Erdogan : «L’Algérie joue un rôle essentiel pour la sécurité et la stabilité dans la région»

Turquie paix
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan. D. R.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé que l’Algérie joue un rôle essentiel dans la l’instauration de la paix et de la stabilité, soulignant qu’elle est un exemple de stabilité dans «une région confrontée à des troubles en permanence».

Dans un entretien au quotidien Echourouk publié lundi, Erdogan considère que l’Algérie «est un pays émergent et reste un exemple de stabilité dans une région confrontée à des troubles en permanence», ajoutant que son pays «accorde une grande importance à la consolidation et au développement de la coopération bilatérale dans tous les domaines».

Le président turc qui entame à partir de lundi une visite officielle en Algérie, souligne l’APS, a mis en avant les relations étroites existant entre l’Algérie et la Turquie liées par une «histoire et un patrimoine culturel communs», formant le vœu de voir «ces relations se consolider» à l’occasion de cette visite.

Le président Erdogan a fait part de la volonté de la Turquie d’œuvrer à la faveur de cette visite «à l’approfondissement de la coopération entre les deux pays dans les domaines politique, économique, culturel, touristique, énergétique et sécuritaire».

«Les relations économiques qui lient les deux pays dans les domaines du commerce, l’investissement, l’immobilier et le tourisme seront développées davantage à l’avenir», a-t-il poursuivi, ajoutant que pour tirer profit des potentialités des deux pays en matière de commerce et d’investissement, les deux parties sont appelées à «élaborer les accords nécessaires à cette démarche».

Mettant l’accent sur l’importance de la liberté de circulation entre les deux pays et l’octroi de facilités mutuellement bénéfiques, Erdogan a affirmé que son pays «accorde une grande importance au développement des relations bilatérales dans les domaines culturel et technique et au raffermissement du cadre juridique de coopération entre les deux parties, à la lumière de l’histoire commune qui remonte à des siècles». Il a indiqué dans ce sens que l’Algérie «se réjouit toujours d’abriter les festivités culturelles que nous prévoyons d’organiser sur son territoire», rappelant les projets de réhabilitation exécutés dans le cadre d’une collaboration entre le ministère algérien de la Culture et l’Agence turque de la coordination et de la coopération (Tika) pour la préservation du patrimoine commun entre les deux pays, à l’instar de la mosquée Ketchaoua d’Alger.

Dans le domaine de la formation et de la coopération scientifique, Erdogan a rappelé que son pays «accorde des bourses d’études aux étudiants algériens depuis 1992», soulignant que «cette coopération est à même de rapprocher les jeunes générations et de contribuer au renforcement des relations historiques entre les deux pays».

R. N.

Comment (9)

    Anonyme
    27 février 2018 - 18 h 44 min

    On passe de la bourse des wahhabites à la bourse de Erdogan.
    On s’accroche toujours à la barbe politico-religieuse




    0



    1
    Anonyme Utile
    27 février 2018 - 16 h 14 min

    Ce visiteur emcombrant n’est toujours pas rentré chez lui?
    Permettez-moi merdogane, le traître et la honte au service du sionisme mondial et d’israël, de n’accorder AUCUN CREDIT à VOTRE PAROLE.




    2



    3
    anonyme
    27 février 2018 - 14 h 10 min

    Les Turcs, peuple asiatique, ont engendré deux empires aux ramifications sanguinaires: l’empire ottoman et l’empire kahazar !




    1



    2
    moula
    27 février 2018 - 9 h 25 min

    «L’Algérie joue un rôle essentiel pour la sécurité et la stabilité dans la région»….contrairement à la Turquie qui contribué à la destruction de ses voisins.




    9



    4
    Anonyme
    27 février 2018 - 3 h 55 min

    Erdogan est venu voir ses amis Islamistes en Algérie




    7



    4
    Anonyme
    27 février 2018 - 3 h 54 min

    Tout le monde vient manger chez nous, en contrepartie ils nous lancent quelques flatteries sur la stabilité.
    L’Algérie est gérée par la loi de à peu près. Nos dirigeants en face de leur incertitude, sont tout le temps en train de chercher des déclarations positives des autres.
    Mettez un vrai président aux commandes et arrêtons de mendier les louanges de n’importe qui.
    Nous sommes tombés tellement BAS.




    10



    1
    Anonyme
    27 février 2018 - 0 h 10 min

    Pas de partenariat avec ce traitre et encore moins des « échanges « culturels »,pour endoctriner notre jeunesse à la secte des frères musulmans.
    S il donne des bourses c est pour faire de l entrisme dans nos affaires avec les jeunes algériens qui vont se former chez lui…
    soyons vigilants,nous avons nos propres universités nous ne sommes pas aussi pauvres que certains pays qu il peut acheter !!!




    7



    3
    Anonyme
    26 février 2018 - 21 h 02 min

    « tirer profit des potentialités des deux pays en matière de commerce et d’investissement » une coopération à sens unique qui ne profitera qu’à la Turquie car nous n’avons rien à proposer en échange.Il n’y a qu’à voir même nos sous-vêtements sont made in turkey. L’Algérie est juste bonne à abriter des manifestations culturelles! « Etboul ouel ghaïta echtah echtah ya loulou » . Le comble la Turquie qui accorde des bourses d’étude aux étudiants algériens et que fait notre université?




    10



    2
      PREDATOR
      26 février 2018 - 23 h 45 min

      Anonyme
      26 février 2018 – 21 h 02 min
      Je vous cite: et que fait notre université?
      Y a t’il déjà une université chez nous?
      A part celle qui existait au temps de feu Houari Boumediene Allah yarhmou
      Ils font grève pour amasser plus de sous
      Le pays est devenu une coquille vide avec des licenciés qui ne savent même pas rédiger une lettre




      8



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.