Conflit du Sahara Occidental : la Minurso a un nouveau chef

Guetres Minurso
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guetres, a nommé un nouveau représentant de la Minurso. D. R.

L’ancien diplomate canadien Colin Stewart a été nommé représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental et chef de la Minurso, a annoncé vendredi l’ONU dans un communiqué. Colin Stewart succède à une autre Canadienne, Kim Bolduc, dont le mandat s’est achevé le 22 novembre dernier. «Stewart apporte à ce poste des capacités avérées en gestion et leadership, avec plus de vingt-cinq ans d’expérience dans la paix, la sécurité et les affaires internationales», souligne le secrétariat général de l’ONU dans le communiqué. Le Canadien a été nommé à ce poste malgré les réserves du Maroc.

Colin Stewart, 56 ans, a occupé plusieurs postes au sein de l’organisation onusienne. Plus récemment, il a été directeur adjoint et chef de cabinet du Bureau des Nations unies auprès de l’Union africaine à Addis-Abeba.  Il a également travaillé au sein de plusieurs missions de l’ONU sur le terrain, notamment en qualité de chef de cabinet par intérim et chef des affaires politiques à la Mission intégrée des Nations unies au Timor-Leste (Minut), de 2007 à 2009. Au préalable, de 1999 à 2004, il a servi successivement à la Mission des Nations unies au Timor oriental (Minuto), à l’administration transitoire des Nations unies au Timor oriental (Atnuto) et à la Mission d’appui des Nations unies au Timor oriental (Manuto). De 2004 à 2006, il a représenté le centre Carter en Cisjordanie occupée, à Gaza et en République démocratique du Congo (RDC).

Ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères canadien, Colin Stewart cumule également une expérience en tant que consultant indépendant dans le domaine des élections et du développement démocratique.

S. S.

Comment (7)

    Anonyme
    3 décembre 2017 - 10 h 26 min

    Une nomination au bon moment,Un homme integre et incorruptible.Tout ce que demandent les citoyens Sahraouis c est l application du droit international,celui de l autodetermination des peuples vivants sous occupation etrangeres,notre pays a fait de ce droit des peuples un principe inebranlable de notre diplomatie et notre politique etrangere Et nous en sommes bien fiers.point barre.




    2



    3
    Anonyme
    3 décembre 2017 - 10 h 19 min

    Un homme integre et incorruptible.Tout ce que demandent les citoyens Sahraouis c est l application du droit international,celui de l autodetermination des peuples vivants sous occupation etrangeres,notre pays a fait de ce droit des peuples un principe inebranlable de notre diplomatie et notre politique etrangere Et nous en sommes bien fiers.point barre.




    2



    0
    Mas Umeri
    2 décembre 2017 - 20 h 01 min

    L’ O N U a gérée tant bien que mal, de nombreux conflits a travers le monde et mis fin aux calvaire des peuples. Cependant elle a échouée lamentablement, sur deux conflits, Palestine et Sahara Occidental. L’un, Israël, soutenu contre vents et marées par les U S A, lesquels opposent leurs veto, a toutes les résolutions condamnant l’Etat sioniste, qui occupe illégalement, les territoires palestiniens, depuis 70 ans. L’autre, la Monarchie marocaine, soutenue par la France néocoloniale, fait fi de toutes les recommandations de l’ O N U et de l’Union Africaine et de l’Arrêt de la C I J, qui a débouté le Maroc de sa revendication du territoire sahraoui, ce, depuis 42 ans. C’est bien de nommer un représentant pour accompagner le processus de décolonisation, mais,il doit imposer une solution qui va dans le sens de l’organisation d’un referendum d’autodétermination du peuple sahraoui, dont les ancêtres, n’ont jamais fait allégeance, au Roi du Maroc.




    7



    7
    Yeoman
    2 décembre 2017 - 18 h 47 min

    “Il a servi successivement à la Mission des Nations unies au Timor Oriental (Minuto), à l’administration transitoire des Nations unies au Timor Oriental (Atnuto) et à la Mission d’appui des Nations unies au Timor oriental (Manuto)”. Prochaine étape donc, la création de l’ATNUSO, Administration Transitoire des Nations Unies au Sahara Occidental. Avant l’indépendance pure et simple.




    9



    6
      Nourdine
      2 décembre 2017 - 22 h 29 min

      Vous tapez dans le mille, ce fonctionnaire gène le makhzen qui formule des réserves à cause de son cv … ce qui se traduit en makhzini : la corruption n’a pas marchée …




      5



      5
        Yeoman
        3 décembre 2017 - 3 h 20 min

        Oui. Le problème du Timor Oriental, qui est maintenant indépendant, était très similaire à celui du Sahara Occidental. Il faut croire que ce Monsieur a été choisi pour refaire le très bon travail qu’il a déjà réalisé. Il ne s’était pas gêné face à un grand pays comme l’Indonésie. Il ne va pas être intimidé par un monarque sans envergure dont tout le monde sait qu’il s’est enrichi en affamant son peuple et en vendant de la drogue.




        4



        4
    Yeoman
    2 décembre 2017 - 15 h 42 min

    Perte de temps et d’argent. Il y a des situations où rien ne vaut des coups de pieds au c…. Il suffit de regarder la tranche de Mohammed 6. Comment veut-on discuter avec une horreur ambulante comme lui.




    12



    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.