Les étudiants appellent à une marche contre les lois antisociales à Béjaïa

Béjaïa Coordination
La Coordination locale des étudiants de Béjaïa avait déjà appelé à une marche. D. R.

Par Rabah A – Dans une déclaration rendue publique, la Coordination locale des étudiants de Béjaïa, qui regroupe une dizaine de collectifs, appelle à une marche populaire lundi prochain, au chef-lieu de la wilaya, pour dénoncer à la fois les lois antisociales et antipopulaires adoptées récemment par le gouvernement et «la précarisation» de la langue amazighe, en réponse à la propagande véhiculée depuis une semaine au sujet d’un prétendu vote au Parlement contre une proposition de loi réclamant la généralisation de l’enseignement de cette langue.

Un appel qui rappelle celui du 2 janvier dernier lancé par les mêmes collectifs pour protester «pacifiquement» contre les dispositions de la nouvelle loi de finances mais qui a vite débordé en émeutes et en actes de vandalisme au centre-ville.

Les signataires de la Coordination estiment d’entrée que «le pouvoir algérien, fidèle à ses politiques antipopulaires, et à travers une majorité pro-patronale et clientéliste, issue d’une fraude électorale massive, celle des législatives du 4 mai passé, vient de violer le peuple algérien avec une loi de finances antisociale et antinationale qui réprime les masses populaires les plus défavorisées».

A propos du vote sur tamazight, les collectifs estudiantins de l’université de Béjaïa jugent que «le pouvoir dictatorial et autoritaire appuie une fois de plus sur le levier de sa propre promotion, usurpant ainsi le rôle de la démocratie représentative, dans un coup de théâtre parlementaire, attaquant les fondement de la nation, à savoir son identité». Et de poursuivre : «Tamazight est pour la énième fois l’objet d’une stigmatisation systémique et d’attaque haineuse qui n’est autre que le refus de toute idée de pluralisme et d’ignorance de toute culture démocratique.»

Rabah A. 

Comment (7)

    El Kenz
    9 décembre 2017 - 19 h 00 min

    On spécule a tout va en Kabylie. On invente des prétextes, on fabrique des histoires, on propage la rumeur, on crée des tensions pour la tension pour marcher contre tout et rien. On marche pour Tamazigh, un registre de commerce pourtant clos par sa constitutionnalisation comme langue nationale. On marche contre la langue arabe pour un oui ou pour un non On marche contre le gel de certains projets en Kabylie, alors que ce gèle du au manque d’argent a touché beaucoup de projets programmés à travers tout le pays. On marche pour soutenir Rabrab et ses « projets » supposés bloqués par le pouvoir qui l’avait enrichi. On marche contre les lenteurs dans la réalisation des projets en chantiers (Gaz, eau, électricité, Set, routes, pénétrante, rail….. ) , on accuse le pouvoir « dictatorial » alors que le problème relève du simple zèle de citoyens de la région qui s’opposent à leurs avancement pour des raisons à faire dormir debout. On marche contre l’Etat « dictatorial » qui a écourté les vacances scolaires pour rattraper un retard causé par des grèves exagérés. On marche contre l’organisation d’un concours de recrutement d’enseignants…, On marche contre les résultats de ce concours que certains jugent de non transparent. On pour dénoncer les lois « anti social » contre l’Etat le plus social, le plus généreux au monde sans exagération aucune. On marche ; on marche pour marcher afin de maintenir cette région dans une constante agitation qui ralenti son développement. En Kabylie on ne marche pas pour les slogans que l’on exhibe, mais pour d’autres raisons inavouées. Les manipulateurs le savent, les marcheurs l’ignorent et c’est là ou se situe le drame d’une région qui gagnerait plus dans l’apaisement, la stabilité que l’agitation. L’Algérie peut se passer de la Kabylie, mais est ce que la Kabylie peut se passer de l’Algérie. Que les manipulateurs répondent sans détour à cette pertinente question que la vox populi se pose.




    1



    2
      El Kenz
      9 décembre 2017 - 19 h 06 min

      On marche pour dénoncer les lois….




      1



      0
      Didouche
      10 décembre 2017 - 9 h 31 min

      sans vouloir défendre les manipulateurs, si manipulation il y a, mais les revendication sont légitimes, les marches ne sont pas uniquement dans la Kabylie,il n y a pas eu de marche en Kabylie contre la fraude électorale tout simplement parce que en Kabylie on ne fraude pas pour être maire.la seule commune ou il y aurait eu tentative de fraude ,on a carrément saccagé les urnes et empêché la fraude.pour ce qui est de l’Algérie peut se passer de la Kabylie,je regrette, l’Algérie ne peut pas s’en passer et elle n’a pas le droit de le faire.la région a payé le prix très cher pour l indépendance de l’Algérie si les assoiffés du pouvoir ne l’ont pas confisqué sous prétexte que les accords d’evian ont été défavorables à notre pays alors que aujourd’hui on offre à la France l’Algérie avec toutes ses ressources humaines et minières .




      1



      0
    bougamous
    9 décembre 2017 - 9 h 47 min

    – Premièrement, ce gouvernement peut avoir toutes les tares, mais il n’est sûrement pas Antisocial.
    Au contraire, il ne fait que du social.Ce qui n’est pas bon pour l’économie.
    – Deuxio: Tous les pays qui ont plus d’une langue officielle sont appelés à se diviser et disparaître:Belgique,Suisse,Canada,Espagne…
    Par contre les pays qui ont une seule langue officielle, ils sont de plus en plus forts: Amérique,France,Russie, etc…
    Celà dit, rien n’empêche un Algérien de parler la langue qu’il veut:Tamazight,Arabe,Français,chinois,etc…
    1 pays=1 langue officielle=1 drapeau.Pas 2, ni 3…




    55



    14
      Anonyme
      9 décembre 2017 - 22 h 55 min

      L’Amérique n’a pas de langue officielle. USA utilisent l’anglais par pragmatisme c tout. Comme beaucoup de pays africains ont choisi le francais langue d’enseignement et de travail sans complexe ni tabou. Nous on navigue à vue,et des étudiants en 1 ère année arrivent ne comprenant pas le francais.




      0



      0
    Ath Ouacifs
    9 décembre 2017 - 9 h 38 min

    Desarabetiser la Kabylie. Le reste sera un effet secondaire.




    10



    3
      El Kenz
      9 décembre 2017 - 19 h 15 min

      Ath Ouacifs-Si on dékabylise l’ Etat Algérien, il y aura moins de corruption, moins de passes droits, moins de régionalisme, moins de spéculation, moins d’ agitation, ce qui permettra au pays de décoller comme un avion.




      1



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.