Le doigt sur le bouton

Kim boutons
Kim Jong-Un entouré de ses officiers. D. R.

Par R. Mahmoudi Donald Trump et son rival nord-coréen, Kim Jong-Un, viennent de lancer solennellement la guerre des «boutons» où chacun se vante d’en avoir un plus puissant et plus gros que celui de l’autre, et menace d’appuyer le premier. Le monde n’a peut-être jamais atteint un tel niveau de menace nucléaire.

Mais ce qui inquiète dans cette énième tirade «tweetée» de Trump contre la Corée du Nord, c’est moins sa violence et son effronterie, auxquelles toute l’humanité s’est désormais habituée, que le fait qu’elle survienne à un moment d’extrême tension au Moyen-Orient qu’il entretient lui-même au quotidien. En deux jours, il a menacé, d’abord dans un premier tweet, d’apporter un soutien «très fort», comprendre décisif, à la contestation iranienne pour renverser le régime de Téhéran ; puis, dans un deuxième, de couper les vivres aux Palestiniens en leur faisant un chantage des plus ignobles : accepter toutes les offres israéliennes, et céder notamment sur El-Qods, faute de quoi l’aide financière américaine accordée chaque année à l’Autorité palestinienne (à l’instar de l’Egypte et de la Jordanie, qui reconnaissent officiellement Israël), en guise de soutien au processus de paix, ne sera plus versée.

S’il est vrai que pour les Palestiniens, qui ont déjà goûté au chantage alimentaire, il y a quelques années à Gaza, ces menaces, ajoutées à cette bombe nucléaire que Trump leur avait lancée au sujet du statut d’El-Qods, ne feront que renforcer leurs rangs et raffermir leurs convictions pour faire face à la nouvelle guerre qui, d’après Hassan Nasrallah, hier, serait «imminente». Israël va certainement profiter de la confusion qui règne actuellement en Iran, principal soutien de la résistance palestinienne et libanaise, pour déclencher une nouvelle offensive qui a déjà le soutien préalable de Washington et de ses alliés locaux.

Après tout cela, Trump n’aura réellement plus besoin d’appuyer sur le bouton rouge pour déclencher la guerre nucléaire puisqu’il l’aura déjà fait !

R. M. 

Comment (2)

    MELLO
    4 janvier 2018 - 18 h 09 min

    Donnald Trump s’est vu doubler et laisser sur place par cette nouvelle relation entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. En effet , le «téléphone rouge», coupé depuis 2013 à l’initiative de Pyongyang, a été relancé de nouveau à partir de mercredi 3 Janvier 2018, afin de discuter des modalités d’un dialogue inter-coréens. Le rétablissement du téléphone rouge est un «développement significatif», a réagi le porte-parole du Président sud-coréen. Cette amorce de réchauffement inter coréens a été accueillie avec scepticisme par les États-Unis. Les JO, seront «une bonne occasion de témoigner de la grâce du peuple coréen , en général, envers le monde.
    L’année 2018 sera une année significative pour le Nord comme pour le Sud, le Nord célébrant le 70e anniversaire de sa naissance et le Sud accueillant les jeux Olympiques d’hiver. Tous ces échanges ?
    entre les deux Corées, laissent les USA sur les starting-blocks .




    2



    1
    Abou Stroff
    4 janvier 2018 - 14 h 27 min

    le régime nord-coréen ne ressemblant à aucun régime « arabe », je suis prêt à parier que l’abruti qui dirige, au moment présent, l’administration américaine va se dégonfler rapidement et accepter que le Corée du Nord intègre le club des puissances nucléaires. quant à l’iran, je ne crois pas qu’au moment présent, il soit dans l’intérêt des impérialistes yankees de déclencher les .hostilités.
    j’ose même avancer, avec la modestie qui m’étouffe, que les impérialistes yankees trouveront, dans le futur prévisible, un terrain d’entente avec le régime iranien et feront de ce dernier un nouveau gendarme de la région. en effet, j’avance que les « féodalités » arabes du moyen orient et la turquie d’erdogan seront bientôt balayées par une lame de fond qui ne laissera paradoxalement que deux gendarmes au service des puissances impérialistes dans la région, l’iran d’une part et l’entité sioniste de l’autre.
    PS: je pense, toujours avec la modestie qui m’étouffe, que le remue-ménage que nous observons au moyen-orient a un objectif essentiel (préparer les puissances impérialistes à la confrontation inéluctable avec la chine et la russie). quant aux régimes « arabes », je pense qu’ils constituent, malgré leurs fanfaronnades ridicules, une quantité négligeable face aux enjeux mondiaux




    6



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.