Comment Feraoun a fait perdre à l’Algérie un important siège de l’UA

Feraoun Tunisie
Houda Imane Feraoun, ministre des PTIC. New Press

Par Hani Abdi – La Tunisie a été choisie par l’Union africaine (UA) pour abriter le siège du futur Centre stratégique africain dans le domaine du numérique. La décision a été prise lors de la deuxième session du Comité technique spécialisé de l’UA sur la communication et les TIC, organisée à Addis-Abeba. Une session à laquelle notre ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication n’a pas pris part pour des raisons que nous ignorons.

Ainsi donc, la Tunisie deviendra le futur hub africain des technologies numériques. Ce centre africain s’occupera principalement de la formation de haut niveau des cadres dirigeants des gouvernements africains et des grands groupes privés du continent. Il assurera également une veille des marchés du numérique et dispensera des conseils aux acteurs et professionnels du secteur numérique en Afrique.

La Tunisie a également été élue vice-présidente du bureau du Comité technique spécialisé de l’Union africaine sur la communication et les TIC pour un mandat de deux ans. Le choix de la Tunisie en dit long sur la place de l’Algérie en Afrique dans le secteur numérique. La Tunisie est, faut-il le souligner, plus avancée en matière de TIC. Elle figure à la troisième place en Afrique en matière de connectivité mobile, après les Iles Maurice et l’Afrique du Sud. Ce qui contredit les affirmations de notre ministre des PTIC qui a annoncé en grande pompe en 2016 que l’Algérie se prépare pour devenir le «hub» africain de l’Internet.

L’annonce du déploiement d’un réseau en fibre optique qui reliera l’Algérie aux pays africains attend concrétisation. Comme, d’ailleurs, la poursuite du déploiement du réseau en fibre optique national. Un projet lancé depuis des années qui demeure encore inachevé. Cela alors que des pays africains, de petite taille et aux moyens souvent moindres, réussissent à faire des exploits.

H. A.

Comment (49)

    awrassi
    4 décembre 2017 - 14 h 43 min

    Pourquoi incriminer notre ministre sans preuve ? La Tunisie a peut être été récompensée par l’Union africaine sous l’insistance des Européens et des Américains, pour services rendus (base US, féminisation de la société, recul des valeurs musulmanes, etc.) …

    2
    2
    El Kenz
    30 novembre 2017 - 20 h 27 min

    Je lis plus de Marocain sur ce site que d’ Algériens. On vite oublie qu’ à l’ heure de l’ introduction des technologies électroniques l’ Algérie était en guerre contre le terrorisme, et plus encore était sous embargo non déclaré. La Tunisie qui ne dépasse pas en grandeur la wilaya de Tam ou Adrar, peut facilement généraliser ses technologie. L’ Algérie est un continent pas la minuscule Tunisie ou par exemple sa couverture en fibre optique , relais ect … demande énormément d’ argent ,et de temps. Il ne faut pas comparé l’ incomparable. L’ Algérie pour les ignares a fait un grand saut en la matière depuis juste 15 ans et avec l »achèvement ( 2/ 3 ans) du réseau national en fibre optique , on sera un grand pays du numérique. L’ Algérie réalise avec ses propres moyens financiers et tout appartient à l’ Etat, donc au peuple contrairement aux autres pays que certains citent comme models qui les faits n’ont aucune emprise sur le secteur des Tic qui est totalement tenu par des firmes étrangères.

    9
    9
      Rezki Djerroudi
      5 décembre 2017 - 2 h 07 min

      M. El Kenz ne pouvez-vous pas soigner un peu votre orthographe SVP. Il y va de votre intégrité sabhan Allah!

      2
      3
    chibl
    30 novembre 2017 - 14 h 10 min

    La raison est tout autre, la Tunisie est la meilleure dans le domaine des TIC dans la zone MENA, voila ce qui a motivé la décision de l’UA point barre.
    Nous sommes fort dans la lutte anti terroriste c’est ce qui a motivé l’UA de choisir Alger pour abriter le siège d’AFRIPOL,concernant les TIC,l’industrie,les énergies renouvelables il faudra attendre des décennies,voire des siècles,voire jamais!!!

    13
    8
    FLN canal historique
    30 novembre 2017 - 13 h 54 min

    Elle devrait être remerciée, pourquoi le gouvernement tient-il à elle ? Moi je sais pourquoi et vous ???

    13
    5
      Anonyme
      30 novembre 2017 - 17 h 45 min

      non !

      4
      3
      le niveau
      30 novembre 2017 - 18 h 55 min

      entouma fln vous savait tout et vous ne dite rien et si ont parle se sera sur le fln qui pille le pays …ont ses tous et ont dit tout

      4
      2
      Anonyme
      4 décembre 2017 - 0 h 19 min

      Il y a hélas d’importantes compétences mais écartées malheureusement et le FLN en est responsable.

      3
      2
    Québec
    30 novembre 2017 - 13 h 24 min

    C’est triste quand je vois que nos ingénieurs font des miracles dans le numérique au Canada.
    Ce sont eux qui ont développé le numérique au Canada.
    Le Canada a récemment exprimé son vœux d’importer plus d’Algériens.

    Que nos responsables fassent le nécessaires pour que nos ingénieurs restent en Algérie.
    Si les conditions de travail étaient favorables et équitables, on ne quittera jamais l’Algérie.
    Nos responsables poussent les cadres à quitter le Bled. Malheureusement.

    22
    3
    abdel
    30 novembre 2017 - 12 h 19 min

    ce n’est pas a cette pauvre ministre de défendre en premier les intérets du pays,mais au « président » et force est de constater, que celui -ci est incapable d’assumer ses fonctions,et on ne gère pas ,un pays par délégation :!

    15
    4
    Vangelis
    30 novembre 2017 - 11 h 42 min

    Mais c’est comme tout ! L’Algérie est dernière en tout, sauf en fanfaronnades (…). Je raconte des histoires ? Ben voyons !
    Voyez donc tous les classements mondiaux: l’Algérie végète dans leurs profondeurs.
    Depuis son indépendance, qui n’en a que le nom, tous les dirigeants et cadres qui ont accès à la parole, ne savent que faire des promesses et trop souvent, celles-ci, tombent dans les oubliettes et n’engagent donc que ceux et celles qui les écoutent.
    Le pays fait dans le rafistolage. Aucune étude sérieuse pour faire du dur qui dure. Il pays des études à des étrangers qui trop souvent ont des résultats bidons. Les affaires d’arbitrages sont encore là pour dire que le pays est géré comme une épicerie et personne ne se remet en cause en rendant son tablier devant tant d’échecs.
    Comment voulez-vous que le pays avance d’un iota lorsque vous avez un hémiplégique à sa tête dont on n’arrête pas de nous seriner qu’il est conscient, qu’il a toute sa tête… à seule fin de flouer les algériens et surtout maintenir le pays dans cette mainmise et dans cette léthargie mortelle pendant que d’autres – des pays insignifiants, à l’image de tous les voisins – lui dament le pion à chaque fois avec la complicité de ministres et de hauts fonctionnaires sensés être là où se font et défont les décisions.
    Le seul fonds de commerce de l’Algérie est toujours la lutte contre le terrorisme, la déradicalisation et toutes ces foutaises qui ne nourrissent pas leurs hommes mais qui font passer la pommade (…).

    20
    10
      Adam
      3 décembre 2017 - 5 h 42 min

      Depuis l’indépendance, les indigènes français ne nous on jamais laissé en paix, point barre….à bon entendeur !

      3
      3
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 11 h 08 min

    Certains commentaires sont terriblement injustes,Le choix de Tunis comme siège du futur Centre stratégique africain dans le domaine du numérique n a rien a voir avec l absence de Mme Feraoun a Addis-Abeba.Nous avons beaucoup a faire pour developper davantage le numerique en Algerie,que nos ingenieurs et ils sont tres competents,s activent et que nos autorites competentes dans le domaine fassent de telles sortes que la numerisation et la digitalisation deviennent une matiere presente dans nos ecoles,nos lycees et nos universites.
    Familiariser nos citoyens avec l ere de la numerisation.Jeter des culpabilites sur tel outel ne nous avance pas,
    s il y a un probleme,des solutions existent et il ne faut pas perdre du temps dans les palabres improductives.
    Travaillons main dans la main pour le bien de notre Pays.

    10
    9
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 11 h 08 min

    Vous ignorez vraiment la raison ? elle est toute simple ! les incompétents ont une peur bleue « d’affronter » de grands dirigeants sur la scène internationale quitte à délaisser les intérêts du pays. C’est tellement plus facile de bloquer un site d’info et d’exiger le renvoi d’un caricaturiste tout en se faisant brusher les cheveux.

    20
    4
      Anwa wiggi
      5 décembre 2017 - 22 h 31 min

      Azul fellawen,
      Exactement mon ami.
      Ils n’ont aucune compétence, ils le savent, les étrangers le savent aussi.
      La censure et le chantage sont les seuls domaine qu’ils maîtrisent

    icialG
    30 novembre 2017 - 9 h 45 min

    par acquis de conscience on se limoge soit même quant on est défaillant, maiiiis ça c est réserver aux personnes intègres ce qui n est apparemment pas le cas de la petite dame

    19
    6
    Vérité-Si-je-mens
    30 novembre 2017 - 8 h 50 min

    C’est dus aux caprices des enfants d’une république familiale et le pire reste a venir,préparez vos bagages(EL HARBA TSSELEK)

    23
    11
    hamid
    30 novembre 2017 - 1 h 52 min

    ELLE A UNE TETE QUI FAIT PEUR

    25
    32
      Moh
      30 novembre 2017 - 5 h 32 min

      C’est pareil aux Consulats de Paris et région où les guichetieres font penser aux films d’horreur.

      20
      18
      Argentroi
      1 décembre 2017 - 9 h 28 min

      Tu manques vraiment de gout !

    Ali
    30 novembre 2017 - 1 h 46 min

    elle risque encore de nous faire plus en ne concrétisant pas le projet de fibre optique qui relie alger à Lagos car avec cette dorsale il s’ensuivra le gazoduc algérie – nigeria , l’autoroute et d’autres projets structurants. Il est vraiment temps qu’elle soit débarquée du gouvernement ya el khaoua. Ouyahia voulaut la débarquer mais ses soutiens sont forts ul faut une décision du Président d ela république pour la jeter dehors

    5
    2
    Erracham
    29 novembre 2017 - 23 h 17 min

    Ce qui nous arrive est une calamité. Il y a des pays aux ressources limitées qui ont fait le pari de lancer et réussir la révolution numérique en mobilisant leurs forces intellectuelles et en investissant dans ce secteur de pointe. En Algérie, on bricole et on promeut des charlatans qui font étalage de leur maigre connaissance de la chose informatique et de ses multiples ramifications et qui sont restés cloués avec la première génération alors que le reste du monde jongle avec la 4G, voire la 5G. Ce qui me chagrine, c’est que de nombreux Algériens qui ont réussi dans la Silicon Valley, en créant leur propre star up, sont ignorés. L’intelligence fait peur à ceux qui en manquent.

    22
    3
    Anonyme
    29 novembre 2017 - 23 h 14 min

    H Ferraoun n’est qu’un bouc émissaire
    le mal est partout

    9
    4
      abdel
      30 novembre 2017 - 12 h 30 min

      quand on recrute des gens par piston et par connaissances familiales,et non pas sur leurs compétences, on arrive fatalement a une societé d’incompétents a tous les niveaux

      6
      2
    Anonymous
    29 novembre 2017 - 23 h 02 min

    Le drame est que nous avons bcp de Feraoun et dans de nombreux secteurs.

    17
    6
    Anonyme
    29 novembre 2017 - 23 h 00 min

    Et on se demande pourquoi tous ces jeunes et tous ces cadres veulent quitter le pays. Une fille à papa incompétente qui occupe le poste de ministre…vous vous attendiez à quoi? En acceptant que des nullards, à tous les niveaux, nous dirigent, on n’a que ce qu’on mérite: humiliations et échecs!

    19
    6
    Mohamedz
    29 novembre 2017 - 22 h 53 min

    Rien d’étonnant pour les gens qui connaissent le système, puisque de nombreux Ministres en place et ex Ministres ont pour seule mission d’isoler l’Algérie du monde extérieur; un monde extérieur marqué par l’avènement de la Mondialisation ou l’avenir des pays se joue au sein de ces Organisations et Institutions régionales et internationale. Deux exemples pour donner un sens à mon post : 1/- l’actuel Ministre des Sports (L’hadi Ould Ali) à tout fait pour faire éjecter Raouraoua (envers lequel je n’ai pas de sympathie particulière mais qui reste algérien avant tout) du BF de la CAF au profit du sujet du Makhnez le sieur Faouzi Lakjaa. Mieux que cela, ce Ministre avait refusé récemment l’envoi du dossier de candidature d’un autre algérien pour le poste de DG de la CAF. Pour preuve, aujourd’hui on n’a aucun algérien au sein de cette CAF a même de défendre les intérêts du pays alors qu’entretemps le Régime du Makhnez occupe depuis peu six importants postes de responsabilité dans cette CAF grâce au soutien paraît-il de ce même Ould Ali. 2/- l’ex Ministre de l’agriculture (Abdelwahab Nourri) à refusé la nomination de 2 experts Algeriens de son Ministère à d’importants postes de responsabilité à la FAO (postes de représentation du niveau d’ambassadeur dans deux pays différents de la Région MENA). Mieux que cela, ce Ministre à personnellement parlé au Premier Responsable de cette Organisation à Rome (FAO) pour exprimer son refus et donc l’annulation de cette nomination. Ce que évidemment ce dernier a fait tout en presentant ses excuses aux deux experts Algeriens sans manquer d’expliquer les raisons.
    Ces informations sont verifiables et ces actes nuisibles au pays existent dans de nombreux autres secteurs paraît-il.

    17
    2
    vous étes étonnés ? c'est étonnant !
    29 novembre 2017 - 22 h 53 min

    c’est trés simple : en1992-93 j’avais éffectué un stage en tunisie sur comment sont les agences bancaires tunisiennes inter connectées via fibre optique ….alors qu’ici à l’époque on réfléchissait à choisir entre l’ex fis , le fln , …bref la barbe , la qamis , allayha nahya , kafir , yajouz ….etc , vous l’aurez compris : nous avons fait un grand et surtout trés long dodo et un retour dans le passé ( on a plongé dans le 6éme siécle ) , et ce paysage morose que nous subissons aujourd’hui n’est pas du tout prét à s’éffacer ,  » les tchétchènes locaux  » y compris ceux installés dans les administrations , semblent être invisibles aux autorités , et ça nous pétera à la gueule une deuxiéme fois ….
    quant à …..: elle ne prend pas ce genre de décisions , ça la dépasse …

    12
    4
    selecto
    29 novembre 2017 - 22 h 51 min

    Tout le monde sait qu’il y a une coordination entre la Tunisie le Maroc et la France dans toutes les institutions contre l’Algérie avec la complicité de traitres locaux aux papiers algériens et cœurs marocains.

    Il se pourrait que son absence était volontaire..

    17
    4
    Elbled Rahet
    29 novembre 2017 - 22 h 29 min

    Avec le mot magique « INCHALLAH » utilisé à tord et à travers l’Algérie peut devenir la premiere puissance numérique non seulement d’Afrique mais de la planète terre

    9
    5
    Anonyme
    29 novembre 2017 - 22 h 13 min

    Bien sure camarsde AP. Je vous le repete elle doit partir. Salam

    11
    4
    DYHIA-DZ
    29 novembre 2017 - 22 h 12 min

     » Une session à laquelle notre ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication n’a pas pris part pour des raisons que nous ignorons ».

    La réponse est dans le passage ci-dessus: Elle était absente, car elle voulait avoir le siège. Ça fait trop de travail pour les bras cassés. La sieste leurs manquera.

    20
    6
    Kahina
    29 novembre 2017 - 22 h 09 min

    Un autre échec pour l’Algérie.
    Les échecs jaillissent de partout, nous sommes comblés négativement.

    21
    6
    Felfel Har
    29 novembre 2017 - 20 h 47 min

    Autrefois, au sein des instances internationales l’Algérien était respecté pour son intégrité et ses compétences. Il était alors promu à des postes où il donnait la pleine mesure de son talent. FastForward, aujourd’hui, sachant que l’Algérie n’est représentée que par des pistonnés incompétents qui n’ont rien à offrir, elle occupe des strapontins alors qu’à la tribune siègent Marocains et Tunisiens. Voilà où le clan nous a menés; à la grandeur a succédé la décadence. Mme Feraoun se voit comme reine, alors qu’elle n’est rien, tout comme ses protecteurs.

    47
    5
    Malik
    29 novembre 2017 - 20 h 26 min

    ON est gouverné par des incompétents, régionalistes et des gens sans aucune pudeur. Nous nous faisons avoir par tous les pays,, car nos intérêts ne sont pas défendus. Ce qui interesse nos gouvernants, c’est les affaires, les copains et coquins et rester au pouvoir quitte à nous vendre pour un sou.

    21
    3
    jaber
    29 novembre 2017 - 20 h 17 min

    Mme Feraoun ne peut rien contre la politique néo-coloniale de la France, la « françafrique » a encore de beaux jours devant elle. La presse française nous apprend que  » Le chef de l’État a donné, ce mardi au Burkina Faso, un ton nouveau aux relations entre la France et l’Afrique », tout est dit !

    Tout est décidé d’avance pour contrer notre pays devenu « insupportable » en raison de ses prises de positions justes et impartiales. Soutenir la République Sahraouie est « blasphématoire » et un « délit » portant préjudice au Makhzen, il faut donc écarter l’Algérie des instances dirigeantes des institutions africaines et autres.

    Cependant, comme le dit un adage de chez nous « ma yanfaâ yir essah », lorsqu’on est sur la bonne voie, rien ne pourra nous arrêter.

    Bonne soirée

    12
    13
    Mello
    29 novembre 2017 - 20 h 05 min

    Cette femme est orgueilleuse, elle ne se voit pas partir a Addid Abeba. Si c’etait a Londres ou a Stockholm, elle serait la premiere a y etre. Les TIC est un domaine que cette Ministre ignore, car lorsque notre pays se retrouve aux dernieres places en Afrique, on ne voit pas comment on peut etre le hub Africain.
    Quant au CERI de Beaulieu, il fut , dans les annees 70/80, le meilleur centre de formation en Afrique. Depuis , la marche arriere a ete engagee et c’est la fin.

    32
    9
    Moh
    29 novembre 2017 - 20 h 02 min

    Une intouchable protégée.

    27
    8
    Algérie Authentique
    29 novembre 2017 - 19 h 55 min

    c’est vrai qu’elle avait annoncé que notre pays deviendrai un hub continental, ezzoukh! on est bien là face à un échec cuisant, non seulement on a quasiment pas avancé sur le plan national mais en plus on est loin des exigences d’une telle ambition ! voilà un bilan qui s’impose de lui même malgré la fâcheuse tendance de nos responsables à ne pas parler de leur bilan, alors on fait quoi ? on ne change pas une équipe qui perd bien sur ! advienne que pourra et sauve qui peut !

    21
    7
    Vérité-Si-je-mens
    29 novembre 2017 - 19 h 10 min

    Depuis que les corrompus se sont emparés des commandes;le pays ne cesse de collectionné les échecs;combien on a perdu de milliards dans l’affaire Khalifa bank;affaire Sonatrach; 1-2-3;viva l’Algérie;l’autoghoul Est-Ouest;l’importation de gravas et du sable de l’étranger juste pour détourner l’argent du peuple Algérien;alors un échec de plus ne changera rien;

    25
    5
    salah
    29 novembre 2017 - 18 h 35 min

    L’Algérie cherche a être le premier pays a atteindre le sous-sous développement grâce a nos politiques les compétents en la matières

    Q’ALLAH PROTEGE L’ALGERIE ET YAHRAM NOS GLORIEUX CHOUHADAS ET QU’IL LEURS ACCORDE LE PARADIS AMINE YA RAB L’HALAMINE

    26
    10
    Adda
    29 novembre 2017 - 18 h 04 min

    Ce fût un temps où les tunisiens venaient en masse étudier l’informatique à Alger (ex. Centre d’Études et de Recherche en Informatique de Oued Smar) parce que probablement le programme de l’informatique n’existait pas chez eux. Je vous parle du début des années 80.
    En Afrique le développement se fait est très souvent au ralenti, chez nous c’est pire et catastrophique car on ne ralenti pas seulement, en revient en arrière… Les conseils de ministres se font avec des tablettes ailleurs et la communication est numérique mais nos dirigeants préfèrent encore le téléphone fixe ou le face à face car ça ne laisse pas de trace et ils pourront toujours dire c’est pas moi c’est lui si un jour ils seront questionnés….

    31
    11
      Anonyme
      30 novembre 2017 - 14 h 25 min

      Ce centre a été transformé en une salle de prière.
      Ils mesurent la longueur de la barbe et du tissu pour la tête.

      2
      1
    nasser
    29 novembre 2017 - 17 h 58 min

    ne dit on pas « les absents ont toujours tord »,à méditer….

    17
    4
    elhadj
    29 novembre 2017 - 17 h 54 min

    les fanfaronnades entretenues jusque la en matiere de développements des TICS et amélioration du débit de l internet et E commerce n ont ete que de pures promesses farfelues qui maintiennent ce secteur stratégique dans une situation de médiocrité intolérable malgré la disponibilité des moyens existants .c est dommage au début de l indépendance l Algérie a ete l un des premiers pays du tiers monde créer un commissariat national de l informatique .tous ont évolué notamment l inde et la Corée dans tous les domaines du numérique sauf le notre qui stagne ; ce qui est hélas déplorable et peu glorieux de la part des gestionnaires concernes

    22
    5
    TARZAN
    29 novembre 2017 - 17 h 46 min

    LES ALGERIENS FÉLICITENT LA TUNISIE PAYS FRÈRE ET MÉFIEZ VOUS DE LA ROUBLARDISE DES MAROCAINS. ATTENTION CHEDOU SHIH (L’ALGERIE) ET TELQOU RIH (LE MAROC)

    17
    23
    anti-khafafich
    29 novembre 2017 - 17 h 40 min

    vous n’arretez pas de parler des tics et de la ministre, alors le resultat vous l’avez maintenant.

    14
    9
      bougie
      29 novembre 2017 - 18 h 40 min

      On ne peut pas désigner l’Algérie pour recevoir le centre stratégique africain pour le numérique ,que la ministre soit présente ou non .L’Algérie est en queue de peloton a l’échelle du continent pour le numérique ,l’informatisation ,on ne peut rien revendiquer dans ce cas .Quand on pense que le paiement par carte bancaire à 30 ans de retard ,quasiment pas de distributeurs d’argent liquide et le plus souvent en panne et dégradés que peut on montrer comme exemple d’avancées dans ce domaine ?

      41
      8
        anti-khafafich
        29 novembre 2017 - 21 h 01 min

        je suis pour la critique constructive des responsables et meme des irresponsables du pays. Ce que je veux dire c’est que la tunisie n’est pas bien placée pour nous prendre cette position, ils n’arrivent pas a subvenir a leurs besoins en nourriture et ils ont eu ce siege. quelle est l’astuce ? et bien nous on critique a fond au point de donner l’imprerssion que tout ce qu’a fait l’Algerie n’a aucune espece d’importance. on pourrait critiquer mais avec sagesse avec ruse car nous sommes entoures de louves qui ont leur loups en europe et ailleurs pour les guider. immagine que les etudiants africains de 20 ans au canada pensent que le marrok fait beaucoup de choses pour l’afrique, ils n’entendent pas parler de cette Algerie qui elle fait enormement pour eux car nos moyens de communications sont obsoletes. Aute chose, nous on acquiert de la technologie pas en se prostituant mais en bossant malgre nos defauts et nos lacunes. ce qu’il nous faut c’est plus de severite et plus de lois repressives y compris en soi disant « critiques ». vous faites ce que vous voulez de ce que dis ici, moi finalement je ne suis qu’un inconnu qui aime son pays et qui le defends a ma maniere

        22
        2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.