Le MSP veut court-circuiter la diplomatie algérienne sur le dossier d’El-Qods

MSP El-Qods Erdogan Mokri
Abderrezak Mokri avec le chef de file des Frères musulmans, Recep Tayyip Erdogan. D. R.

Par R. Mahmoudi – Après avoir tenté de s’approprier la colère de la rue algérienne contre le diktat américain sur El-Qods, en conduisant des marches et des rassemblements – sans grand succès –, y compris à Alger, le Mouvement pour la société et la paix (MSP) fait aujourd’hui dans la surenchère politique. Ce parti islamiste se dit «insatisfait» de la position officielle de l’Algérie telle que formulée récemment par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, en la qualifiant tout simplement de «négative».

Or, Bensalah n’a fait que réitérer une position arrêtée par tous les pays musulmans lors du Sommet d’Istanbul de mercredi dernier, déclarant El-Qods-Est comme capitale de la Palestine, dans le cadre de la légalité internationale. Pour le MSP, antenne algérienne des Frères musulmans égyptiens, se contenter d’une partie d’El-Qods «trahit une disposition à accepter une partition» de la ville sainte.

C’est la première fois que le MSP franchit le Rubicon et se place aussi ouvertement à contre-courant de l’engagement diplomatique de l’Algérie. D’habitude, ce parti adhérait spontanément à toutes les positions officielles, que ce soit par rapport aux relations algéro-marocaines, aux démarches entreprises dans les pays du voisinage (Libye, Mali…) ou à ses prises de position sur les différents conflits au Moyen-Orient.

C’est vrai aussi que le gouvernement n’a jamais, en contrepartie, interpellé ce parti sur ses activités aussi intenses que suspectes dans les forums internationaux organisés par les réseaux liés à la confrérie des Frères musulmans.

Qu’est-ce qui a bien pu décider le MSP à changer de cap aujourd’hui ? Sortis humiliés aux dernières élections locales, les partis islamistes en général cherchent à redorer leur blason et à se replacer sur l’échiquier politique. Cette contestation soulevée par la décision de Donald Trump, en Algérie comme dans tous les pays musulmans, est tombée à point nommé. Une planche de salut qui s’offre à eux. C’est pourquoi ils comptent s’y investir jusqu’à la dernière énergie, tout en liant leur soutien affiché ostensiblement à la cause palestinienne à leur repositionnement politique.

C’est dans cette perspective qu’ils intensifient leurs pressions sur le président de l’APN, Saïd Bouhadja, pour l’amener à consacrer une séance de débat spéciale sur El-Qods. Usant d’un ton agressif, le MSP reproche au président du Parlement son «laxisme».

Jusqu’où peut aller cette escalade verbale ? Cela dépendra des ordres que Mokri, Menasra et Aribi recevront d’Ankara.

R. M.

Comment (22)

    hakim
    17 décembre 2017 - 13 h 32 min

    je vais laisser un ancien diplomate parler à ma place: François LaRochelle est un ancien diplomate canadien. Juriste de formation, il a été en poste notamment en Egypte (deux fois).
    « Quelques années plus tard une participation à une session du groupe de travail sur les réfugiés du processus de paix d’Oslo, coordonné par le Canada, m’avait aussi beaucoup frappé. La réunion se déroulait à Paris. Je ne me souviens plus du contenu des délibérations mais lors des pauses, les palestiniens parlaient avec leurs interlocuteurs israéliens en hébreu et ces derniers leur répondaient en arabe ! Cela m’avait rempli d’espoir pour l’avenir. »

    5
    1
    Anonyme
    16 décembre 2017 - 21 h 44 min

    Ce monsieur Mokri devrait commencer a demander à son sultan d Erdogan de retiré l ambassade d Israël à Ankara et pareillement à Tel Aviv l’ambassade turque avant de demander a son propre pays d aller plus loin pr El Qods ; n oublions pas qu’ il était de mèche en Syrie avec Israël et les pays du golf Qatar Arabie Saoudite encore les mêmes pour détruire ce pays ….donc en Algérie je commence à regretter la fameuse sécurité militaire Algérienne pour ce genres d énergumènes…ils ont trop pris la confiance ; comment le gouvernement algérien peut resté laxiste envers ce parti MSP à la solde de pays tiers et surement ennemi de l Algérie … le simple citoyen algérien ne peut même pas des fois s exprimer sur son quotidien il est bâillonné et cet homme peut dire ce qu’ il veut tt en mettant la sureté nationale et notre diplomatie à défaut ; mais de qui se moque t on ; soit ce type a servi indirectement aux gouvernements et au pouvoir et probablement il le sert encore mais bien moins du aux score faibles des dernières élections de son parti sinon ca fait lgtps qu ils l auront calmé…..Enfin comment peut on payer un parlementaire un député nationale qui doit servir sa nation avec l argent des algériens le trésor public et agi ds le sens inverse et ds les intérêts des pays du golf et la Turquie ; c’est un triple agents ; j en sais rien mais ca m interpelle en tant qu algérien?

    awrassi
    16 décembre 2017 - 18 h 58 min

    Beaucoup ici emploient des termes qui ne signifient rien ou qui ont été dévoyés de leurs sens originel par les Occidentaux islamophobes. « Islamiste », pour un Occidental islamophobe, c’est un musulman qui ne suit pas un « islam » par eux modéré ou rêvé. Pour nous, musulmans, on est musulman ou pas. Cela s’arrête là ! L’islam est polaire, pas scalaire …
    Maintenant, si vous voulez parlez de la nouvelle religion des monarchies du Golfe, le wahabbisme, appelez la comme telle. Il y a aussi le « takfirisme » des terroristes, cet islam plus islam que Dieu, etc.
    L’islam a tout intérêt à rechercher la cohésion, la cohérence et l’unité. A quoi servent nos sommités musulmanes si elles ne se réunissent jamais pour discuter de ce qui nous sépare et désunit ? Le courant « chiite » par exemple comprend des dizaines de sectes. Le Hezbollah libanais, par exemple, atteste que Mouhammad est Prophète de Dieu. Est-il mon ennemi et en quoi ? Je veux savoir. Idem pour les Iraniens, etc., etc., que tout le monde qualifie de « koufars ». Mais en quoi sont-ils « koufars » et n’y a-t-il aucun moyen qu’ils rentrent dans le rang s’ils sont égarés ? Bref, nous, musulmans, ne sommes bons en rien de logique et nous sommes les premiers à nous diviser.
    En ce qui concerne la position des musulmans vis-à-vis de la Palestine, elle est plus que timorée. La revendication de Jérusalem est comme capitale des palestiniens divise Jérusalem. Elle induit que l’Ouest a déjà été pris par d’autres !!! Les observateurs étrangers – athées, juifs ou chrétiens – doivent bien rire de nous ! Ce que les musulmans devraient faire, c’est se retirer de l’ONU, cette instance qui a permis de créer Israel, refuser de reconnaître Israel et lui déclarer la guerre pour rendre aux Palestiniens leur terre. Voilà ce que nous devrions faire si nous étions des musulmans. Mais nous sommes plus athées que nous voulons bien l’admettre !!! Dieu jugera … Rien dans le Coran dit qu’Israel est aux Juifs, ni où se trouve ce pays. Nous avons juste que les juifs ont été maudits par Dieu et qu’Il a eu la bonté de leur permettre de vivre en exil toute leur existence … Accepter qu’ils s’installent quelque part, c’est déjà trahir le Dieu devant lequel nous nous prosternons 5 fois par jour !

    16
    5
      Anonyme
      16 décembre 2017 - 19 h 27 min

      Oui on est mort de rire .

      4
      3
    Djemel
    16 décembre 2017 - 18 h 54 min

    Je suis surpris qu’on ne parle pas des turcs comme des colonisateurs de l’Algérie. Pour certains, le terme colonisateur ne convient pas à cause du fait que les turcs sont musulmans. On ne doit pas s’arrêter là. Si on regarde la vie du côté pratique, le pouvoir était truc, les richesses transférées de l’Algérie vers la Turquie, les berbères complètement exclus et vivaient dans une pauvreté extrême. Même les enfants des Turcs dont les mamans sont berbères étaient exclus, y compris de l’armée. Il fallait attendre la fin de l’empire pour que ces derniers soient acceptés dans l’armée. Ce n’est pas pour rien qu’on n’a pas encore accès aux archives turcs.

    Anonyme
    16 décembre 2017 - 18 h 03 min

    Ce parti et son gourou Mokri doivent être traduit en justice pour haute trahison !

    6
    3
    rais
    16 décembre 2017 - 17 h 05 min

    arreter de parler de cette petite hafna elle ne represent que 2% de la population.

    4
    1
    Tinhinane
    16 décembre 2017 - 15 h 17 min

    Au nom de sa Oumma, Mokri vendra l’Algérie pour deux livres turques.
    C’est un parasite religieux…C’est quoi la différence entre lui et le MAK…Aucune. Ils sont tous traitres.

    10
    3
    Kahina
    16 décembre 2017 - 15 h 16 min

    Regardez la photo, la posture de Mokri en dit long. Mokri est un agent au service de QATAR et D’ERDOGANE.
    El-Qods n’est pas la préoccupation primordiale de Mokri, mais c’est juste un outils pour faire parler de lui.
    Un opportuniste diabolique.

    11
    1
    anonyme-Algérie
    16 décembre 2017 - 14 h 30 min

    Non seulement cet article ainsi que plusieurs commentaires ne sont pas objectifs parce que sans fondement, mais en plus il ne sont pas neutres. Je peut comprendre qu’on puisse détester les islamistes et en particulier le MSP, mais aller jusqu’à balancer n’importe quoi!!! (…)
    Quant aux critiques dirigées contre la Turquie, sachez qu’Erdogan en a fait la 10ème puissance économique mondiale.

    5
    13
      DZ
      16 décembre 2017 - 15 h 09 min

       »sachez qu’Erdogan en a fait la 10ème puissance économique mondiale ».

      Ce n’est pas une raison pour lui vendre l’Algérie.

      8
      1
        Anonyme-Algérie
        16 décembre 2017 - 18 h 35 min

        Vous avez parfaitement raison DZ mais toute accusation doit avoir des preuves !

        2
        1
    Abou Stroff
    16 décembre 2017 - 13 h 57 min

    tous les indices concourent à signaler que les islamistes, dans tous les pays musulmans, servent, en premier lieu, les intérêts des yankees et des sionistes. en effet les islamistes, en réduisant l’économie au commerce et en croyant que le commerce génère la valeur, sont de fait les meilleurs alliés du capital financier mondial dont l’un des objectif premier est de réduire les économies pétrolières à des pipelines sans robinet d’arrêt et à des déversoir à toutes les marchandises produites dans les économies où le travail productif prend tout son sens. en outre, des états dominés par des islamistes entourant l’entité sioniste, justifierait l’existence de cette dernière en limitant toute argumentation à un phénomène religieux (exit le fait que l’entité sioniste, entité raciste basée sur la religion, n’est qu’un vestige colonial qui doit, historiquement, disparaître en tant que tel). moralité de l’histoire: la vermine islamiste doit être combattue au nom, aussi bien de la démocratie puisque les islamistes ne croient pas en la capacité des hommes à s’auto-gérer que du développement humain dans tous ses aspects puisque les islamistes croient que l’homme est donné, une fois pour toutes et que son évolution relève de l’hérésie.
    PS: si la marabunta qui nous gouverne n’avait pas intérêt à ce que la vermine islamiste soit présente et active au niveau politique, il y a belle lurette que mokri, bouguerra, djaballah et autres énergumènes de leur acabit auraient rencontré, par hasard, un djinn maléfique qui leur aurait lu leurs droits avant de les neutraliser.

    9
    2
    Hamid1
    16 décembre 2017 - 12 h 34 min

    Je ne comprends pas pourquoi on met des militaires ou des citoyens en prison pour avoir dit la vérité et leurs opinions pour le bien de notre pays, quand ces mercenaires qui sont à la solde des pays étrangers sont libre de leurs mouvements.
    Il faut croire que les droits sont à géométrie variable entre le truand qui a voulu vendre notre seule ressource économique à la première puissance mondiale (et combien d’autres qui sont aussi devenus milliardaires comme lui) et ces dégénérés mentaux (et dieu sait qu’ils sont nombreux chez nous) qui abrutissent notre peuple avec l’assistance des pouvoirs publics dans des médias lourds alors qu’ils méritent la prison à vie…

    13
    1
    Anonyme
    16 décembre 2017 - 10 h 24 min

    je ne sais pas ce que vous voulez nous faire croire! si vous défendiez l’actuel système algérien des corrompus vous êtes déjà en échec, si vous parlez d’ardogan it’s votre sidouk’m homme honnête a fait beaucoup pour sa ville dont il fut maire »istanbul et par la suite la Turquie, des métros des tramways des ponts des tunnels et dans un an l’ouverture du plus grand aéroport du monde!!! (…) prenez l’exemple de la Malaisie et sa capitale kuala lumpur:: leurs avantages: ils ont juste écouté Malek Bennabi.

    5
    19
    Aigle Noir
    16 décembre 2017 - 10 h 12 min

    Je combat l’extrémisme et aussi la pensée unique de certains dictateurs y compris en Algérie;nous sommes devenus des toutous des grandes puissance ou nos dirigeants n’osent meme pas a donner leur avis avant d’avoir l’autorisation de ces derniers;nous avons l’autonomie mais pas l’indépendance;depuis quand notre nation ferme l’oeil sur les injustice et l’occupation des nations

    8
    9
    Algérie Nationaliste
    16 décembre 2017 - 10 h 11 min

    Les islamistes doivent retourner chez eux, réémigrer dans la terre de leurs ancêtres, qu’ils rentrent chez eux au Pakistan, en Turquie, en Afghanistan, en Egypte, au Qatar ou en Arabie saoudite, ces gens là pour la plus part ne sont pas algériens ils sont majoritairement arabes ou asiatiques, ils ne portent pas de nom berbère et n’ont strictement rien avoir avec nous les berbères et notre culture. Alors je leur dit bon vent et bonne chance pour la suite. L’Algérie n’a pas vocation à devenir Arabo-wahhabite alors prenez un billet de non retour tout de suite pour toute la oumma, prenez vos petites filles avec le hidjab et vos petits garçons avec le kamis ne perdez pas de temps, et c’est pour votre bien être et celui de la société Algérienne.

    19
    7
      étonné
      16 décembre 2017 - 21 h 58 min

      l’Algérie a été libéré par l’ensemble des ses fils (arabes, amazyghs). elle sera construite et défendus par ses fils (arabes, amazyghs).
      cessez de faire de la surenchère sur les valeurs constantes de l’Algérie qui sont islamité arabité et amazyghité.

    صالح/الجزائر
    16 décembre 2017 - 9 h 59 min

    Si Mokri , si Menasra et si Aribi , qu’ils reçoivent des ordres d’Ankara ou non , ne devraient pas être plus royalistes que le roi lui-même .
    Le nouveau Ottoman d’Ankara , qui a joué un rôle essentiel , à côté de l’ex Président sioniste français , dans la destruction de la Libye , qui n’a pas rompu ses relation étroites ni avec l’entité sioniste ni avec l’OTAN , qu’ il soit  » frère  » ou pas , il utilise l’Islam et la cause palestinienne juste comme fond de commerce .
    Le Responsable de l’autorité palestinienne veuille plus sur la sécurité d’Israël que sur les intérêts des palestiniens et le devenir de la Palestine . ce n’est pas avec des fusées absurdes ( الصواريخ العبثية ) qu’ on fait la révolution pour gagner ses droits légitimes .
    le fils de Nasrallah est mort au combat , Alors que les fils des Leaders  » révolutionnaires  » de nombreuses organisations palestiniennes ne participent même pas au combat des enfants (انتفاضة الحجارة ) .
    nous , les autres algériens , reprochons à nos  » frères musulmans  » leur «laxisme» envers les massacres perpétrés par des Al Saoud au Yémen , le Serviteur des Deux Saintes Mosquées à leur tête .

    12
    4
    El Nems
    16 décembre 2017 - 9 h 40 min

    (…)
    La vassalité à Istambul est un dogme.
    Heureusement que ce cauchemar a été contrarié par l’Histoire et que l’Algérie, pays indépendant et souverain, prend des décisions qui émanent de sa vraie représentation officielle.
    Si Messahel, continue, koulchi yashel!

    9
    6
    Caporal 8eme BB
    16 décembre 2017 - 6 h 00 min

    A cause de ce parti , je soutiens Trump et Natanyahou.

    14
    18
    Djemel
    16 décembre 2017 - 5 h 48 min

    Les islamistes ne s’opposent pas réellement au colonialisme (ancien ou moderne) occidental. Au contraire ils sont au service de l’occident. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer la guerre d’Algérie. Le panislamisme existe depuis plus d’un siècle. Bien que les islamistes existaient en Égypte et ailleurs, au meilleur de mes connaissances, ils n’ont pas participé à la guerre de libération de l’Algérie, alors que des progressistes de l’Amérique du sud et des occidentaux y ont contribué. Ce qui signifie que L’ALN acceptait la participation des étrangers et les islamistes ne se sont pas présentés pour libérer une terre à majorité musulmane. Malgré ce fait, on a voulu et on continue à vouloir diriger l’Algérie avec cette idéologie islamiste.

    25
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.