Des experts mettent en garde : il faut prémunir les institutions du pays contre les cyberattaques en urgence !

La création d’une agence nationale de sécurité de l’information afin de sécuriser les données numériques de la nation
Mehdi Zakaria, président de l’Association de systèmes de sécurité informatique. D. R.

Par Houneïda Acil – Des experts internationaux se sont réunis hier à Alger, dans le cadre de la 6e édition de la Conférence sur la cyber-sécurité. La rencontre avait pour thème «La cyber-sécurité dans le monde digital et l’écosystème mobile-détection, investigation et prospection de cyber-crime».

Mehdi Zakaria, président de l’Association de systèmes de sécurité informatique, a fait un tour d’horizon sur la transformation digitale qui est, a-t-il dit, «un vrai moteur de croissance économique». Il a évoqué les résultats d’une enquête faite en 2016 sur la maturité des entreprises et les institutions gouvernementales par rapport aux attaques informatiques. Son constat est sans appel : «Les entreprises algériennes, institutions y compris, manquent de sensibilisation, de conscience et de réactivité vis-à-vis de la cybercriminalité.» Pour Mehdi Zakaria, une classification des entités sensibles de la nation doit obligatoirement être faite afin de les protéger d’éventuelles attaques cybercriminelles.

Après avoir présenté une approche générale sur le fonctionnement de leur entreprise ainsi que le processus utilisé afin de contrer les attaques et démasquer les cybercriminels, les experts russes de Solare Security, une des plus grandes boîtes spécialisées dans la sécurité des entreprises et des institutions, ont donné quelques exemples sur la nature des entreprises attaquées en Russie, telles que les banques. «Les cybercriminels n’attaquent plus les clients, mais plutôt les institutions bancaires», a expliqué Anton Yudakov, le responsable des associés techniques de Solare Security, expliquant que la moyenne du coût des dommages causés par les attaques informatiques s’élève à 900 000 dollars/jour. «Le cyber-crime est la pire menace qui peut arriver à une entreprise», a précisé l’expert, en expliquant que l’utilisation accrue de la technologie impliquera l’augmentation des attaques cybercriminelles.

Pour l’avocate et experte en TIC, Me Hind Benmiloud, la création d’une agence nationale de sécurité de l’information, «comme c’est le cas partout dans le monde», est une «nécessité capitale pour la prévention, la protection, la réaction et la formation afin de sécuriser les données numériques de la nation».

Les experts ont communiqué des chiffres effarants sur le nombre d’infractions cybercriminelles. Ils ont démontré les menaces, les tendances de ce phénomène ainsi que le rôle de chacun pour renforcer sa propre cyber-sécurité.

Un appel a été lancé aux institutions gouvernementales et aux entreprises pour une «prise de conscience générale» sur les dangers que fait peser la cybercriminalité sur la sécurité du pays.

H. A.

Commentaires

    Anonyme
    18 décembre 2017 - 11 h 00 min

    La technologie cybersecuritaire russe est l une des plus performantes dans le monde,nos experts doivent en faire usage.

    1
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.