Le ministre serbe Ivica Dacic : «Les Marocains ont déformé mes propos»

Dacic serbe
Le ministre serbe des Affaires étrangères, Ivica Dacic. D. R.

Par Karim B. – Le ministre serbe des Affaires étrangères a vivement dénoncé la manipulation des médias marocains qui ont déformé ses propos au sujet de la question sahraouie. Dans un communiqué officiel rendu public ce dimanche 18 mars, le ministère serbe des Affaires étrangères a réitéré la position de la Serbie qui «respecte le droit international».

«A propos de différents comptes rendus dans les médias étrangers (marocains, ndlr) et sur les réseaux sociaux, relatifs à la position de la République de Serbie sur le Sahara Occidental et des interprétations erronées de cette position, le ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie saisit cette occasion pour souligner, une fois de plus et avec force, sa position sur cette question, une position qui demeure inchangée et conséquente, basée sur les dispositions du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU», souligne le communiqué du ministère des Affaires étrangères serbes qui dément ainsi les propos attribués par les médias du Makhzen à Ivica Dacic lors de sa récente visite au Maroc.

«La question du Sahara Occidental relève de la compétence de l’ONU et pour la République de Serbie, cette question est, en conséquence, une question multilatérale et régionale», précise le communiqué, qui rappelle que la Serbie «soutient fermement l’ONU dans ses efforts en vue de trouver une solution pour le Sahara Occidental, s’employant en faveur d’une solution pacifique, équitable, mutuellement acceptable et durable et n’entreprenant aucune démarche unilatérale et ne préjugeant pas du résultat définitif des négociations menée sous l’égide de l’ONU».

«La République de Serbie comprend entièrement la sensibilité de cette question pour les parties concernées qu’elle appelle à rouvrir immédiatement le dialogue qui conduira à un règlement fondé sur les principes que la Serbie défend et en faveur desquels elle s’emploie continuellement», note encore le ministère serbe des Affaires étrangères qui reproche, ainsi, indirectement, au Maroc de retarder l’aboutissement à une solution au conflit du Sahara Occidental en refusant de négocier avec le Front Polisario.

«Dans le même temps, explique encore le communiqué du ministère serbe des Affaires étrangères, la République de Serbie, pays qui est un ami prouvé de la région et du continent africain dans son ensemble, refuse d’être impliquée dans les différends qui doivent être réglés directement par les parties intéressées.» «En tant que pays qui a généreusement contribué à la libération du continent [de la colonisation] et notamment en sa qualité de pays fondateur du mouvement des pays non-alignés et faisant partie des Etats qui ont initié la création de l’Union africaine, la République de Serbie espère que nos amis se monteront compréhensifs à cet égard», dans un message clair au régime monarchique de Rabat.

Les médias marocains inféodés au Makhzen avaient été instruits par le palais de déformer les propos du ministre serbe, en lui faisant dire que la Serbie «soutient pleinement la proposition pour l’autonomie faite par le Maroc». Enième manœuvre aussi puérile qu’obsolète dont le Makhzen nous a habitués depuis qu’il accumule les revers sur le plan international.

K. B.

Comment (53)

    mouatène
    19 mars 2018 - 19 h 02 min

    mesdames et messieurs bonjour. détendez vous !!! il fut un temps ou, nous étions enfants, pendant la révolution, et on entendaient souvent les grands dire  » le pauvre, il ne connais pas son père ». ils parlaient des marocains déportés par l’état français et mis à la disposition des colons d’algérie. ça !!! c’était avant !!! et maintenant on dit  » les pauvres, ce ne sont pas leurs pères biologiques. et on parle toujours de marocains, mais des rois H2 et M6. le premier est le fils de glaoui et l’autre c’est le fils de médiouri. comme quoi il n’y a pas de fumée sans feu.




    4



    0
    Anonyme
    19 mars 2018 - 16 h 49 min

    Il faut être un «sans principes» et vraiment aux aboies pour en arriver à faire dire le contraire de ce qui a été officiellement déclaré par un ministre d’un gouvernement étranger qu’on reçoit dans son pays !
    Il ne s’agit plus d’une grave faute diplomatique, mais carrément de la falsification de propos d’un officiel étranger ! Cela peut normalement relever des instances judicaires.
    Comment la «diplomatie» makhzeniènne peut-elle ainsi penser être crédible avec ce genre de comportement de petit voyou ?!




    3



    1
    Sidali
    19 mars 2018 - 9 h 28 min

    Une autre preuve d’un Régime féodale prêt à tout pour faire reculer une sentence inéluctable en faveur du peuple du Sahara Occidental.




    15



    4
    Cueva Del Agua, Oràn
    19 mars 2018 - 9 h 09 min

    Il faut être juste, honnête et équitable, bien que ces 3 qualificatifs soient pratiquement synonymes. Rendons à César ce qui appartient à César : le royaume du Maroc est une puissance électrique (ne riez pas trop SVP, c’est un peu sérieux), une puissance narcotique (kif et pavot) et une puissance sexo-touristique multiforme. Oualà, Oualà !




    14



    5
    Ahmed ADDOU
    19 mars 2018 - 8 h 31 min

    Quand on n’a pas les moyens de sa politique colonialiste on utilise la diplomatie de la filouterie.

    En effet :
    1/- quand on enregistre en 2017, un déficit de la balance commerciale de 19,4 milliards d’euros soit 20% du PIB du Makhzen et que ce déficit se creuse pour les deux premiers mois de 2018 (janvier-fevrier) de 19% par rapport à la même période de 2017، soit un déficit de 3,6 milliards d’euros en 2018 contre un déficit de 2,7 milliards d’euros pour 2017,
    2/- quand on a une dette publique de 64 milliards de dollars soit environ 64% du PIB du Makhzen et une prévision de remboursement avec service de la dette de 6,2 milliards de dollars pour 2018,
    on ne peut qu’user de la filouterie diplomatique pour continuer à faire croire au peuple marocain que le Sahara occidental est « marocain » et ainsi retarder l’implosion socio-économique qui pointe à l’horizon.




    12



    4
    Mohamedz
    19 mars 2018 - 7 h 59 min

    Le seul pays sur terre à soutenu officiellement et ouvertement la « souveraineté » du Maroc sur le Sahara occidental est le QATAR.
    Pourquoi ?
    Parce que le Qatar à peur que le Maroc, connu pour utiliser le chantage diplomatique, avoue que tous les terroristes Marocains envoyé rejoindre Daech au Moyen-Orient et même en Eutope l’ont été sur instructions et financement du Qatar et ce, depuis 2012.




    30



    4
    BabElOuedAchouhadas
    19 mars 2018 - 7 h 36 min

    Un jour j’ai demandé à ma grand-mère centenaire qu’elle est le pays qui continue à creuser même après avoir touché le fond ?
    Elle m’a dit « El Malik » alors je lui ai redemandé le nom du pays et pas de la personne et sa réponse était encore une fois « El Malik » tout en rajoutant « parce El Marok et son peuple ne sont que les victimes de ce Malik qui continue à creuser ce trou pour les enterrer définitivement « .




    24



    8
    Anonyme
    19 mars 2018 - 6 h 16 min

    J’étais donc dans le vrais en demandant de ne pas se faire d’ennemis à cause d’AUTRUI.




    19



    6
      Anonyme
      19 mars 2018 - 6 h 44 min

      Au contraire, ça prouve que tu es dans le faux et que vivre sans principe c’est vivre et mourir comme un légume. C’est, en partie, grâce aux positions honorables de l’Algérie que les droits des enfants Sahraouis ne sont pas définitivement jetés aux oubliettes. Si les Chinois, les cubains, les yougoslaves et tous les amis de la lutte algérienne pensaient comme toi, tu serais maintenant en train de trimer chez un colon au lieu de tapoter tes “points de vue” sur Internet.




      24



      5
        Amirouche
        19 mars 2018 - 12 h 36 min

        Ce ne sont pas les chinois, les cubains ou les yougoslaves qui ont pris les armes et combattu le colonialisme francais en Algérie. Aucun pays au monde ne nous a vraiment aidé pendant la révolution. Absolument aucun, meme les livraisons d’armes des pays de l’Est n’étaient que des transactions commerciales et étaient payées rubis sur ongle.
        Un apport moral et des sentiments de solidarité,oui, mais globalement, sans plus!
        L’Algérie a compté sur ses propres enfants pour vaincre et démanteler l’empire colonial francais. Y compris ses enfants dans l’immigration en France qui non seulement ont milité farouchement pour l’indépendance du pays, mais aussi ont joué un rôle vital dans son financement. Les cotisations des travailleurs algériens en France ont constitué l’essentiel des moyens financiers du FLN.
        Alors,il faut se départir de ce romantisme béat qui n’a pas lieu d’etre. S’il fallait attendre les chinois, les cubains ou les yougoslaves pour qu’ils te libérent, tu aurais été, aujourd’hui, un khamass dans une ferme agricole coloniale dans la Métidja!




        14



        2
          manman1954
          20 mars 2018 - 13 h 07 min

          @Amirouche
          Durant notre guerre d’indépendance la Yougoslavie de Tito nous a réellement aidé, surtout diplomatiquement. Les armes qui parvenaient, de partout (RFA + Yougoslavie + Pays du Bloc de l’EST), à l’ALN étaient payées rubis sur l’ongle. Le financement de notre révolution était assuré (à 100%) par notre peuple (El Ichtirak) de l’intérieur et de l’extérieur (Émigration). Ne soyons pas ingrats vis à vis de la Yougoslavie. Ce pays a accueilli et a soigné gracieusement beaucoup de blessés de l’ALN.




          0



          0
        Anonyme
        20 mars 2018 - 11 h 02 min

        Sauf que l’ALGERIE mon pays n’a jamais mordu la main qui l’a aidé ya lehbib et moi, je ne serais pas en train de trimer chez un colon car ….. « je ne veux pas être méchant ».




        0



        0
    Anonyme
    19 mars 2018 - 5 h 33 min

    « Mutuellement acceptable » Une formule qui ne veut rien dire,du moment que les deux parties veulent le même térritoire .Le droit international ne peut pas contenter tout le monde,il s’applique point à la ligne.




    15



    2
    Chaoui
    19 mars 2018 - 3 h 31 min

    Le VRAI et le FAUX sont…INCONCILIABLES.
    Tel est le cas de l’Algérie qui parle VRAI et du Maroc qui parle FAUX.
    Vive le Sahara Occidental LIBRE !




    22



    6
    Hamid
    19 mars 2018 - 1 h 55 min

    The distortion of the Serbian minister’s words have shown up the Orwellian nature of the Makhzen’s dirty games: open lies,misinformation, demonisation of the Polisario Movement on a daily basis.They are indeed desperate.In my view,they are wrong to go down that road because the Western Sahara issue is a reality whether they like it or not.Also , their miscalculation would certainly backfire and would undermine their country’s credibility still further.At the end of the day , the winner is of course the Sahraoui people.As a country,we will have to continue to support our Sahraoui brothers till they gain their independance ,InchAllah.




    30



    2
    manman1954
    19 mars 2018 - 0 h 57 min

    Suite à l’article suivant «Le Maroc entame l’installation des premières bornes de recharge pour véhicules électriques», paru dans MAGHREB EMERGENT le samedi 17 mars 2018 à 08:52 j’ai posté le commentaire suivant :
    Le titre de cet article est trompeur ! Il fait croire que la Maroc va doter ses autoroutes de bornes de recharge pour véhicules électriques ! Après lecture de tout l’article, j’ai compris que c’est un test technique ni plus ni moins. Je suis sûr que ces mêmes essais ont déjà été effectués dans un circuit automobile lié à Renault. Je ne comprends pas le pourquoi de refaire les mêmes essais au Maroc ! Je ne comprends pas également le pourquoi d’équiper les aires de repos de l’autoroute marocaine de bornes de recharge. D’autant plus que le minuscule parc roulant marocain est à 100 % thermique !
    Supposons que les marocains, devenus riches par un coup de baguette magique, se dotent, tous, de véhicules totalement électriques. Prenons, par exemple, une voiture électrique citadine (vitesse < 50 km/h) qui a fait ses preuves : la Renault ZOE. Ce véhicule a une masse d’environ 1500 kg. Ses batteries lithium-ion pèsent environ 300 kg et emmagasinent une énergie de 41 KWH . Son autonomie (en théorie) est d’environ 200 km. Le temps de recharge de ses batteries est de 6 à 9 heures.
    Combien de temps devra mettre la Renault ZOE pour faire 400 km sur l’autoroute marocaine ? Ma réponse est d’environ 28 heures soit : 3×8(temps de charge) + 4×1 (temps de parcours). J’ai supposé que ZOE roule à la vitesse de 100 km/h. ZOE doit s’arrêter tout les 100 km pour charger ses batteries, c’est à dire 3 fois.
    Est-il raisonnable au 21ème siècle de faire un trajet sur autoroute de 400 km en 28 heures ?
    La réponse est évidemment NON.
    De même que je ne comprends pas cet article. Est-ce pour encenser le Maroc ?

    Quelle fut ma surprise quand je m’aperçois que mon post a été tronqué !
    J’envoie le message suivant à l’administrateur du site MAGHREB EMERGENT :

    @ Administrateur ou Modérateur du site MAGHREB EMERGENT 
    J’ai posté un message en réponse à l’article : « Le Maroc entame l’installation des premières bornes de recharge pour véhicules électriques ».
    Je constate que mon message a été tronqué.
    Je renvoie le même message, il n’est toujours pas publié.
    Je vous renvoie encore une fois ce message avec l’espoir qu’il soit publié dans son intégralité.
    Je vous remercie pour votre honnêteté intellectuelle.

    Mon post n’est toujours pas publié, par contre un commentaire émanant de «Boukharouba» apparaît je constate que c’est une réponse à mon message. Voici le post de «Boukharouba» :

    En réponse au commentaire qui ne se base pas sur des statistiques réelles des parcs automobiles mais sur NIF pour parler de marché minuscule de l’automobile marocain je tiens à dire à ce monsieur que le marché marocain est actuellement à 3.900.000 unités en 2017 soit 111vehicules /1000habitants et celui de l’algerie Est de 5.900.000 unités soit 144vehicules /1000habitants et par exemple notre voisin commun du nord (l’espagne)a une moyenne de 800 véhicules par habitants alors au lieu de lancer des commentaires.en se prenant pour Singapoure il vaut mieux consulter les chiffres .
    Pour information je tiens à rappeler que le parc marocain était au début des années 2000 supérieur à celui de l’Algérie avec une croissance régulière qui devrait approcher les 200.000 vehicules
    C’est pendant la periode de la BAHBOUHA comme dirait l’autre que le parc algérien est passé devant 60.000unites par an à 600.000unites pour s’escrouler à moins de 200.000 et moins encore si ce n’etait Pas la bouée de sauvetage de la ´´symbol d’Oran’´
    La croissance phénoménale est due en grande partie aux crédits destinés aux jeunes promoteurs qui détournaient ses fonds pour l’achat de véhicules pour enrichir les poches de ceux qui détenaient les licences d’importation(La progéniture de TARTAG ,GAID SALEH & co)
    Malheureusement le château de cartes s’ecroule doucement et sûrement .c’est ce qu’on pas le miracle algérien mais le gâchis algérien et la pagaille s’installe et l’argent manque et on reviendra bientôt à mois de100.000vehicules / an
    Et tu peux te comparer alors au Burkina .
    A ta connaissance monsieur avec un prix de carburant cinq fois plus cher le Maroc continue son bonhomme de chemin basé sur économie réelle .quant à l’électrique les chinois construisent une usine à Tanger pour les voitures électriques qui sera fonctionnelle en 2019 .
    En outre les bus de Marrakech sont électriques ceux de Rabat le seront bientôt et les bornes existent déjà dans les aires de repos des autoroutes construites des l’ouverture de celle ci pas comme ceux de Naphatal contruite 3ans après l’outire De l’autoroute est Ouest déjà àRabat circule des véhicules électriques .
    Rapporter Boukharouba dimanche 18 mars 2018 02:17

    Et voici ma réponse à «Boukharouba» qui n’est pas évidemment publiée :

    @Au Marroqui qui a pris le pseudo de «Boukharouba» mais dépourvu de NIF
    Mon message a été tronqué. Il a été lesté de la partie où je démontre que l’article est trompeur pour ne pas dire fallacieux. Le but recherché par cet article est toujours l’encensement du Maroc.
    M. le Marroqui, le problème des voitures électriques est leur autonomie. Tant qu’il n’y a pas de progrès significatifs sur les batteries, la voiture électrique ne pourra pas s’engager dans une autoroute. En France, certaines administrations ont été contraintes de s’équiper en véhicules électriques. Ces voitures (par exemple, la Renault ZOE) sont utilisées pour des déplacements, uniquement citadins. Ces véhicules sont, la plus part du temps, dans le parking de l‘administration, connectés à une source électrique pour se recharger.
    M. le Marroqui, dans un passé récent (1960, 1970 et début 1980) , nous avions à Alger des bus électriques. La ligne Bab-El-Oued – Notre-Dame-d’Afrique était assurée par un trolleybus électrique alimenté par des caténaires (lignes aériennes de contact).
    Comme pour les voitures électriques, les bus électriques avec batterie seront toujours confrontés au problème de l’autonomie.
    M. le Marroqui, tu es libre de nous (Algériens) souhaiter un futur catastrophique. Nonobstant les personnages que tu a cité (Gaid Salah, Tartag, …) et en tant qu’observateur lucide, je peux t’affirmer que l’avenir de l’Algérie sera toujours moins noir que celui de ton Maroc.
    Je te conseille M. le Marroqui de ne pas avoir la folie des grandeurs avec la voiture électrique.
    M. le Marroqui, tu devrais conseiller ton Roi en lui suggérant de commencer d’abord à généraliser l’utilisation de la fée électricité pour l’éclairage domestique.
    M. le Marroqui, il est plus sage pour le Maroc, de rester au stade de l’âne et de la charrette que de la voiture électrique.

    Je ne comprends pas l’attitude de MAGHREB EMERGENT !
    Est-ce que ce site est MAROCAIN ?
    Pourquoi refuse-t-il ma réaction à leur article ?
    Est-ce que l’administrateur ou le modérateur de ce site est MAROCAIN ?
    Je remercie AP pour publier mon écrit.




    31



    5
      Paris75011
      19 mars 2018 - 7 h 24 min

      @ManMan1954. Je vous confirme que le Site Maghreb Émergent est un Site marocain se faisant passer pour un Site Algérien et est financé à plus de 50% par le Makhzen.
      Informations recueillies personnellement auprès du Commissaire aux Comptes de cette SPA et donc vont facilement vérifiables.




      23



      3
      Boumed
      19 mars 2018 - 7 h 37 min

      Je vous félicite tout d’abord pour votre patience à écrire ce très long article, je ne l’ai pas lu en entier, mais j’ai compris dans l’ensemble de ce qu’il tenait, un article trés technique qui n’est pas à la portée de la majorité des maroquins, vous devez comprendre que une opinion qui diffère de celle imposé par le Makhnez n’est jamais publiée, dans leur journaux, ils veulent rester entre eux dans l’opacité de la fumée de leur joint, alors à quoi bon s’échiner à les contredires.




      19



      4
    Tinhinane-DZ
    18 mars 2018 - 23 h 37 min

    Le makhzen prend ses divagations pour réalité.




    28



    3
    Kahina-DZ
    18 mars 2018 - 23 h 35 min

    Ce n’est pas surprenant !!

    Le palais du haschisch, des délires et des mensonges …est champion dans la déformation et la désinformation.




    32



    3
    Mokrane
    18 mars 2018 - 23 h 05 min

    Ce comportement conforte les analyses faites par les spécialistes disant que Med VI est assis sur une poudrière qui peut exploser à tout moment.




    28



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.