Contribution – La disparition d’Israël est inscrite dans le mouvement de l’histoire

juifs histoire
Des juifs orthodoxes dénoncent Israël et appellent à la libération de la Palestine. D. R.

Par Mesloub Khider – L’histoire fourmille de récits confectionnés pour les besoins de la cause. Souvent d’une cause perdue d’avance. Tant sa justification tout comme sa légitimité est historiquement infondée.

Les récits mythiques, souvent élaborés pour imposer une histoire rapiécée et épicée de mensonges, emplissent les livres d’histoire. Malheureusement, souvent, les mythes s’incrustent comme des mites dans les mémoires collectives. Tout comme il est difficile de se débarrasser des mites qui colonisent une maison, il est malaisé de se défaire des mythes qui polluent l’histoire. Et certains mythes ont la vie dure. Ils s’imposent comme vérité historique malgré la flagrance de leur caractère mensonger.

Il est vrai que, comme le disait le ministre de la propagande du régime nazi Goebbels, «un mensonge, à force d’être répété, finit par devenir vérité». Et le mensonge une fois logé dans la mémoire collective, il acquiert force de loi. Et il n’hésite pas à recourir à la loi de la force pour se perpétuer. L’histoire est ainsi truffée de ces mensonges érigés en vérité. Et de vérités longtemps réduites à des mensonges, avant de triompher historiquement. Galilée était mensonge aux yeux des pouvoirs absolutistes royal et ecclésiastique avant de devenir vérité aux yeux de la science universelle. «Et pourtant, elle tourne», avait-il lancé à ses détracteurs du tribunal de l’inquisition, adeptes fanatiques de la théorie géocentrique.

En effet, la roue de l’histoire tourne. En dépit des forces rétrogrades qui tentent de freiner son ascension. Ces forces obscures qui veulent nous persuader que leurs ténébreuses idées archaïques gouverneront éternellement l’esprit de l’humanité contre la volonté des sciences qui ensoleillent la vie. La falsification de l’histoire est vieille comme le monde. De nos jours, beaucoup de pays se drapent dans le manteau de l’imposture. De la posture historique frauduleuse. La fraude historique est l’œuvre de pays aux mœurs de voyous. Ils refusent de s’acquitter honnêtement de leurs devoirs de vérité au trésor public de l’Histoire. Ils préfèrent user de l’escroquerie historique pour détrousser le passé et tresser des couronnes à leur gloire usurpée présente.

Les faussaires de l’histoire agissent en toute impunité pour usurper la mémoire collective, annexer un pays au nom d’une histoire frauduleusement fabriquée dans les ateliers mafieux de la mythologie. Pour légitimer leur dictature. Pour justifier leur projet de création d’un Etat. Il en est ainsi d’Israël, ce pays voyou qui a commis le pire hold-up de l’Histoire en s’accaparant la terre de Palestine. Vol (viol) perpétré au nom d’une mythologie biblique érigée en vérité historique. En effet, cet Etat artificiel (sacrificiel du peuple palestinien), construit de toutes pièces à l’aide d’individus hétérogènes ramassés dans les ghettos de multiples pays, s’est offert avec l’argent de ses souteneurs un mythique peuple qui n’a de commun que la religion judaïque. Et pour asseoir sa domination, et perpétuer son abomination, il s’est doté d’une pseudo-démocratie pour s’attirer l’admiration.

Cependant, cet Etat théocratique, à l’histoire blindée de mythes, se voit obligé d’être en guerre permanente pour maintenir et perpétuer sa factice union nationale, faute de quoi il sombrerait par absence d’alimentation belliqueuse. Il ne se nourrit que de guerres récurrentes et écœurantes. La paix lui est impossible. D’où cette impérative nécessité de transformer le pays en caserne où chaque Israélien porte l’uniforme militaire à vie.
En effet, il sait qu’il n’a aucune légitimité historique. Israël est atteint d’un syndrome singulier, caractérisé par la pathologie guerrière, l’affrontement permanent. Israël est doublement condamné à vivre sur le pied de guerre et les provocations bellicistes répétées.

Pour des raisons exogènes et endogènes. Exogènes : car il est entouré de pays ennemis qui n’accepteront jamais son existence, et donc veulent sa destruction. Endogènes : car sa population hétéroclite maintient sa cohésion que sous le feu de la guerre permanente. S’il y a instauration de la paix, plus qu’improbable, l’équilibre interne s’effriterait aussitôt. Les dissensions entre les différentes communautés juives éclateraient au grand jour. Car cette prison dorée du peuple renferme des juifs qui n’ont rien de commun, sinon la religion hébraïque.

Pourtant, cette colonie de peuplement est guettée par le dépeuplement colonial. En effet, en créant leur Etat colonial en Palestine en 1948, les juifs sionistes ont creusé leur tombe. Que symbolise la constitution de cet Etat sioniste sinon la dernière création du grand ghetto juif mondial instauré sur une terre dépourvue durant des siècles de tout «foyer juif» ? Une terre habitée des siècles durant par des Palestiniens de toutes confessions.

Pour mieux mesurer la dimension coloniale de ce pays artificiellement créé par les puissances impérialistes (y compris l’ex-URSS) au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il est important de rappeler que la fondation du sionisme a pris forme dans le contexte de la phase aiguë de l’impérialisme, du colonialisme. Il intervient au lendemain de la conférence de Berlin sur le partage de l’Afrique. En pleine période de conquêtes coloniales. En pleine phase de l’émergence des mouvements racistes (le livre d’Arthur de Gobineau Essai sur l’inégalité des races humaines venait d’être publié), du développement du darwinisme social, du fascisme, du nazisme, des irrédentismes.

Et les juifs européens, majoritairement ashkénazes, imprégnés de ces idéologies nauséabondes, ne feront qu’emboiter le pas à leurs compatriotes européens dans leur entreprise de conquête coloniale sioniste. Pourquoi le projet sioniste n’est pas né ni au XVIIIe, ni au XIVe, ni au VIIe siècles ? Car il n’avait aucun fondement historique. Ni une légitimité sociologique. Il correspond à cette période du capitalisme colonial. Il s’inscrit donc dans cette phase de l’impérialisme triomphant. Mais aussi, du problème de l’immigration. Paradoxalement toujours d’actualité. En effet, l’appui apporté par les pays à forte immigration juive au projet sioniste de création d’un foyer juif s’explique par le souci de ces pays de régler radicalement la question de l’immigration juive par leur expulsion massive dans un territoire éloigné des frontières européennes. Quitte à priver un autre peuple de son territoire. Le soutien apporté par les pays favorables à la création de l’Etat sioniste n’était absolument pas mû par l’humanisme. Mais par leur volonté de se débarrasser des juifs de leurs pays respectifs.

En vérité, à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, ces pays n’ont fait que poursuivre la politique nazie de parcage des juifs dans les camps. Par leur décision de soutenir la création de l’Etat sioniste, ce vaste ghetto administré par les juifs sionistes eux-mêmes, ces pays ont réglé à leur manière la «question juive». Mais aux dépens des Palestiniens, transformés à leur tour en «immigrés» dans leur propre pays, ou obligés de vivre dans de vastes ghettos comme en Cisjordanie. Sauf que cet immense ghetto juif placé au cœur de l’Orient, donc loin de l’Europe, n’a fait que déplacer le «problème juif». Problème juif, en effet, car il s’agit de déterminer la légitimité de l’existence du «peuple juif». La question a été scientifiquement tranchée par le grand historien contemporain israélien Shlomo Sand : il n’y a pas de peuple juif. C’est une invention de l’Occident pour justifier, comme je l’ai précisé plus haut, leur politique d’éloignement des juifs de leurs pays respectifs. On ne fonde pas un peuple sur la seule base d’une croyance à une même religion, à plus forte raison quand ses adeptes sont originaires de multiples pays disséminés aux quatre coins du monde. Et porteurs de cultures aussi dissemblables. Qu’ont de commun un juif d’Algérie et un juif de Pologne ? Rien. Le juif d’Algérie est plus proche par sa culture, ses traits physiques, sa langue de son frère algérien musulman que du juif ashkénaze polonais. L’impérialisme en a décidé autrement.

C’est comme si, demain, les Témoins de Jéhovah, pourtant constitués d’adeptes originaires de nombreux pays répartis sur tout le globe, décidaient de se constituer en peuple et de créer un foyer national, un Etat. Cette entreprise aurait-elle une quelconque légitimité historique au regard du droit international ? Absolument pas. Et pourtant, c’est ce qui s’est produit avec Israël, créé artificiellement par l’ONU en novembre 1947. Et tout comme le colonialisme, dans sa période glorieuse de conquêtes effrénées et insatiables, Israël pratique la même politique d’annexions et d’occupations territoriales permanentes. Rien ne l’arrête dans son expansion coloniale. Preuve de la nature colonialiste du sionisme. Seule une résistance mondiale de tous les anticolonialistes pourrait stopper l’extension sioniste.

Et pourtant, cette terre appartient au peuple palestinien, proclament en chœur tous les anticolonialistes, en dépit des dénégations sionistes. Le Tribunal de l’Histoire se chargera de rétablir la vérité. Galilée a triomphé contre l’obscurantisme. La cause palestinienne aura raison contre l’injustice.

La disparition d’Israël, dernier vestige colonial occidental, est inscrite dans le mouvement de l’histoire.

M. K.

Comment (47)

    Kamel
    13 décembre 2017 - 22 h 57 min

    Sincerement un état palestinien, si comme vous dites le soleil s’élève à l’ouest. En tout cas continuez de rêver. Good luck

    5
    8
    ZORO
    11 décembre 2017 - 20 h 06 min

    @AMAZIGHKAN: meme dans le choix de vos pseudo vous devoilez votre complexe tu aurais dit AMAZIGH AMOKRANE on t aurait compris ,au lieu d aller fouiner dans le vocabulaire mongol (kan) l! Enfin peut etre cest ta nature ya rayes.
    Signé ZORO. ……Z……

    6
    7
      Zombretto
      13 décembre 2017 - 11 h 36 min

      @Zoro : Tu es sûrement un de ces kabyles algérois, probablement soit-disant « marabout », qui comprend un peu le kabyle et le parle un petit peu, mais juste un petit peu, sinon, tu aurais compris que « kan » n’a rien à voir avec « khan ». « Kan » en kabyle est l’équivalent de « berk » en arabe dialectal algérien, au sens de “seulement” ou “juste”, donc “juste amazigh” ou “seulement amazigh” ou “rien d’autre qu’amazigh”.
      Que le commentateur « Amazighkan » m’excuse si je me trompe sur ce qu’il a en tête avec son pseudo, ou si je m’exprime à sa place.

      6
      7
    Abdelrahmane
    11 décembre 2017 - 11 h 45 min

    Droit de réponse @amazighkan.1) jugurtha s’est révolté mais n’a pas battu ni chassé les romains, il a été trahi par son beau-père, bocchus, capturé et expédié enchainé à rome et mort en détention, à cause d’une trahison des siens.
    Le terme « arabes », il y a 14 siècles, avait un sens racial et géographique circonscrit à la péninsule arabique et le sud du levant et la mésopotamie, mais depuis l’avènement de l’Islam et les bouleversements, changements, migrations et déplacements de populations, les conquêtes et dominations, les métissages, interactions, acculturations et absorptions et fusions qui s’en sont suivies, tout au long de ces 14 siècles et 60 générations, le terme a changé et évolué. l’acception géographique, raciale, nationale est devenue caduque et désuète. il recouvre aujourd’hui une réalité linguistique, culturelle et civilisationnelle corrélée et en vigueur durant au moins 2 ou 3 générations.
    Est arabe: quiconque a comme langue maternelle un des nombreux dialectes dérivés ou liés à la langue arabe classique véhiculaire; porte ou pratique une culture connue et reconnue arabe; se réfère ou se reconnait appartenir à la civilisations arabe musulmane. Si ces 3 critères corrélés, sont en vigueur depuis 2 ou 3 générations. Cette réalité à 4 critères inséparables et indissociables, aujourd’hui, désigne une population majoritaire dans 18 pays et minoritaire à l’est de l’iran, turquie, érythrée, zanzibar, nord-tchad, nord-niger, nord-mali… (…)
    Va falloir vous réveiller et vous mettre à jour, ne restez pas coincés au 7° siècle, nous sommes au 21° siècle.
    Si les arabes s’entretuent et s’entredéchirent aujourd’hui, c’est une question de géopolitique planétaire et ne doit pas te/vous concerner puisque en tant que berbere tu/vous n’as/avez pas voix au chapitre!!!
    Les migrations hillaliennes ont duré +3 siècles et ont concerné entre 800 000 et 1 million de personnes (selon les historiens neutres et autorisés, entre autres mahfoudh kaddache) aujourd’hui devenues des dizaines de millions (en Algérie) et non pas quelques milliers comme le prétend la propagande berberiste.
    Pour la période avant la conquête arabe, met toi à jour qu’il n y avait pas exclusivement des berberes (confinés dans les zones rurales et campagnes et au sud du tell) mais aussi des puniques (punicophones), des résidus de romains et acculturés (latinophones), des byzantins hellénophones (dans les villes) et des résidus de vandales.
    (…) la réalité que nous sommes aujourd’hui en Algérie la résultante des 35 derniers siècles d’histoire de notre pays, résultante de migrations, métissages, influences, bouleversements et changements (humains, linguistiques, culturels, civilisationnels) et que votre théorie farfelue et loufoque du socle originel (qui d’ailleurs n’en est pas un) éternel, statique, inamovible et non-évolutif, n’est ni pratique ni pertinente et n’a été vérifiée ni constatée nulle part, ni dans le temps ni dans l’espace.

    15
    1
      zaatar
      11 décembre 2017 - 13 h 35 min

      Je me permet de m’insérer dans ce débat aux attraits de nos origines, aux résultantes de migrations, de métissage, de changements…etc. On retient une chose, l’être humain ne fait qu’évoluer, ce qui est conforme aux lois de la nature. Simplement, l’être humain ne peut avoir qu’une seule origine. Sa diversification, et sa complexification est venue tout naturellement dans le cours du temps…il ne pouvait donc n’y avoir qu’un au tout début, enfin une seule origine….la poussière d’étoiles.

      5
      9
    Abou Mrang
    11 décembre 2017 - 10 h 06 min

    Eh ben moua je ne puis que me poser des questions à la portée de mes trois neurones disponibles. Avant , il n’y avait pas d’Etats, ni d’Israël ni Arabes nini. Si la disparition d’Israël est inscrite dans les hadiths ou les koutoubs ,c’est possible. Mais ontar-nous , ontarnous kane : est-ce vraiment souhaitable ? Un cancer localisé ne vaut-il pas mieux qu’un métastasé ?

    Je splik :

    – Primo : Israël est de nos jours l’abcès de fixation et le lieu de transfert de tous les traumatismes arabes.
    – Secondo : il y a suffisamment de convoitise et de rivalité entre les arabes- Koweit, Qatar,Yemèn et entre les puissances régionales Turquie, Iran, Egypte, Arabie Saoudite, pour que la puissance d’Israël paraisse comme un stabilisateur de ce désiquilibre . Et la tentation ne manque pas- rappelons-nous Sadam !

    – Tertio : il n’y avait pas plus de légitimité dans la création des Etats arabes que dans la création d’Israël ou de n’importe quel autre Etat.
    – Quarto : Tous les Etat se sont crée par la force et souvent contre toute raison. En Afrique , En Europe , En Asie , des peuples et même des tribus ont été séparés ezet partagés entre des Etat artificiellemnt formés : inutile de rappeler les guerres de cecession, d’anexion, de colonisation, de domination.
    Pourquoi donc cette fixation sur Israël ?

    Après le constat de l’échec du fantasme de l’instauration d’un Emirat mondial et de la lubie de la conversion de l’humanité toute entière à l’islam, Les masses arabes refusent de faire leur deuil. Il leur faut au moins un ersatz pour combler le vide.

    Un ersatz, car une prise de conscience de leur incapacité, de leur inconséquence leur serait insupportable. Et pas que pour eux. Personne n’y a intérêt en vérité. Et les tenants d’aujourd’hui ont besoin de maintenir le statuquo .
    De crainte que les religions ne s’émousse et ne perdent leur attrait dans le temps, ou par crainte de la concurrence de nouvelles idéologies, toutes les religions, ont prévu un plan B : le retour du Messie, du Mahdi, ou même le retour aux sources s’il le fallait.

    Or tout ça a été essayé ! La disparition d’Israël comme nouveau messianisme pour faire patienter : quelle aubaine !

    5
    5
      awrassi
      11 décembre 2017 - 21 h 40 min

      « Primo : Israël est de nos jours l’abcès de fixation et le lieu de transfert de tous les traumatismes arabes ».
      C’est également celui de tous les pays occidentaux !L’antisémitisme n’est pas né dans un pays arabe. Le Juif n’a jamais été aussi bien protégé que par le Musulman. Il se trouve qu’aujourd’hui, il faut plus parler de sionisme que de judaïsme. Et là, tout le monde est d’accord : le sionisme est le cancer de l’humanité actuelle !

      5
      5
    n'ki-net
    11 décembre 2017 - 0 h 47 min

    L’histoire explique parfois certaines choses..Pendant des milltnaires,les arabes etaient toujours de minuscules entites qui prettaient allegence aux grands empire pour les proteger…romains;perses,turcs,pour ne citer que les recents..en-il autrement aujourd’hui!!!!!la seule breve periode ou le khalifa islamique a une existence est celle ou les baramika sesont introduits dans le pouvoir abbasside,et puis retour a la case de depart…il est necessaire de se regarder dans le miroir pour se familiariser d’abord avec soi_meme;;ne plus avoir peur de soi-meme,pour ne pas avoir peur de l’autre…c’est la premiere clef du changement….sinon ce sera la « fossilisation » fes prisonniers de l’histoire…………..

    3
    7
    Abdelrahmane
    10 décembre 2017 - 20 h 38 min

    @ amazighkan. Alors tu as combattu et chassé les romains et les vandales ?! bravo, bravo, continue, répète le mille fois et çà va devenir une vérité. Pour ta gouverne, petit, les phéniciens ce sont les romains qui les ont combattu et mis fin à leur empire. les romains ce sont les vandales qui les ont combattus et chassés et mis fin à leur empire. les vandales, ce sont les byzantins qui les ont chassés et mis fin à leur règne. les byzantins ce sont les arabes qui ont mis fin à leur occupation et leur règne. les turcs ce sont les français qui ont mis fin à leur règne et chassé. les français ce sont les algériens arabes et berberes qui les ont combattu, mis fin à leur occupation et chassés. Les arabes sont là depuis 14 siècles, soit 60 générations et rien ne peut les chasser. Voilà la vérité, te gonfle pas trop.

    16
    5
      Amazighkan
      10 décembre 2017 - 23 h 15 min

      @abderahmane, Jughurta s’est révolté contre Rome, il fut emprisonné jusqu’à sa mort à Rome. Les arabes, les authentiques, dont tu te gonfles d’orgueil sont en péninsule arabique et en ce moment, ils s’entredéchirent entre eux pour plaire à leurs macs (les américano-sionistes). L’Afrique du nord a combattu l’invasion arabe mais a finalement adhéré à l’islam (qui n’est pas arabe mais universel). Pour finir 14 siècles de présence de quelques hillaliens sauvages (c’est inné) est négligeable devant 3000 ans de présence des autochtones amazigh qui ont en vu d’autres et qui ne changeront rien au monde leur origine encore moins avec des ignorants opportunistes qui sont devenus la risée des nations civilisées. Pour finir mon éducation ne me permet d’user de propos déplacés « petit  » pour répondre à un arabiste haineux de ton genre.

      9
      12
        Argentroi
        11 décembre 2017 - 1 h 02 min

        Amazighkan. Aucune dynastie en Afrique du nord n’a été hillalienne. La plupart des dynasties ont été berbères et cela n’a pas empêché les guerres, les massacres, les famines, l’insécurité etc… Traiter les hillaliens de sauvages en précisant que c’est inné confirme le fait que tu dises  » mon éducation ne me permet d’user de propos déplacés  » et dénote chez toi un grand sens de la mesure !

        12
        3
    DYHIA
    10 décembre 2017 - 19 h 39 min

    « Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël : Écris dans un livre toutes les paroles que je t’ai dites. Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël et de Juda, dit l’Éternel ; Je les ramènerai dans le pays que j’ai donné à leurs pères, et ils le posséderont. » (Jérémie 30:2-3)

    « Nations, écoutez la parole de l’Éternel, et publiez-la dans les îles lointaines ! Dites : Celui qui a dispersé Israël le rassemblera, et il le gardera comme le berger garde son troupeau. » (Jérémie 31:10)

    4
    16
      zellidje
      10 décembre 2017 - 21 h 31 min

      je savais pas que l’éternel avait la tronche de Trump! vous tes de vils escrocs de l’histoire!

      13
      2
      DYHIA
      11 décembre 2017 - 0 h 44 min

      Ce commentaire ne m ‘appartient pas.
      Qui est ce … qui est en train d’utiliser mon nom.
      AP Publiez SVP

      2
      5
    DYHIA
    10 décembre 2017 - 16 h 35 min

    Le monde d’Allah ( monde musulman) proteste Israel passe

    7
    19
      DYHIA
      10 décembre 2017 - 18 h 42 min

      Ce commentaire ne m’appartient pas.

      AP publiez SVP

      5
      9
    Felfel Har
    10 décembre 2017 - 16 h 11 min

    La décision de créer un État juif a mûri dans la tête d’Européens coupables de les avoir abandonnés et trahis pendant l’holocauste. L’installer en Palestine est une autre saloperie qui a consisté à invoquer des considérations religieuses, comme si Dieu, dans son infinie sagesse, ne s’était soucié que de la « terre promise » aux Hébreux. Avec le temps, les sionistes ont réussi à cultiver chez les Européens ce sentiment de culpabilité jusqu’à prendre la forme d’un abject chantage chaque fois qu’ils sentent le vent du boulet. Peu à peu, le lobby sioniste s’est incrusté au coeur même du systême politique en Europe comme aux USA si bien que toutes les décisions prises par ces pays, dans tous les domaines, s’assurent que ce sont les intérêts israéliens qui sont pris en charge en priorité. Ainsi, c’est la diplomatie israélienne qui dicte la conduite à suivre et gare aux récalcitrants, la propagande émanant des magnats de la communication (tous juifs) leur fera vite changer d’avis. El-Djazira et les médias wahabite n’ont jamais manqué de leur prêter main forte; ils ne s’attaquent qu’à des pays arabo-musulmans progressistes qui refusent le diktat judéo-chrétien. Si des empires ont disparu, Israël le fera aussi, ce n’est qu’une question de temps.

    14
    7
    DYHIA
    10 décembre 2017 - 16 h 08 min

    Merci pour le contenu de l’article !!

     »C’est comme si, demain, les Témoins de Jéhovah, pourtant constitués d’adeptes originaires de nombreux pays répartis sur tout le globe, décidaient de se constituer en peuple et de créer un foyer national, un Etat. »

    C’est comme si, demain, les harkis et les pieds noirs réclamaient 80% de l’Algérie pour constituer un ÉTAT.

    10
    13
    Anonyme
    10 décembre 2017 - 16 h 04 min

    Si les palestiniens deviennent indépendants ils le regretteront amèrement. Ils sauront c’est quoi l’indépendance sous un régime arabo-musulman . Si colonisé savait et si indépendant dans les pays arabe pouvait.

    11
    26
      karimdz
      10 décembre 2017 - 21 h 04 min

      Ah bon, çà ne pourra pas être pire que les nazis sionistes qui les assiègent et veulent les exterminer à petits feux.

      22
      3
    kahina
    10 décembre 2017 - 16 h 03 min

     »comme le disait le ministre de la propagande du régime nazi Goebbels, «un mensonge, à force d’être répété, finit par devenir vérité».

    Je vous remercie pour l’ expression ci-dessus. Grace à vous j’ai trouvé le principe qu’utilise le palais de la drogue pour s’accaparer de notre patrimoine culturel et historique.

    13
    7
    Zombretto
    10 décembre 2017 - 15 h 14 min

    Oui, la disparition d’Israêl est inscrite dans le mouvement de l’histoire, mais pas seulement Israël. Quand Israël aura disparu, il n’y aura ni d’Algérie, ni d’USA, ni de Maroc, ni de France pour y assister. Tous ces pays et tous les autres auront disparu aussi. Deux scénarios sont possibles pour le futur de l’homme : soit le monde entier se débarrasse du capitalisme et instaure le vrai communisme sans frontières entre pays, un communisme basé sur une productivité mille fois supérieure à celle d’aujourd’hui, pas le truc de l’URSS ou de la Chine, soit les riches se cramponnent à leurs privilèges et se détruisent entre eux et détruisent toute la planète, et pourquoi pas, tout l’univers.
    Cela pourrait se passer dans un siècle ou deux, ou cinq, mais en attendant, supposons qu’Israël disparaisse demain : quel bénéfice l’algérien moyen en retirera-t-il ? Absolument aucun ! Au bout de quelques mois, les palestiniens eux-mêmes connaîtront les mêmes problèmes que nous avons connus depuis 1962, ils s’assassineront entre eux, créeront un gouvernement corrompu, auront leur propre Abou-Teflika qui voudra un mandat à vie, etc.

    13
    11
    karimdz
    10 décembre 2017 - 14 h 54 min

    Il est bien effectivement de rappeler que les juifs authentiques sont contre l état isra heil lien, qu ils ne le reconnaissent meme pas et sont d ailleurs réprimés. Ces juifs savent que les sionistes qui les gouvernent ne sont que des imposteurs, tout comme les millions de khazars qui peuplent isra heil.
    Les ultra orthodoxes juifs appellent chaque jour la malédiction de l Eternel sur israheil.
    Ceci dit, les juifs ont toujours vécu en parfaite harmonie avec les arabes, d ailleurs ils sont originaires du meme berceau; ce qui les a divisés, c est le sionisme qui, comme le rappelaient certains rabbins, est un danger pour la paix dans le monde.

    19
    3
    anonyme algérie
    10 décembre 2017 - 13 h 37 min

    Avant d’être inscrite dans le mouvement de l’histoire, la disparition d’Israël est inscrite dans le Coran, je vous invite à une lecture attentive.

    16
    11
      Abou Stroff
      10 décembre 2017 - 14 h 09 min

      et bien il ne reste aux palestiniens qu’à attendre que Dieu fasse ce qu’il a à faire!

      18
      7
      DYHIA
      10 décembre 2017 - 17 h 48 min

      Cite nous ces versets coranique ou il est question de la disparition d’Israël.

      8
      8
        anonyme algérie
        10 décembre 2017 - 20 h 37 min

        En citant le coran je m’adressais aux croyants pas à ceux qui se moquent de Dieu!

        6
        5
          zaatar
          11 décembre 2017 - 7 h 34 min

          ça ne change rien à l’affaire sur le fait que tu t’adresses aux croyants et pas à ceux qui se moquent de Dieu. Puisque c’est inscrit dans le saint coran, il ne reste alors aux palestiniens, comme le dit notre ami Abou Stroff, que d’attendre que Dieu fasse disparaître l’état d’Israël.

          7
          1
    Chelsea
    10 décembre 2017 - 12 h 55 min

    . Jérusalem est trois fois sainte, le statu quo doit y régner, sauf que Donald Trump a reconnu avec risque Jérusalem la capitale d’Israël cela pénalisera d’une manière invraisemblable la Palestine de son droit à un Etat aux frontières reconnues internationalement avec Jérusalem-Est comme capitale intangible et définitive.

    9
    1
      anonyme algérie
      10 décembre 2017 - 20 h 31 min

      Salam alikoum: réponse à DIHYA
      Merci de poser la question.Outre ce qui a été cité dans le hadith Sahih du prophète salla ALLAH Alaihi oua Sallam sur la grande bataille ( الملحمة الكبرى),je vous cite sourate El Israa à partir du verset 4 jusqu’au verset 7.Je vous invite à lire son interprétation chez les différents savants musulmans;d’ailleurs même les hakham (religieux) juifs reconnaissent cette fatalité( la fin d’Israël).

      8
      2
    Tidett War Tillas
    10 décembre 2017 - 11 h 54 min

    Il vous est permis de rêver et même de fabuler ! Contrairement au chimérique Monde arabe, construit de toutes pièces et sans fondement aucun, dont les signes précurseurs de sa fatidique et fatale disparition sautent déjà aux yeux même de l’aveugle, Israël ne cesse de se développer et progresser à pas de géant.
    Israël est le monde qui avance, contrairement aux Arabes, fiers et dignes représentants du Monde qui recule! Ibn Khaldoun, qu’on ne peut guère qualifier de sioniste, avait écrit : « Ida εuribet xuribet! »
    L’arabo-islamisme est ce boulet qui nous empêche d’avancer et de grandir, le fossoyeur de notre limpide et imperturbable identité plurimillénaire. (…)

    14
    19
      Algerien revolté
      10 décembre 2017 - 15 h 08 min

      D’accord avec toi que l’image que donnent les Arabes n’est pas vraiment l’exemple a suivre , d’accord avec le retour a nos origines Amazigh ,qui sont les fondements essentielles de notre identité ,mais dire qu’Israel est un pays qui avance je ne suis pas d’accord , est ce que pour avancer nous devions travestir notre histoire ,vous etes en flagrante contradiction car vous revendiquez votre identité en meme temps que vous soutenez apparamment l’état d’Israel qui est un état factice ,en outre si Israel se developpe comme vous dites a pas de géant elle le fait en piétinant les cadavres des enfants Palestiniens martyrs la verité finira par leur eclater sur le visage tot ou tard .

      12
      8
    zaatar
    10 décembre 2017 - 10 h 49 min

    On ne perd rien pour attendre. Donc attendons la disparition d’Israël. Elle va s’effacer d’elle même de la carte…

    15
    9
      Souk-Ahras
      10 décembre 2017 - 19 h 35 min

      Apogée… Périgée… Essor… Déclin… mouvement anomalistique céleste transposé à l’échelle humaine.

      Le sionisme est d’essence guerrière. Il est donc auto-suicidaire. Ce sont les immigrés juifs de l’Europe de l’est qui ont ramené dans leurs valises tout l’attirail nazi juif qui a servi à leur persécution et qu’ils mettent en œuvre à leur tour en Palestine. Dans toutes les grandes villes d’Israël on peut voir des croix gammées taguées aux murs.

      Il faut savoir que l’Église catholique ne reconnait pas l’existence d’Israël, étant donné que le « peuple » juif, extirpé des mains de Pharaon, avait préféré abandonner Moïse durant le voyage vers la « terre promise » ; de fait, personne ne sait où elle se situe. Et c’est parce qu’ils (les juifs) savent que les jours d’Israël sont comptés, qu’ils mettent depuis 1948, la région à feu et à sang, avec l’aide occidentale « redevable », dans l’espoir de pérenniser leur présence.

      Ils ont une armée forte, mais ils gardent une cicatrice profonde de leur débâcle face au Hezbollah en 2006.

      9
      3
        Souk-Ahras
        10 décembre 2017 - 20 h 10 min

        Specialiste dans la falsificati on, vous oubliez que le moufti de Jerusalem avait collabore’ avec Hitler!
        Est ce dea juifs qui s y seraient invente’ un moufti de rechange?!

        2
        8
          Souk-Ahras
          11 décembre 2017 - 7 h 17 min

          Falsification dites-vous ? le sujet traité concerne l’existence d’Israël et pas autre chose. Mais puisque vous parlez de « spécialiste de la falsification », je vous invite à consulter le lien suivant :

          http://www.contre-info.com/larmee-juive-de-hitler-par-laurent-glauzy#

          Ce sont des fragments de livre écrit par un juif.

          Lisez d’abord en prenant la précaution de bien vous assoir auparavant, et revenez me parler de falsification après. Ayez aussi la gentillesse d’utiliser un autre identifiant, la ville de Souk-Ahras n’ayant jamais été une falsification.

        zaatar
        11 décembre 2017 - 7 h 30 min

        Bonjour Souk Ahras,

        Moi je me suis toujours tourné vers l’équation d’Einstein de la relativité Générale. Apogée, périgée, Essor puis déclin est un corollaire de l’équation de la relativité générale. Ce corollaire cependant, peut être vérifié tout comme il peut ne pas l’être au cours du temps. Ce qui est sur, c’est qu’il n y a pas de statisme, ça doit bouger et évoluer.

    HANNIBAL
    10 décembre 2017 - 10 h 45 min

    Décidément le ridicule ne tue pas, un torchon du royaume de sodome qui divague encore: « Le secrétariat général de la Ligue arabe s’est félicité lors de la réunion ministérielle samedi au Caire du comité de l’initiative de paix arabe, de l’engagement du royaume sous la conduite du roi Mohammed VI, président de Comité d’Al Qods, au sujet de la question de la ville sainte. » rien que ça!!!
    Comment peut’on écrire cela alors que les Palestiniens sont en train de se faire massacrer??? (…)

    23
    2
    Mus
    10 décembre 2017 - 10 h 30 min

    M. Khider, votre plaidoyer pour la Palestine est celui de la majorité des hommes de cette planète, épris de paix et de justice. Mais persister a croire qu’Israël disparaitra tôt ou tard parce que cela serait « inscrit dans le mouvement de l’histoire » est un signe de naïveté politique qui compte sur le destin plutôt que sur la force pour que les Palestiniens se réapproprient de leur destin. Ce qui a été arraché par la force, ne peut être repris que par la force. Et ce ne sont pas les cailloux de ces valeureux enfants Palestiniens faisant face a Tsahal qui feront disparaitre l’ignominie de l’Histoire. Les images de ces enfants canardes par les armes automatiques, les chars et les avions israéliens font le tour du monde. Emeuvent. voire dérangent un peu les esprits bien cales dans le monde, mais ne semblent déranger et encore moins inquiéter Netanyahu ou Donald Trump. Actuellement ce sont ces deux monstres qui font et défont l’histoire du Moyen Orient grâce a la culpabilité tacite de nos dirigeants. Et qu’ont ils face a eux? les cailloux des jeunes martyrs palestiniens et les…discours des dirigeants arabo-musulmans et des Occidentaux. Cela ne suffit pas! En Palestine, il y a un peuple en danger de mort et une non-assistance a peuple en péril de la part de la communauté internationale, c’est a dire… Nous!

    29
    3
    Algerien revolté
    10 décembre 2017 - 9 h 48 min

    BRAVO pour cette analyse ,en Effet tout est dissemblable entre un juif Polonais d’un juif Algerien qui plus proche de nous culturellement ,physiquement et meme linguistiquement , c’est juste que pour se debarrasser de leurs juifs respectifs les pays Europeens leurs ont créer un pays artificiels qui n’a aucune base sinon religieuse , on ne peut pas travestir l’histoire indefiniment la verité fini toujours par triompher.

    14
    6
    Anonyme
    10 décembre 2017 - 9 h 40 min

    « La disparition d’Israël est inscrite dans le mouvement de l’histoire » oui bèrerdou 3ala gloubkou.

    5
    10
    fausses croyances acquises
    10 décembre 2017 - 8 h 46 min

    vous le dites bien :  » Les récits mythiques, souvent élaborés pour imposer une histoire rapiécée et épicée de mensonges, emplissent les livres d’histoire. Malheureusement, souvent, les mythes s’incrustent comme des mites dans les mémoires collectives. Tout comme il est difficile de se débarrasser des mites qui colonisent une maison, il est malaisé de se défaire des mythes qui polluent l’histoire.  »

    mais il faut souligner que toutes les religions y ont été touchées , pour la notre, la plus grande arnaque fut celle de tenter de faire passer pour sacré , des livres autres que le livre de DIEU ! ( et cela a marché , 9 musulmans sur 10 y croient dur comme fer , et pourtant ….)

    33
    5
    ALGHOUM AZOUG
    10 décembre 2017 - 8 h 44 min

    «un mensonge, à force d’être répété, finit par devenir vérité»: c’est la devise de l’Algerie arabe! Le régime croit nous convaincre que nous seions arabes. Helas ses enfants refusent cette fuite en avant!

    27
    20
    TIKOUK
    10 décembre 2017 - 8 h 29 min

    Le nazi Goebbels, est la reference pour les arabes aussi quant il s’agit d’anihiler les autres peuples comme l’arabisation de l’Afrique du nord.
    Voilà le meilleurs moyen de discréditer les palestiniens en les liant au nazisme. La disparution d’un peuple commence par la tete(..)

    20
    25
      Simba
      10 décembre 2017 - 9 h 13 min

      Vous etes hors sujet.

      19
      13
      karimdz
      10 décembre 2017 - 14 h 50 min

      Pour votre culture, ce sont les sionistes qui ont porté au pouvoir hitler et ont tout fait pour inciter par la terreur et la force, les juifs de quitter l europe pour aller en Palestine.

      Le nazisme est avant tout une référence sioniste, les conquérants arabes nous ont plutot libéré de près de 3000 ans d occupation vandaele romaine byzantine, permettant la réunification des tribus berbères et leur permettant de gérer le pays.

      10
      9
        Amazighkan
        10 décembre 2017 - 17 h 42 min

        Les arabes que tu chéris tant n’ont combattu ni les romains ni les vandales, par contre ils ont bien combattu les amazighs qui eux ont combattu les romains et les différents envahisseurs. Pour qu’ils puissent nous réunir, il faudrait qu’ils puissent se réunir d’abord entre eux. Les amazighs ont accepté l’islam mais ils savent qu’ils ne sont pas arabes. D’ailleurs même les vrais arabes de la péninsule vous le disent et vous le répètent mais visiblement le complexe d’infériorité vous pousse à renier votre véritable identité.

        13
        10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.