L’entretien du ministre israélien Katz censuré : que cachent les Saoudiens ?

Katz Israël Arabie Saoudite Elaph
Le ministre israélien du Renseignement Ysrael Katz. D. R.

Par R. Mahmoudi – Dans son interview au site saoudien Elaph (lire notre article par ailleurs), le ministre israélien du Renseignement, Ysrael Katz, a affirmé mercredi que le gouvernement israélien invitait le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammad Ben Salman, à visiter Israël, bien que les deux pays n’aient pas de relations diplomatiques. Ce passage de l’entretien a été censuré par le site et révélé par la presse israélienne.

Le quotidien Yediot Aharonot a aussi dévoilé le contenu d’autres extraits retirés par la censure saoudienne. Il s’agit notamment d’un souhait formulé par le ministre israélien de voir le régime saoudien adresser une invitation à Benyamin Netanyahou de se rendre à Riyad, «en vue de renforcer le processus de paix», a-t-il expliqué.

Les ciseaux de la censure ont aussi retiré une réponse, pourtant élogieuse, du ministre dans laquelle il a dit que l’Arabie Saoudite «mérite de conduire le processus de paix, pace qu’aucun autre pays arabe ne jouit d’une telle capacité de compréhension». Un autre passage dans lequel le responsable israélien louait «l’ouverture» de la monarchie wahhabite et ses «réformes» a encore été jugé inopportun par la censure qui a aussi préféré effacer une phrase qui ne choque pourtant plus personne : «L’Iran est l’ennemi commun entre l’Arabie Saoudite et Israël.»

La presse israélienne a aussi révélé que le journaliste qui a réalisé l’interview avec le ministre des Renseignements israélien était lui-même israélien, qui a déjà travaillé pour la chaîne américaine d’expression arabe Al-Horra, avant d’être recruté comme correspondant du site Elpah.

Dirigé par un ancien directeur de rédaction d’Al-Charq Al-Awsat, propriété d’un des fils du roi Salman, le journal électronique Elpah a déjà interviewé, il y a un mois, une haute personnalité militaire israélienne. Une première dans les annales de la presse saoudienne, qui montre la voie à d’autres initiatives encore plus audacieuses dans le sens d’une normalisation de plus en plus décomplexée avec l’entité sioniste, au moment où se joue le sort de la cause palestinienne après l’annonce de Donald Trump de déplacer le siège de l’ambassade des Etats-Unis vers El-Qods.

Cette orientation médiatique coïncide avec des changements décidés par le prince héritier à la tête de plusieurs médias lourds appartenant à la famille régnante. Le dernier en date concerne le groupe MBC, principal vecteur médiatique du régime saoudien dans le monde, dont le siège central est à Dubaï. Ainsi, la direction de ce groupe passera en janvier prochain entre les mains de Badar Ben Farhan, membre de la famille régnante et proche de Mohammed Ben Salman.

Dans le même sillage, le quotidien à grand tirage Al-Hayat vient de rompre son contrat avec le célèbre chroniquer Jamal Khashoggi pour «dépassements». Khashoggi s’est rendu ces derniers mois célèbre par ses prises de position franches et courageuses contre la normalisation avec Israël et aussi contre le style de gouvernance du prince héritier.

R. M.

Comment (6)

    Lghoul
    15 décembre 2017 - 15 h 46 min

    Pauvres gens qui croient encore au monde kharabe. Il fut un temps ou on se portait bien et on se sentait fort. N’est ce pas ? Qu’y a-t-il de changé depuis ? trop de charlatantisme ? Trop d’islamsime ? trop d’arabisme qui a détruit l’école et les esprits ? On n’a jamais choisi ce que l’on voulait et finalement on n;a rien choisi. On a toujour choisi le chemin qui fera plaisir aux autres. Et c’est pour cela qu’on est arrivé ou nous en sommes aujourd’hui. Une nouvelle reflexion est necessaire. Il nous faut un état laic et fort ou la religion et l’arabisme ne se mélangeront jamais a la politique et a la stratégie du pays. Nous sommes algeriens berbères et arabophones qui ne penseront qu’algerien car on a normalement une pensée algerienne unique. Depuis qu’on a adopté les pensées vides d’ailleurs basées sur des chimères et la superstition on ne sait plus qui nous sommes. Imagninez si 54 était maintenant ? On demanderait des visas supplémentaires.




    5



    0
    icialG
    15 décembre 2017 - 10 h 50 min

    des petit malin les saoud ils se disent que les israeliens ne vont pas tarder disparaître naturellement comme le prévoit leur destinée et ils hériterons de El Qods une manne financière des pèlerins de la mosquée Al Aqsa mais mais mais va savoir ce que pensent les israeliens




    1



    2
    Anonyme
    15 décembre 2017 - 10 h 28 min

    La monarchie saoud a signé le « Pacte du Quincy » le 14 février 1945. En gros, ce pacte s’articule autour des 3 points suivants :
    – La stabilité de l’Arabie saoudite fait partie des « intérêts vitaux » des États-Unis qui assurent, en contrepartie, la protection inconditionnelle de la famille Saoud et accessoirement celle du Royaume contre toute menace extérieure éventuelle ;
    – Par extension, la stabilité de la péninsule Arabique et le leadership régional de l’Arabie saoudite font aussi partie des « intérêts vitaux » des États-Unis ;
    – En contrepartie, le Royaume garantit l’essentiel de l’approvisionnement énergétique américain, la dynastie saoudienne n’aliénant aucune parcelle de son territoire.
    Quand on sait aussi que le Royaume Hachemite a été créé de toutes pièces contre la reconnaissance d’un « foyer juif en Palestine, on aura tout compris sur nos frères Arabes du Hijaz et de la Jordanie …




    14



    1
    Anonyme
    15 décembre 2017 - 10 h 24 min

    Normalement l’argent des pélériens doivent être distribuer au profit des musulmans du Monde entier, il faut absolument se préparer pour attaquer l’arabie saoudite ils ne sont pas musulmans et ont trompés le monde musulmans depuis 100ans.




    12



    6
    صالح/الجزائر
    15 décembre 2017 - 8 h 39 min

    les Saoudiens cachent la politique de « diplomatie des petits pas » , suivie par Henry Kissinger au proche orient , après la guerre d’Octobre et la défaite d’ Israëlen en 1973 , qui a abouti au relation diplomatique entre l’Egypte et l’entité sioniste , et qui va aboutir tôt ou tard au relation diplomatique entre les Al saoud et l’entité citée .




    8



    1
    salim
    15 décembre 2017 - 8 h 02 min

    Les traîtres saoudiens ont beaucoup de choses à cacher à leurs citoyens et au monde musulman.
    Dernièrement le prince BMS, avait programmé de revoir tous les hadiths de Boukhari.
    Pourquoi fait-il cette opération maintenant ?
    Sachant que ces temps ci des sionistes et personnalités juives à travers le monde ne cessaient de demander à ce que certains versets du Coran soient supprimés.
    Qui prouve si des demandes similaires n’ont pas été faites à ces rois et princes félons qui plient sous les chantages et pression des américains et israéliens pour modifier de fond en comble le dogme de l’islam, et le vider de toute sa substance, comme ils l’ont fait pour les autres religions il y a des siècles de cela.




    17



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.