Une seule entreprise privée algérienne figure dans le top 30 africain

Cevital est la seule entreprise algérienne à figurer dans le rapport «African Globalizers 2017»
Issad Rebrab, patron de Cevital. New Press

Par R. Mahmoudi – Dans son nouveau classement des entreprises africaines les plus performantes pouvant prétendre au rang de «géants mondiaux», AfroChampions, en partenariat avec le cabinet sud-africain de conseil en stratégie Konfidants, place le groupe agroalimentaire algérien Cevital en cinquième position. C’est la seule entreprise algérienne figurant dans ce classement. Elle vient derrière quatre firmes sud-africaines. D’ailleurs, les entreprises sud-africaines dominent largement ce palmarès (22 sur 30).

Ce rapport retrace l’expansion des multinationales africaines en dehors de leur continent d’origine et explore les conditions favorisant leur émergence, les marchés sur lesquels elles développent leurs activités, tout en analysant les secteurs africains les mieux représentés dans les échanges internationaux.

«Cette étude démontre très clairement le potentiel de développement à l’international des entreprises africaines. Leur expansion mondiale est un phénomène récent – mais extrêmement rapide et dynamique», a déclaré Michael Kottoh, DG de Konfidants et coauteur du rapport. Selon M. Kottoh, cette évolution est une opportunité pour le continent. Il estime que l’Afrique a besoin que ses propres géants, ses champions et ses marques «partent à la conquête des marchés mondiaux». «Ces groupes, poursuit-il, doivent aller au-delà du continent, qui reste un marché restreint.»

Autre facteur plaidant pour la globalisation des activités des entreprises africaines : opérer en dehors du continent permet de mieux résorber les chocs et réduire les risques liés à des activités trop liées aux économies africaines (et aux cours cycliques des matières premières).

Dans leur constat, les auteurs de l’étude déplorent que les groupes sud-africains dominent ce top 30, en signalant qu’à peine six groupes de l’Afrique du Nord y figurent (dont deux marocains classés derniers), alors que des groupes d’origine subsaharienne brillent par leur absence.

Malgré les avancées réalisées par les firmes africaines, aucune ne figure aujourd’hui dans le classement Fortune Global 500, regrettent encore les auteurs de l’enquête.

R. M.

Comment (25)

    Djamel BELAID
    16 décembre 2017 - 12 h 21 min

    Moi je ne comprends pas comment CEVITAL, avec tous ses moyens, continue à faire de l’import-import. Pas un seul gramme de sucre ou d’huile de ses usines n’est produit par un agriculteur algérien. Comment expliquer cette stratégie?
    Nos devons produire une partie de notre sucre et de notre huile en cultivant des plantes adaptées à notre climat (colza, tournesol, betterave à sucre, carthame, …). Il y a urgence.
    Djamel BELAID Ingénieur agronome.




    2



    0
    awrassi
    13 décembre 2017 - 19 h 46 min

    Un petit cours d’économie : vous êtes salarié, célibataire, frugal en tout, ascète ultra-économe. Au bout de combien d ‘années pourrez-vous accumuler suffisamment d’argent pour monter une entreprise de l’importance de Cevital ou de Condor. Sans aide publique ni crédit, il va de soi … J’attends vos réponses et vos suggestions. Je rejette d’emblée toute solution basée sur l’emprunt, puisque c’est « haram » pour les musulmans ! Il faudrait aussi que nos agriculteurs réfléchissent à leur prix de vente (prix de revient plus 10 % normalement) et que les « samsars » ferment définitivement leur commerce ! Nous retrouverons un peu notre Algérie d’antan, celle du zalawi ou fhal !




    1



    3
    Kassaman
    13 décembre 2017 - 18 h 32 min

    Si l’on a une vision marchande de la société on peut à la rigueur être chagriné par ce classement.
    Maintenant regardons autrement les choses avec ses 22 sociétés dans le top 30 l’Afrique du Sud et derrière nous en terme d’IDH et largement dernière nous en terme d »espérance de vie.
    Je ne vous parle même pas de la violence quotidienne qui est un véritable fléau en afrique du sud.
    Selon moi un pays doit être jugé sur sa capacité à rendre sa population épanouie de la manière la plus large possible.




    1



    1
    nectar
    13 décembre 2017 - 13 h 14 min

    La richesse est dans le savoir, le savoir a besoin d’écoles très performantes et des professeurs à la hauteur et non des imams à réciter à longueur de journée des versets..Le développement de l’Algérie, ne peut pas se faire avec des ignares spécialisés dans l’import/import et qui se disent industriels..De quelle industrie parle-t-on? sachant que 99.9% des intrants dans tous les domaines viennent de l’Étranger..Même le gas-oil, les huiles de lubrification nous viennent de notre pétrole après l’avoir exporté au dollar symbolique et importé raffiné en centaine de milliers de dollars…Et je peux citer les produits chimiques, le textiles, le goudron que nous utilisons pour ériger des dos d’ânes sur nos routes dans un état piteux…Que CEVITAL soit classée dans le top ten mondiale ou africain, ça ne changera rien à notre malheur.sachant qu’une hirondelle à laquelle le pouvoir essaye de couper les ailes, ne fera pas un printemps ni peut être voler…




    9



    2
    Rachid Djha
    13 décembre 2017 - 12 h 48 min

    Espérant que sa fortune soit HALLAL.




    1



    12
    Mustapha
    13 décembre 2017 - 12 h 46 min

    Moi qui a au moins 4 fois plus de diplômes universitaires que ce Monsieur et à servi exclusivement son pays avec dévouement et honnêteté selon mon entourage je survis avec une retraite dont je n’ose même communiquer le montant.
    C’est aussi cela le génie de certains qui n’ont pas besoin d’aller à l’école pour devenir archi-milliardaires en monnaie convertible.




    7



    9
      Akli Boughzer
      13 décembre 2017 - 15 h 01 min

      Es-tu jaloux par hasard?Il n’est pas donné à tout le monde d’être capitaine d’industrie qui a pris des risques et qui a réussi.On a rien sans rien l’essentiel est d’être sur le droit chemin en travaillant dur et le succès est au bout pour ceux qui connaissent la valeur du travail surtout bien fait.




      8



      4
    Makhloufi
    13 décembre 2017 - 12 h 36 min

    Issad Rabrab, tout comme Ali Haddad, doit dire matin et soir MERCI au trésor public et à la complicité de l’administration.




    10



    14
      Felfel Har
      13 décembre 2017 - 15 h 04 min

      Faux! Rebrab n’a pas bénéficié des largesses du Trésor algérien. L’État ne lui jamais confié de marché de gré à gré comme il l’a fait avec Haddad. Au contraires ses différentes structures se sont attaché le service de fonctionnaires zélés pour éplucher ses comptes et ses déclarations fiscales. Rien, je dis bien rien, ne lui a été reproché, autrement ils l’auraient fait coffrer sans forme de procés. SVP, ne comparez pas, comme on dit chez nous, echouk oual yasmine.! Salutations!




      10



      2
    Anonyme
    13 décembre 2017 - 12 h 18 min

    Cevital est un groupe qui ressemble à un pont qui brasse l’argent des autres. Il achète à l’étranger pour vendre aux algériens. C’est pour cette raison que notre gouvernement lui bloque sa marchandise. Il est certain qu’il réalise un grand chiffre d’affaires qui ne lui appartient pas. Le jour où notre pays pourra vendre et produire librement CEVITAL n’existera plus…!!!




    5



    16
      Akli Boughzer
      13 décembre 2017 - 14 h 50 min

      Qui t’a soufflé ça à l’oreille? (…) Incroyable,des gens qui produisent des richesses,font travailler des milliers d’Algériens, exportent, renflouent le trésor public et surtout ne rentrent pas dans le jeu de la mafia étatique sont quotidiennement harcelés et empêchés de travailler. Cela pendant que les mafieux agissent en toute impunité et, pis encore, protégés.




      11



      5
      Azrou
      13 décembre 2017 - 20 h 59 min

      Ya M Anonyme,l’état ed’dewla avait encg (huile) elle a fait faillite,elle avait enasucre elle a fait faillite, la sniv enaver ( verre) elle a fait faillite….ça te va??? Et ce monsieur y réussit!! G 32 ans de sociétés publiques où on disait ragda ou tmangi,matchi ta3 babak….. Pas de jalousie pas d’amalgame,lis son livre tu comprendras.




      3



      0
    awrassi
    13 décembre 2017 - 11 h 45 min

    Quand bien même le Top 30 africain serait l’équivalent des Top 10 européen, il ne faut pas se leurrer. Le capitalisme (le libéralisme économique) n’est pas créateur de richesses réelles. Il endette plus qu’il ne libère … Seul le communisme (la mise en commun de toutes nos richesses) peut nous sortir de notre situation ! Rappelez-moi la dette des USA, de la France ou encore du Japon …




    5



    7
    Pourtant ....
    13 décembre 2017 - 11 h 01 min

    « Une seule entreprise privée algérienne figure dans le top 30 africain » !!!!!
    pourtant le plus grand pays en Afrique… le plus grand obstacle à l’évolution du monde des affaires en algerie est le niveau de l’administration….




    18



    0
    Anonyme
    13 décembre 2017 - 10 h 58 min

    Rabrab président de la république au moins lui il est reconnu mondialement comme créateur de richesses et un dirigeant organise capable de mener un bon projet ! les pays sont respectes par leurs économies performantes et leurs ressources humaines ! alors pourquoi pas un projet économique pour l Algérie avec à la tête Rebrab comme président ? malheureusement il fait peur aux khobsistes du système : ragda out mangie du FLN et du RND !




    14



    5
      awrassi
      13 décembre 2017 - 11 h 48 min

      Encore ce fameux mythe des « capitaines d’industrie » ! Au bout de la vie de toute personne honnête et croyante se trouvent une maison, avec piscine, une voiture et de beaux meubles. Sans plus. Pour être riche, il faut emprunter – si l’on peut – et faire de l’argent avec de l’argent : ce qui est haram ! Maintenant, si nous voulons sortir de l’islam, devenir usuriers, tout est possible. Même envahir nos voisins et les piller !!!




      4



      8
    elhadj
    13 décembre 2017 - 8 h 48 min

    depuis des mois et des mois que CEVITAL n arrive pas a régler son problème ni a obtenir ses équipements pour se développer ,malgré les réactions repetees de la société civile, les démarches des élus locaux on est vraiment horripilé de relever l absence de prise de décision de la part des différents gouvernements successifs pour solutionner ce litige et mettre fin a ce doute persistant que les citoyens se font qu il y a des décideurs occultes et influents qui tentent de freiner M REBRAB dans sa démarche de développer son secteur et créer de la richesse.
    Ou sont passes les élus de la nation pour crever une commission d enquête afin la lumière sur cette affaire et d en connaitre les resultats




    17



    4
    Samira
    13 décembre 2017 - 8 h 46 min

    Quand tout le pays et sone economie appartiennent a un clan familial qui dépasse la royauté et que tout le monde ferome les yeux devant un abysse, il n’ya rien a ajouter.




    9



    3
    anonyme -Algérie
    13 décembre 2017 - 7 h 33 min

    S’il n y avait pas les entraves de l’administration qui a bloqué les investissements de l’entreprise algérienne, CEVITAL aurait pu avoir un meilleur classement au niveau africain et mondial, n’oublions pas que c’est le premier payeur d’impôts en Algérie après SONATRACH. Tout ça, parce Mr Rebrab n’a pas soutenu le quatrième mandat présidentiel.Pauvre Algérie.




    21



    4
    Tinhinane
    13 décembre 2017 - 5 h 33 min

    Nous avons des riches Trabendistes et non pas des entrepreneurs.




    11



    8
    Anonyme
    13 décembre 2017 - 5 h 31 min

    Ce n’est pas avec un Haddad qu’on va émerger. Haddad a de l’argent, mais il n’est un patron entrepreneur.
    Votre FCE a besoin d’une réforme radicale.




    18



    5
      awrassi
      13 décembre 2017 - 19 h 52 min

      Tu veux émerger où ? Tu crois que les riches laissent émerger les pauvres ?!!! Dans les pays riches, développés, civilisés, ce que tu veux, tous les chiffres montrent que le riche a tendance à s’enrichir et le pauvre à s’appauvrir … Le capitalisme, c’est la plus-value d’un patron sur un salarié. Hier, c’était le khamas, aujourd’hui, c’est le patron. Mais hier, au moins, pour la paix dans l’oasis, le propriétaire mariait parfois sa fille au khamas ! De la féodalité, on est passé au capitalisme, mais il reste une étape : le communisme !




      1



      1
        bens
        15 décembre 2017 - 12 h 33 min

        Awrassi mon ami, est_ce vraiment une affaire de capitalisme, socialisme ou chari3a ?
        Ne cerait il pas plus important d’approfondir la connaissance de tout cela pour mieux en apprehendder les principes fondamentaux et en tirer le meilleur profit…
        Mais cela a besoin d’une ecole de libre pensée alors qu’apparement c’est le boulevard doctrine qui sieds




        0



        0
          bens
          15 décembre 2017 - 12 h 44 min

          priere de lire a la fin du post en haut  » …qui voudrait seoir « 




          0



          0
    Akli Boughzer
    13 décembre 2017 - 4 h 54 min

    Où va l’Algérie?Ce pays qui marche sur la tête et qui brime toute logique pour des intérêts claniques et mafieux.Notre économie sombre mais qui s’en soucie?Pauvres de nous livrés pieds et poings liés à des prédateurs sans foi ni loi.Qui veut détruire CEVITAL 5° entreprise africaine derrière 4 entreprises Sud Africaines et 1° Algérienne?




    17



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.