Le Conseil des ministres reporté à mercredi 22 novembre

Réunion Conseil
Le dernier Conseil des ministres s'est tenu le 4 octobre dernier. D. R.

Par Hani Abdi – La réunion du Conseil des ministres, qui devait se tenir initialement aujourd’hui, a été reportée pour mercredi 22 novembre, la veille des élections locales, a indiqué l’agence officielle APS, citant une source autorisée. Aucun motif n’a été donné pour justifier le report de ce Conseil des ministres, troisième depuis la désignation d’Ahmed Ouyahia à la tête de l’Exécutif en août dernier. Mais des sources sûres assurent que ce report n’a rien à voir avec le président Bouteflika ou son état de santé.

C’est un report qui serait donc lié aux obsèques du frère de l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, un homme très proche du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Le défunt frère de Sellal a été enterré aujourd’hui. Un enterrement auquel ont assisté plusieurs membres du gouvernement et de hauts cadres à la Présidence de la République.

La réunion du Conseil des ministres qui se tiendra mercredi prochain, traitera de plusieurs avant-projets de loi relatifs à la sphère économique. Il s’agit, entre autres, de l’examen de l’avant-projet de loi sur les pratiques commerciales,  de celui relatif à la répression des fraudes et l’apprentissage. Le dernier Conseil des ministres s’est réuni le 4 octobre 2017. Il a examiné et approuvé le projet de loi de finances pour 2018, qui est actuellement à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Le président Bouteflika, qui recevra en début décembre le président français, Emmanuel Macron, va reprendre ses «sorties» sur le terrain à Alger où il est prévu qu’il inaugure avant la fin du mois courant l’emblématique mosquée Katchaoua, totalement rénovée.

H. A.

Comment (11)

    Anonyme
    16 novembre 2017 - 21 h 50 min

    L’Algérie un pays riche, en ressources humaines (compétences nombreuses mais très mal gérées, et très mal utilisées),
    Et richesses énergétiques,et minérales très mal gérées
    Mais malheureusement dilapidées, et gaspillées par la corruption, les détournements, les malversations, les scandales divers
    Malade, paralysé, et gangréné par une corruption générale, érigée en système de gouvernance depuis 1999
    L’Algérie est plus proche que jamais de la faillite à cause d’un système politico-militaro-sécuritaire affairiste, et corrompu
    Depuis Septembre 1962 aggravé depuis 1999, gouverné par une bourgoisie compradore minoritaire, puissamment protégée Impopulaire,parasitaire, arriviste, incompétente, et corrompue




    2



    0
    EL_HOUARI BM
    16 novembre 2017 - 20 h 10 min

    Le report du conseil des sinistres,tres bonne nouvelle on esperant qu’il ne sera plus tenus a quoi!serve est il pour manipuler encore plus une population prise en otage




    6



    0
    Mello
    16 novembre 2017 - 12 h 36 min

    De toutes les manieres conseil des ministres ou pas, qu’est-ce qui peut changer? Le cours de tout un pays suspendu (…) c’est ignoble et mesquin. Quant aux avant-projets de loi qui seront presentes, ils se completent: l’apprentissage des… fraudes dans les pratiques commerciales. Une nation maintenue par une caste familiale.




    6



    0
    Abou Stroff
    16 novembre 2017 - 8 h 14 min

    « Le Conseil des ministres reporté à mercredi 22 novembre » titre H A..
    il y a deux manières d’appréhender une telle « information ».
    1- soit nos augustes dirigeants nous prennent pour des « gourdes » prêtes à ingurgiter le lien qui est suggéré entre le report du conseil des ministres (dont les travaux engagent l’avenir de la Nation toute entière) et le décès du frère ainé d’un ex-premier ministre (affaire tout à fait privée qui se règle en famille) sans nous poser la moindre question.
    2- soit, nos augustes dirigeants éprouve un tel mépris à l’égard des algériens lambda qu’ils se permettent de nous balancer « n’importe quoi », sachant que nous sommes, par nature, totalement désarmés pour réagir (a t on vu des tubes digestifs ambulants se prendre en charge et remettre en cause leur statut de tubes digestifs ambulants?)
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune à part le fait que les deux manières pré-citées sont presque identiques et reflètent l’état de déliquescence avancées dans lequel pataugent et la société dans dans son ensemble et le pouvoir en place qui ne domine la société que grâce à son monopole sur la distribution de la rente.




    9



    20
    Anonyme
    16 novembre 2017 - 3 h 06 min

    Pauvre État que le notre, devenu otage de n’importe qui, de n’importe quoi et de n’importe comment !
    Ces gens-là, comme chantait un grand monsieur qui se respectait au moins, sont devenus notre honte et la risée du monde entier. Allah la yrebehkoum !
    Puisse le sacrifice des chouhada, que vous ridiculisez par vos comportements puériles, vous porte l’opprobre ici bas et dans l’au-delà.




    6



    1
    L'EPERVIER
    16 novembre 2017 - 0 h 44 min

    ces des incompetents des sans idees sur tout les plans , ils prennent le peuple comme tel . le report du conseil des ministres pour raison de deces est difficile a ingurgiter … meme dans toutes les republiques bananieres reunies.le peuple est percutant d’intelligence , contrairement a ce que vous pensez . PARTEZ.




    8



    1
    Anonyme
    15 novembre 2017 - 22 h 23 min

    Il y a encore des conseils des ministres ?




    6



    1
      Genseric
      16 novembre 2017 - 18 h 54 min

      Je dirais plutôt des ministres à conseiller …




      0



      0
    Anonyme
    15 novembre 2017 - 21 h 41 min

    qu’il se tient ou pas c’est du kif kif
    nous ne sommes pas concernés




    8



    1
    Mus
    15 novembre 2017 - 21 h 08 min

    Combien même le « motif » avancé serait vrai, quel lien y a t il entre une affaire d’Etat (conseil des Ministres) et une affaire privée (décès d’un…..frère d’un….ancien Premier Ministre?) Pour qui nous prennent on? Un peuple debile comme l’est l’argument évoqué par l’article?
    Si aujourd’hui on remet aux calendes grecques une réunion au plus haut sommet de l’Etat pour une affaire, certes malheureuse, mais privée, de quoi serait on capable désormais au plus haut point de l’Etat? Quel crédit donner a une telle justification du report? aucun! Ce qui rend suspect ce report et ne donne aucun crédit aux activités gouvernementales donc a l’Etat algérien, notamment avec nos partenaires étrangers.
    Malheureusement, ce régime d’apprentis politiciens ne recule désormais devant aucune absurdité quitte a se rendre ridicule et donc pas sérieux du tout. La réputation de l’Algérie a atteint le gouffre, les abysses…Mais jusqu’à quand allons nous souffrir cette situation?




    10



    1
    amar
    15 novembre 2017 - 17 h 32 min

    Encore des couleuvres à avaler……pauvre peuple algerien!!!Quelque soit le rang occupé par le défunt, on n arrête pas la vie d un pays pour un enterrement d un citoyen!!!!
    je pensais qu il y avait que les maçons qui pretextaient d un enterrement pour ne pas travailler, maintenant c est même le président et les ministres qui utilisent ce stratège. …..on aurait pu changer l horaire de l enterrement et basta ou c est encore haram…




    11



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.