El-Qods capitale d’Israël : les Arabes mesurent leur impuissance

Trump El-Qods
Trump tonne, Mohammed Ben Salman se soumet… La Palestine a-t-elle été vendue ? D. R.

Par R. Mahmoudi – La plupart des chefs d’Etat arabes, parmi lesquels on trouve même le roi d’Arabie Saoudite, ont exprimé leur indignation suite à la décision annoncée par Donald Trump de reconnaître El-Qods capitale d’Israël, en admettant de fait l’extrême gravité de la situation et ses répercussions sur l’avenir de la région. Mais force est de constater qu’aucune initiative n’a été envisagée sur-le-champ pour essayer d’adopter une position commune et d’influer sur le cours des événements. La Ligue arabe, si prompte à se réunir pour condamner l’Iran ou le Hezbollah, s’est contentée d’une déclaration, au moment où huit pays, dont quatre européens, deux sud-américains et deux africains, demandaient une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur cette question.

Pourquoi cette inertie des pays arabes devant une agression aussi frontale ? La cause palestinienne ne représente-t-elle plus un enjeu important pour ces pays ? Il faut remonter le fil des événements qui ont émaillé la scène politique régionale depuis quelques mois pour comprendre que la sentence prononcée aujourd’hui par le chef de la première puissance n’en est qu’un aboutissement logique.

Tout a commencé avec l’intronisation, soutenue ou suggérée par le locataire de la Maison-Blanche, en janvier dernier, du prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salman, suivie d’une série de mesures de changement qui justifieront peu à peu des initiatives de rapprochement avec Israël : rachat de deux îles égyptiennes, classement du Hezbollah et du Hamas comme organisations terroristes, échanges de visites secrètes jamais démenties, lancement d’un mégaprojet à quelques encablures de l’Etat hébreu…

La dernière démarche en date entreprise par le jeune prince, qui a fini par tout révéler, c’est la proposition faite il y a quelques jours à Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, sur fond de menaces, d’accepter l’installation de la capitale palestinienne à Abou Dis, dans la banlieue sud-est d’El-Qods. La conjonction avec l’annonce de Trump prouve que tout a été manigancé à l’avance entre Washington et Riyad. D’où cette paralysie totale de «l’action arabe commune» d’habitude assurée par une Ligue arabe aujourd’hui entièrement à la solde des Al-Saoud.

R. M.

Comment (52)

    mas umeri
    9 décembre 2017 - 10 h 47 min

    Pour mettre fin au calvaire des peuples arabes et musulmans,c’est le statut des lieux saints, la Mecque et Medine, qu’il faut changer,ils doivent être gérés par un conseil représentant tous les pays musulmans.Alors, il n’ y aura plus de problème d’alliance contre nature avec l’Entité sioniste.
    Tant que Al Saoud – gardien des lieux saints le jour et Boucher au Yémen la nuit -l’obscurité descendra sur les arabes, comme il est stipulé dans des livres judaïques. L’alliance, l’entente, l’union, la ligue arabe sont des mots vides de sens, ils sont plutôt basés sur la trahison, l’hypocrisie et l’opportunisme.




    1



    0
    Anonyme
    8 décembre 2017 - 0 h 47 min

    Est ce que il existe un monde arabe??? Une ligue dite arabe où aucun pays ne s’entend avec l’autre. Arrêtons de parler de pays arabes.




    3



    1
    Résistant
    7 décembre 2017 - 23 h 31 min

    Que faut-il pour nous convaincre ? Les secousses telluriques cataclysmiques du Moyen Orient (des centaines de milliers de morts, des millions de réfugiés, des pays détruits, des souffrances au-delà de ce qui est humainement supportable, etc.) ne semblent pas nous convaincre ! Nous nous disons que ça ne peut pas nous arriver, que ça n’arrive qu’aux autres… Peut-être parce que nous serions plus forts ou plus malins…




    4



    0
    Résistant
    7 décembre 2017 - 23 h 10 min

    Nous sommes à l’image de nos dirigeants. Pourquoi toutes ces pleurnicheries. Nous sommes autant responsables que nos dirigeants par notre inertie. Depuis la chute de Grenade, hormis l’exception algérienne qui, soit dit en passant, s’est terminée en cul de sac, nous ne sommes pas arrivés à sortir la tête de l’eau. Certes, l’Occident y est pour beaucoup, mais notre responsabilité à nous est aussi grande. Elle est écrasante. Qu’avons-nous fait pour nous libérer de nos oppresseurs, je parle ici de tous les peuples concernés ? Avons-nous suffisamment mesuré l’impact à venir du capitalisme mondialisé dévastateur qui, tel un rouleau compresseur, broie tout sur son passage, tous nos acquis sociaux seront réduits en poussière…
    Il est des moments de la vie d’un peuple où l’instinct de survie doit l’emporter sur tout le reste. Sommes-nous condamnés à n’être que des êtres passéistes ?
    Exister suppose de mener des luttes sans merci et sur tous les fronts: social, culturel, économique, technologique, diplomatique… Ne rien lâcher.
    Car l’enjeu est énorme. Il y va de notre survie en tant que nation. La trame qui se joue à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières est de nature à nous inquiéter sérieusement.
    La Palestine fait partie du processus global qui nous cible tous en tant que peuples et en tant que nations. En étant forts, nous pourrons y résister. Mais la force n’est pas que militaire, elle est sociale, économique, culturelle et politique. Elle est progrès social et espoir d’une vie meilleure pour chaque citoyen.




    1



    1
    Sprinkler
    7 décembre 2017 - 21 h 06 min

    Selon Leila CHAHID ancienne représentante de l’OLP à Paris, le chef des services secrets israéliens se serait permis quelques indiscrétions en déclarant que l’Arabie saoudite avait été informée secrètement de la décision de Trump de reconnaître El Qods comme capitale de l’état juif…Dire qu’il y a des centaines de millions de musulmans de par le monde qui croient toujours que les Al Saoud sont des…musulmans !




    8



    1
    Algérie Authentique
    7 décembre 2017 - 20 h 56 min

    l’impuissance est le résultat de l’improductivité des cerveaux. si tout avait été fait pour l’éducation des masses, rien ne pourrait nous atteindre , on serait des peuples forts travailleurs armés face à l’adversité et pas uniquement de missiles! on serait respecté et peut-être qu’un affront aussi ignoble n’aurait pas eu lieu! eh bien « dansons » maintenant !




    6



    2
    anti-khafafich
    7 décembre 2017 - 19 h 46 min

    كعادتها العرب تندد وتستنكر…وبقوة les « souverains » traitres zarabes ne savent rien faire. a part protester verbalement et avec force svp, c est tres intense, et la minute suivante, chacun donnera un coup de telephone « rassurant » trump : « vous nous connaissez votre majeste, avec nos paroles nous trumpons seulement, ne soyez pas faches votre majesté, nous tenons a nos pouvoirs meme s ils sont en carton »




    7



    4
    Le comble!
    7 décembre 2017 - 19 h 27 min

    Le comble pour les Zarabes, c’est que, quand ils se mettront à genoux, parce qu’ils finiront par le faire et suivront l’Arabie saoudite c’est qu’ils reconnaitront Israël et établiront des relations diplomatiques avec lui. Ils ouvriront leurs ambassades à Jérusalem, pardi ! Parce que Tel Aviv cessera de l’être et bessif ils iront à El Qods!




    7



    1
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 16 h 06 min

    Il faut boycotter l administration et l ambassade des Etats unis sous la presidence de Trump.et toutes les ambassades des pays qui suivront la decision de Trump. point. barre




    6



    4
      Faut. S'qui faut
      7 décembre 2017 - 19 h 12 min

      Parfaitement ! Et qu’on n’oublie pas de condamner fermement la décision de Trump par la kasma FLN de Haï Emir Abdelkader de Oued El Besbès et celle de Oued Tlata Elli gouddam El Kharrouba. Comme du temps de la guerre du Vietnam. Oilà Oilà! Faut s’qui faut !




      7



      1
      Hamid1
      9 décembre 2017 - 23 h 06 min

      proposer un visa pour l’amérique à tout les musulmans du monde cher ami y compris vous et moi,
      Vous verrez que tous plieront bagages pour aller vivre dans ce pays même s’il faut vivre dans leurs égouts avec des rats.
      Il faut déjà résoudre ce problème avant de penser au boycott.




      0



      0
    Conséquence logique.
    7 décembre 2017 - 15 h 56 min

    Les « arabes » est une notion qui n’existe pas. Elle a été inventée pour maintenir ces individus à l’intérieur d’un autre piège : l’islamisme, déformation de l’Islam au service de leurs ennemis. Les « Arabes » pour les ainsi désigner, « mesurent leur impuissance ». Ils mesurent par la même occasion les ravages causés par leur asservissement, leur soumission, leur alliance aux Etats-Unis quel qu’en fut le Président. Occupés qu’ils ont été à se tirer les uns sur les autres, ils n’ont pas vu venir le traitre avec un couteau caché derrière le dos. Ils paient le prix de leur inconséquence et de leur aveuglement. Le traitre ? Non, il ne leur a jamais caché son amitié indéfectible et indestructible avec Israël. Autre conséquence logique de leur cécité et de leur manque de discernement : payer le prix de leur choix et boire le verre jusqu’à la lie, ca, ni les Chinois ni les Russes ne vont lever le petit doigt pour eux. Pauvres Palestiniens qui ont cru en eux, pauvres Zarabes qui ont cru qu’ils étaient forts et à l’abri d’une telle surprise.




    6



    2
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 15 h 19 min

    Le secretaire general de l ONU a declare qu il ne reconnait pas cette decision de TRUMP qui est en fait celle de son gendre Jared Koushner,le mari de sa fille qui est de confession juive et de sa fille qui s est convertie au judaisme comme l exige la loi Hebraique.Il faut rappeler dans ce cadre les resolutions prises par le conseil de securite de l ONU:
    La résolution 476 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 30 juin 1980 déclare nulle et non avenue la décision d’Israël de modifier le statut de Jérusalem. (En effet l’assemblée législative d’Israël a vote la loi de Jérusalem. Cette loi institue Jérusalem comme capitale « une et indivisible » de l’État d’Israël.)
    La résolution demande de mettre fin à l’occupation de Jérusalem. Elle déplore le refus continu d’Israël de se conformer aux résolutions du conseil de sécurité. Elle confirme que toutes les mesures législatives et administratives qui modifient le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem n’ont aucune validité en droit.
    La résolution a été adoptée le 30 juin 1980 par 10 voix pour, 4 abstentions (France, Norvège, Portugal, Royaume-uni) et 1 voix contre (États-Unis).
    Conséquences
    Au moment de la résolution, 45 États représentés en Israël avaient leur ambassade à Jérusalem, parmi lesquels la Bolivie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, l’Équateur, le Salvador, le Guatemala, Haïti, les Pays-Bas, Panama, l’Uruguay et le Venezuela ; les autres pays étaient représentés à Tel Aviv.
    13 pays ont déplacé leur ambassade à la suite de la résolution ; le Costa Rica et Salvador l’ont relocalisée à Jérusalem en 1982 jusqu’en 2006, date à laquelle leurs ambassades sont à nouveau déplacées vers Tel Aviv.
    Trois pays disposent de leur consulat général à Jérusalem : la Grèce, le Royaume-Uni et les États-Unis.

    RESOLUTION 478
    La résolution 478 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 20 août 1980 demande à Israël de mettre fin à l’occupation de Jérusalem. Elle demande aussi de mettre fin aux modifications du caractère juridique et géographique de la ville. Cette résolution fait suite au non-respect par Israël de la résolution 476 du 30 juin 1980. Une décision condamnant la loi de Jérusalem votée par la Knesset la même année. Cette loi institue Jérusalem comme capitale « une et indivisible » de l’État d’Israël.
    La résolution condamne la loi, affirme qu’elle constitue une violation du droit international et que les lois prises par Israël au sujet du statut de la ville sont nulles et non avenues. Elle enjoint aux États membres ayant une représentation à Jérusalem de les retirer.

    La résolution a été adoptée le 20 août 1980 par 14 voix pour, aucune contre et une abstention (États-Unis)
    Les États-Unis ont voté contre la résolution 476 sans utiliser leur droit de veto. Ils se sont abstenus lors du vote de la résolution 478. Néanmoins en 1995 le congrès vote le Jerusalem Embassy Act. Il indique que Jerusalem devrait être reconnue comme la capitale de l’État d’Israël et que l’ambassade des États-Unis devrait y être établie. Le 31 mai 1999 est fixé comme date limite. Le congrès fait notamment état d’arguments religieux. Il relève que Jerusalem est le centre spirituel du Judaïsme, et que la liberté religieuse y est garantie depuis 1967. En 2003, le congrès a réaffirmé sa position dans le « Foreign Relations Authorization Act » section 214. Les présidents successifs n’ont pas mis ces décisions en application en se référant au privilège de l’exécutif en matière de relations extérieures. De fait les États-Unis sont tenus par les décisions du conseil de sécurité qui ont force de traités.
    Donc il faut manifester en force et exiger le respect des resolutions de l ONU 476 et 478 votees par le conseil de securite et ont force de lois.Il faut boycotter l administration et l ambassade des USA pendant le presidence de Trump le tout sans porter atteinte aux symboles americains comme le drapeau et le respect du peuple americain,il faut porter ce message propre et juste a l opinion americaine,qui serait astreinte a voter un empechement pour « demissionner »Trump avant la fin de son mandat.Les Algeriens sauront reagir dans le calme et le respect pour faire respecter la legalite internationale.J ai le sang de la diplomatie Algerienne et j en suis fier.




    5



    2
    LE NUMIDE
    7 décembre 2017 - 15 h 00 min

    VOILA TRUMP L’AMI DES ARABES et a qui on a donné 480 milliards de dollars pour aller bombarder avec Israel le Hizbollah libanais et les Perses d’Iran et pour aller propager le terrorisme dans le moyen orient … TANT QUE LE WAHABISME ARABE et LE SIONISME JUIF ET LEURS IDÉOLOGIES RACISTES ET IMPERIALES EXISTENT jamais les arabes et les musulmans ne cesseront de périr et de se detruire ET JAMAIS le monde ne connaitra de paix .. Depuis que les frères musulmans ont  » islamisé  » c’est à dire wahabiser la Question palestinienne , la Palestine n’a pas cessé de perdre du terrain dans le monde et d’être trahie par le GOLFE et les rois arabes




    13



    3
    Zombretto
    7 décembre 2017 - 14 h 56 min

    Le maximum que « les pays arabes » puissent accomplir est de tenir une réunion. De cette réunion, évidemment, si par miracle elle devait avoir lieu, rien de concret n’en résultera jamais. Tout l’objet de tenir une réunion sera de…tenir une réunion. Et même ça, semble-t-il, est un exploit trop dur pour eux !




    6



    1
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 14 h 08 min

    les arabes musulmans errih fe echbek ; et les seoudiens ces des traitres et des laches mieux ils n ont rien d arabe car les vrais arabes c est les yemanites ibnou kenaan ; et c est pour ca que les ibn essaoud veulent les exterminer : les seoudien ont ete installes par les anglais pour servir les interets des juifs et des anglais ; et puis tramp a bien profite de 150milliards de dollars de l arabie seoudite afin de la proteger du tsunami chiite ;




    8



    1
      Argentroi
      7 décembre 2017 - 17 h 27 min

      Les arabes saoudiens sont aussi d’origine yéménite qahtanites. Ce n’est pas les origines qui nous intéressent mais les faits. Ils se disent arabes et musulmans en déclarant la question palestinienne centrale et ils se mettent sous la protection de l’Amérique et l’occident défenseurs éhontés de leur ennemi. En 1956 durant l’agression tripartite contre l’Égypte de Nasser quand l’union soviétique, à sa tête le maréchal Boulganine, lança un ultimatum de bombarder avec des fusées nucléaires Paris, Londres et Tel-aviv sous 48 heures, l’Arabie saoudite continua de ne pas reconnaître l’Urss en arguant que c’est un pays athée. Il y a quelques années quand on posa la question à Cheïkh El-Qardhaoui, les frères musulmans étaient encore tolérées en Arabie Saoudite à ce moment-là, pourquoi les islamistes considéraient l’Urss l’ami des causes arabes comme un ennemi de l’Islam et les Usa ennemi des causes arabes comme un ami des musulmans. La réponse évidente quand on connait la légèreté de ces penseurs a été parce que l’Urss est un pays athée et l’Amérique un pays de chrétiens croyants en Dieu; et leurs ouailles qui nous répètent à longueur de journée que les chrétiens et les juifs sont des mécréants! Bien que l’Urss et tous les pays de l’Est interdisait à tout juif d »émigrer en Israël en les privant de passeport, les islamistes arabes ne manquèrent pas de féliciter l’Urss en allant la combattre en Afghanistan pour aider les américains contre l’athéisme. Et ce sont, après la chute du mur de Berlin, ces émigrés juifs russes estimés à un million qui sont installés pour la plupart dans les colonies de Cisjordanie occupée. Et le seul pays frontalier à Israël qui essayait de résister et qui aidait le Hamas palestinien, on l’a brisé, attaqué, armé contre lui des milliers de mercenaires venus même des banlieues de France, Belgique et autres Kazakhs, tchétchènes, arabes. Et aujourd’hui parce que nus et lâchés par leur Amérique, ils se lamentent car Trump ne fait qu’obéir à une promesse de campagne qu’il a faite publiquement à l’AIPAC le puissant lobby juif américain. Les voix et les sympathies juives étaient plus puissantes que les centaines, les milliers de milliards de dollars des arabes.




      2



      1
    Conséquence logique.
    7 décembre 2017 - 13 h 56 min

    Les « arabes » est une notion qui n’existe pas. Elle a été inventée pour maintenir ces individus à l’intérieur d’un autre piège : l’islamisme, déformation de l’Islam au service de leurs ennemis. Les « Arabes » pour les ainsi désigner, « mesurent leur impuissance ». Ils mesurent par la même occasion les ravages causés par leur asservissement, leur soumission, leur alliance aux Etats-Unis quel qu’en fut le Président. Occupés qu’ils ont été à se tirer les uns sur les autres, ils n’ont pas vu venir le traitre avec un couteau caché derrière le dos. Ils paient le prix de leur inconséquence et de leur aveuglement. Le traitre ? Non, il ne leur a jamais caché son amitié indéfectible et indestructible avec Israël. Autre conséquence logique de leur cécité et de leur manque de discernement. Et aujourd’hui, ni les Chinois ni les Russes ne vont lever le petit doigt pour eux. Pauvres Palestiniens qui ont cru en eux, pauvres Zarabes qui ont cru qu’ils étaient forts et à l’abri d’une telle mauvaise surprise.




    5



    2
    Abou Mrang
    7 décembre 2017 - 13 h 29 min

    Iben mwa je trouve que ce n’est même pas cette fanfaronnade trumpesque qui empêcherait les arabes de dormir, ou plutôt de se coucher. Il suffirait aux vaillants arabes , quand ils auront fini de manger leurs turbans, de déclarer à l’unisson encore plus fort que les amerloques, El Qods capitale de la Palestine et d’y installer toutes leurs ambassades et ils s’en tireront à bon compte sans risque d’affronter le ridicule qui ne tue même pas et de faire faussement semblant de ne pas être trop en colère pour réagir violemment.




    6



    2
    El Herraz
    7 décembre 2017 - 12 h 45 min

    Les kharabes aboient, les sionistes passent




    13



    4
    Karamazov
    7 décembre 2017 - 12 h 41 min

    Moua j’aurais dit que les arabes opposent fermement leur impuissance à la désinvolture de Trump sur un sujet qui a presque failli les fâcher.
    Mais où sont passés nos vieux slogans, nos hymnes à la bravoure des arabes et nos aubades à leur force d’inertie imparable ? Jadis l’impuissance des arabes se pesait avec parcimonie , à l’once, et même au litre pour la boire jusqu’à la lie et voila qu’on nous la fait au mètre maintenant.
    Pourtant c’est là une bonne occasion pour nos pleureuses de s’offusquer pour une bonne raison. Au lieu de placer tout dans l’égarement d’un président qui juste après un mouta3age s’en est allé nous cocufier avec le Qatar pour quelques misérables milliards.
    Le deuxième lieu de l’islam dans la capitale d’Israël depuis pas plus tard qu’il n’y pas longtemps. Et l’autre d’habitude porté sur la dégaine avant réflexion qui snippe sur Idir Sansal Daoud juste parce que contre Marikène il faudrait du courage et pourtant.
    Et pourtant c’est à cela que carburent ses ouailles et c’est là qu’il va lui falloir recruter ses contingents si jamais l’envie de faire les zouave pour récupérer El Qods lui venait.
    Je plaisante. Et pourquoi se fendre d’une offuscation alors qu’idir KD et Sansal ont les dos suffisamment large pour y casser tous les grains qu’il voudrait en brandissant leurs scalps ?
    Kantamoua, je n’y risquerais même pas mon chat ! Voila pourquoi moua non plus je ne mourirai pas pour les arabes !




    11



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.