Bouteflika rassure les Mollahs après la colère suscitée par Anissa Boumediene

Anissa iranien
Anissa Boumediene lors de l'exposition donnée par une opposante iranienne. D. R.

Par R. Mahmoudi – Le chef de l’Etat a adressé, dimanche, un message de félicitations à son homologue iranien, Hassan Rohani, à l’occasion du 39e anniversaire de la révolution islamique iranienne. Si ce message n’est pas le premier du genre adressé par Bouteflika au président iranien, son timing et son contenu laissent comprendre que le président de la République tient à rassurer les dirigeants iraniens de l’amitié et du soutien de l’Algérie dans la conjoncture difficile que traverse actuellement la République islamique. Celle-ci est, en effet, soumise à des pressions accrues de la part des Etats-Unis, sur l’affaire de l’accord nucléaire mais, aussi, de la part de la coalition arabe dirigée par l’Arabie Saoudite qui a lancé depuis quelques mois une guerre psychologique et médiatique féroce contre l’Iran et ses alliés régionaux.

Il faut aussi rappeler que l’Iran sortait, il y a quelques semaines, d’une épreuve difficile en raison des émeutes violentes qui l’avaient secoué et ont ébranlé le régime. De nombreux observateurs internationaux y ont vu la main des services saoudiens et israéliens, alors que le régime a pointé du doigt le mouvement Khalq (Peuple) qu’il accuse de connivence avec les capitales occidentales.

En même temps, par son message plus fort que ceux qu’il adressait traditionnellement, le président Bouteflika se démarquait très clairement des propos tenus, fin janvier, par la veuve de l’ancien président Houari Boumediene contre le régime des Mollahs. Présente à une exposition organisée par l’opposition iranienne à Paris, Anissa Boumediene avait déclaré qu’elle souhaitait la «chute du régime iranien» et «l’avènement d’une femme au pouvoir à Téhéran». «J’aurais aimé que cette femme soit Maryam Radjavi», aurait encore affirmé l’épouse du défunt Houari Boumediene, qui ne faisait qu’exprimer un avis personnel.

Réagissant par la voix de l’attaché culturel à l’ambassade d’Iran à Alger, Amir Moussaoui, les autorités iraniennes reprochaient à Anissa Boumediene de défendre des opposants «à la solde du sionisme et du wahhabisme». Sur sa page Facebook, Amir Moussaoui a écrit : «Si le défunt Boumediene était encore de ce monde, qu’aurait-il dit à son épouse qui a pris fait et cause pour les serviles et les terroristes et s’est jetée dans les bras des ennemis de l’humanité qui ont uni leurs forces pour aller à l’encontre du choix du peuple et lui substituer l’axe américano-sionisto-wahhabite ?»

R. M. 

 

Comment (22)

    Anonyme
    13 février 2018 - 11 h 39 min

    On ne lit que des commentaires élogieux à l encontre de ce régime des mollahs qui a aidé et financé des islamistes pour tuer des algeriens.
    Moi je n oublie pas et donc j aurai souhaité qu on lise des avis divers sur ce régime honni. Merci.

    2
    5
    Anonyme
    12 février 2018 - 21 h 27 min

    Les iraniens sont les frères des algeriens quoi qu’elle puisse dire cette femme marginal et inconito.

    9
    2
      Anonyme
      13 février 2018 - 16 h 00 min

      Le peuple iranien mais pas le régime des Mollah!!!!

      6
      1
    Anonyme
    12 février 2018 - 20 h 43 min

    Notre président a tjrs pris du recul avt d agir à la va vite ; il a parlé après les polémiques que cette ancienne premier Dame d’ Algérie avait créée ; il n a pas voulu la froissé et avec tact il répond à nos amis et allié iraniens et rappel notre soutien et nos relations fortes avec ce grd pays l Iran ; parce que le seul habilité à parler et à agir au nom du peuple algérien c’est notre président Bouteflika ; il incarne la nation ; pas cette femme ; elle en a fait parti jadis à l époque de feu Boumediene son époux et ancien président de l Algérie ; c était un autre temps et que notre président actuel a bien connu puisqu il était son MAE. Enfin les opposants iraniens se sont les mêmes qui active aux states a Londres et à Paris ctre les gardiens de la révolutions et leur propre pays ; ils marchent avec Israël et tt ses sionistes d occidentaux puisque ceux sont les opposant qui ont alerté les USA Israel ; la France et la GB pour la centrale nucléaire secrète jusqu a qu il trahisse leurs propres pays ses opposants ; donc peut on faire confiance a cette ancienne Dame? Anissa Boumediene pactise avec ses opposants et mange le même pain voila le constat que je peux faire avec tt le respect que je dois a notre ancien président ; un grd homme.

    9
    3
    TARZAN
    12 février 2018 - 20 h 05 min

    pour moi le problème dans cette histoire c’est pas la réaction de l’iran qui est un peu exagérée, mais QUI EST CETTE DAME TOTALEMENT INCONNUE EN ALGERIE QUI N’A JAMAIS EXISTE A L’ÉPOQUE DU REGRETTÉ BOUMEDIENE, ELLE N’A JAMAIS JOUE UN RÔLE POLITIQUE JUSQU’A IL Y A UN MOIS ET D’UN COUP ELLE ATTAQUE LES IRANIENS ET VEUT ENGAGER L’ALGERIE ET SA DIPLOMATIE SUR UN TERRAIN QUI LA MET EN POSITION DE VULNÉRABILITÉ, PUISQUE NOTRE PRÉSIDENT EST OBLIGÉ DE PRÉSENTER DES EXPLICATIONS RASSURANTES AUX IRANIENS EN LEUR RAPPELANT NOTRE NEUTRALITÉ. CETTE DAME NUIT A L’ALGÉRIE ET A NOTRE POLITIQUE INTERNATIONALE. ELLE AGIT EXACTEMENT COMME BRIGITTE BARDOT EN FRANCE, ELLE MET JUSTE LE GOUVERNEMENT ET LE PRESIDENT DANS L’EMBARRAS.

    14
    3
    Hamid
    12 février 2018 - 19 h 26 min

    In 1977, I had a government grant to study in England. We were seven students. We were all excited to arrive in London, a great city. We were then separetely placed with English host families , a valuable approach to language learning skills.So when we started our intensive course, our teachers in the school encouraged us to read newspapers, watch TV, listen to the radio and even talk to people. I took their advice on board,and one day, a rainy day by the way, I happened to chat with an old English man. Wallahi, I am not lying. When I told him I was Algerian , he held my right arm up and said  » Long live Boumediene and down with France ! « . This gentleman’s sweet words are still in my head. Also when our great President passed away, a headline in the London Evening Standard newspaper said this  » A Great Man of Algeria died , » It really hurts to see some turncoats sell their dignity to hell for a croissant and a cafe noisette. It is a shame!

    15
    LE NUMIDE
    12 février 2018 - 18 h 11 min

    Anissa Boumediene qui n’a aucune responsabilité effective dans la Diplomatie algérienne est au 20 eme siecle c’est a dire de 17 ans en retard sur le cours du monde … Elle mène ses positions sur le Moyen Orient comme elle mène sa vie mondaine à Paris ou dans les capitales d’Occident .. Bouteflika lui est un Chef d’État en avance , sur les vielles recettes arabistes et occidentales , même s’il est sur un fauteuil roulant .. il mène une Diplomatie Berbère Subtile devant la Géopolitique complexe des Axes en Présence et en conflits dans le Moyen Orient .. Donc rien à voir l’une et l’autre … ( Ouach djib djebal Gabes Ledahra -Ouach Iguarreb nass Saneg Lebni Zid . ) .. disait les poètes Nememchas !

    14
    5
      TARZAN
      12 février 2018 - 20 h 07 min

      BRAVO. quand je lis de telles opinions je suis rassuré.

      8
      1
      Anonyme
      13 février 2018 - 15 h 58 min

      …..peut être que vous êtes jeune ou que vous viviez durant la décennie noire à l étranger comme votre fakhamatouhou dont vous faites l éloge mais nous on oublie pas qui a encouragé,formé et financé les extrémistes islamiques du Fis pour déstabiliser l Algérie avec son islam traditionnel et faire tuer des milliers d algériens innocents ,le régime des mollahs en a été le principal acteur sans oublier les pays du golfe.
      Alors Laissez parler ceux qui ont plus de jugeote que vous et qui aiment vraiment l Algérie au lieu de les critiquer

    Abdou
    12 février 2018 - 17 h 17 min

    Pourquoi certains veulent qu’ le point de vue de cette dame soit à ce point déterminant tel un paradigme de géopolitique dans nos relations avec un état étranger
    Être la veuve de Houari Allah yermah ne lui donne pas le privilège de fixer les contours et trajectoires de la politique étrangère de notre pays

    18
    3
    226
    12 février 2018 - 16 h 47 min

    F Pahlavi,D Mitterand,N Sarkozy et leur sous traitant R Nekkaz et leurs Amis a New York et San Francisco{opposition Iraniane} et Anissa la Bourgeoise,ne font que … sous l’eau et faire des bulles.Mais peut etre que cette Republic Islamique est fontionnelle et elle derange beaucoup de gens?.

    16
    4
    DYHIA-DZ
    12 février 2018 - 15 h 55 min

    À ne rein comprendre…ET pourtant la révolution des Mollah a été télécommandée depuis Paris où vivait leur grand chef spirituel El-Khomeini.
    La France a t-elle changé de camp ?? Il faut dire que l’Arabie Wahhabite a le chèque facile.

    15
    3
    Ben BASKU Lente
    12 février 2018 - 15 h 12 min

    Pourquoi cette Anissa Boukharouba (veuve Boumediene) vit à Paris au même titre que l`ancien ministre Algérien des moudjahidine avec Saadani Amar et consorts tout simplement parce`ils ne croient plus qu`il y a un avenir pour ce pauvre pays (Le Titanic Algerie) que eux même ont contribué à le couler. Ce qui se passe en Syrie est une guerre stratégique existentielle pour tous les pays de la région. L`axe Russie, Iran, Irak, Syrie, Turquie et le Liban sont entrain sont entrain d`exterminer la tumeur Impérialiste et sioniste international qui a avalé tous les pays occidentaux avec le pouvoir de l`argent. Et d`après vous ou va s`installer cette tumeur ??? Et bien nos dirigeants Algériens le savent et ce n`est un secret pour personne ….. Au centre de l`Afrique du nord ….. LE SAHEL. C`est peut être embarrassant de dire que ni Anissa ni nulle autre ne se soucie du Sahel qui semble tellement loin de Paris juste à nos frontières.

    19
    4
    MELLO
    12 février 2018 - 14 h 56 min

    « Par son message plus fort que ceux qu’il adressait traditionnellement, le président Bouteflika se démarquait très clairement des propos tenus, fin janvier, par la veuve de l’ancien président Houari Boumediene contre le régime des Mollahs »… Les deux cas, pris ici, sont en fait l’arbre qui cache la forêt et cela nous arrive parce que le personnel politique méprise le peuple et le prend pour un mineur. Il aurait suffi pourtant que les responsables prennent la peine d’expliquer de quoi ils parlent pour que cette difficulté soit résolue, et « que nous ayons enfin une nation éclairée avec laquelle pourrait s’installer un dialogue fructueux débarrassé de tout malentendu.»
    Or, le médecin sait qu’un diagnostic exact ne débouche pas automatiquement sur un traitement efficace!
    Nous avons absolument besoin que les mots aient un sens. Et lorsque nous abordons un domaine dont nous ignorons tout, nous leur attribuons un sens inexact, imprécis, mais chargé de tous nos fantasmes acquis lors de nos lectures. Et c’est là qu’est le danger : si nous bluffions, ce serait un moindre mal ; mais « nous croyons comprendre alors que nous n’avons rien compris. » Le diagnostic étant ainsi posé, nous pourrions croire que le traitement qui en découle est alors simple : Le phénomène est encore aggravé par Internet, qui met une masse d’ informations à la portée de tout le monde, tout en les privant de toute analyse critique ; les remarque du genre «c’est vrai, je l’ai lu dans le journal», puis «c’est vrai, ils l’ont dit à la télé» ont malheureusement disparus et remplacés par le «c’est vrai, je l’ai trouvé avec google»… qui ne vaut guère mieux.
    C’est parce que chez nous, les mots n’ont pas le même sens pour tout le monde que n’importe qui définit ce qu’il veut comme il veut. Si on savait la définition d’une langue et à quoi sert une graphie, on serait serein et on aurait de l’avance dans la réhabilitation de notre identité. Ainsi nous entrons dans un univers nouveau et étrange, l’univers du malentendu généralisé, dans lequel chacun a une opinion ferme sur un sujet dont il ne sait pas qu’en réalité il ignore tout.
    «Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges» (Nietzsche).

    9
    3
    Anonyme
    12 février 2018 - 13 h 51 min

    La « République » islamique d’Iran et le royaume d’Arabie Saoudite sont tous les deux des Etats théocratiques.Ils respirent tous les deux l’obscurantisme,l’absence de liberté,le totalitarisme religieux soit disant au nom de Dieu mais en réalité c’est des dictatures bien terrestres faites pour asservir l’homme et le priver de sa chose la plus précieuse:sa liberté à tous les sens du termes.De machiavéliques manipulateurs les ont fabriquées à leur seul profit pour avoir le pouvoir absolu rêve de tous les dictateurs.

    17
    12
    Kahina-DZ
    12 février 2018 - 13 h 35 min

    Soyons intelligents et optons pour la retenue concernant les pays avec qui on partage des intérêts géo-stratégiques, mais pas idéologiques..
    Ma question: Pourquoi n’ a t-elle pas condamné les wahhabites qui ont soutenu la décennie noire en Algérie au même titre que les Mollah??

    41
    6
    Abou Stroff
    12 février 2018 - 13 h 00 min

    j’avance que, malgré les apparences, il n’y a aucune différence entre le régime archaïque des mollah et les régimes archaïques qui dominent la péninsule arabique. en effet, tous ces régimes, y compris le régime des mollahs, justifient et garantissent la pérennité de l’entité sioniste en tant qu’entité raciste basée sur la religion.
    en effet, entourée d’états basés sur la religion et/ou sur l »ethnie », l’entité sioniste n’aura aucun mal à faire oublier sa nature de vestige colonial qui doit disparaitre en tant tel mais évoluera dans un environnement tout à fait « normal ».
    moralité de l’histoire: les régimes basés sur la religion sont non seulement anachroniques par rapport aux aspirations des peuples mais servent à bloquer toute métamorphose des individus qui composent ces peuples en citoyens.
    PS: si bouteflika se met à « rassurer » les mollahs, c’est que lui même a besoin d’être rassuré dans sa tentative de se métamorphoser en démiurge.

    16
    5
    karimdz
    12 février 2018 - 11 h 53 min

    Le président Bouteflika et aussi une grand majorité du peuple algérien nourrissent à l égard de l Iran amitié et soutien à leur noble lutte, qui les distingue de ces monarchies sionistes dont certaines sont carrément juives sionistes, comme les ben yahoud d arabie yehoudite.
    Il est vraiement dommage que ce soit la femme de l ex Président Boumédienne, rahimouh Allah, qui se laisse entrainer par des sionistes et qui ne représente qu elle même.
    Les algériens savent faire preuve de discernement, et si Anissa était si bien renseignée, elle devrait se soucier des centaines de milliers de femmes juives qui sont traitées comme des moins que rien par les orthodoxes juifs, qui leur imposent d emprunter un trottoir différent de celui des hommes, ou encore de baisser leurs yeux devant des hommes ou encore de s asseoir à l arrière des bus…

    30
    8
    chana
    12 février 2018 - 10 h 21 min

    Notre ex première dame a été invitée par des féministes. d’ailleurs des invitations tout azimut aux algériennes est fait pour le rassemblement du 17 février 2018 à 14 h à la grande arche du parvis de la défense . J’espère que les algériennes n’y répondront pas .

    21
    14
    Anonyme
    12 février 2018 - 9 h 36 min

    L’heure est à la réserve et la retenue avec l’Iran.Faut pas jouer au chat et à souris.

    24
    8
    Anonyme
    12 février 2018 - 9 h 03 min

    Monsieur le président s’est prononcé officiellement au nom de l’Algérie.
    A.Boumediene ne représente que sa personne.

    58
    9
    chellal
    12 février 2018 - 7 h 39 min

    Preuve est faite que l’on peut être veuve d’un homme illustre, avoir bénéficié de la meilleure éducation et être issue de la rare bourgoisie autochtone d’un pays qui était encore colonisé et n’être qu’une stupide idiote !

    67
    61

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.