Xavier Driencourt accuse des médias algériens d’avoir déformé ses propos

Driencourt crânes
L’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt. New Press

Par Houneïda Acil Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’ambassade de France à Alger tient à démentir l’information relayée par certains médias attribuant à l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, des propos au sujet de la demande officielle faite par l’Algérie à la France pour la restitution des crânes de résistants algériens conservés au Musée d’histoire naturelle de Paris.

«Le 27 février 2018, certains médias ont relayé une information erronée concernant les propos tenus par l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt, lors d’une conférence de presse à Annaba, le 26 février, au sujet de la demande officielle faite par l’Algérie à la France de restitution de crânes de résistants algériens conservés au Museum d’histoire naturelle de Paris», indique le communiqué de l’ambassade, laquelle a souhaité «diffuser un rectificatif» en rappelant les propos exacts tenus par l’ambassadeur Xavier Driencourt, qui a, au contraire, confirmé, selon la même source, au cours de cette conférence de presse qu’une demande officielle avait été faite en décembre 2017 par les autorités algériennes pour la restitution de ces crânes.

«Il y a eu dans le courant du mois de décembre une demande officielle faite par votre ambassade à Paris auprès du ministère français des Affaires étrangères, une demande officielle de restitution des crânes. C’était la première étape. La deuxième étape, c’est une procédure qu’on appelle de déclassification du patrimoine national français. La troisième étape, c’est le vote d’une loi par l’Assemblée nationale et par le Sénat pour restituer ces crânes des combattants algériens à l’Algérie. Le projet de loi est en cours de dépôt actuellement. La quatrième étape, ce sera le vote de la loi», a rapporté l’ambassade de France à Alger.

H. A.

Comment (17)

    Anonyme
    28 février 2018 - 19 h 06 min

    Ceux qui ont fait fait de la guerre d’Algérie un fond de commerce n’en démordent pas, ils peuvent continuer comme ça des décennies tant qu’il y a du pétrole pour planifier des lois et donc des avantages d’hypers citoyens, ils continueront à saouler le monde avec la guerre d’Algérie la présence française en Afrique du nord. la danse du ventre pseudo patriotique très intéressée se poursuivra donc mais l’algérien lambda n’applaudit plus pire, ils siffle et de plus en plus fort il finira par passer à l’action pour défendre ses intérêts qui sont aussi ceux de son pays contrairement aux parasites de la nation.

    2
    2
    Anonyme
    28 février 2018 - 8 h 08 min

    Quand il s’agit de reconnaitre ses crimes la France devient tout à coup extrêmement procédurière; par contre elle nous demande la diminution des tracasseries administratives lorsqu’il s’agit pour ses entreprises de venir s’installer ici.
    Eh bien Mr l’ambassadeur, nous, nous demandons un traitement équivalent pour toute demande française. Cela s’appelle la réciprocité.

    5
    2
    Kader
    28 février 2018 - 4 h 30 min

    C’est ce qu’on appelle de la filouterie « made in french ».

    5
    2
    Hamid
    28 février 2018 - 4 h 27 min

    Cela veut dire que ces crânes ne peuvent être récupérés que dans un délai réglementaire de 99 ans !!!

    Incorrigibles ces français au point de nous prendre pour ce qu’on n’est pas.

    7
    2
      BEKADDOUR MOHAMMED
      28 février 2018 - 7 h 34 min

      Les muscles de notre morale collective sont globalement relâchés, voilà pourquoi ! Car normalement on s’en tape des étapes, la France a vite fait de légaliser les tapettes, alors oui les masques vont tomber : Qui est qui, et qui de 1830 à ce 2018 tue qui… Tahya El Jazaïr !
      99 ans, non, mais quoi encore : Ici et Maintenant, « Hic et nunc » !

      5
      3
    RasElHanout
    28 février 2018 - 4 h 23 min

    Et pourquoi on ne fait pas pareil quand cette France nous refile sa quincaillerie obsolète et son blé punaisé ?

    5
    4
    Mohamedz
    28 février 2018 - 4 h 20 min

    Dans le cas du Maroc ce parcours du combattant n’aurait jamais existé et pour cause…
    Taubira à changé une procédure judiciaire en 24 heures pour ne pas contrarier la prostituée M6 après l’interpellation du tortionnaire Abdelhafid Hammouchi.

    5
    3
    BabElOuedAchouhadas
    28 février 2018 - 4 h 16 min

    Ce sont là des procédures moyenâgeuses qui expliquent pourquoi la France avance en reculant dans tous les domaines.

    5
    3
    Anonyme Utile
    28 février 2018 - 4 h 10 min

    La communauté Tehuelche en Argentine demande au Musée de l’Homme de Paris, c’est à dire à la France, la restitution du crâne de l’un de ses membres. Ces restes humains comprenant plusieurs crânes humains ont été pillés et volés par l’explorateur Henry de La Vaulx lors d’une expédition en Patagonie, à l’insu des Tribus qui l’ont accueilli, pendant plusieurs années, à la fin du XIXe siècle. Ce sont les faits.
    Il faut rappeler que des femmes des enfants et des vieillards Algériens, sans défenses de villages entiers ont été enfermés dans des grottes montagneuses du Dahra, de l’Ouarsenis … Ces grottes ont été fermées par des branches et des troncs d’arbres sciemment mouillés et brûlés par les militaires barbares français lors de la conquête coloniale de l’Algérie. Je signale, que la combustion du bois mouillé est très incomplète et produit en très grande quantité notamment, le monoxyde de carbone, un poison hautement mortel, qui est incolore et inodore.
    C’est de cette façon que des villages entiers composés de femmes, d’enfants et de vieillards ont été exterminés dans des grottes montagneuses, preuves irréfutables à l’appui. Ce sont les faits.
    D’ailleurs l’armée coloniale barbare Française appelait ça, les « enfumades ».
    Il faut également rappeler, c’est très important, que ces pratiques barbares et animales de l’armée d’occupation Française, ont inspiré les nazis durant la deuxième guerre mondiale.
    En effet, les nazis ont exterminé les juifs dans les chambres à gaz de la même manière, en utilisant le monoxyde de carbone. Ce gaz est le plus pire poison mortel.
    Le devoir de mémoire doit être fait. C’est très important.

    Les hommes de ces villages Algériens, c’est à dire les résistants Algériens qui ont combattu l’armée d’occupant Française, les armes à la main, jusqu’à la mort, en 1849, ont été décapité après leur mort, d’une manière animale et les crânes des grands résistants Algériens ont été pillés et ramenés en France.
    Et c’est grâce à notre compatriote anthropologue et grand historiens, que ces crânes ont été retrouvés au musée de l’homme de paris après plusieurs années de recherches.
    Le musée de l’homme de paris est impliqué dans plusieurs affaires horribles et très choquantes de restes mortuaires humains.
    Parmi lesquelles, ceux de cette femme Sud Africaine, ramenée par des esclavagistes, appelé Saartjie Baartman née en Afrique du sud en 1789. Après sa mort à Paris, ses restes mortuaires ont été curieusement exposés dans ce tristement célèbre musée de l’homme de paris ou dois-je dire musée de l’horreur humaine..

    Suite à la demande officielle de restitution du gouvernement Sud Africain, la France a accepté en 2002 de rendre les restes mortuaires de Saartjie Baartman à son pays natal, où elle a depuis été enterrée.

    Je rappelle le règlement dans le cas des restes humains pillés et exposés dans des musées étrangers.

    Une fois les restes mortuaires identifiés officiellement, une demande de restitution de crânes et de restes humains exposés dans un musée du pays pilleur, émanant d’un gouvernement légitime est recevable.

    Or les crânes des grands résistants Algériens ont été identifiés par un anthropologue, historien et chercheur, Monsieur Farid BELKADI et la demande officielle de restitution de ces crânes émane d’un gouvernement légitime, en l’occurrence le gouvernement Algérien.
    Cette demande satisfait tous les critères de recevabilité. Ainsi, les règles du droit ont été respectés par le gouvernement Algérien.
    Donc la France doit se conformer à ces mêmes règles de droit et restituer ces crânes à l’Algérie.

    16
    2
    Salah
    27 février 2018 - 21 h 06 min

    Les gars, sincèrement ce mec « ambassadeur » commence à me taper sur les nerfs. Je m’explique. IL EST PARTOUT EN ALGÉRIE. A l’Est à l’Ouest, au Nord au Sud… Vous ne trouvez pas que c’est un peu bizaroïde… non ? N’est-il pas le nouveau Vizir de fafa en Algérie ? Tout de même ! Il doit avoir un peu de retenue…

    11
    5
    TARZAN
    27 février 2018 - 19 h 32 min

    il a raison, soyons honnêtes! nos journalistes sont comme les votres, il y a du bon du moins bon, d’honnête et du corrompu, des compétents et des brebis galeuses! mais nos journalistes sont beaucoup beaucoup plus honnêtes que les votres qui doivent rouler pour des lobbies notamment sionistes s’ils veulent rester en poste!

    14
    5
    MELLO
    27 février 2018 - 19 h 24 min

    Fallait il une loi pour que les colons Français puissent mettre leurs pieds en Algérie pour s’accaparer de toutes les richesses durant plus de 130 ans ?
    Pour Hocine AIT AHMED (Allah Irahmou) :
     » Nous voici donc, encore une fois, face à nos choix, face à nos responsabilités les plus immédiates et à leurs conséquences les plus lointaines. C’est en des moments pareils que l’on prend la mesure du temps qui passe, de l’histoire en marche et des peuples qui la font.
    L’histoire, nous ne pouvons pas, nous n’avons pas le droit de l’oublier, nous Algériens, l’histoire est toujours l’histoire des peuples qui la font.
    Des moments semblables sont déterminants pour chaque être humain, chaque femme, chaque homme est invité à se dépasser lui-même en s’accordant avec son prochain. Certains répondent à l’invitation de l’histoire et se hissent au-dessus de leurs calculs étriqués pour être à la hauteur du moment, d’autres cèdent à la facilité, aux manipulations, aux illusions de l’instant… Mais pour tous, il y a un avant, un pendant et un après.
    L’actuel désordre mondial joue sans scrupule de tous ces éléments pour asservir et dépouiller les peuples. Ceux qui nous disent que nous pouvons nous dispenser de regarder ce qui se passe dans le monde et en tirer des leçons n’ont rien compris à l’histoire de l’Algérie. Ce n’est pas en nous regardant dans les yeux que nous avons trouvé les moyens de vaincre le colonialisme ! C’est en s’informant sur le reste du monde, en analysant et en comparant les différentes situations que le peuple algérien a fait preuve de génie, de courage et d’endurance sur le chemin de la libération nationale. »

    9
    3
    Anonyme
    27 février 2018 - 18 h 55 min

    quelle arogance

    13
    4
    Kassaman
    27 février 2018 - 18 h 51 min

    Etrange pays où pour aller détruire un pays souverain une simple décision du président suffit, mais pour rendre les restes d’êtres humains qu’ils ont massacrés il faille 1001 étapes!!!

    22
    3
    Nadjma
    27 février 2018 - 17 h 03 min

    Il y a combien d’étapes au juste ? combien d’étapes encore faut il franchir pour nous restituer les crânes de nos chouhadas? et ils appellent ça « déclassification du patrimoine national » quelle barbarie! c’est tellement inhumain qu’on en reste sans voix, que dire à ces gens, que dire à des gens qu’on essaie de ramener vers une réhabilitation, ver l’humanité en leur demandant de nous restituer les restes de nos martyrs pour que nous puissions les enterrer dignement et leur rendre le respect et les hommages qui leur sont dû. Ils persistent dans leur cynisme et en font une polémique interminable, c’est pourtant un simple geste à faire. Ils vont finir par nous les rendre comme tout le reste parce qu’ils n’auront pas le choix. Il est clair que s’ils veulent les garder c’est pour se remémorer leurs crimes dont ils sont fiers et pour nous narguer, mais ils se trompent nous sommes un peuple patient et nous avons la certitude absolue qu’ils nous rendrons tout ce qu’ils et qui nous appartient.

    30
    3
    Rani Zaafane
    27 février 2018 - 14 h 36 min

    Allez y comprendre quelque chose!!! Qui ment et qui dit la vérité?!

    5
    12
    Anonyme
    27 février 2018 - 14 h 00 min

    La loi et le vote de la honte. Il faut une loi et un vote à l’Assemblée Nationale Française, pour que ces crânes de nobles martyrs Algériens,puissent enfin trouver le sommeil du juste dans une sépulture digne de leur mort héroïque.
    HONTE à vous, mêmes les morts sont a la merci de votre indécence, et de l’hypocrisie de votre politique sectaire.
    Gloire a nos valeureux martyrs.
    Qassaman binazilat elmahiqat
    Wa edimai ezakiyat etahirat.
    Puisse Dieu leur accorder sa Sainte Miséricorde, et leur ouvrir la porte de Son Vaste Paradis. Amin.

    39
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.