Les médecins résidents campent sur leurs positions : la grève se poursuit dans les hôpitaux

La réunion du comité intersectoriel qui s’est tenue aujourd’hui s’est terminée en queue de poisson
Le Camra se retire de la réunion et décide de poursuivre la grève. New Press

Par Hani Abdi – Rien ne va plus entre le ministre de la Santé et les médecins résidents. La réunion du comité intersectoriel qui s’est tenue aujourd’hui s’est terminée en queue de poisson. Les représentants du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) se sont retirés de cette réunion et ont décidé de poursuivre leur grève illimitée. La raison est que le comité en question n’est pas réuni dans son intégralité afin qu’il puisse prendre des décisions relatives à leurs revendications liées à la refonte du service civil.

Les représentants des médecins résidents ont jugé inutile de se réunir sans la présence de tous les membres de cette commission, à savoir les ministères de l’Enseignement supérieur, des Finances et de la Fonction publique. Les médecins résidents, en grève depuis plusieurs semaines, menacent de radicaliser leur mouvement, en n’assurant plus le service minimum. Un service minimum qu’ils assurent actuellement, a affirmé l’un de leurs représentants, Amine Naïli, membre du Camra. «Les discussions ont eu lieu avec les représentants du ministère de la Santé en l’absence du ministre qui se trouve à Cuba dans le cadre de la réunion de la commission mixte algéro-cubaine», ont encore dénoncé les représentants du Camra, qui campent sur leurs positions relatives à l’abrogation du service civil.

Les médecins résidents veulent, en effet, la suppression du caractère obligatoire de ce service et son remplacement par des mesures incitatives. Ils jugent les réponses des représentants du ministère de la Santé non convaincantes et relèvent qu’ils n’ont examiné qu’une seule proposition parmi les 24 formulées. Pour les médecins résidents, il s’agit d’une manœuvre pour gagner du temps. Le ministère de la Santé assure avoir déjà pris des mesures relatives notamment à l’amélioration des conditions de travail des médecins résidents et des mesures relatives également à l’accès au logement et au regroupement familial dans le cadre du service civil. Mais pour le Camra, cela est insuffisant.

Les médecins résidents sont ainsi déterminés à aller jusqu’au bout de leurs revendications. Le Camra exige la satisfaction des revendications restées en suspens depuis 2011 et liées principalement au service civil, au service national, à la formation et aux conditions de travail. Le corps médical compte environ 15 000 médecins résidents dans différentes spécialités.

H. A.

Comment (3)

    Zaatar
    31 janvier 2018 - 7 h 33 min

    C’est ce qui s’apparente à une véritable catastrophe dans ce secteur de la santé. Pourquoi sont nés tous ces problèmes? tout simplement parce qu’il y a eu de mauvais dirigeants dans ce secteur depuis toujours. En fait il y a eu de mauvais dirigeants dans tout le pays depuis toujours sauf pendant la guerre de libération où il y a eu un certain Abane Ramdane qu’on a assassiné. Et dans le bouquet final de cette crise de la santé, il y a des informations ou des rumeurs qui prétendent qu’on fait appel à nos médecins de l’autre côté de la méditerranée. Une solution salvatrice pour ces résidents (dans leurs esprits) qui se voient sans considération auprès de nos dirigeants. De toute les manières le mal est fait et pour en guérir le traitement risque d’être long. Et c’est le pays bien sur qui en paiera les conséquences.




    7



    3
    sts
    30 janvier 2018 - 19 h 07 min

    le sud qui a construit tout en Algérie depuis 1962 a ce jour , le sud qui fait vivre tout l Algérie vit sous apartheid imposé par la tribu qui a pris en otage l Algérie et qui s’accapare tout les richesses , les postes clefs le pouvoir




    9



    3
      Anonyme
      31 janvier 2018 - 20 h 24 min

      un larbin de mémé6 qui se manifeste ???




      1



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.