Guerre d’influence

La France mène actuellement une campagne de dénigrement contre l’Italie
La France ne voit pas d'un bon oeil le fait que Rome envoie ses miliaires au Niger. D. R.

Par Sadek Sahraoui La France n’a pas envoyé son armée au Sahel dans le but uniquement d’aider les pays de la région à combattre les groupes terroristes. Les opérations Serval et Barkhane lui servent aussi de prétexte pour veiller à ses intérêts et surtout empêcher que d’autres puissances ne s’installent en Afrique de l’Ouest.

C’est l’idée grosso modo que soutient le site italien «internazionale.il24.it» dans un article posté le 31 janvier dernier sur sa page facebook qui reproche par la même occasion au pouvoir français de mener actuellement une campagne de dénigrement contre l’Italie. Campagne qui, bizarrement, intervient au moment où Rome dit se préparer à envoyer un contingent de militaires pour former des unités de l’armée nigérienne aux techniques de lutte contre le terrorisme. Selon ce même média, cette campagne a pour but évident de faire capoter ce projet et faire en sorte à ce que la France soit la seule puissance européenne à être présente au Sahel.

«internazionale.il24.it», qu’on sent bien avoir été «briefé» par les autorités italiennes, indique que la «campagne insidieuse» a été déclenchée à travers l’Agence France Presse (AFP) et Radio France Internationale (RFI) qui ont fait tenir à de hauts responsables nigériens «imaginaires» des propos selon lesquels leur pays n’est pas informé d’une telle mission et que le Niger est à la limite contre une présence italienne dans la région.

Tout en rappelant que le gouvernement nigérien n’a rendu public aucun communiqué qui remet en cause le projet de formation de soldats nigériens par l’Italie, l’article du site «internazionale.il24.it» rappelle que le ministre italien des Affaires étrangères, Angelino Alfano, a visité Niamey au début du mois à l’occasion de l’ouverture de la première ambassade italienne dans le pays et qu’il n’a reçu aucun message de nature à lui faire comprendre que les Italiens étaient indésirables au Niger.

La même source ajoute, par ailleurs, qu’il est impossible qu’il n’ait pas pu parler de lutte contre le terrorisme avec les responsables nigériens. Et de faire remarquer que si vraiment ils ne voulaient pas de l’expertise militaire italienne, ils le lui auraient certainement signifié. Ce qui, précise le site italien, n’était pas du tout le cas.

Il faut dire que cette histoire prend de plus en plus l’allure d’une véritable guerre d’influence entre Paris et Rome. Et dans cette affaire, les Italiens rappellent qu’ils n’ont aucun intérêt dans le pays et que les seuls à exploiter actuellement l’uranium nigérien sont les Français. Dans tous les cas, s’il y a vraiment un bras de fer entre les deux pays, ce n’est donc pas demain la veille que le Sahel va se stabiliser. Maintenant, on comprend davantage pourquoi la région est dénommée l’enfer sur terre.

S. S.

Comment (6)

    LOUCIF
    4 février 2018 - 11 h 24 min

    Les seules puissances occidentales que la France acceptent et avec laquelle elle coopère stratégiquement, ce sont les USA et Israël ! Tous les autres pays occidentaux sont sollicités certes, mais c’est juste pour des appoints financiers. L’argent, l’argent le nerf de la guerre ! D’ailleurs, la France préfère que se soient d’abord les gouvernements des pays du Sahel qui s’impliquent eux-mêmes et que leurs armées servent de premier bouclier, de premier rempart et comme chair à canon dans ces conflits régionaux ! Fort heureusement que notre pays refuse cette fatalité !




    4



    1
    Prédator.DZ
    4 février 2018 - 11 h 22 min

    Elle fait mieux que combattre le terrorisme, elle a le pouvoir maintenant de la manipuler à sa guise, tout comme elle aura le contrôle sur les flux migratoire vers le Nord, elle peut désormais les utiliser comme des armes contre l’Algérie. Notre Pays est plus que jamais en danger avec cette présence hostile à nos frontières Sud. Seuls, les groupes terroristes ne peuvent contre l’ANP mais, aidés et entretenus, ils constituent une menace très sérieuse pour notre sécurité nationale.




    5



    2
    LOGIQUE
    3 février 2018 - 16 h 34 min

    Le Sionisme et le Wahabisme nous envoient leurs mercennaires pour le controle de l’Afrique.




    7



    3
    BECAUSE
    3 février 2018 - 16 h 28 min

    Parfaitement d ‘ accord et en phase avec les commentaires signés par Abou Stroff et Chaoui . Meilleurs salutations .




    2



    3
    Abou Stroff
    3 février 2018 - 14 h 52 min

    l’impérialisme, le sionisme et l’islamisme ont des intérêts convergents quand ils ne sont pas identiques. par conséquent, la politique de la (l’ex?) puissance coloniale ne doit, en aucune manière, nous étonner.
    par contre, ce qui devrait nous inciter à réfléchir est l’attitude de nos augustes dirigeants qui passent leur temps à nous raconter des histoires de « frères saoudiens » ou de « frères qataris », etc….
    PS: n’est il pas temps de nous débarrasser de tous nos « frères » arabo-islamiques et de réaliser que l’afrique est notre profondeur stratégique et qu’à ce titre, nous devrons agir pour neutraliser le tigre en papier qu’est fafa pour s’inscrire, en tant que puissance régionale en devenir?




    17



    3
    Chaoui
    3 février 2018 - 13 h 55 min

    « Guerre d’influence » est le titre de cet article…
    Il manque juste un mot pour tout résumer : spoliations.
    Oui, Guerre d’influence et spoliations sont les motivations de la France au Sahel, Mali, Niger visant à recolonisation militairement cette région sous prétexte de « lutte contre le terrorisme » pour faire main basse sur ces richesses et ressources naturelles. Quant aux « terroristes », pour comprendre le but de la manœuvre il suffit de voir qui les font venir dans la région…Ce sont le Qatar, Arabie Saoudite, Emirats et Maroc, agissant sur directives de leurs maîtres que sont la France et les USraéliens…




    19



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.