Interview inédite : le message cinglant de Krim Belkacem aux Français

Guerre Krim Belkacem
Le révolutionnaire Krim Belkacem. D. R.

Par R. Mahmoudi – Dans une interview inédite accordée à une radio française, et dénichée par le réalisateur algérien Rachid Derraïs, le leader et héros de la Guerre de libération nationale Krim Belkacem donne un cours magistral d’éthique, et toujours d’actualité, lorsqu’il dénonce les avatars de la propagande et de la désinformation, tout en lançant des messages forts à l’adresse des décideurs français et européens en général au moment où la guerre contre l’armée d’occupation battait son plein en Algérie. Tout cela dans un discours de haute voltige servi dans une langue parfaite.

Avec une très bonne qualité de son et daté du 27 août 1957, ce document de treize minutes est d’une valeur inestimable pour les chercheurs et historiens spécialisés dans la Guerre de libération nationale.

Dans la présentation, le journaliste explique qu’il a été reçu par Krim Belkacem «avec une très grande simplicité», en précisant que c’est la première fois qu’un membre du commandement de la Révolution algérienne accordait un entretien à un radio-reporter. Y en a-t-il eu d’autres depuis cette date ? Le journaliste ajoute que l’interview  n’a été caractérisée, «ni par le mystère ni par l’étrange». La seule condition, très légitime, posée par l’illustre chef de la Wilaya III historique est de ne pas révéler le lieu de la rencontre.

Interrogé sur les bruits colportés par les médias français le donnant tantôt comme mort, tantôt comme disgracié ou assigné à résidence surveillée «quelque part dans le djebel», Krim Belkacem rétorque : «Vous savez que la cause colonialiste, comme toute mauvaise cause, est par nature indéfendable. Il ne faudrait guère s’étonner alors que ses promoteurs aient recours aux mensonges systématiques et au dénigrement pour se donner une contenance. Ce qui est étonnant, c’est que d’aucuns puissent avaliser de telles méthodes et ajouter foi aux élucubrations des émules de Goebbels.» Et d’enchaîner : «La presse colonialiste, inspirée par les services psychologiques du gouvernement général, a tenté, mais en vain, de jeter le discrédit sur notre Révolution. A maintes reprises, les organes de propagande du colonialisme français, dont le cynisme n’a d’égal que le mépris qu’ils affichent à l’égard de l’opinion en général ont fait état de prétendues dissensions qui opposeraient les dirigeants de la Révolution en ce qu’ils appellent le clan militaire et le clan politique.»

Sur cette question, Krim Belkacem anticipait en fait, sans le savoir, l’interminable débat qui se poursuit jusqu’à ce jour autour de «la primauté du politique sur le militaire», devise chère à Abane Ramdane, éliminé, comme on le sait, en décembre 1957, c’est-à-dire trois mois seulement après ces propos !

Krim Belkacem relève pourtant que cette campagne de propagande était devenue «systématique et plus acerbe» depuis la tenue du Congrès du 20 août 1956. Il insiste que tout se faisait au sein des instances de commandement de la Révolution, dans «l’harmonie, l’unité et la discipline», et pense même que c’est là «un fait unique dans l’histoire des révolutions». Cependant, il est persuadé que la propagande mensongère ne va pas s’arrêter, «parce que les colonialistes français ne nous pardonnent pas, en effet, d’avoir réussi, justement dans l’unité et la discipline, à asseoir un organisme de lutte qui a tenu en échec leur appareil répressif et d’avoir pu organiser pour la lutte tout un peuple, c’est-à-dire des millions d’hommes et de femmes (…)».

Dans un registre plus diplomatique, Krim Belkacem, s’adressant à l’opinion internationale, reproche élégamment aux pays européens leur silence face à l’agression coloniale. «Ces pays, clame-t-il, sont d’abord tenus au nom des principes fondamentaux et intangibles, tant moraux que juridiques, auxquels ils ont souscrit.» A tous ces pays, il tient à rappeler que les nazis, «dont la culpabilité a été reconnue et sanctionnée au nom de ces mêmes principes, n’ont rien fait d’autre que reprendre à leur compte les méthodes de la politique colonialiste pour les appliquer aux peuples d’Europe. Il n’est que de lire les réquisitoires de l’accusation, notamment l’exposé introductif (…) pour s’en convaincre». Et de s’interroger, ensuite : «Que peut-on reprocher aux criminels condamnés à juste titre à Nuremberg ? Qui ne peut être retenu contre les colonialistes français ? Dans les deux cas, il s’est agi de guerre d’agression, de politique à fondement raciste, de pillage économique, de crimes contre les personnes physiques et contre la condition humaine.»

Krim estime qu’après trois ans de guerre, d’assassinats, de tortures et de camps de concentration, «aucun gouvernement, aucun homme d’Etat ne peut se retrancher derrière le prétexte de l’ignorance et demeurer dans l’expectative. A moins qu’un crime clairement défini et juridiquement sanctionné cesse de l’être dès qu’il ne s’agit plus d’un Européen ou d’un chrétien». Et de finir par cette émouvante et magistrale interpellation : «Est-ce que, oui, tous les peuples de la terre ont le droit de vivre libres et indépendants ? Est-ce que, oui ou non, les princeps au nom desquels ont été prononcées les sentences du procès de Nuremberg sont universels et doivent frapper ceux qui les transgressent ?»

R. M. 

Comment (22)

    GUERRIER
    18 novembre 2017 - 9 h 57 min

    Le Feu engendre la cendre; souvent les héros ne laissent pas d’héritier; les héros libèrent et les traitres profitent!!! nous avons besoin d’hommes comme ces héros respectés et écoutés par tout le monde; ce qu’ils recherchaient, les héros, le paradis et la gloire!!! leurs remplaçants recherchent Paris et la fortune a n’importe quel prix, parfois au détriment d’une population en manque de nourriture et de soins. Que dieu rende justice a cette population souffrante




    6



    0
    Anonyme
    18 novembre 2017 - 3 h 54 min

    Pour tous les patriotes de l’Algérie

    https://www.youtube.com/watch?v=L48xDAQez48




    1



    0
    karimdz
    17 novembre 2017 - 20 h 50 min

    A mon avis, les leçons du passé n’ont servi à rien, plus jamais cela, n est qu un leitmotiv hypocrite de l occident qui ne concerne que les occidentaux.

    Les dirigeants français, occidentaux d une manière générale, se sont toujours illustrés par une politique à géométrie variable dés lors qu une victime ou un état est européen ou non. Tantôt barbares quand il s agit du moyen orient ou du sahel, tantôt indifférents quand il s agit des rohyngias ou des palestiniens.

    L histoire est réécrite, quand cela concerne l occupation francaise, les allemands sont traités de nazis de criminel mais s’agissant de l Algérie, les francais sont les gentils, et les résistants algériens, des terroristes. Ils usent de la même propagande nazi, qui traitaient les résistants francais de terroristes et punissaient de manière collective, les francais. En Algérie, la France s est comporté comme ces nazis, et parfois bien plus.

    A quand la reconnaissance du génocide algérien par le parlement francais, dont les victimes sont au nombre de plusieurs millions.

    Pour reprendre l expression d un ancien président hypocrite, il est vrai sioniste, la France devrait commencer à revisiter son histoire, avant de reconnaitre le génocide d autrui…




    5



    0
    Numidia-Dz
    17 novembre 2017 - 18 h 41 min

    QUELLE CLASS !!!
    Les tigres de l’Algérie…Beaux et intraitables. Allah Yerhamhoum..




    18



    0
    Didouche
    17 novembre 2017 - 17 h 41 min

    Les hypocrites assoiffés du pouvoir n’ont pas trouvé de prétexte pour prendre le pouvoir par la force en 1962 que d’accuser ce héro et la délégation qui l’a accompagné d’avoir trahi lors des négociations d’Evian, tout en disant loin des médias qu’ils respecteront ces accords. Pourtant, la France a continué ses essais nucléaires dans le sud Algérien jusqu’au 1986 dans le secret.Pour justifier son assassinat,il ont acheté un message aux américains suivant lequel ce grand patriote aurait eu des contacts avec le Mossad pour renverser le régime en place alors que d’après ses proches et sachant qu il aurait des difficultés d’être enterré dans son pays, aurait souhaité être enterré à la Mecque.la vérité finit toujours par démasquer les hypocrites pseudo patriotes.




    14



    1
    Bizard ?
    17 novembre 2017 - 17 h 12 min

    LA REPENTANCE C’EST POUR AUJOURD’HUI OU POUR DEMAIN !




    1



    0
    DZ
    17 novembre 2017 - 14 h 53 min

    Bizarre bizarre, aucun agent du makhzen ne s’est invité sur le site pour nous dire que Le lion de DJURDJURA est marocain.
    Selon les débiles du mekhzen, tous les Héros d’Algérie sont des marocains.
    Le Marrouk, Un pays dénué d’histoire digne, veut se faire une histoire sur le dos de l’Algérie.
    Allez les Makkaks du palais-Haschich, Kiffez votre joint et commencez à appuyer sur le pouce négatif.
    YAKHI ZARI3A KHAMDJA = SALE RACE




    30



    3
    BEKADDOUR Mohammed
    17 novembre 2017 - 13 h 26 min

    Merci « RM », nous nous complétons, la trame des purs !




    15



    1
    Anonyme
    17 novembre 2017 - 13 h 00 min

    Krim Belkacem était déjà depuis 7 ans au maquis à faire la guerre au colonialisme, quand les 5 autres Chefs Historiques de la Révolution lui ont demandé de se joindre à eux. Ce qu’il fit avec armes bagages et savoir faire militaire. Au total Krim Belkacem l’insaisissable et indomptable Lion du Djebel aura fait plus de 14 ans de guerre au colonialisme. Gloire éternelle à sa mémoire.




    45



    1
    Mello
    17 novembre 2017 - 12 h 15 min

    Il va de soit qu’apres le verrouillage de la vie politique juste apres l’independance, on puisse assister aux divers derapages ,comme l’exclusion du peuple et l ‘elimination de toute voix discordante au pouvoir usurpateur. Apres Khider c’est au tour de Krim de subir le sort reserve’ a tout cadre evoquant une alternative politique. C’est ainsi que le 20 Octobre 1970, trois individus , se prevalant de la SM , mettent fin a la vie de l’un des prestgieux guerriers de l ‘Algerie revolutionnaire. “ Vous n’ignorez pas que c’est dans une chambre d’hotel de Frankfurt qu’il fut etrangle avec sa propre cravate…. La police Allemande a fait son travail , les tueurs lui avaient facilite’ la tache en abandonnant des documents compromettants dans une serviette deposee a l ‘aeroport. On a su alors qu’ ils etaient en nombre de trois …” ecrivait Hocine Ait Ahmed , dans son livre “Memoires d’un combattant”.




    13



    4
    nectar
    17 novembre 2017 - 10 h 15 min

    Que peut-on dire et penser, alors que ce grand Monsieur a été tué par ceux qui ne lui arrivent même pas à la cheville..Aujourd’hui nous assistons à la prédation au vol, la rapine et la hogra, au nom de ces grands hommes qui ce sont sacrifiés, pour l’algérien lève la tête et puisse vivre dignement..




    26



    2
    Kouidri
    17 novembre 2017 - 10 h 12 min

    Excellent. Bravo. Cet interview nous oblige à chercher mieux le véritable mobile de l’assassinat de Abane. Il encouragera les historiens à faire le pas vers une plus ample connaissance du rôle joué éventuellement par les services secrets français dans la mort de Rabane. Les leaders de la Révolution cités par le journaliste est simplement de la provocation. Il y en a certainement d’autres indices. Les plus sournoises et les plus mortelles font partis des archives encore secrètes. Nous ne connaissons toujours pas le mobile de l’assassinat de Abane. Je pense que c’est un coup fourré des services français. C’est peut-être un de leurs crimes parfait. Ils ont échoué à faire passer l’assassinat de Benmhidi pour un suicide; peut-être qu’ils sont arrivés a se jouer des 3B pour assassiner Abane. Je n’ai pour preuve que le raisonnement suivant : dans la guerre, lors d’un coup fourré, l’ennemi n’est jamais loin. Dans cet assassinat ,les historiens ont tenu les services secrets français tellement loin, inexistant contrairement à la réalité du terrain.




    16



    5
    Jean_Boucane
    17 novembre 2017 - 9 h 52 min

    Un Homme avec un grand H! Il a compris le double langage de la France neo colonial! Il est temps de l’Algerie de changer un peu sa politique pour contre l’alliance franco-marocaine en Afrique… il est temps d’etre patient, de travailler et d’avancer nos pions!!!




    28



    5
    salah khiar
    17 novembre 2017 - 9 h 38 min

    Vidéo de KRIM BELKACEM Un message d’unité nationale -discours en tamazight-

    « Par fidélité à la Révolution de novembre 1954, nous devons préserver ce que nous avons de plus cher, car nous l’avons payé avec de lourds et douloureux sacrifices pour édifier une ALGÉRIE souveraine – forte – unie – indivisible et indissociable. Vive l’Algérie. Salah Khiar cliquez ici pour voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=rCK19JwriAg




    23



    5
    Moskosdz
    17 novembre 2017 - 9 h 34 min

    Sans être historien,mais probablement les services coloniaux de l’époque pourraient êtres derrière l’assassinat de certains de nos héros afin de discréditer le FLN,comme le font aujourd’hui de la même façon les services occidentaux avec le terrorisme qu’ils blanchissent pour le mettre sur le dos de ceux qui leurs mènent une lutte sans merci.




    20



    7
      benchikh
      17 novembre 2017 - 16 h 33 min

      c’est normal d’un état sauvage ,sanglant ,cupide , comme il nous a montré George Clémenseau « que chaque goûte de sang d’un Français est égale à chaque goûte de pétrole « imaginons ensemble (nous et les Français) qu’es qu’on pourra attendra de ces malades. Que DIEU bénisse nos hommes et merci Mr Krim Belkacem d’avoir travailler dur pour l’Algérie.




      3



      0
    le niveau
    17 novembre 2017 - 9 h 19 min

    svp ne parler plus sur les martyr.ils ont fait leur devoir et de quel devoir ( donner son corp et ame pour liberer son pays )se liberer pour etre libre et independant dans son propre pays.
    allah yarham chouhada




    16



    9
    Rayes Al Bahriya
    17 novembre 2017 - 8 h 51 min

    Lee ouled frança…. l’ont assassinés.

    Krim Belkacem fils du djurdjura et des hautes cimes des montagnes de notre éternelle Algérie
    Nous insuffle fierté et dignité et honneures.

    On ne dois plus jamais oublier son sacrifice.

    De mémoire à l’indépendance il n’avait gagné sa vie d’homme libre qu’en devenant représentant
    Exclusif et commercial d’une grande marque
    D’Horloger Suisse en ALGÉRIE…le pays qu’il avait
    Libéré des griffes du colonialisme abjecte.
    Signe des TEMPS….sans doutes.

    Aujourd’hui le p.fln troque L’Algérie pour la france.

    La trahison manifeste et sans appel au tribunal de
    L’histoire.

    Allah Yarham notre grand FRÈRE…KRIM BELKACEM.

    Mes sincères fraternités à sa famille et ses plus
    Proches.

    Majestueux cet article.

    Merci Algérie patriotique…

    MERCI

    MERCI

    MERCIS.




    53



    5
    DYHIA
    17 novembre 2017 - 7 h 56 min

    Quand je regarde la photo, je vois les lions qui ont fait face à une puissance coloniale de l’époque.
    Quand je regarde les charlatans politiques de 2017, j’ai juste envie de pleurer mon pays.




    81



    3
      Chaoui
      17 novembre 2017 - 9 h 18 min

      Bien du même avis que toi je suis. Comme quoi l’argent (tmah) corrompt TOUT. Il reste néanmoins que notre Patrie possède parmi ces enfants (hommes et femmes) des gens de qualité habités du sacro-saint principe de l’intérêt général que nous finirons d’une manière ou d’une autre à asseoir, en fonction de leurs compétences respectives, à la tête de notre pays. C’est dans l’ordre des choses comme la loi de la nature : une génération s’en va, une nouvelle plus illuminée éprise des idéaux de justice arrive. Pour se faire, notre pays a auparavant besoin de deux grands Partis politiques VÉRITABLEMENT démocratiques. Le FLN qui est avec son sigle le patrimoine de tout notre Peuple (et non d’une caste) doit se dissoudre et /ou se transformer en organe mémoriel transcendant tout clivage politique. C’est ainsi que nous entrerons dans une nouvelle ère, celle du 21ème siècle.




      29



      4
    algé[email protected]
    17 novembre 2017 - 7 h 23 min

    C’est lui qui a dit à ses coéquipiers à Evian (France) au moment des négociations avec les français : « quand nous étions au maquis ils nous appellent les falaghas et bandits de chemins et ici à Evian les policiers sont au garde vous devant nous ». Il avait a peine 34 ans quand il négociait avec la France coloniale de de Gaulle, à 34 ans il faut être sûr de soi-même surtout sur la question du Sahara que la France a voulu l’amputer à tous prix du territoire nationale, mais avec Krim Belkacem (38 ans ) de Gaulle est tombé sur un os.

    Mais malheureusement ce héros de la Révolution il a fini mort étranglé dans un hôtel, assassiné par ses frères. Les historiens disaient toujours «  la Revolution dévore ses enfants »




    70



    2
    Kahina
    17 novembre 2017 - 7 h 01 min

    Des expressions fortes et lourdes de sens reflétant tout son charisme et son caractère d’un vrai Algérien qui défend son pays. Allah Yerahmou.
    L’Algérie a besoin plus que jamais des Hommes de ce calibre.




    62



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.