurs nationales.

Sans convaincre face à une équipe loin d’être un foudre de guerre, l’équipe nationale est appelée à se remettre vite au travail, comme l’a si bien affirmé Rabah Madjer lors de ses dernières sorties devant la presse, estimant qu’un «vrai travail» allait être entamé après le match amical face à la Centrafrique.

Cette rencontre amicale marque la réouverture de l’enceinte olympique, fermée depuis septembre dernier pour travaux. La prochaine sortie des Verts se jouera en mars 2018 en déplacement face à la Gambie, dans le cadre de la 2e journée (Gr. D) des qualifications de la CAN-2019.

R. S.

Comment (11)

    Anonyme
    17 novembre 2017 - 7 h 29 min

    Nous sommes de tout coeur pour Madjer .Mais pour le Madjer brillant footballeur,poli gentleman,nous le defendrons contre les journalistes téléguidés et dérangés par des raisons pas claires.Mais nous detestons Madjer qui perd le contrôle de ses nerfs et qui montre ses limites trop facilement. Monsieur Madjer doit se ressaisir,presenter ses excuses à ses fans et surtout regagner leur confiance.




    1



    0
    Mouloudeen
    15 novembre 2017 - 20 h 47 min

    Pourquoi ne pas organiser un match de foot entre notre Équipe Nationale et celle de la RASD ? Ça serait un autre moyen de faire connaître au monde entier la juste cause du peuple du Sahara occidental sous l’angle footballistique.




    5



    1
    Anonyme
    15 novembre 2017 - 19 h 22 min

    Laissez Madjer Travailler, M….
    HAFID DERRADJI a lancé une campagne de dénigrement digne d’un agent du Mekhzen.

    Bon courage MADJER !!




    7



    2
      Mouloudeen
      15 novembre 2017 - 20 h 50 min

      @Anonyme. Le sieur Hafid Derradji est connu pour être un agent du Qatar et de la Narco-monarchie absolue.




      6



      0
      Nouria
      15 novembre 2017 - 21 h 33 min

      Bien parlé, Anonyme !!! Mes respects. Ils veulent quoi à la fin ces gens là qui ne font que dénigrer ? On leur ramène un entraîneur étranger : ils protestent. On leur ramène un entraîneur national, donc du crû, ils protestent. Hafid Derradji et tous les journaleux qui lui ressemblent : ILS VEULENT QUOI AU JUSTE ???




      5



      2
    Lyes Oukane
    15 novembre 2017 - 19 h 11 min

     » … Qu’on laisse Madjer travailler …  » je veux bien mais que Madjer laisse travailler les journalistes . Hier ,Rabah s’est comporté comme un dictateur devant les journalistes et le sélectionneur de l’équipe adverse . Une honte ,d’autant que la question qui l’a mis en rage n’était pas pour lui . S’il avait un peu de savoir vivre , de tact ,il aurait laissé Mahrez répondre à la question qui lui était posée . Madjer n’a ni les compétences pour être sélectionneur national ,ni celles d’un communiquant . Durant les 15 ans ou il a glandé sur les plateaux Tv à casser tout et tout le monde ,il aurait pu entraîner des jeunes ,montrer ce qu’il voulait faire pour le futur du foot algérien . Et c’est avec un homme pareil que l’on espère redonner du cœur à l’ouvrage à une équipe moribonde ? Comment se comportera-il devant des journalistes à l’étranger ? Il n’est pas là pour se refaire une virginité sur le dos de l’EN ,ni pour régler des comptes personnels mais pour faire briller les Fennecs . Hier ,Il a montré son vrai visage . Les internautes ,à juste raison lui ont vite trouvé un surnom : Rabah Tézévou ! C’est dire .




    4



    0
    Kahina
    15 novembre 2017 - 17 h 05 min

    Que les bras cassés de RAOURAOUA arrêtent de d’ab… sur MADJER.

    Laissez le travailler. Des jaloux qui ne se retiennent pas.

    Bon courage Madjer, laisse les enragés aboyer




    5



    3
    ZORO
    15 novembre 2017 - 12 h 41 min

    Perdant ou gagnant je suis pour un entraineur algerien!!




    6



    2
    Houari31
    15 novembre 2017 - 7 h 53 min

    Il faut laisser Madjer travailler. Point barre.




    13



    6
      chaoui04
      15 novembre 2017 - 8 h 16 min

      +Le laisser travailler avec quelle méthode?
      A t’il une stratégie scientifique pour le faire comme l’ont fait récemment ses collègues Renard,Halilozich….Deschamp?




      8



      9
      Bien dit
      15 novembre 2017 - 11 h 45 min

      Bien dit et bien parlé mon frère HOUARI. QU’ON LAISSE MADJER TRAVAILLER !!! Un grand chantier l’attend car il faut qu’il reconstruise entiérement une NOUVELLE EQUIPE et éliminer TOUS les trublions ainsi que TOUTES les « vedettes » qui se sont faits un nom sur le dos de l’Équipe Nationale… L’entraîneur national à peine nommé, Que TOUS les JOURNALEUX sportifs lui sont tombés dessus à bras raccourcis… Ce n’est pas normal. C’est de lde l’immaturité et de lirresponsabilité comme cette grosse gueule de amar djebour qui est une véritable honte !!! Il me donne envie de vomir ce sale mec. Laisser l’entraîneur national TRAVAILLER EN PAIX… bon dieu de bon dieu !!!!




      10



      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.