Ould-Abbès répond à Ziari : «Je suis fidèle à Bouteflika et je le reste !»

FLN Ould-Abbès
Djamel Ould-Abbès jure encore une fois sa loyauté au Président. New Press

Par Hani Abdi – C’est de la wilaya de Aïn Témouchent que le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a réitéré sa fidélité au président Abdelaziz Bouteflika, excluant sa candidature à la présidentielle de 2019. «Dieu merci, je suis fidèle au Président avec lequel je travaille depuis treize ans», a répondu le SG du FLN à une question d’un journaliste relative à son éventuelle candidature à la prochaine présidentielle.

Esquissant un large sourire, Djamel Ould-Abbès a assuré que sa seule ambition est de continuer à servir le chef de l’Etat. «Que Dieu les ramène au droit chemin. Ils ont vu le parti est solide, plus que jamais soudé et fort. Mon avenir est derrière moi. Je suis un volontaire. Un bénévole. Je suis fidèle au Président. Je suis loyal au Président. Tant qu’il est vivant, que Dieu lui donne longue vie, je suis avec lui. Je serai toujours son bouclier», a-t-il martelé, répondant ainsi aux dernières déclarations de Abdelaziz Ziari, ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN), qui avait affirmé récemment que le SG du FLN pourrait se présenter à la présidentielle de 2019.

Djamel Ould-Abbès a précisé qu’il avait interdit aux militants du parti de parler du cinquième mandat. Selon lui, le sujet sera abordé en temps opportun. Djamel Ould-Abbès a, par ailleurs, assuré qu’il n’y a aucun problème entre le FLN et le RND. «Nous sommes concurrents lors des élections. Mais le RND reste l’allié du FLN», a souligné Djamel Ould-Abbès.

«Ceux qui veulent semer la discorde entre nous et le Rassemblement national démocratique ont échoué dans leur entreprise diabolique», a-t-il rajouté, lui qui avait vivement critiqué l’action du gouvernement relative aux privatisations des entreprises publiques. Cela en allant jusqu’à organiser une «tripartite bis» au siège du FLN.

En changeant de ton par rapport au RND et son secrétaire général, Ahmed Ouyahia, Djamel Ould-Abbès s’est-il fait taper sur les doigts ?

H. A.

 

Comment (34)

    Tangoweb 54
    11 février 2018 - 19 h 17 min

    Tout le monde te connais tu es plutôt fidèle à tes intérêts et uniquement tes intérêts car tu as fait la même chose du temps des anciens Presidents: wChadli,Boudiaf, Ali Kafi, Zeroual et maintenant Bouteflika, .. afin d’acquérir pouvoir et richesse et pour arriver tu es près a tout vraiment a tout, malgré ton âge.




    0



    0
    Anonyme
    5 février 2018 - 0 h 53 min

    L’ Algérie est livrée à elle même. Est elle finalement gouvernée par une dictature pluraliste ou un système unique? Toute la question est là.
    Alors autant mettre les rênes du pays aux mains de notre ANP. Puissante, intègre de ses valeurs républicaines et disciplinée, elle est capable de défendre les intérêts de la nation, et ceux du peuple.
    Elle dispose de moyens très efficaces pour éradiquer la corruption qui a fini par engangrèner tous les secteurs vitaux de
    la société. Reconnaissons le ,vu le contexte difficile dans lequel le pays évolue, l »ANP est la seule entité capable de mettre un terme au laxisme politique et à la mafia politico -financière, infiltrée par l’idéologie wahhabo-Salafiste .Le pays est pris en otage par une nébuleuse dangereuse,qui ne peut être vaincue que par une armée puissante et disciplinée.




    2



    0
    lhadi
    4 février 2018 - 16 h 31 min

    Les erreurs d’un homme, fut il président de la république, si elles peuvent être néfastes à la société, aux droits des personnes, à la justice, à la liberté et aux intérêts les plus élevés de la nation, il convient de les réfuter.

    Fraternellement lhadi

    ([email protected])




    3



    2
    CHAOUI-BAHBOUH
    4 février 2018 - 16 h 02 min

    Le Roi sans couronne des mensonges, Je jetai un coup d’œil au groupe de Politiciens aux milles cravates de soie, sans vergogne, ni remords. Ils étaient tous là, pour voir, « moi », Mr Le Président, un Médecin formé en Allemagne avec ANGELA MERKEL, un Politicien Roue de secours Président du RND. Et sans oublier Le DREBKI AUX 300 Millions d’€, tous en défense, face à un temps incertain et meurtrier, qui ne serait pas pour nous une simple affaire de soutient, car la victime, cette fois, était ma propre chair, mon propre sang. On savait ce qu’ils attendaient, et nous baissons de nouveau les yeux sur ces ossements pâles. Mais rien dans notre regard ni nos corps ne nous trahissaient, ce dont on se félicitait, le siège de la Présidence est à la portée de mains et très bientôt libre.
    Parce que ce nous éprouvons, en vérité le plus, c’était le retour d’une longue et patiente rage et la ferme conviction que c’était dans la mort que nos pères nous paraissaient le plus humain. Les Malades imaginaires pour la session avril 2019 sont en campagne est la dernière comédie écrite par le trio OUYAHIA l’Administrateur, Ould-Abbas le menteur comme compagne ANGELA MERKEL, et Saïdani le Drebki aux 300 Millions versés à Neuilly-sur Seine, sous un Olivier, il s’agit d’une comédie-ballet en trois actes (comportant respectivement 8, 9 et 14 scènes), représentée au Théâtre Algérie, du 17 avril 2018 au 17 avril 2019, la troupe de ces trois trabendistes, après les « comédies désespérées), elle retrouve une certaine inspiration de la commedia dell’arte, mais d’une qualité bien supérieure aux premières farces de Molière. Les Malades imaginaires est leur dernière comédie écrite par ce trio lèches gamelles. Il s’agit d’une comédie-ballet en trois actes (comportant respectivement 8, 9 et 14 scènes), représentée au Palis EL-MOURADIA, DU 17 AVRIL 2018 AU 17 AVRIL 2019, par la troupe du trio des Malhonnêtes ; Après les « comédies du Trio), ils retrouvent une certaine inspiration de la commedia dell’arte, mais d’une qualité bien supérieure aux premières farces dédiées au peuple Algérien des bénis oui, oui . On est pas au bout du tunnel sans lumière pour notre jeunesse, qui ne mérite pas cela, l’espoir fait vivre, même les morts viendront voter ce jour « J » !!!




    3



    2
    Anonyme
    4 février 2018 - 15 h 45 min

    M. Ould Abbés est fidèle et loyal au président pour une raison simple : tant que ce dernier est au pouvoir, il reste le bouclier de ses intérêts bien compris. Tous les deux sont de Tlemcen. Il faut savoir qu’un tlemcénien, même les deux pieds dans la tombe, cherchera toujours à s’enrichir jusqu’à plus soif. Je parle en connaissance de cause puisque j’ai vécu dans ladite ville de 1964 à 1972. Pour nous autres les indigènes de la wilaya, toutes les portes pour trouver un emploi étaient verrouillées par les kouloughlis. Je me souviens avoir passé au début de l’année 1972 (j’avais 19 ans) un test pour un poste de dessinateur à la Sotrawit (sté dépendante de la Wilaya) avec un ingénieur-architecte français qui m’a recruté sur le champs après ce test positif. Le jour convenu où je devais commencer mon job, l’ingénieur-architecte m’annonce qu’il était désolé, le poste venait d’être attribué au neveu du directeur tlémcenien de la sotrawit qui n’avait aucune compétence en la matière. Le lendemain, dépité, j’ai entamé les démarches pour obtenir mon passeport. J’ai quitté l’Algérie en août 1972 avec des larmes et des déchirements indescriptibles, en laissant une mère qui avait transporté pendant la guerre de libération des denrées alimentaires à mon père et mon oncle, tous les deux assassinés, attachés à un caroubier, par une mitraillette française.
    Je ne raconte pas ma vie, il s’agit juste d’un témoignage et je ne suis pas le seul dans ce cas. Des millions d’algériens ont été poussés hors du pays par une injustice instrumentalisée par une caste dès l’indépendance
    M. Ould Abbés ferait bien de la fermer avant de l’ouvrir. A 84 ans, pour lui et son maître, il est temps qu’ils aillent préparer leur au-delà. A moins qu’ils cherchent à être décapités par le peuple.




    45



    0
    LE NUMIDE
    4 février 2018 - 15 h 32 min

    PARLONS VRAI : le présidente Bouteflika n’a pas besoin de nos conseils c’est certain mais on doit parler vrai et qu’importe ce qu’il fera ca restera une opinion algérienne .. Bouteflika doit songer des maintenant à s’attacher un dauphin pour le préparer au futur mandat et assurer dans les meilleures conditions l’alternance présidentielle et la continuité de l’Etat .. C’est à lui de juger et de jauger son meilleur candidat à cette mission .. mais la raison d’État exige que ce soit un homme d’état , un premier ministre, un homme d’experience qui connaît l’Etat ou un général et pas n’importe qui .. D’abord dans l’intérêt même de la famille Bouteflika , il faut éviter que Saïd soit l’hériter de son frère ( les Bouteflika surtout le président qui sont républicains n’ont pas besoin de ce point noir et d’entraver le caractère républicain et la tradition collégiale historique désincarnée du pouvoir algérien hérité de la Révolution ) … Donc que reste -t-il des preidents potentiels que Bouteflika doit chosir des maineta t pour le preparer a la tache et a la mission : OUYAHIA , HAMROUCHE , GHOZALI , BENBITOUR , BENFLIS , et même Benbitour malgré qu’ il est brulé un leu avec les frères musulmans .. ou bien carrément un militaire … c ‘est au président de voir d’après les données stratégiques qu’ il a entre les mains pour bien choisir le dauphin qui convient à cette étape .. ( Quand à Ould Abbès , bon le FLN de 2018 il n’a que ce qu’il mérite on ne peut avoir des Abane et des Benmhidi que chaque 10 siècles … Mais il faut dire que le gars est franchement pas aussi mauvais que Belkhadem, Tliba ou Saadani .. il est même moins pire , car c’est un Beldi ( il sait au moins bien se tenir à table , mettre un costume , dialoguer avec bienveillance et sans rustrerie ) .. donc il est moins dangereux que les 3 autres ( d’un point de vue khaldounien) …




    1



    3
    MELLO
    4 février 2018 - 14 h 53 min

    Si, pendant le règne du parti unique, le FLN a été utilisé au service des hommes forts du moment, après « l’ouverture démocratique », deux orientations se sont affrontées. La première est incarnée par des réformateurs, dont les têtes d’affiche sont Mehri (ALLAH IRAHMOU) et Hamrouche, et la seconde est représentée par ceux qui regrettent le pluralisme politique. Pour rappel, le chef de l’État actuel appartient à cette deuxième ligne politique. Hélas, la victoire de la seconde sur la première, après notamment le coup d’État scientifique contre Mehri en 1996, replonge le FLN dans ses pratiques ténébreuses. Du coup, il n’est pas étonnant à ce qu’on entende des commentateurs de la vie politique nationale parler du retour de l’article 120 –pendant le règne du parti unique, l’accès aux fonctions de haut rang est réservé aux militants du FLN –, sans qu’il soit pour autant inscrit dans les statuts du parti. De la même manière, bien que les intentions de Ben Mhidi et de Ould Abbes and Co soient aux antipodes, ces dirigeants continuent à assimiler le FLN historique à celui d’aujourd’hui. Or, si Ben Mhidi a combattu le système colonial pour que l’Algérien devienne libre, il n’en est pas de même des dirigeants actuels qui œuvrent pour que le citoyen soit asservi. Du coup, pour que ce sigle ne soit pas sali, le mieux serait –comme le suggèrent beaucoup d’Algériens –de le mettre au musée.




    5



    0
    lhadi
    4 février 2018 - 14 h 22 min

    Les erreurs d’un homme, fusse-t-il président de la république, si elles peuvent être néfastes à la société, aux droits des personnes, à la justice, à la liberté et aux intérêts les plus élevés de la nation, il convient de les réfuter.

    Fraternellement lhadi

    ([email protected])




    2



    2
    Anonyme
    4 février 2018 - 14 h 17 min

    Obséquieux !




    2



    0
    Yacine
    4 février 2018 - 13 h 10 min

    Normal , Monsieur Oules Abbas ne pourra pas mordre la main qui lui donne à manger , sous peine d’être définitivement renié par son clan !
    Et en l’espèce , il n’est pas le seul à lécher les bottes . Tous ceux qui sont autour de la mangeoire ou qui aspirent à la rejoindre un jour font dans l’excès de zèle dans leur allégeance et leur soumission au Président Bouteflika qui détient les clés de cette mangeoire !!




    7



    0
    icialG
    4 février 2018 - 12 h 43 min

    GOUL OUALLAH ??




    4



    1
    Zaatar
    4 février 2018 - 12 h 27 min

    A partir du moment ou erracham h’mida et Ellaab H’mida, pensez vous que quelque chose va changer dans le bled? moi je ne le crois pas une seconde. Il faudrait qu’on ait Erracham Kaddour et Ellaab H’mida pour que ça soit loyal et que ça marche.




    4



    2
    LOUCIF
    4 février 2018 - 10 h 50 min

    Cher compatriote @Anonyme Utile , j’ai beaucoup apprécier votre intervention très claire ! Dans votre post, vous pensez que Bouteflika doit partir et vous avez tout à fait raison. C’est par là qu’il faut commencer effectivement! J’ajoute juste une ou deux petites choses importantes :
    1/- d’abord et avant tout, si on organise des élections présidentielles anticipées avec la même HIISE (Haute instance indépendante de surveillance des élections) et le même système politique, çà ne sera qu’un coup d’épée dans l’eau car on revient à la case départ , même avec un autre « président élu » !
    2/- déjà avant le départ de Bouteflika (…mais çà me paraît presque utopique de le voir partir seul par lui-même, sauf si la mort l’emporte comme elle nous emportera tous..) la société civile algérienne et les vrais partis d’opposition doivent combattre , sur le terrain, tous ensemble et dès à présent pour arracher à ceux qui sont au pouvoir la nécessité du changement ! Il faut qu’on refuse , tous ensemble, toute participation à quelques élections que se soit avec une gouvernance pareille. Il faut exiger la mise en place un gouvernement de transition chargé de gérer la « transition démocratique » qui permettra un passage progressif d’un régime autocratique et militaire vers une vraie démocratie , un vrai régime civil républicain, un vrai État de droit, avec à la clé l’organisation d’une Constituante.

    C’est peut-être trop demander, mais ce processus politique est le seul salut pour notre pays, sinon on va continuer de tourner en rond , du faire du sur place ou même de régresser ! Je suis très conscient que les partis dits d »opposition » ont leurs égoïsmes primaires et qu’il sera difficile de réaliser ce projet, mais le devoir d’un démocrate , d’un républicain, d’un patriote est d’en parler et d’en discuter sans répit.

    Mes respects cher compatriote et bon courage à tous les algériens.




    7



    2
    Kader
    4 février 2018 - 10 h 38 min

    Tous ces commentaires ont raison! Mais moi, pour faire plus court, je dirais simplement au Doktor Ould Abbassen: pouvez-vous vraiment faire autrement?




    4



    2
    صالح/ الجزائر
    4 février 2018 - 8 h 37 min

    cet énergumène a donné la enième preuve que ses ( leurs ) services ne vont pas à l’Algerie , mais qu’ ils sont destinés aveuglement à rijalounes waquifounes capables de les faire bénéficier de poste de chaouche de sa majesté et des avantages afférents .
    mais qui serviez vous avant «… treize ans» et avant 1999, Monsieur le secrétaire général du FLN? surement d’autres distributeurs de graces!!




    7



    3
    Anonyme Utile
    4 février 2018 - 1 h 48 min

    Monsieur Ziari, l’a bien dit je le cite : « Tout ceux qui poussent Monsieur Bouteflika vers un 5ème mandat le font pour leurs propres intérêts, et non pas dans l’intérêt du pays ». D’autres hautes personalités vont encore plus loin et affirment que ceux qui poussent vers le 5ème mandat le font pour leurs propres intérêts et ceux de la France, qui les conseillent sournoisement.
    Et tout le monde sait maintenant que, qui dit France dit israël qui la gouverne directement depuis 2007, date à laquelle la France est sous le commandement de l’otan.
    Et toute l’Europe est dans la même situation que la France, dirigé par le lobby sioniste, qui est derrière le complot dirigé contre les Algériens uniquement, en France et en Europe.. Ce sont les faits.
    Il ne faut jamais oublier que le clan présidentiel a d’une part organisé la famillite de l’industrie et de l’économie de notre pays au profit de la France et de certains mafieux du moyen orient, preuves à l’appui. Le cas de Mr Sawiri en dit long. Ce dernier a tout balancé, publiquement.
    Ce même clan présidentiel a également facilité la destruction du secteur bancaire privé au profit des banques mafieuses Françaises (la société générale et la bnp). Et c’est Monsieur Benouari qui les a dénoncé publiquement.
    CAS FLAGRANT
    Il suffit de voir les facilités et les avantages hallucinants, qu’aucun pays au monde accorde à une entreprise étrangère, comme ceux qu’a accordé, preuve à l’appui, le clan présidentiel à Renault et Peugeot. Ce sont les faits.

    Les usines « tournevis » et parasites de Renault et Peugeot ont un taux d’intégration insignifiant en Algérie, alors qu’au maroc les usines de ces deux constructeurs français ont des taux d’intégration qui dépasse les 60% (voir lien ci-contre : https://www.usinenouvelle.com/article/renault-maroc-nous-avons-un-bond-a-faire-de-60-supplementaire-de-sourcing-local-au-maroc-selon-marc-nassif-directeur-general.N388262 )

    Sans un taux d’intégration élevé, aucune industrie automobile n’est viable à moyen et long terme.

    Autre cas flagrant. Sonelgaz a construit moins de 20 centrales électriques de 1200 MW chacune pour une somme de 150 milliards de dollars, alors qu’avec une somme pareil, on peut construire 75 nouvelles centrales électriques de 1500 MW chacune.
    Alstom était sur le point de déposer le bilan. Et grâce au clan présidentiel, il a été sauvé de la faillite au détriment des intérêts vitaux de l’Algérie. Et tout ça, pour un soutien politique de la france au 4ème mandat de Mr Bouteflika, qui est dans l’incapacité de gouverner, preuve à l’appui et dont la fonction a été usurpé par son clan rapproché, preuves à l’appui.
    Ce qui explique la gouvernance-gabegie actuelleet l’état désastreux de notre économie. Ce qui explique le chômage insupportable des jeunes et ce qui explique le départ massif des jeunes à l’étranger, au péril de leurs vies en haute mer.

    Mr Bouteflika ne peut même pas parler d’une manière audible. Il est incapable de marcher ou faire les gestes quotidiens indispensables à toute personne occupant la fonction extrêmement importante d’un chef d’état, qui engage l’avenir du peuple et des générations futures.

    Un chef d’état Algérien, qui est dans l’incapacité totale de parler à son peuple et ceci depuis 2013 à ce jour, ne peut pas continuer à occuper cette fonction, car la constitution le lui interdit strictement.

    Cette situation d’incapacité de Mr Bouteflika bloque notre pays sur les plans économique, politique et social comme le prouve la situation catastrophique de notre économie, alors que l’Algérie a les potentiels matériel et humain, pour devenir un pays développé, mieux que plusieurs pays Européens.

    Vu son incapacité flagrante, Mr Bouteflika doit démissionner dans la dignité et se retirer de la vie politique pour se soigner et se reposer. Et conformément à la constitution, des élections présidentielles anticipées doivent être organisées en rendant la parole au peuple Algérien, qui doit dire son mot en tant que peuple libre et souverain. Notre peuple est mûr et responsable.

    Le clan, qui est en train de reclamer le 5eme mandat, pour continuer a affaiblir et enterrer notre pays est composé des ennemis les plus dangereux de l’Algérie.

    C’est grâce à l’ANP que l’Algérie a été sauvée des griffes du terrorisme intégriste sanguinaire, au prix d’un très grand sacrifice.

    Et l’ANP ne laissera jamais l’Algérie dans cet état là entre les griffes de ce clan ennemi qui réclame un 5ème mandat-usurpation, contre le présent et l’avenir de notre pays.

    VIVE L’ANP ET VIVE L’ALGERIE.




    94



    9
    Erracham
    4 février 2018 - 0 h 03 min

    Je me demande quand est-ce qu’il s’arrêtera de BROSSER pour se mettre à BOSSER et être utile à son parti et à son pays. Il est pire que Saidani qui nous saoûlait avec ses inepties. (…)




    12



    1
    Anonyme
    3 février 2018 - 23 h 53 min

    sur A1 ,,,Ould Abbès : « Il est formellement interdit de parler du 5ème mandat ! » IL INTERDIT DE QUEL DROIT IL INTERDIT QU IL VIENNE M INTERDIRE DE M EXPRIMER SANS SES GARDES CORPS MOI JE LUI INTERDIT D INTERDIRE ,,,JE VAIS HURLER 5 EME MANDAT 5 EME MANDAT 5EME MANDAT QU ES QUE TU VA FAIRE ??




    6



    3
    Felfel Har
    3 février 2018 - 23 h 51 min

    Si j’étais président, je me méfierais d’un individu aussi servile, versatile et arrogant. On m’a toujours appris ce proverbe: « Qui embrasse trop, mal étreint. » Il est trop fourbe, menteur, affabulateur, hypocrite pour être honnête. Il se prosterne trop, il flatte, il rampe mais pour lui « qu’importe le verre, pourvu qu’on ait l’ivresse ». Il tournera la veste dès qu’il aura senti le vent tourner. Il n’a pas étudié pour rien avec Merkel, il a au moins appris que « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Bouteflika le voit-il, l’entend-il, sait-il qu’il existe?




    87



    4
    Chibl
    3 février 2018 - 23 h 41 min

    Angela Merkel a mis 2 mois pour constituer un gouvernement et ce Ould machin juste avec une brosse il se retrouve patron du 1er parti d’Algerie, allez y comprendre quelque chose.
    pensez vous vraiment qu’il a fait des études avec Angela merkel?
    pensez vous qu’il a fait la guerre de libération?
    avez vous vu sa tète de menteur?
    ressemble t il a nos martyrs ou moudjahidines?
    ressemble t il aux algériens?
    ressemble t il a un être humain?
    Une honte, a t il une famille ce type, a t il des enfants, des proches?




    86



    2
    Expression
    3 février 2018 - 23 h 06 min

    Un cireur de pompes parmi des milliers tant d’autres que d’hypocrites malheureusement




    47



    0
    Anonyme
    3 février 2018 - 22 h 57 min

    boutef le sait très bien et est peut être pour ça que tu occupe un poste donc tu n a pas les compétences




    7



    1
    Kahina-DZ
    3 février 2018 - 21 h 14 min

     »Djamel Ould-Abbès a assuré que sa seule ambition est de continuer à servir le chef de l’Etat. »

    Pourquoi n’a t-il pas dit : » ….de continuer à servir l’Algérie » ???

    Bouteflika n’est même pas au courant de tes ambitions bizarroïdes.




    19



    3
    Umeri
    3 février 2018 - 20 h 58 min

    Le F L N historique réunissait en son sein, de vrais patriotes, résistants, hommes et femmes,qui ont sacrifié leurs vies, leurs familles, leurs biens,leurs études, leur travail, auxquels il faut rendre hommage, c’est a eux qu’on doit cette liberté chèrement acquise.Quant au F L N d’Ould Abbas, il est constitué pour la majorité, d’opportunistes, de corrompus,leur seul intérêt, s’accaparer des biens collectif, profiter des avantages en tous genre, terrains, véhicules, salaires faramineux, comptes devises, soins dans de meilleurs hôpitaux Européens, des vacances en cote d’azur, sans être inquiété par la justice algérienne muselée par le système. Le F L N, est devenu pour certain un refuge sécurisé, ou ils peuvent tout se permettre. Pour un homme, atteindre l’age avancé, c’est avoir la sagesse, de la dignité et de donner le bon l’exemple, pour les générations montantes, c’est le rêve de tout homme sensé.Mais pour Mr Ould Abbas, choisir, de vieillir, en devenant « la voix de son maître » c’est son choix, ,tant pis pour lui.




    22



    1
    Anonyme
    3 février 2018 - 20 h 37 min

    Ould Abbés à Ziari:
    Fidèle comme une ombre à Bouteflika, je suis, je l’étais et je le serai, et loyal je lui suis,je l’ai été, et je le serai, jusqu’à ce que la mort nous sépare. Je jure de dire la vérité, rien que la vérité, Amen.
    Même le micro sur lequel Ould Abbés a fait cette déclaration, s’est mis à râler de rage et de mépris….




    16



    2
    Anonyme
    3 février 2018 - 20 h 11 min

    Bien vu la photo algerie patriote, associe au titre de l’article est une seule explications de l’algerie des années 4ème mandat et du future 5ème mandat




    10



    0
    Selecto
    3 février 2018 - 20 h 00 min

    «Dieu merci, je suis fidèle au Président avec lequel je travaille depuis treize ans»

    On sait comment travaille ton fils qui a fuit l’Algérie sous escorte par le salon d’honneur de l’aéroport d’Oran est comment il a été blanchi par votre justice et revenu par le même salon sans honte.
    Vous êtes vomi par l’Algérie, vous n’avez même pas pitié d’un homme invalide et inconscient qui ne sait même pas ce que vous faites ni si vous existez.




    22



    1
    nectar
    3 février 2018 - 18 h 57 min

    Ould Abbes est bénévole pour le bien être du Président et de l’Algérie.. Quel mépris!! j’aimerai bien qu’il étale, s’il a un peu de dignité, ses biens et le solde de ses avoirs en banque..Ould Abbes, tant que le système vous permet de mépriser ce peuple, continuer à le faire et taisez-vous, pour que nous puissions trouver un peu de quiétude….




    24



    2
      BABALI SALIM
      3 février 2018 - 19 h 20 min

      L’algerie n’appartient ni à Bouteflika, encore moins Ould Abbes et consorts
      elle appartient à 42 000 000 d’hommes et de femmes

      Raâii ou khamas yetafrou ala chi ennass




      17



      1
    ALI8
    3 février 2018 - 18 h 47 min

    Monsieur ould abbès est un fidèle des fidèles et il a bien raison;sans cette fidélité son fils il ne serait pas quitté le territoire sans impunité;mais que faire l’Algérie est gouverné par des clans et ils essaient de s’entendre le plus longtemps possible pour piller ou dernier sou;c’est el mektoub une colonisation part est une autre s’installe




    25



    0
    Larbi Benmhidi
    3 février 2018 - 18 h 38 min

    C’est comme le croyant qui a foi en dieu car il pourvoie ses créatures de toutes sortes de biens; Ould el … et ses compagnons croient en Boutef car tant qu’il est de ce monde et assis dans le koursi, ils peuvent continuer leur sale boulot de prédation et leur « dieu » les protège contre toutes poursuites




    19



    0
    Salamat
    3 février 2018 - 18 h 25 min

    Chers compatriote internautes , vous voulez connaître le programme (ou la plate forme) politique, idéologique, économique, social, culturel du secrétaire général du FLN …. celui de l’après 1999 ? Eh bien le voici :

    «Que Dieu les ( …opposants …) ramène au droit chemin. Ils ont vu le parti est solide, plus que jamais soudé et fort. Mon avenir est derrière moi. Je suis un volontaire. Un bénévole. Je suis fidèle au Président Bouteflika. Je suis loyal au Président. Tant qu’il est vivant, que Dieu lui donne longue vie, je suis avec lui. Je serai toujours son bouclier» !!

    Eh ben voilà ce qu’est devenu le FLN. Ce parti parle de Bouteflika comme s’il s’agissait d’un Dieu ou d’un prophète ! Ce parti (de même que le RND, l’UGTA, TAJ , le MPA et le PT) ne parle que de Bouteflika et ne vit que par et pour Bouteflika, rien que Bouteflika et leurs militants laudateurs et partisans du baise-main, tous comme ils sont, n’en pensent pas moins !




    26



    1
      abdel
      3 février 2018 - 18 h 51 min

      c’est ce qu’on appelle le » culte de la personnalité » pratiqué jadis dans les démocraties populaires par les courtisans,et cz nous par un panier de » crabes » ils en éxistent quelques spécimens actuellement,considérés comme dieu de père en fils du coté de la corée du nord




      15



      0
    RezkideBelcourt
    3 février 2018 - 17 h 53 min

    Je trouve cet article choquant et …, pour le publier à 17h46 l’heure de l’apéro, et a cause de vous j’ai vomi. Par contre le patron va faire une petite fortune car je suis obligé de recommander pour oublier ce que j’ai lu, allez santé à tous




    27



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.