Pourquoi Erdogan était-il crispé durant sa visite officielle en Algérie ?

Erdogan Turquie
Erdogan et son épouse à leur descente d'avion à Alger. New Press

Par Karim B. – Fatigue ? Contrariété ? Angoisse due à son éloignement d’Ankara dans un contexte délicat pour la Turquie ? Quelle qu’en soit la raison, d’aucuns auront remarqué que le président turc n’a pas esquissé le moindre sourire depuis sa descente d’avion jusqu’à son départ. La mine défaite, le visage fermé, Recep Tayyip Erdogan a semblé mal à l’aise lors de son déplacement de deux jours dans notre pays.

Décrite comme une «visite historique» et ayant bénéficié d’une couverture médiatique excessive, l’escale de l’homme fort d’Ankara en Algérie a néanmoins été marquée par la réaction perplexe d’intellectuels et de médias qui ont exprimé leur scepticisme quant au faux optimisme dans lequel certains ont essayé de draper l’événement, malgré les profondes divergences qui caractérisent les positions des deux pays sur pratiquement toutes les questions internationales.

Le président turc a-t-il été informé des vives critiques contre son régime avant sa venue en Algérie ou en veut-il aux dirigeants algériens de ne pas l’avoir soutenu dans son entreprise de destruction de la Syrie et sa participation à l’exacerbation de la guerre civile en Libye ? On n’en saura rien. Mais, derrière la courtoisie éminemment protocolaire et l’accueil «grandiose» réservé à l’hôte «venu aider le pays à sortir de la crise» se profile le désaccord total de l’Algérie vis-à-vis de la politique arabe de la Turquie sous la conduite du parti islamiste AKP.

Les autorités algériennes n’ignorent pas, non plus, que la Turquie mène une offensive – discrète au début mais désormais de plus en plus ostentatoire – qui vise à propager son idéologie en Algérie, en s’appuyant sur des relais dans des secteurs aussi sensibles que la politique, les médias et la mosquée. Les trois brèches essentielles à travers lesquelles s’engouffrent les Frères musulmans dont Erdogan est désormais le mentor depuis la chute du régime théocratique éphémère de Mohamed Morsi en Egypte.

Pour se rendre compte de cette action d’endoctrinement et d’invasion insidieuse, il suffit de lire le long serment d’allégeance rédigé par le chef du MSP, Abderrezak Mokri, sur le site officiel de ce parti islamiste, l’obligation de fidélité et d’obéissance fièrement exhibée par le député de l’ex-FIS, Hassan Aribi, sur les réseaux sociaux et la saturation médiatique menée par des médias algériens arabophones connus pour être en lien étroit avec le régime d’Ankara. Une action qui a commencé avec la prolifération des feuilletons à l’eau de rose turcs sur les chaînes de télévision privées de même obédience.

Les valets d’Erdogan à Alger ont-ils failli à leur mission ? Ils le sauront lors d’un de leurs «très fréquents voyages à Istanbul» (dixit Mokri).

K. B. 

Comment (50)

    Anonyme
    4 mars 2018 - 22 h 54 min

    le body language confirme sa crispation même son malaise de faire cette visite ,ça exprime qu’il n’a pas trouve ce qu’il souhaite après le travail de feedback de son équipe de diplomatie donc il s’est forcé de suivre le protocole qu’il l’ennui .
    la Turquie cherche des allies fiable non pas des associes sous contrat et notre diplomatie favorise l’intérêt économique ou plutôt commerciale que le jeu de rôle . le Turque n’aime pas dépense sans rie de retour ou un flou de position car l’actuel géopolitique exige une fermeté et une stabilité dans les décisions concernant des événements estimé très décisif pour l’avenir de la région moyen orient et le nord Afrique .

    1
    1
    Khayam
    4 mars 2018 - 1 h 30 min

    L’ami de mon ennemi est mon ennemi est à revoir puisque la Turquie est l’allié d’Israël et membre de l’OTAN .

    5
    2
    Anonyme
    2 mars 2018 - 22 h 43 min

    Excellente chute ! 😀

    2
    1
    BEKADDOUR MOHAMMED
    2 mars 2018 - 5 h 10 min

    Profane… La Sublime Porte a vécu ! Erdogan découvre les petites portes pendant que Le Temps construit à vue d’oeil La Grande Porte El Jazaïr, la roue de la fortune a tourné, rien n’est acquis, rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme, le visage d’Erdogan illustre une transformation accomplie : C’est fini, et ce pays El Jazaïr tant envahi tant agressé tant bousculé va avoir le rôle majeur : Nasr ! Définitif, irrévocable ! Le Meilleur rôle !

    7
    2
    Anonyme
    1 mars 2018 - 17 h 38 min

    Il est crispé, car pas de président pour le recevoir.

    15
    3
    citoyen algerien
    28 février 2018 - 22 h 00 min

    recevoir un type comme ca c’est honteux pour l’algerie

    28
    11
      gargotier
      28 février 2018 - 23 h 51 min

      Absolument, c’est honteux pour notre pays

      23
      12
    Le Patriote
    28 février 2018 - 21 h 53 min

    sûrement quelqu’un ou quelque chose a dû le FROISSER. A force de crispation et de froissement, il va finir par se FRIPER. Dans ce cas et comme pour les vêtements, il faudra qu’il REPASSE.

    17
    9
    Umeri
    28 février 2018 - 21 h 19 min

    Erdogan, connaissant les positions de notre pays, sur nombre de conflits,Libyen, Syrien, Irakien, yéménite, et la non ingérence dans les affaires d’autres pays.Ne participe a aucune alliance militaire, il sait qu’il n’est pas le bienvenu, mais comme il a insisté pour une visite,il n’a pas apprécié le fait, qu’il soit reçu par le président du Sénat, et non par le premier ministre A. Ouyahia. Mais, il s’est un peu consolé, par l’attitude mesquine de Mokri et Cie, ses adorateurs islamistes.

    28
    11
      raselkhit
      2 mars 2018 - 9 h 14 min

      C’est dur quand on ne possède pas les éléments indispensable de protocole diplomatique Il se trouve que dans la hiérarchie algérienne Le Président du Sénat est le premier personnage de l’Etat et il représente le Président de la République Le premier ministre vient en 3 ème position En outre la Turquie est membre de l’OTAN alliance militaire depuis 1953.

    DYHIA-DZ
    28 février 2018 - 20 h 56 min

    Il est venu sans sourire, normal ..Il est venu en homme d’affaires pour le business.

    Anonyme
    28 février 2018 - 20 h 28 min

    Je préfère les souliers de Ouyahia (Photo), c’est plus chic. Je parie que c’est made in France. Ceux d’Erdogan sont made in Turquie.

    10
    14
    Algerien
    28 février 2018 - 17 h 52 min

    salam
    Oui Tout est question de dosage

    On fait du commerce avec la Turquie pas de problemes
    Mais on ne dependra Moralement jamais de la Turquie ou de qui que ce soit
    L’Algerie a miser toutes ses forces pour son peuple et se construit autour de son identité

    25
    Algerien
    28 février 2018 - 17 h 41 min

    salam
    Un pays Arabe la Syrie a subi et subi toujours le jeu trouble de la Turquie
    Ce president Turc a du sang sur les mains
    C’est une faute a mon sens perso de croire en un gain

    14
    3
    ZORO
    28 février 2018 - 17 h 36 min

    L un est fort comme un turc!! l autre est libre comme un amazigh!!!
    SIGNE ZORO. …Z…..

    19
    11
    mesis
    28 février 2018 - 17 h 11 min

    Les valets d’Erdogan à Alger ont-ils failli à leur mission ?
    Comme les valets de micron à Alger
    Ceux des Usa et Russie ils sont tous à la même enseigne

    9
    5
    Kahina-DZ
    28 février 2018 - 17 h 03 min

    Il faut reconnaitre que Ouyahia a l’allure d’un président ( voir photo).

    Il est crispé devant Ouyahia ! Car c’est Ouyahia qui a eu le courage de lui répondre quand Erdogan voulait jouer au parrain de l’Algérie.

     » AHMED OUYAHIA RÉPOND À ERDOGAN
    «Cessez d’instrumentaliser le sang des Algériens»

    …..

    30
    8
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    28 février 2018 - 16 h 17 min

    sa façon d’étendre ses bras sur les accoudoirs de son fauteuil de « califat » fictif en dit long sur sa personne, lui qui s’assoyait sur ses genoux devant son maître (a voir une vidéo sur youtube), mais ses pieds l’on trahi, on les voix croisés donc il avait un sentiment de petitesse malgré son air hautain. menteurs d’izlamiztes !

    11
    9
    Mon opinion
    28 février 2018 - 16 h 16 min

    Salam,

    La question essentielle qui s’impose est de savoir si l’Algerie peut renforcer ses relations économiques et sa confiance avec une Turquie au sein de l’otan? Historiquement la Turquie nous a abandonné à notre sort lors de la colonisation française .Cependant,il est vrai aussi qu’ elle était prise dans un immense complot intérieur fomenté par les domneh et les sionistes qui ont réussi à mettre parterre cet immense empire comme le feront aussi les sionistes Russes pour le Tzar. Pour ma part je pense Qu’Erdogan n’est pas digne de confiance après avoir déstabilisé et détruit la Syrie. Il est inconséquent et s’attaque à n’importe qui et n’importe quoi sans tact ni diplomatie dans une stratégie très confuse tél un éléphant dans un magasin de porcelaine. Cette inconséquence et cette absurdité s’est confirmée lors du putch militaire qui a failli le renverser, lorsque devant un immense portrait d’attaturk il exhortait son peuple à l’union. Un tel acte pour moi était d’une bouffonnerie pitoyable, lui l’islamiste adulant attaturk le pire ennemi acharné de l’islam et des musulmans! Je m’étais dis dans mon esprit à l’époque qu’il serait capable de s’allier avec le diable pour arriver à ses fins ce qui est islamiquement pas très orthodoxe.

    19
    3
    Rayés Al Bahriya
    28 février 2018 - 15 h 24 min

    La visite au musée de l’antiquité le point d’orgue
    De sa visite.
    Le reste c’est le sérail.
    Ça déraille.

    4
    2
    Samy
    28 février 2018 - 14 h 59 min

    Je n’aime cet islamiste qui ne me rappelle que des mauvais souvenirs sur la présence néfaste des Turcs en Algérie.Il vient dans ce pays jadis une de leurs colonies pour tenter de reconstituer l’empire ottoman alors que ses ancêtres n’ont commis que des ravages pour ensuite prendre la fuite à l’arrivée des Français en 1830.Il se sert de l’islam politique pour y parvenir oubliant que l’Algérie qui s’est libérée du colonialisme français seule ne doit rien à son pays membre de l’OTAN.Avec ses gros sabots il croit que l’Algérie qui a souffert de l’islamisme avec 200 000 morts est prête à recommencer.La Turquie d’Ataturk oui mais celle d’Erdogan,NON.

    22
    7
    Anonyme
    28 février 2018 - 13 h 52 min

    Bravo a la diplomatie algérienne, les affaires avec la Turquie c’est oui, mais NIET à la politique d’ingérence d’Erdogan, et NON à l’importation des valets frèros. Mokri, Aribi et Cie, sont dans le colliateur. Leurs jours sont-ils comptés?

    33
    7
    Aufmerksamkeit
    28 février 2018 - 12 h 27 min

    Nous pouvons et devons garder nos distances avec la politique étrangère avec la Turquie.
    Mais nous pouvons améliorer accentuer et généraliser nos relation économique dans un intérêt gagnants gagnants.
    Mais dans le pays les turques doivent être rigoureusement surveiller étroitement par le D.R.S.
    Car ils ont déjà aider à infiltrés des ennemis de l’Algérie à travers leurs entreprises et les employés qu’ils en font parties qui n’ont rien de turque ou de compétences lié à ce pourquoi cette entreprise turque et sur le territoire algérien.
    Ils ont jouer de tremplin de faciliter de pénétration de l’Algérie avec des passeports turques.
    Amnésique jamais nous devons l’êtes.

    30
    10
    LOUCIF
    28 février 2018 - 12 h 14 min

    Il y a une question à laquelle il faut répondre à tous les citoyens algériens, si possible : pourquoi les 3 siècles d »occupation de l’Algérie par les Turcs ne sont jamais considérés comme une colonisation par le pouvoir politique algérien en général ??? Pourquoi diable ? Pourquoi Nom de Non ??? Diantre, pourquoi donc ??

    37
    20
      Anonyme
      28 février 2018 - 14 h 50 min

      Si les Turcs avaient colonisé l’Algérie, votre message serait en turc pas en français.

      47
      18
        Anonyme
        28 février 2018 - 17 h 19 min

        Les turcs ottomans voulaient que les algériens restent ignorants juste bon à travailler la terre et payer les impôts….
        Ils méprisaient tous les peuples,seul les gens de leur sérail et certains janissaires avaient droit à une éducation…voilà la réponse pourquoi en Algérie on n écrit pas et on ne parle pas turc…bien que certains mots sont restés dans notre derja par l intermédiaire des koulouglis…

        20
        5
        lyes Oukane
        28 février 2018 - 17 h 50 min

        @ Anonyme de 14h50 . Ca c’est de la répartie ! Pourquoi nous ni avons pas pensé plus tôt . Heureusement que tu es là .Si nous ne parlons pas turc c’est parce que les ottomans ne nous ont pas colonisés et circulez y’a rien à voir ! Je te rappelle que les turcs ont rejeté l’alphabet arabe pour adopter le latin . Pourtant ,personne ne les a colonisé . Ta théorie ne vaut donc pas un douro . Nous les avons invités chez nous pour un coup de main ,ils sont restés 315 ans et en sont partis par la force des armes . Si ca ce n’est pas une colonisation ,il faudra que tu m’expliques ce que c’est . Comment prendrais-tu le fait qu’un ami à qui tu aurais demandé un service à la maison , se mette à te commander chez toi , à y rester lui et sa descendance par la force et pendant 3 siècles ?

        16
        8
          Sidex
          1 mars 2018 - 5 h 46 min

          Un invité qui se comporte en maitre, s’invite de force chez toi, mange ton meilleur mouton et violent à femme ou fille est pire qu’un colonisateur.

          3
          1
        LOUCIF
        28 février 2018 - 19 h 54 min

        @Anonyme 28 février 2018 – 14 h 50 min . La colonisation de l’Algérie par les turcs n’est pas de la même nature que la colonisation française qui , elle, est une colonisation de … peuplement ! Les turcs avait une autre stratégie et ils ne pouvaient pas à l’époque mettre en place une politique de développement de leur langue qui nécessitait beaucoup de moyen financier et humain. De plus, ils étaient trop loin de notre territoire pour installer leurs colons trucs en même temps que leurs garnisons et autres janissaires mais il n’en demeure pas mois que c’est quand même une colonisation que vous le vouliez ou non ! Ok ya kho !!!

        8
        1
    LE NUMIDE
    28 février 2018 - 12 h 13 min

    juger la Turquie et Erdogan que sous l’angle de son action certes néfaste dans l’affaire syrienne et dans leurs positions dans les questions arabes ou perses… c’est réduire l’Algérie à une remorque et les algériens à des Mawalis et des comparses qui resteront éternellement dépendants des empires Ottomans turcs ou Abbaside ou Omemayade arabe ..NON et NON on sen fiche de la position de la Turquie vis a vis de la Syrie ou des affaires tous les arabes ou perses .. ce n’est pas notre priorité .. on ne doit juger Erdogan ou autre , positivement ou négativement que selon la Question Algérienne et ses intérêts stratégiques en tant que nation et en tant que peuple algérien donc historiquement berbère et rien de plus ou de moins .. les berbères font le commerce avec les turcs , les arabes , les perses , les américains , les français , les chinois , pourquoi pas ? .. mais PAS PLUS .. Les Ghilmanes du Harem du Sultan turc ou qatarien ou saoudien ou Abbaside ou Ommeyade ou autre et qui se trompent de siècles et de Fiction , doivent le savoir et préparer leurs mouchoirs s’ils ne sont pas contents

    29
    7
    MOHAMMED
    28 février 2018 - 11 h 52 min

    ERDOGAN EST UN AGENT DE L’OTAN DEGUISER EN SULTAN TURC.

    30
    12
      Lyes Oukane
      28 février 2018 - 13 h 08 min

      @ Mohammed de 11h52 . Entièrement d’accord avec toi . Pour celles et ceux qui hésitent à nous croire ,je leur propose de chercher l’histoire des Donmeh et des Khazars et ils comprendront un peu mieux notre point de vue catégorique mais prouvé . Ils comprendront pourquoi les turcs ont rejeté l’arabe ,pourquoi la chute de l’empire ottoman ,pourquoi le massacre des arméniens et par qui ,ils comprendront qui était Attaturk ,sa religion … Bonne lecture pour les curieux .

      19
      9
    Anonyme
    28 février 2018 - 11 h 46 min

    De toute façon là où il va il a cet air hautain. ,il se prend pour un sultan…il méprise même son propre peuple qu il considère plus comme ses sujets que comme citoyens.
    Alors venir dans un pays anciennement colonisé par les ottomans,il pensait qu on allait s agenouiller a ses pieds,….touzzz comme disait ma mère

    25
    6
      Nostalgia
      28 février 2018 - 18 h 14 min

      Pour ce qui est de l’air hautain, ce n’est pas à Ouyahia qu’il risque de faire la leçon ; celui-ci a dû l’intimider par son air goguenard ! MDR

    صالح/ الجزائر
    28 février 2018 - 9 h 58 min

    Pourquoi le dictateur d’Ankara , le nouveau sultan ottoman , était-il crispé durant sa visite officielle en Algérie ? .
    – car il a surement compris qu’ il n’est pas le bien venu en Algérie .
    – car il n’a pas trouvé devant lui ni des mégaphone d’Algériens , ni des microphones d’Al Jazeera .
    – car en recevant , à Ankara , l’allégeance de certains Algériens comme les chefs du MSP, le député de l’ex-FIS , … ou le président du Front de la justice et du développement , c’est-à-dire de celui qui a qualifie Yennayer de « fête païenne contraire aux préceptes de l’Islam » , il s’est attendu à trouver durant sa visite , énormément d’Algériens acquis à sa propagande islamo-palestinienne , prêts à se prosterner devant le passage de sa majesté .
    – car l’Algérie ne croit pas ni dans les messies akher zaman, ni dans l’hôte «venu aider le pays à sortir de la crise».
    – car l’Algérie n’oublie pas que les ancêtres du nouveau sultan , aidés par l’Algérie dans leur bataille navale de Navarin en 1827 entre la flotte ottomane et une flotte franco-russo-britannique, n’ont rien fait pour cette Algérie en 1830 , c’est-à-dire trois ans après que notre pays ait perdu sa puissante flotte pour défendre l’empire ottomane.
    – car il aurait cru effectuer une visite d’Etat comme un « ami de l’Algérie», comme l’était au moins le candidat à l’élection présidentielle française de 2017, mais elle s’est trouvé faire une visite de marchand dans un souk, comme celui du bazar d’Istanbul .
    – car il a trouvé devant lui « l’homme des sales besognes» qui lui avait rappelé , en 2012 , que « Personne n’a le droit de faire du sang des Algériens un fonds de commerce » , car « La Turquie , qui était membre de l’OTAN, pendant la guerre d’Algérie , et qui l’est encore, avait participé, de par sa qualité de membre de cette Alliance, à fournir des moyens militaires à la France , dans sa guerre en Algérie , au moins par l’achat d’une bombe larguée en Algérie ou d’une balle tirée contre des Algériens», comme elle « avait toujours voté contre toute les résolutions favorables à l’Algérie durant la Révolution».
    Je crois que la majorité des Algériens, qui ne sont pas tombés sous le charme du vrai-faux frère musulman , ne peuvent pas pardonner le rôle néfaste, joué par la Turquie sous la domination du Sultan ottoman, à côté d’autres membres de l’OTAN et de Traitres du Golfe, dans Le «chaos créatif» destructif des «printemps arabes» en général, et dans les malheurs de la Libye et la Syrie en particulier.

    75
    16
      Anonyme
      28 février 2018 - 11 h 40 min

      Excellent commentaire,rien à ajouter….il a dû comprendre qu il y a encore de vrais algériens qui ne sont pas dupes de sa politique.

      20
      7
    Anonyme
    28 février 2018 - 9 h 25 min

    Vous l’aviez surement remarqué comme moi, cette visite du Président Turc a mis les algériens en bonne humeur et les a rassurée qu’une puissance économique et militaire musulmane pourra venir les protéger et les aider a n’importe quelle moment! le développement de l’algérie ne se fera pas sans l’aide de la Turquie, nous voulons signer des contrats dans tous les domaine même militaire, ils sont musulmans on est musulman, ils sont développés on est sous développés peuvent donc venir chez et crée la dynamique et rendre notre peuple travailleur!! ceux qui se sentent différents peuvent aller en France ou ailleurs, la stabilité de l’algérie c’est celle de la France, et la France je pense qu’elle a compris après tous temps négatif pour l’algérie passé a compris il faut absolument que l’algérie et les algériens s’attachent a la Turquie Pour leur bien.

    13
    116
      Anonyme
      28 février 2018 - 11 h 14 min

      un mokoko jaloux de « l’ile de la prospérité et de la sécurité »selon le président turc ?

      13
      4
      Lyes Oukane
      28 février 2018 - 13 h 02 min

      @ Anonyme de 9h25 . Les turcs sont musulmans ,oui et alors ? Ce n’est pas les seuls et surtout ,ils sont loin d’être un exemple à suivre . Il faudrait que nous nous attachions  » à la turquie pour leur bien « . J’aurais préféré que tu penses à NOTRE bien plutôt qu’à celui des autres . S’attacher à la Turquie c’est s’attacher à l’Otan ( c’est la deuxième armée de l’Otan ) . S’attacher à quelqu’un ou à quelque chose c’est être dépendant de lui . C’est comme cracher sur nos millions de martyrs qui sont morts pour que nous soyons libres de toutes attaches externes . Pour moi , même une rognure d’ongle algérienne vaut mieux que dix turcs réunis . Tu proposes à ceux qui n’aiment pas les turcs de s’en aller ,de partir en France . A croire que tout le pays Dz est ta propriété . Si tu te sens aussi mal avec nous ,toi aussi tu pourrais commencer à faire tes bagages pour la turquie . Tu n’y avais pas pensé ?

      47
      5
      Anonyme
      28 février 2018 - 16 h 24 min

      Va rentre visite à ton roi Haschisch, il parait que la décision de la justice Européenne lui a provoqué une crise cardiaque.
      N’oubliez pas de lui donner une dose bien dosée de son haschisch pour soulager sa douleur.

      10
      Anonyme
      28 février 2018 - 16 h 56 min

      Tu as des hémorroïdes de la jalousie maro-chienne.

      Anonyme
      28 février 2018 - 18 h 28 min

      Anonyme
      28 février 2018 – 9 h 25 min
      La Turquie développée ? depuis quand ? Pour le commun des mortels qui a juste quelques années d’école primaire dans le crâne, la Turquie est un pays du tiers-monde et sous-développé. Ce sont les tentatives de « mise à niveau » de L’UE en sa faveur qui lui ont permis un certain essor depuis 10 ans (crédits financiers, délocalisations d’entreprises, investissements européens, etc). Mais l’UE est en train de changer de fusil d’épaule et c’est pour cela qu’Erdogan fait du charme à l’Afrique sachant que la récession est déjà là. Apprenez, apprenez ! dit le sage.

      12
      1
    الهوارية
    28 février 2018 - 8 h 49 min

    Les réseaux sociaux algériens l’ont qualifié de collabo et de criminel du peuple syriens et libyen.
    Son équipe a dû lui transmettre ces infos indésirables des réseaux sociaux. Maintenant tout se sait, les Chefs d’états avant de
    se déplacer dans un pays testent les sondages du pays à visiter et les commentaires de Twitter, Facebook et les forums de la blogs presses écrites et sites web.
    Abderrazak Makri état en extase à la venue d’Erdogan, comme si c’était son amoureux !!! Beurrkkk

    76
    13
    Dardour
    28 février 2018 - 8 h 39 min

    Les relais de erdogan en Algerie sont entre autres de la trempe d’un certain nouredine khetal, chouchou des chaînes de télévision privées algériennes, qui se dit d’0rigine turque et qui renie l’existence même de tamzight et imazighen en Algérie.

    61
    9
    LE NUMIDE
    28 février 2018 - 8 h 35 min

    Désormais , l’Algérie mène une politique internationale Berbère, le nationalisme algérien se redéploie sur de nouveaux concepts AUTHENTIQUES et sur une nouvelle compréhension du monde et des relations internationales dans son environnement…
    Au Moyen Orient les turcs , les arabes et les perses ne comprennent pas encore cette politique mais ils l’observent et ils sont prudents. il faut expliquer cette politique et cette stratégie et leurs perspectives historiques pour conforter nos relations et rassurer nos partenaires. les intellectuels algériens doivent se mettre à expliquer à tous nos partenaires. il y a un déficit de communication Berbère

    55
    21
    Zaatar
    28 février 2018 - 8 h 16 min

    La crispation est certainement du au changement des cuvettes des toilettes chez nous. La nouvelle tendance est plutôt aux toilettes anglaises plutôt que turcs, même s’il en existe encore chez nous de ces dernières.

    69
    15
      Monsieur X
      28 février 2018 - 9 h 29 min

      Et si on élevait le niveau !

      25
      33
        Zaatar
        28 février 2018 - 9 h 38 min

        Allons y, on n’attendait plus que vous Monsieur X. A vous l’honneur d’ouvrir les débats, on essaiera ensuite de prendre les ascenseurs… nous sommes en attente…

        44
        6
    TheSlave
    28 février 2018 - 8 h 05 min

    Deux poids et deux mesures

    11
    3
    nectar
    28 février 2018 - 7 h 51 min

    Parce qu’il n’y a plus de toilette turc en Algérie, c’est la cause de sa crispation..Dès qu’il aura fait une tourné des zaouïa, avec Chakib il pourra se soulager..

    58
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.