Le MAK affiche son racisme et appelle au boycott de l’arabe en Kabylie

ferhat mehenni du mak
Ferhat Mehenni. D. R.

Par Houari Achouri – Ferhat Mehenni remet ça. Après la grève du cartable en Kabylie en 1994, qui n’a duré heureusement qu’un semestre, alors qu’il voulait qu’elle soit illimitée, il lance l’opération boycott de la langue arabe dans la même région, pour diviser le peuple algérien. En effet, un site pro-MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie) a relayé un appel anonyme au «boycott des cours d’arabe dans toutes les écoles, les collèges, les lycées et les universités de Kabylie, et ce, à partir du 3 décembre 2017».

Cet appel est motivé par des mensonges à propos de la promotion et la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe en Algérie. La réalité est tout le contraire des allégations du MAK. En septembre dernier, lors de sa présentation du plan d’action du gouvernement devant l’Assemblée populaire nationale (APN), le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a bien indiqué que l’officialisation de tamazight «sera confortée par la mise en place de l’Académie algérienne de la langue amazighe pour la promotion de cette langue» et la propagation de l’enseignement de tamazight à travers le pays.

Mais le chef du MAK veut refaire l’expérience de 1994 parce qu’il a une revanche à prendre. On sait que le mouvement du boycott scolaire de 1994-1995 en Kabylie a conduit à l’isolement de Ferhat Mehenni, du fait de son extrémisme. Son discrédit s’est accru quand tout le monde a appris qu’il partait passer les vacances de fin d’année, c’est-à-dire le réveillon, à Paris, au moment où la Kabylie était en pleine agitation pour la reconnaissance de tamazight. S’il n’y avait pas eu l’affaire de la prise d’otages de l’Airbus d’Air France Alger-Paris, le 24 décembre 1994, dans lequel se trouvait Ferhat Mehenni, personne n’aurait peut-être rien su de cette escapade.

Les nombreuses interrogations soulevées par sa présence dans l’Airbus d’Air France attaqué par les terroristes ont achevé de discréditer Ferhat Mehenni. Il a tenté vainement de sortir de son isolement dans la Kabylie en créant des MCB (Mouvement culturel berbère)… en France. Est-ce cette piteuse posture qui l’a amené à se fourvoyer dans sa revendication d’autonomie et d’autodétermination de la Kabylie, en créant le MAK et en s’engageant dans une fuite en avant qui l’a mené dans l’impasse, le contraignant à chercher son salut dans les bras des ennemis de l’Algérie.

La vague de défections qui frappe périodiquement son mouvement séparatiste ne tardera pas à donner le résultat inévitable de son aventure : Ferhat Mehenni se retrouvera seul et il est fort à parier que même les ennemis de l’Algérie qui ont commencé à le sponsoriser finiront par le lâcher et l’abandonner dans son régionalisme débile, forme d’intégrisme qui n’a rien à envier à l’intégrisme religieux.

Au niveau national, à chaque occasion qu’il tente d’exploiter, Ferhat Mehenni est remis à sa place. Il y a deux ans, il avait tenté d’exploiter la très forte émotion créée par le décès de Hocine Aït Ahmed. Mais le fils du fondateur du FFS, Jugurtha, l’en a empêché, fidèle à la mémoire de son père qui est connu pour avoir toujours pris ses distances vis-à-vis des revendications identitaires quand elles sont placées au cœur du combat politique.

H. A.

Comment (98)

    Aliane Nora
    1 décembre 2017 - 15 h 45 min

    Les racistes sont ceux qui nous privé de notre langue maternelle et de notre culture dans notre propre pays, les racistes ce sont ceux qui ont assassinés 128 jeunes en 2001 parce qu’ils sont kabyle, les racistes ce sont ceux qui veulent nous arabiser et falsifier notre histoire, les racistes ce sont qui refusent de nos accepter dans notre vraie identité ……




    17



    14
      karimdz
      1 décembre 2017 - 20 h 43 min

      C est curieux que tu oublies de citer la france qui a décimé des millions d algériens, qui a bombardé au napalm des milliers de villages notamment en kabylie, cette france encore qui a tenté de détruire notre identité, notre histoire, nos racines.

      Les racistes, ne sont ils pas ceux qui souhaitent la destruction de notre pays, et qui s expriment à travers un pantin, le makak mahanna…




      6



      8
    Tangoweb54
    1 décembre 2017 - 13 h 54 min

    Mhenni le harki contemporain, il vit lui et ses sbires grâce à fafa et au Sionisme qui le soutiennent dans sa démarche de traître et de vendu, car ces deux pays ont une grande haine envers notre pays et ils utilisent ce nouveau traitre dans le but de déstabiliser l Algerie par tous les moyens et ils ont trouvé le créneaux porteur qui est la Berberite, pourtant cette berberite n appartient pas qu’ aux population Kabyles .




    12



    12
    Agendouze
    1 décembre 2017 - 13 h 48 min

    En tous cas, et quoi qu’on dise, les gens qui s’intéressent vraiment à ce phénomène (le désir des habitants de la Kabylie de se démarquer, d’une manière ou d’une autre, du pouvoir d’Alger qui a posé ses assises sur l’idéologie arabo-musulmane) constatent que les adeptes d’un tel projet (avec ou sans Ferhat Mehenni) voient leurs rangs grossir d’année en année. L’insulte et le dénigrement de certains personnages n’est pas la solution, bien au contraire. Le problème est bien réel et il faut des gens sages pour désamorcer ce qui semble être un sérieuse entrave à la construction d’un état qui puisse survivre, si, bien sûr, c’est le vœu de la majorité.




    7



    2
    benchikh
    1 décembre 2017 - 10 h 05 min

    Mr Mehenni , juste une simple question à propos de vos séjours en France , posons à côté la langue Arabe qui est loin de notre imagination de sa beauté et sa richesse ,et revenant à ma question comment vous vivez en France sans bosser???!! pour passer une semaine en France je dois bosser toute l’année,, et vous vivez confortablement sans bouger un doigt !!!!!.(vive la france)!!!!كثر خيرها vous n’êtes pas un homme libre .




    3



    10
    karimdz
    30 novembre 2017 - 20 h 40 min

    Msieur mahanna est brezidente du makakistan. Son premier ministre est l ordure benne heil l, ses conseillers, mimi 6 et metenneyahoud, son pays, le 18e à paris, son ennemi principal et déclaré, l Algérie.

    Nous ne sommes pas les lybiens de benghazi, nous sommes lucides et patriotes et tu peux toujours grogner autant que tu veux, tu amuses la galerie.

    L Algérie demeurera toujours arabe, berbère et musulmane, et la Palestine sera toujours dans nos coeurs.




    8



    10
    arabe
    30 novembre 2017 - 14 h 54 min

    Qui est raciste dans l’affaire de l’algerie? les arabophones ou les kabyles ? qui renie l’autre?




    19



    9
      karimdz
      30 novembre 2017 - 20 h 43 min

      A mon humble avis, c est le clown mahanna qui renie 80 % des algériens et qui pense représenter 20 % de citoyens de notre pays, alors qu il n est qu un vulgaire étranger, un sioniste, qui aboie sur l ordre de son maitre benne heil l.




      9



      10
    AbulQassim
    30 novembre 2017 - 14 h 19 min

    Al Djazair que Dieu te protège de tes ennemis.




    17



    10
      Touggourt
      1 décembre 2017 - 13 h 07 min

      on constate 8 « pouces bas » ce qui signifie 58% des lecteurs sont des ennemis de l’Algérie. La maudite racaille et vermine anti-algérienne prolifère sur le net pour semer la haine et la zizanie.




      3



      7
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 13 h 59 min

    Le MAK affiche son racisme et appelle au boycott de l’arabe en Kabylie = occulter les graves problèmes économiques et sociales, « l’illettrisme moderne » et la pauvreté rampante dangereuse en Algérie.
    Le MAK affiche son racisme et appelle au boycott de l’arabe en Kabylie = éluder le grave problème de l’impot sur les grosses fortunes.
    Le MAK affiche son racisme et appelle au boycott de l’arabe en Kabylie = occulter et éluder les problèmes engendrés par les luttes de classes entre une minorité de plus en plus riche et injuste, et une majorité de plus en plus pauvre, marginalisée et laissée pour compte.
    Le MAK affiche son racisme et appelle au boycott de l’arabe en Kabylie = semer la division des rangs du peuple et ses élites d’opposition àdes fins inavouées.
    Le MAK affiche son racisme et appelle au boycott de l’arabe en Kabylie = convulsion du libido et de l’inconscient profond.
    Demain on va tenter d’interdire « notre butin de guerre » qu’est la langue et la culture du colonisateur français et pourquoi pas s’en prendre à d’autres langues comme « boucs émissaires » à leurs difficultés ???




    6



    14
    pragmatisme
    30 novembre 2017 - 12 h 24 min

    Quand deux parties se rejettent , ne se parlent pas et surtout quand l’une d’elles renie l’autre en voulant l’anéantir la faire disparaître alors comment définir laquelle est raciste.




    20



    1
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 12 h 15 min

    Le vrai problème fondamental en Algérie, c’est la lutte des classes, la lutte d’une classe minoritaire ostentatoirement riche, parasitaire, corrompue, puissamment protégée, qui ne crée pas et ne produit pas des richesses pour l’économie du pays (sans valeur ajoutée, et sans plus value) d’un coté ;
    Et une majorité du peuple marginalisée, non protégée, laissée pour compte, qui subit les contrecoups de la crise structurelle grave et profonde (…)
    C’est un problème grave d’injustices révoltantes et de très mauvaise répartition des richesses, et des revenus dans un pays « riche ». (…)
    Trouver d’autres boucs émissaires, par la division, c’est éluder des difficultés rencontrées. Polémiquer sur des sujets, en ces moments difficiles, c’est faire la part belle à la minorité parasitaire et trop riche du système, qui a fait main basse sur l’économie (travaux publics et bâtiment, services divers…), les finances et le commerce extérieur (Import-Import).
    (…) Le pays traverse une grave crise structurelle du fait du manque de diversification (…) le pétrole et rien que le pétrole!!!




    8



    1
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 11 h 06 min

    La politique du M.A.K, malheureusement, mène à l’aventurisme, à l’anarchie, au chaos, au nihilisme des autres.
    Les cultures, les langues et les civilisations (amazighe y compris) se construisent laborieusement, avec patience et passion, dans le temps (prise de conscience élevée, lutte contre l’analphabétisme endémique, création de besoins, et d’attirance
    Pour une culture ou pour une langue, pour forger suffisamment des traditions et des automatismes aux contacts, et aux échanges
    Economiques, et culturels avec d’autres civilisations (anglo-saxonne : britannique, allemand, suédois, néerlandais, danois,…), chinoise, Coréenne Hindoue, russe….
    Comment l’Hébreu est devenu une langue vivante parlée par un bon nombre de palestiniens et jordaniens?? (…)
    Le lituanien Eliezer Perlman (Eliezer Ben Yehuda), l’Ukrainien Haim où Khaim Nahman où Nakhman Bialik sont parmi les fondateurs
    De la renaissance de l’Hébreu
    Les discriminations et l’impulsion religieuses sont pour beaucoup pour la renaissance de l’Hébreu, Reconnu en Novembre 1922, par les autorités britanniques en Palestine, comme langue des juifs fuyant les pogroms (pillages) (…)




    5



    8
    Aqvayli
    30 novembre 2017 - 10 h 39 min

    Depuis 1962 nous n’avons pas avancé d’un iota sur cette question pendant que d’autres pays avancent vers les sciences et la modernisation, NOUS !!! Comme des c… et comme toujours : NOUS REGRESSONS ! NOUS RÉTROPÉDALONS ! Pour une « question » de langue… tout en ne sachant pas que tout ceci n’est qu’une question de… MANIPULATION !!! Et à grande échelle qui plus est. Ils nous dressent entre NOUS pendant que EUX… se font la valise avec notre argent. L’argent du peuple ! On est qu’un peuple de tarés qui se laisse MANIPULER par ceux qui nous dominent depuis 62… c’est tout !!!




    13



    6
    Rayes Al Bahriya
    30 novembre 2017 - 10 h 37 min

    Pour Réalité: Allez demander à ibnou Tarmiya les ouvrages de reference dont vous avez tant besoin….
    Il reglera la facture!!!




    10



    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.