Comment Feraoun a fait perdre à l’Algérie un important siège de l’UA

Feraoun Tunisie
Houda Imane Feraoun, ministre des PTIC. New Press

Par Hani Abdi – La Tunisie a été choisie par l’Union africaine (UA) pour abriter le siège du futur Centre stratégique africain dans le domaine du numérique. La décision a été prise lors de la deuxième session du Comité technique spécialisé de l’UA sur la communication et les TIC, organisée à Addis-Abeba. Une session à laquelle notre ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication n’a pas pris part pour des raisons que nous ignorons.

Ainsi donc, la Tunisie deviendra le futur hub africain des technologies numériques. Ce centre africain s’occupera principalement de la formation de haut niveau des cadres dirigeants des gouvernements africains et des grands groupes privés du continent. Il assurera également une veille des marchés du numérique et dispensera des conseils aux acteurs et professionnels du secteur numérique en Afrique.

La Tunisie a également été élue vice-présidente du bureau du Comité technique spécialisé de l’Union africaine sur la communication et les TIC pour un mandat de deux ans. Le choix de la Tunisie en dit long sur la place de l’Algérie en Afrique dans le secteur numérique. La Tunisie est, faut-il le souligner, plus avancée en matière de TIC. Elle figure à la troisième place en Afrique en matière de connectivité mobile, après les Iles Maurice et l’Afrique du Sud. Ce qui contredit les affirmations de notre ministre des PTIC qui a annoncé en grande pompe en 2016 que l’Algérie se prépare pour devenir le «hub» africain de l’Internet.

L’annonce du déploiement d’un réseau en fibre optique qui reliera l’Algérie aux pays africains attend concrétisation. Comme, d’ailleurs, la poursuite du déploiement du réseau en fibre optique national. Un projet lancé depuis des années qui demeure encore inachevé. Cela alors que des pays africains, de petite taille et aux moyens souvent moindres, réussissent à faire des exploits.

H. A.

Comment (49)

    awrassi
    4 décembre 2017 - 14 h 43 min

    Pourquoi incriminer notre ministre sans preuve ? La Tunisie a peut être été récompensée par l’Union africaine sous l’insistance des Européens et des Américains, pour services rendus (base US, féminisation de la société, recul des valeurs musulmanes, etc.) …




    1



    1
    El Kenz
    30 novembre 2017 - 20 h 27 min

    Je lis plus de Marocain sur ce site que d’ Algériens. On vite oublie qu’ à l’ heure de l’ introduction des technologies électroniques l’ Algérie était en guerre contre le terrorisme, et plus encore était sous embargo non déclaré. La Tunisie qui ne dépasse pas en grandeur la wilaya de Tam ou Adrar, peut facilement généraliser ses technologie. L’ Algérie est un continent pas la minuscule Tunisie ou par exemple sa couverture en fibre optique , relais ect … demande énormément d’ argent ,et de temps. Il ne faut pas comparé l’ incomparable. L’ Algérie pour les ignares a fait un grand saut en la matière depuis juste 15 ans et avec l »achèvement ( 2/ 3 ans) du réseau national en fibre optique , on sera un grand pays du numérique. L’ Algérie réalise avec ses propres moyens financiers et tout appartient à l’ Etat, donc au peuple contrairement aux autres pays que certains citent comme models qui les faits n’ont aucune emprise sur le secteur des Tic qui est totalement tenu par des firmes étrangères.




    8



    9
      Rezki Djerroudi
      5 décembre 2017 - 2 h 07 min

      M. El Kenz ne pouvez-vous pas soigner un peu votre orthographe SVP. Il y va de votre intégrité sabhan Allah!




      1



      2
    chibl
    30 novembre 2017 - 14 h 10 min

    La raison est tout autre, la Tunisie est la meilleure dans le domaine des TIC dans la zone MENA, voila ce qui a motivé la décision de l’UA point barre.
    Nous sommes fort dans la lutte anti terroriste c’est ce qui a motivé l’UA de choisir Alger pour abriter le siège d’AFRIPOL,concernant les TIC,l’industrie,les énergies renouvelables il faudra attendre des décennies,voire des siècles,voire jamais!!!




    12



    7
    FLN canal historique
    30 novembre 2017 - 13 h 54 min

    Elle devrait être remerciée, pourquoi le gouvernement tient-il à elle ? Moi je sais pourquoi et vous ???




    13



    4
      Anonyme
      30 novembre 2017 - 17 h 45 min

      non !




      4



      3
      le niveau
      30 novembre 2017 - 18 h 55 min

      entouma fln vous savait tout et vous ne dite rien et si ont parle se sera sur le fln qui pille le pays …ont ses tous et ont dit tout




      4



      2
      Anonyme
      4 décembre 2017 - 0 h 19 min

      Il y a hélas d’importantes compétences mais écartées malheureusement et le FLN en est responsable.




      3



      2
    Québec
    30 novembre 2017 - 13 h 24 min

    C’est triste quand je vois que nos ingénieurs font des miracles dans le numérique au Canada.
    Ce sont eux qui ont développé le numérique au Canada.
    Le Canada a récemment exprimé son vœux d’importer plus d’Algériens.

    Que nos responsables fassent le nécessaires pour que nos ingénieurs restent en Algérie.
    Si les conditions de travail étaient favorables et équitables, on ne quittera jamais l’Algérie.
    Nos responsables poussent les cadres à quitter le Bled. Malheureusement.




    20



    3
    abdel
    30 novembre 2017 - 12 h 19 min

    ce n’est pas a cette pauvre ministre de défendre en premier les intérets du pays,mais au « président » et force est de constater, que celui -ci est incapable d’assumer ses fonctions,et on ne gère pas ,un pays par délégation :!




    14



    4
    Vangelis
    30 novembre 2017 - 11 h 42 min

    Mais c’est comme tout ! L’Algérie est dernière en tout, sauf en fanfaronnades (…). Je raconte des histoires ? Ben voyons !
    Voyez donc tous les classements mondiaux: l’Algérie végète dans leurs profondeurs.
    Depuis son indépendance, qui n’en a que le nom, tous les dirigeants et cadres qui ont accès à la parole, ne savent que faire des promesses et trop souvent, celles-ci, tombent dans les oubliettes et n’engagent donc que ceux et celles qui les écoutent.
    Le pays fait dans le rafistolage. Aucune étude sérieuse pour faire du dur qui dure. Il pays des études à des étrangers qui trop souvent ont des résultats bidons. Les affaires d’arbitrages sont encore là pour dire que le pays est géré comme une épicerie et personne ne se remet en cause en rendant son tablier devant tant d’échecs.
    Comment voulez-vous que le pays avance d’un iota lorsque vous avez un hémiplégique à sa tête dont on n’arrête pas de nous seriner qu’il est conscient, qu’il a toute sa tête… à seule fin de flouer les algériens et surtout maintenir le pays dans cette mainmise et dans cette léthargie mortelle pendant que d’autres – des pays insignifiants, à l’image de tous les voisins – lui dament le pion à chaque fois avec la complicité de ministres et de hauts fonctionnaires sensés être là où se font et défont les décisions.
    Le seul fonds de commerce de l’Algérie est toujours la lutte contre le terrorisme, la déradicalisation et toutes ces foutaises qui ne nourrissent pas leurs hommes mais qui font passer la pommade (…).




    19



    10
      Adam
      3 décembre 2017 - 5 h 42 min

      Depuis l’indépendance, les indigènes français ne nous on jamais laissé en paix, point barre….à bon entendeur !




      3



      3
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 11 h 08 min

    Certains commentaires sont terriblement injustes,Le choix de Tunis comme siège du futur Centre stratégique africain dans le domaine du numérique n a rien a voir avec l absence de Mme Feraoun a Addis-Abeba.Nous avons beaucoup a faire pour developper davantage le numerique en Algerie,que nos ingenieurs et ils sont tres competents,s activent et que nos autorites competentes dans le domaine fassent de telles sortes que la numerisation et la digitalisation deviennent une matiere presente dans nos ecoles,nos lycees et nos universites.
    Familiariser nos citoyens avec l ere de la numerisation.Jeter des culpabilites sur tel outel ne nous avance pas,
    s il y a un probleme,des solutions existent et il ne faut pas perdre du temps dans les palabres improductives.
    Travaillons main dans la main pour le bien de notre Pays.




    9



    9
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 11 h 08 min

    Vous ignorez vraiment la raison ? elle est toute simple ! les incompétents ont une peur bleue « d’affronter » de grands dirigeants sur la scène internationale quitte à délaisser les intérêts du pays. C’est tellement plus facile de bloquer un site d’info et d’exiger le renvoi d’un caricaturiste tout en se faisant brusher les cheveux.




    19



    4
      Anwa wiggi
      5 décembre 2017 - 22 h 31 min

      Azul fellawen,
      Exactement mon ami.
      Ils n’ont aucune compétence, ils le savent, les étrangers le savent aussi.
      La censure et le chantage sont les seuls domaine qu’ils maîtrisent




      1



      0
    icialG
    30 novembre 2017 - 9 h 45 min

    par acquis de conscience on se limoge soit même quant on est défaillant, maiiiis ça c est réserver aux personnes intègres ce qui n est apparemment pas le cas de la petite dame




    19



    5
    Vérité-Si-je-mens
    30 novembre 2017 - 8 h 50 min

    C’est dus aux caprices des enfants d’une république familiale et le pire reste a venir,préparez vos bagages(EL HARBA TSSELEK)




    23



    10
    hamid
    30 novembre 2017 - 1 h 52 min

    ELLE A UNE TETE QUI FAIT PEUR




    25



    31
      Moh
      30 novembre 2017 - 5 h 32 min

      C’est pareil aux Consulats de Paris et région où les guichetieres font penser aux films d’horreur.




      20



      18
      Argentroi
      1 décembre 2017 - 9 h 28 min

      Tu manques vraiment de gout !




      0



      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.