Barrages : un taux de remplissage de 53% à fin décembre 2017

Barrage
Le barrage Cheffia, à Annaba, en septembre 2017. New Press

Le taux de remplissage des barrages d’Algérie a atteint 53% fin décembre dernier, a annoncé le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, rapporte un communiqué de l’agence de presse officielle APS.

Les quantités d’eau stockées depuis le début de la saison des pluies, d’octobre à fin décembre 2017, sont estimées à 500 millions de mètres cubes, un volume qui n’a pas été obtenu depuis cinq ans pour la même période, a indiqué le ministre lors d’une conférence de presse.

Concernant le volume global disponible actuellement, M. Necib a avancé le chiffre de 3.5 milliards de mètres cubes au niveau national, ce qui, d’après lui, permet de satisfaire la demande sur deux ans au moins.

Le ministre a fait état, par ailleurs, du faible niveau de remplissage de certaines retenues d’eau dont celles de Aïn Dalia, Souk Ahras, Skikda et Bordj Bou Arréridj.

Réception en mars prochain de la première drague

Le ministre des Ressources en eau a annoncé par ailleurs la réception en mars prochain de la première drague algérienne pour le dévasement de barrages, affirmant que cette opération s’inscrit dans le cadre de la mobilisation des capacités nationales en matière de ressources en eau en vue de réduire la facture d’importation des équipements destinés au secteur. Cette drague, équipée de techniques de pointe, est actuellement en construction par des ingénieurs algériens avec un taux d’intégration de 70%.

La mobilisation des potentialités nationales dans le domaine des ressources en eau en vue de réduire les importations ne se limite pas à ce projet, a affirmé le ministre, faisant état de préparations pour la fabrication d’équipements destinés au traitement des eaux des barrages avec un taux d’intégration de 80%, sachant qu’ils étaient importés auparavant, ainsi que tous les appareils électromécaniques destinés aux stations de traitement des eaux usées, désormais fabriqués localement.

M. Necib a fait état, à ce propos, d’une instruction de confier les missions de réalisation des études relatives au secteur à des entreprises nationales, sauf dans des cas exceptionnels, et ce dans le but de non seulement réduire la facture des importations mais aussi de valoriser les compétences nationales.

R. N.

Comment (2)

    MELLO
    7 janvier 2018 - 13 h 36 min

    Valoriser les compétences nationales , théoriquement , ils ont toujours raison de qualifier ainsi les citoyens aptes à s’investir dans le développement des différents secteurs de notre économie. Malheureusement, le terrain est fortement miné par le choix clanique et le choix de rapprochement familial. Tous les postes de travail sont attribués , non pas selon les compétences, mais en fonction du degré des relations entre l’administrateur et l’administré. Des départs massifs, en retraite, de compétences sont enregistrés dans tous les secteurs car l’environnement est devenu insupportable par l’intronisation de toute cette race accoquinée aux ramifications du pouvoir . Les vraies compétences ont quitté ce pays avant même d’aller jusqu’à la retraite, par la faute de ce système qui ne cesse de s’accaparer les espaces publics jusqu’à les privatiser.
    De plus lorsqu’il déclare :  » 3.5 milliards de mètres cubes au niveau national, permet de satisfaire la demande sur deux ans au moins. » C’est plus qu’évident, lorsque les responsables, de la distribution d’eau , n’assurent qu ‘une journée sur cinq et des fois moins que ça. A ce rythme, ils peuvent satisfaire la demande de cinq ans et même plus. A méditer.




    1



    1
    Zaatar
    7 janvier 2018 - 11 h 17 min

    La gestion du pays se résume à l’attente de la remontée du prix du baril et à celle de la venue des pluies du ciel…




    2



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.