Tamazight : l’escalade

manifestation MAK
Marche pacifique à Béjaïa pour tamazight. AP

Par Kamel Moulfi – Dans un style surréaliste et frisant un délire de nature plus pathologique que politique, les courants d’obédience MAK ont monté en épingle des heurts qui ont accompagné les manifestations dans cette région pour protester contre le rejet par l’Assemblée populaire nationale (APN) de l’amendement relatif à la promotion de tamazight.

Les informations locales ont fait état d’affrontements très violents qui ont éclaté à Bouira, il y a deux jours, entre des étudiants membres de l’Ugel et de l’UNEA et des étudiants membres de la Coordination libre des étudiants et sympathisants de la cause amazighe. Les courants MAK donnent à ce fait une signification totalement décalée par rapport à la réalité et inventent un conflit ethnique qui n’existe que dans leurs fantasmes pour faire réagir les «institutions» créées dans l’imaginaire du fondateur de ce mouvement séparatiste.

Car, en dehors de Bouira, où «un climat de tension et de violence s’empare de la ville depuis quelques jours», «ailleurs les manifestations pour tamazight se sont déroulées pacifiquement, sans affrontements, ni agressions». Par contre, au plan verbal, de vifs échanges ont eu lieu entre les formations politiques présentes dans la région. C’est ainsi que Louisa Hanoune a rejeté l’accusation de «manipulation» lancée contre le Parti des travailleurs (PT) par d’autres partis mais n’exclut pas que cette manipulation existe, suggérant qu’elle vient de partis qui cherchent à travailler contre l’unité nationale et qu’il s’agirait donc de milieux influencés par les idées séparatistes du MAK.

Le désordre installé à Bouira, et qui risque de s’étendre à Tizi Ouzou et Béjaïa, a déjà conduit à de fortes perturbations dans les établissements d’enseignement et les universités, avec le risque, si la situation va jusqu’au pourrissement, de compromettre les études dans cette région. Ainsi, le conseil de l’administration de l’université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira a décidé le gel de toute activité pédagogique et scientifique jusqu’à nouvel ordre.

Les réseaux sociaux sont utilisés pour la publication de commentaires extrémistes qui attisent la haine et pour la diffusion de fausses informations, appuyées par des photos-montage, rapidement gobées par des éléments fanatisés, vulnérables et totalement perméables, d’un côté, à la propagande du MAK et, de l’autre, à l’intox des islamistes, les deux se rejoignant dans leur œuvre destructrice. Car, pour ceux qui veulent introduire un désordre durable dans la région, qui serait préjudiciable, comme dans les expériences passées, à sa population, il n’y a rien de plus efficace que la fabrication de faits qui alimenteraient des facteurs de tensions, en marge de la revendication identitaire, dans le sens d’une escalade qui fournirait aux agents provocateurs le bain qu’il leur faut pour exécuter leurs tâches.

Les appels au calme et à la raison lancés par les partis politiques et des personnalités de la région seront-ils entendus ?

K. M.

Comment (12)

    Tangoweb 54
    20 décembre 2017 - 18 h 13 min

    Personne ni le MAK , ni Israël ni la France, ni le pouvoir actuel ne peux effacer, l Arabite et l Islamiste de 90% du peuple Algerien, cela fait plus de 14 siècles que nous somme (hamdoulilah) Arabo-Musulman et personne ne peu rien y changer, vous avez beau manipuler, comploter avec vos propagandes, vos medias: journaux ,télé, radios etc…rien ne changera car l Algerie profonde ne sera jamais manipulé par vous,Vous osez dire qu’ ont va bannir la langue Arabe pour la remplacer par le dialecte Berbère et la langueFrançaise mais vous ne réussirait jamais, la langue du Coran est protégé et elle est une ligne ROUGE.




    4



    0
    BEN
    16 décembre 2017 - 13 h 01 min

    On se demande vraiment si le MOUVEMENT pour L ANARCHIE en kabyle ne joue pas le jeu du pouvoir!!
    Affirmer qu’ Israël (la3nat ALLAH 3alayha) est amie de la kabylie fait parfaitement le jeu du pouvoir.
    Au fait ou est le mouvement aarouch ? Toujours en france coloniale ???




    5



    4
    karimdz
    15 décembre 2017 - 22 h 11 min

    Je dirai que ces milliers de manifestants ont cédé aux sirènes du sioniste makak mahanna que d une véritable volonté de vouloir défendre la culture amazigh.

    Quand on brule le drapeau national ou encore l effigie de feu le Président Boumédienne, les choses sont claires.

    Dans les réseaux sociaux, il ne faut pas perdre de vue, que les sionistes et les marokos agissent en sous marin, se faisant passer pour des algériens pour mieux tenter de diviser. Aux algériens de faire preuve de discernement.

    C est quand meme formidable qu au moment où tamazigh n a jamais été aussi promu, que cela suscite autant de violences sans aucune réelle justification crédible. En réalité, cela irrite mahanna et son mentor l ordure benne hl, car il n est pas dans leur intérêt justement que le pouvoir algérien aille dans ce sens. Ils préferent dresser les algériens.




    13



    8
    Anonyme
    15 décembre 2017 - 15 h 38 min

    le regime a enfanté le FIs pourcontroller les laics, le MAK est l’effet de l’arabisation.
    Plus fort est le megaphone moins fort est le message




    7



    10
    Algerianokabyle
    15 décembre 2017 - 14 h 17 min

    Mak et islamo-baathistes ces deux partis extrémistes ont le même projet et le même but, une guerre civile et la destruction de l Algérie….




    20



    22
    bougamous
    15 décembre 2017 - 11 h 15 min

    Je suis désolé.Manifester « paisiblement » en portant un drapeau qui n’a rien à voir avec notre G R A N D E
    A L G E R I E  » est plus grave que casser…Ce drapeau prouve l’infiltration du MAK, partout en kabylie.




    25



    24
    Malek
    15 décembre 2017 - 11 h 06 min

    Le MAK est pour le Sionisme « Israélien » ce qu’était le FIS pour le Salafisto-wahabisme de l’Arabie Yahoudite.




    19



    17
    Anonyme
    15 décembre 2017 - 10 h 57 min

    Tout simplement, la région kabyle à emprunte Berbère, ne peut-être en aucun cas séparer de l’entité historique de la nation algérienne. Le Tamazight est un patrimoine national partagé par tous les algériens et la culture Amazigh est commune à tous les algériens.




    25



    14
      Anonyme
      15 décembre 2017 - 18 h 10 min

      Yenza w’oulach. Patrimione de tous pour l’arabiser un tantinet. La kabylie ne veut pas d’arabité ni à 1% ni à 50%




      15



      13
      Amazighkan
      16 décembre 2017 - 21 h 31 min

      @anonyme vous que le Tamazight est un patrimoine national partagé par tous les algériens, je suis désolé cette affirmation n’est pas tout à fait exacte. Si c’est vrai que la culture amazigh est présente et vivante partout en Algérie mais de la à dire que c’est partagé par une majorité d’Algériens, c’est complètement faux. La majorité des algériens se considèrent comme arabo-musulmans et ça leur suffit amplement. Contrairement aux Kabyles et un peu moins les autres amazighophones qui ne veulent pas se renier et luttent contre vents et marrées pour rester eux mêmes, c’est à dire des amazighs et fiers comme peut l’être un fils envers son père et sa mère. Vive l’Algérie authentique (ni Carthage ni Rome)




      4



      4
    LOUCIF
    15 décembre 2017 - 10 h 49 min

    Monsieur Kamel Moulfi , vous qui êtes journaliste, expliquez moi pourquoi le silence de Bouteflika, du Chef du gouvernement ??? Bouteflika nous a prouvé qu’il sait agir en faisant lire son discours pas d’autres pour faire passer des messages ! Pourquoi, SVP, il ne le fait pas dans ce cas là ??

    PS : il faut arrêter les digressions, les insinuations, les accusations, la main d’Israël etc… etc..l’heure est grave il faut mettre fin à cette escalade avant l’irréparable !




    12



    13
    Didouche
    15 décembre 2017 - 10 h 34 min

    Tous les moyens sont bons pour rester au pouvoir ou le reprendre.les 2 clans se livre une guerre machiavélique .quitte à créer une fitna entre Algériens en actionnant leurs sous traitant Makistes et islamo/Baathistes.




    22



    21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.