Louisa Hanoune s’attaque à Ould-Abbès et à ceux qui ont confisqué le sigle du FLN

Hanoune PT
Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs. New Press

Par Hani Abdi – La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, s’est élevée contre la confiscation du sigle du FLN par ceux qui courent derrière le capital, tournant le dos au peuple. De Constantine où elle a insisté sur les dangers qui menacent le pays, la pasionaria du PT a affirmé que «le FLN historique appartient à tous les Algériens sans distinction aucune et sa mission, qui était de libérer le pays du joug colonial, s’est terminée en juillet 1962 avec l’indépendance de l’Algérie».

Louisa Hanoune a poursuivi en considérant que ceux qui parlent au nom de ce sigle n’ont rien à voir avec le FLN authentique. Le sigle a été, selon elle, confisqué par ceux qui prônent le capitalisme sauvage. Louisa Hanoune a souligné que ceux qui ont déclenché la Guerre de libération nationale voulaient un Etat social. La patronne du PT a ainsi énergiquement répondu à Djamel Ould-Abbès, secrétaire général du FLN, qui a maintes fois déclaré que le FLN est le dépositaire de l’indépendance de l’Algérie.

La secrétaire générale du PT a, par ailleurs, relevé que les prochaines élections amorceront «une nouvelle ère dans le climat politique, social et économique du pays», invitant les citoyens à voter «massivement» et à élire des compétences intègres et capables de relever le défi, celui d’édifier «une Algérie forte et épanouie». Mme Hanoune a plaidé, en outre, pour «la lutte contre la fraude des élections et le recouvrement des prérogatives des Assemblées locales». Elle a souligné que les jeunes sont le «vrai capital» de l’Etat dans lequel «il faut investir pour mettre fin aux pratiques irresponsables ayant conduit aux crises politique, sociale et économique que vit le pays».

Mme Hanoune, qui alerte contre la dégradation du pouvoir d’achat des Algériens à cause de la crise financière et ce qu’elle génère comme inflation, a assuré que les candidats de son parti ont l’audace et l’esprit nationaliste nécessaires pour œuvrer en vue de restituer les biens «spoliés» des communes et de la wilaya. «Nos candidats peuvent, également, consacrer l’union au sein des Assemblées communales et de wilaya afin de faire face à la politique d’austérité», a-t-elle ajouté, soulignant, en outre, que son parti n’est pas pour la démocratie participative qui veut dire, selon elle, l’«anéantissement de la démocratie du mandat et la gestion de l’austérité». Elle rappelle le rôle des élus «qui doivent défendre la démocratie de base et lutter contre la pauvreté et les disparités».

H. A.

Comment (12)

    Prenez place , mais une seule svp !
    20 novembre 2017 - 9 h 19 min

    madame , yarhem babak : VOUS DITES TOUT PUIS SON CONTRAIRE QUELQUES JOURS APRES !!! vous avez un grand probléme de personnalité , un c…entre deux chaises !!!




    2



    0
    Anonyme
    19 novembre 2017 - 17 h 24 min

    Tata ya Tata, si le système n’existait pas tu l’aurais inventé !




    6



    0
    lhadi
    19 novembre 2017 - 16 h 57 min

    Ai lieu de se focaliser sur le mercenaire de la parole de cette école d’escroquerie qui apprend à ses élèves comment faire passer le faux pour du vrai, la secrétaire générale du Parti des travailleurs devrait, dans le cadre des principes bien définis, élaborer, avec l’apport d’un large collectif représentant les spécialités les plus diverses, un programme de gouvernance.

    En effet, celui-ci ne peut être crédible qu’en s’entourant d’autant de compétences, qu’en faisant preuve d’autant d’esprit de responsabilité.

    Face aux graves problèmes qui sont ceux de la société algérienne d’aujourd’hui, il ne s’agit pas de proposer quelques vagues options de caractère électoraliste. Il ne s’agit pas de copier l’expérience du passé. Il est possible et il est nécessaire d’aller désormais bien au-delà : la situation du pays appelle actuellement des transformations décisives et irréversibles. C’est de ces transformations – politiques, économiques, sociales – que le programme d’union nationale doit être établi. Ce programme ne doit pas répondre seulement aux besoins des citoyennes et des citoyens, de tout notre peuple ; il doit répondre aussi aux intérêts les plus élevés de la nation.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    16



    0
    Anonyme
    19 novembre 2017 - 16 h 30 min

    Elle a tout fait pour déranger Liamine Zeroual ( grand patriote et homme d’état) quand il était président. Elle était de mèche avec les partisans du « qui tue qui » ensuite elle s’est acoquinée avec les instigateurs du terrorisme à Saint Egidio, puis elle a compris que tout en faisant semblant d’être dans l’opposition en gesticulant et en brassant du vent, son intérêt est d’être avec le système (très généreux pour ceux qui entrent dans la maison de l’obéissance et plus pour ceux qui s’inscrivent dans l’allégeance). Fak bik Echa3b ya Tata Louisa.




    7



    1
    hassina
    19 novembre 2017 - 0 h 20 min

    Mme Hanoune personne ne vous croit plus,vous êtes l alibi parfait du système.
    Dès que vous sentez que le régime est en danger vous sortez de votre tanière pour le défendre et surtout défendre Fakhamatouhou qui est votre gourou sacré .
    vous êtes aussi collé à votre siège que lui.
    Le Fln,le rnd,le rcd,le ffs,les partis islamistes ,votre parti vous ne valez plus rien.




    12



    1
    L'EPERVIER
    18 novembre 2017 - 22 h 49 min

    c’est maintenant quelle se reveille , celle la , t’as ratee 2 trains , t’as du chemin a faire , tantouze .




    10



    1
    Felfel Har
    18 novembre 2017 - 20 h 53 min

    Et toi, Tata Louisa, tu as volé le sigle et la plateforme du Parti des Travailleurs pour soutenir tous ceux qui l’humilient et le volent. Même la nomemklatura trouve en toi une bonne avocate pour plaider ses causes. Le soutien que tu leur apportes te vaut des avantages dignes d’une privilégiée du systême. Comme tous les opportunistes, tu pleures avec le berger et tu festoies avec les loups. Fakou bik!




    12



    1
    Alors on dort..
    18 novembre 2017 - 20 h 52 min

    Kif kif. Sans baath fln vous ne seriez pas là…




    11



    1
    Anonyme
    18 novembre 2017 - 19 h 56 min

    L’appétit vient en mangeant. 5 mandats de député (5 x 5 x 12 = 300 mensualités , 120 mensualités à 13 millions le mois plus 180 mensualités à 30 millions le mois, plus les indemnités plus les primes d’installation plus les primes de départ plus prime d’achat de terrain plus prime d’achat de voiture. Faites le compte. Des sommes qui donnent le vertige ! De quoi couler la Bundesbank.




    15



    1
    Anonyme
    18 novembre 2017 - 19 h 55 min

    Tout ça pour nous dire à la fin d’aller voter
    walou on ne vote pas et d’ailleurs voter pour qui ??????????




    15



    2
    Anonyme
    18 novembre 2017 - 19 h 08 min

    elle se dit anarchiste ;mais elle n a rien avec le lion BAKOUNINE ! elle va participer pour de l intérêt matériel et puis après le scrutin elle revenir pleurnicher sur la fraude ! on connait la chanson madame la marquise !




    14



    2
    Ali-Mentation
    18 novembre 2017 - 18 h 09 min

    Sacree comedienne et pourtant son parti c’est une filiale de la fln




    16



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.