Moscou : «Le poison qui a tué l’espion Skripal provient d’un laboratoire britannique»

Skripal britannique
Des enquêteurs sur les lieux du crime. D. R.

De Londres, Sonia L.-S. – L’ambassadeur de Russie à Bruxelles a laissé entendre qu’un laboratoire britannique pourrait être à l’origine de l’agent neurotoxique utilisé dans l’empoisonnement prémédité de l’ancien agent double d’origine russe et sa fille. Dans une déclaration à la BBC, Vladimir Chizhov a clairement indiqué que la Russie «n’a absolument rien à voir» avec l’empoisonnement, à Salisbury, de Sergei Skripal et sa fille Yulia. Pour le diplomate russe, la substance en question provient d’un laboratoire de Porton Down qui se trouve à seulement 12 km de la ville de Salisbury où le crime a eu lieu.

Les propos tenus par l’ambassadeur de Russie en poste à Bruxelles viennent appuyer ceux de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, qui a déclaré que le Royaume-Uni «constitue la première source» de l’agent neurotoxique. Cette substance pourrait, selon elle, être originaire de Tchéquie, de Slovaquie, de Suède ou des Etats-Unis. Moscou a rappelé qu’un grand nombre de scientifiques de l’ex-Union soviétique avaient quitté le pays après l’explosion de l’Union pour s’installer dans plusieurs pays d’Europe de l’Ouest où ils étaient intégrés dans différentes structures de recherches militaires, pour profiter de leur expérience dans le domaine de fabrication de tous genres de substances toxiques à usage militaire.

L’ambassadeur de Russie auprès de l’Union européenne a souligné, dans son intervention à la BBC, que l’ex-espion russe Sergei Skripal «est effectivement traité à juste titre de traître au sein de l’opinion publique russe» mais que «d’un point de vue juridique, l’Etat russe n’avait rien contre lui et n’avait aucun intérêt à l’éliminer».

S. L.-S.

Comment (6)

    Lghoul
    19 mars 2018 - 12 h 41 min

    Si le poison provient réellement d’un labo anglais, la seule explication est que les russes eux-memes ont pu mettre la main dessus directement a travers leurs services actifs – Ce qui serait impossible vu la protection de cette zone militaire sensible de Porton Down – ou a travers une mole interne, travaillant dans ce labo pour le KGB ou le GRU. Autrement comment sauront-ils avec précision la nature de ce poison et son origine sans avoir d’échantillon d’investigation ? Je ne voudrai pas croire que les russes puisse faire une erreur pareille pour balancer une telle nouvelle sans peser ses intérpetations et ses conséquences – Ce qui est incroyable.




    0



    6
    Rayah
    19 mars 2018 - 12 h 23 min

    Juste avant les elections presidentielles et pendant la preparation de la Coupe du Monde, la Russie n’a aucun interet de faire usage de poison russe pour tuer un citoyen russe en Angleterre. C’est plutot une histoire de James Bond , sauf que dans ce cas le vilain n’est pas Dr No mais plutot l’Empire lui meme. Tous les moyens sont permis pour maintenir la domination du monde et la rue aujourd’hui bien informee le SAIT.




    6



    2
    Anonyme
    19 mars 2018 - 12 h 05 min

    Ils sont trop forts ils ont retrouvé le labo, la classe.




    3



    3
    Chibl
    19 mars 2018 - 11 h 55 min

    Comment peuvent ils savoir de quel laboratoire est issu le poison s’ils n’ont pas d’échantillon.IL FAUT PAS NOUS PRENDRE POUR DES DEBILES




    2



    11
    Anonyme
    19 mars 2018 - 8 h 10 min

    C’EST CA UN ÉTAT FONCTIONNEL
    L’ÉTAT RUSSE
    Impressionnant




    29



    7
    Kahina-DZ
    19 mars 2018 - 8 h 08 min

    WOW !!
    L’efficacité des services secrets RUSSES. !!
    CHAPEAU !!




    35



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.