Abdelghani Zaalane : «Air Algérie traverse une situation financière difficile»

Zaalane Transports
Il n'y aura pas d'augmentation de salaires, selon Abdelghani Zaalane. New Press

Par Hani Abdi – Le ministre des Transports, Abdelghani Zaalane, reconnaît la gravité de la situation financière de la compagnie publique Air Algérie. Lors de son passage aujourd’hui sur le plateau d’Ennahar TV, le ministre a mis en avant la situation critique des finances de la compagnie nationale, qui rembourse des lignes de crédits lourdes consacrées au programme de renouvellement de sa flotte.

Abdelghani Zaalane estime dans ce sillage que les revendications salariales des employés de cette compagnie doivent être impérativement mises en veilleuse jusqu’à l’amélioration de la situation financière d’Air Algérie. Le ministre appelle ainsi les syndicats et les travailleurs à mettre au-dessus de toute autre considération les intérêts de la compagnie qui bat de l’aile et qui subit les contrecoups de la concurrence de plus en plus féroce des compagnies étrangères. «Air Algérie traverse une situation financière difficile. Il faudra que les travailleurs agissent pour l’aider à se relever.»

Le ministre a, en revanche, démenti les rumeurs selon lesquelles Air Algérie est en faillite. Abdelghani Zaalane espère ainsi par ses propos apaiser les esprits au sein de cette compagnie qui connaît des turbulences dues à des grèves surprises déclenchées par le personnel navigant commercial qui réclame, entre autres, l’augmentation des salaires. Le ministre confirme, par ailleurs, les propos du directeur de la division commerciale de la compagnie nationale, Zohir Houaoui, qui avait affirmé tout récemment que l’équilibre financier d’Air Algérie est «fragile» vu les charges de cette entreprise.

Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, Houaoui avait relevé que cette situation s’explique essentiellement par les charges de la compagnie liées notamment à la masse salariale qui devrait se situer entre 18% et 20% des charges ainsi qu’aux coûts d’exploitation relatifs à la maintenance et au carburant. Mais en dépit de cette délicate situation, le même responsable avait avancé que cette compagnie aérienne exclut toute augmentation des prix de ses prestations : «Cela n’est pas possible parce que nous évoluons dans un environnement concurrentiel.» Actuellement, avait-il précisé, 22 compagnies aériennes activent sur le marché algérien. Houaoui avait également exclu la révision à l’heure actuelle de la grille des salaires à cause des équilibres financiers fragiles de l’entreprise.

Air Algérie «n’est pas dans la capacité de pouvoir assurer cette augmentation salariale au détriment de son équilibre financier», avait-il déclaré. Selon lui, les 9 000 employés d’Air Algérie avaient déjà été informés des contraintes financières auxquelles fait face Air Algérie.

H. A.

 

Comment (12)

    Mia
    31 janvier 2018 - 15 h 46 min

    Air Algérie est devenue un établissement privé pour certains managers de la compagnie et même pour leur personnel, des aller et retours gratuits à travers le monde, un bus aérien au moindre frais …. chaah pour vous …assumez….. et maintenant vous venez crier faillite la compagnie est faillite dés le début …j’etais dans un avion de Bruxelles vers Alger et j’entend le personnel navigant parler entre eux disant qu’ils vont faire venir leur famille pour faire plusieurs pays gratuitement… on croirait entendre des dirigeants de planete parler de leur deplacements pour des missions importants….. pauvre algerie …aucun control




    0



    0
    Anonyme
    30 janvier 2018 - 22 h 53 min

    Abdelghani Zaalane : «Air Algérie traverse une situation financière difficile»
    Un euphémisme, Il faut comprendre en faillite, Air Algérie est victime des interventions diverses dans sa gestion,
    Et des recrutements pléthoriques,en surnombre
    Et de sous qualifiés, Air Algérie est devenue, pardon, « kahwet aami mouh », un cobaye des expériences, et des tentatives étatiques L’autonomie, et l’indépendance de sa gestion économique et financière amélioreront ses résultats dans l’avenir
    Le Ration: Chiffres d’affaire/Nombre d’employés, et la marge bénéficiaire sont faibles par rapport aux compagnies de nos voisins
    A cause d’un effectif très nombreux, relativement bien payé, et une majorité sous qualifiée (recrutement anarchique)
    L’indiscipline, et les interventions deux autres facteurs aggravants la situation financière d’Air Algérie




    2



    0
    Anonyme
    30 janvier 2018 - 21 h 13 min

    A part les pilotes, les techniciens et cadres compétents, il faut virer tout le personnel administratif et le personnel navigant ( hôtesses et stewarts) pléthoriques, recrutés par piston , souvent méprisants envers le client et qui, pourtant, sont payés grâce à un prix du billet exorbitant voire prohibitif de ce pauvre client.
    Je ne vois pas pourquoi une hôtesse ou un stewart avec un Bac-5 fait 3 ou 4 fois le salaire d’un ingénieur d’état dans la fonction publique, sans compter une partie en devise.
    Faites recruter un nouveau personnel avec concours et sans piston et vous trouverez des centaines de milliers de jeunes algériens plus compétents qui accepterons de travailler pour nettement moins que ces bras cassés pistonnés et dorlotés qui vivent eux et leurs familles sur notre dos comme des parasites.




    4



    0
    Felfel Har
    30 janvier 2018 - 16 h 50 min

    Mr. Le Ministre, j’ai une suggestion pour sauver cette entreprise: mettre en retraite anticipée la moitié des effectifs avec paiement par le Trésor Public de leurs cotisations restant à payer avant l’âge de 60 ans. Celà ne coûtera pas une fortune car ils sont des centaines à avoir entre 55 et 60ans, les éternels planqués. Les effectifs résiduels devront subir une réelle évaluation de leur contribution, de leur apport à l’entreprise par opposition à ce qu’ils lui coûtent. Un tamisage s’impose: séparer le bon grain de l’ivraie, conformément à l’adage. Il faut oser!




    5



    1
    Zaatar
    30 janvier 2018 - 8 h 12 min

    Et on s’étonne que cette compagnie soit déficitaire? Une entreprise financée par la trésorerie publique et qui appartient à certaines familles du système au pouvoir. Comment alors s’étonner qu’il y ait des dysfonctionnements dans cette compagnie. Lorsque vous avez des postes à privilèges qui ne sont octroyés qu’à un certain type de personnes (peu importe le niveau d’instruction ou de compétence), lorsque vous avez des services rendus toujours à cette même catégorie de personnes en accordant des privilèges par le biais de cette compagnie vous vous étonnez après que cette compagnie tombe en ruine? La prédation de la rente nationale, elle se fait comment d’après vous? Les salaires en devises octroyés à celui ci ou à celui là au travers de cette compagnie, les primes en euros ou en dollars donnés à de nombreuse catégories de personnes travaillant dans cette compagnie sans justification aucune (ou maquillée) sans contre partie aucune, cela ne conduit pas à la ruine de la compagnie? Moi ce qui m’étonne (en fait pas) c’est qu’elle n’ait pas coulée depuis bien longtemps déjà…en fait c’est parce que elle est maintenue en vie par l’injection continue d’argent à partir du trésor publique (la prédation au sens propre du terme). Ce n’est que grâce à cette perfusion que la compagnie tient et pour raison que les rejetons de la caste au pouvoir (ou une bonne partie) travaille dans cette compagnie. Et on vient nous raconter et nous faire un discours sur le déficit de la compagnie… A en rire aux éclats…




    11



    0
    CHAOUI-BAHBOUH
    30 janvier 2018 - 6 h 56 min

    Air Algérie, ou compagnie privée des blanchissement du Dinars contre l’Euro et l’achat des Appartements de Luxe en France !!!
    Pendant que certains pensent au 5ème, Mandat, voici ce qui attend les autres, (Les démunis) !!!
    Sans produire l’attestation consulaire délivrée par le ministère des Affaires étrangères pour le permis de conduire, c’est archi faux !!!
    Nos consulats, ne font pas leur travail des transcriptions, et voici les exemples criants !
    Nos consulats et surtout celui de Paris 11, Rue d’Argentine 75016 Paris, et le reste des consulats. Les décès, les naissances, les mariages, les divorces, ne sont jamais et ne seront jamais non plus transcrits, y compris les certificats de capacités et cette fameuse Attestation en Algérie, malgré les courriers officieux des Mairies et des divers Administrations Française qui adressent, courrier officiel à nos consulats pour la transcription, mais rien n’est assuré par nos consulats, il m’a fallu me rendre au Ministère des Affaires Etrangères de Paris à Alger, pour m’informer, et la réponse d’un cadre du même Ministère, ce n’est pas votre rôle de faire ces démarches, avec un billet d’avion aller retour perdu, nous sommes coincés entre le marteau et l’enclume Administrative de notre très chère Pays Algérie, entre les deux Administrations des A.F, nous vivons les pires cauchemars, devant les Consulats d’Algérie qui sont les premiers responsables de cette faille et bavure administrative, nous sommes bloqués et sans recours, j’ai déjà adressé un courrier avec AR International au Ministère des Affaires Étrangère en Algérie au mois d’Avril 2017 et depuis aucune réponse silence radio votre abonné est absent, la population Algérienne vivant en France est livrée à elle-même, d’où les profiteurs demandent en retours du « Bakchich », même les morts sont rackettés à titre posthume et souvent sans sépulture, la population de l’autre coté de mer méditerranée ne servent plus à rien, elle est utilisée comme les boîtes de conserves, une fois vidées de leurs substances nutritives, elle sont jetées à la décharge publique où la rouille les attends pour un dernier adieu Mon Beau Pays Algérie, cette catégorie d’hommes et de femmes sont des vers solitaires, ils où elles rongent le fruit de l’intérieur, ils ne se rassasieront jamais du « harame », où de l’illicite où du mal acquit. Où le bas blesse, même leurs enfants, et toutes leurs familles sont associés à ce jeu macabre et ils sont très fiers de leurs réussites malhonnêtes ! Le personnel de nos Consulats est attitré aux services des Personnalités qui viennent pour des raisons personnelles, Rendez-vous avec les Hôpitaux, (Cliniques), les Médecins pas les n’importes les quels, des Spécialistes pratiquants des honoraires dépassant et de loin la convention des Honoraires pratiquée en France, une simple visite non remboursable aux frais de la République Algérienne, la prise des rendez-vous sont fais avant leurs arrivées, par nos Consulats ; les voitures consulaires et Ambassade sont à leurs disposition depuis l’aéroport à leur retours au pays, ils voyagent en première classe gratis, les départs comme les arrivées, ils passent par une sortie réservée au VIP, sans êtres inquiétés de la fouille, comment voulez-vous, que ces privilégiés ne s’adonnent pas aux trafiques des devises, cela leurs permettra d’acheter des appartements « Haut Standing ». Pendant que nos enfants préfèrent ne pas être mangés par les asticots dans leurs tombes, ils préfèrent êtres dévorés par les poissons au cas où ils sombrent au fins fond de l’Océan bleu de la Mer Méditerranée; le Mal d’Air Algérie est là, ne cherchez pas ailleurs svp !!!




    7



    1
    lhadi
    29 janvier 2018 - 22 h 13 min

    Pour plus de transparence, de rigueur, d’efficacité et de justice sociale, Air Algérie doit ouvrir son capital aux citoyennes algériennes et aux citoyens algériens.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    8



    6
    DOUDJA
    29 janvier 2018 - 19 h 35 min

    Bravo Monsieur le Ministre ! En confirmant les propos justes, tenus par Mr. Houaoui, il ne vous reste donc plus qu’à désigner ce Brillant directeur à la tête de la compagnie AIR ALGERIE qui a grandement besoin, à l’heure qu’il est, d’un manager aussi compétent. Vivement…




    6



    6
    ALI8
    29 janvier 2018 - 18 h 34 min

    Et pourtant cette compagnie familiale de nos dirigeants,elle a monopole de transports de voyageurs ou elle fixe les tarifs comme elle veut;malgré ce privilège elle ne s’en sorte pas,soit une majorité de personnes transporter ne payent pas; soit y’a détournement comme on a l’habitude de ce sport national;la meilleure solution il faut la bradée a un dinars symbolique a monsieur l’ami du président haddad ou amar ghoul




    14



    3
      Bemo
      29 janvier 2018 - 19 h 42 min

      @ALI8 salem
      Non, il n’y a pas détournement, il y a sureffectif puissance 10, plus de 10000 employés pour 60 avions, soi 167 employés pour 1 avion.
      Comment voulez vous que cette compagnie s’en sorte avec les meilleures volontés du monde ?




      8



      3
    LOUCIF
    29 janvier 2018 - 18 h 12 min

    On ne comprends plus rien à cette entreprise Air Algérie ! D’un côté le syndicat du pouvoir l’UGTA dit que cette entreprise n’est pas déficitaire et n’est pas à vendre et de l’autre côté le ministre , du même pouvoir, Abdelghani Zaalane dit le contraire ! Rouh frihaa , ya zaouali !!!




    13



    3
    Rascasse
    29 janvier 2018 - 17 h 59 min

    Air Algérie c’est avant tout vos enfants, alors solution y aura




    3



    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.