Le Polisario condamne la proposition de l’UE d’étendre l’accord de pêche au Sahara Occidental

Sidati
Mohamed Sidati, ministre délégué, représentant du Front Polisario auprès de l'UE. D. R.

Le ministre délégué, représentant du Front Polisario pour l’Europe, Mohamed Sidati, a condamné la proposition du Conseil de l’UE d’étendre l’accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental, exhortant les Etats membres de l’Union à «rejeter» la proposition et à ouvrir un dialogue «constructif» avec le seul représentant légitime du peuple sahraoui, le Front Polisario. «L’annonce d’aujourd’hui va à l’encontre de la décision de la Cour européenne de justice» du 27 février 2018, a-t-il déclaré à l’APS, en réaction à la proposition du Conseil de l’UE.

Le ministre sahraoui a appelé, à ce titre, les Etats membres de l’UE à «rejeter cette proposition et à ouvrir, plutôt, un véritable dialogue constructif avec le Front Polisario, le représentant légitime du peuple sahraoui reconnu par l’ONU». Dans le cas contraire, Mohamed Sidati a affirmé que le Front Polisario est «tout à fait prêt à retourner devant la Cour européenne de justice pour défendre les droits juridiques et internationaux du peuple sahraoui».

La Commission européenne a adopté mercredi une proposition du Conseil de l’UE qui prévoit d’étendre l’actuel accord UE-Maroc de partenariat dans le secteur de la pêche au «territoire non autonome du Sahara Occidental» sous certaines conditions, dont l’inclusion d’une «clause de révision permettant de prendre en compte un accord politique mutuellement acceptable (…) qui permettrait l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental». Le Conseil de l’UE qui a jugé «possible d’étendre les accords bilatéraux avec le Maroc au Sahara Occidental» a, néanmoins, assorti cette possibilité par certaines conditions, soulignant que tout arrangement entre l’UE et le Maroc doit être «provisoire» aussi longtemps que la résolution du conflit au Sahara Occidental «reste en suspens».

«La Commission européenne a une fois de plus démontré son mépris total pour l’Etat de droit, et reste plutôt déterminée à renforcer la complicité de l’UE dans l’occupation illégale et l’exploitation du Sahara Occidental», a regretté Mohamed Sidati, qui a souligné, dans ce contexte, «le timing de cette proposition illégale» qui coïncide avec le briefing de Horst Köhler, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies au Sahara Occidental devant le Conseil de sécurité. Pour le responsable sahraoui, la proposition du Conseil «remet en question l’engagement de l’UE en faveur de la paix et en faveur des efforts de Horst Köhler pour relancer le processus politique».

R. I.

Comment (8)

    Neva
    23 mars 2018 - 0 h 39 min

    Ce « DROIT » que les occidentaux ont inventés pour leurs intérêts, n’est qu’un « bouclier » pour protéger leur pillage des richesses des autres pays pauvres ( pillage = puissance et non VOL ! ) mais enivrés de leur puissance qu’ils ne doutent même pas d’un soulèvement des peuples exploités en colère …

    2
    3
    Charles
    22 mars 2018 - 13 h 01 min

    Maroc assassin du peuple Sahraoui… L’U.E complice…

    59
    11
    M'hamed HAMROUCH
    22 mars 2018 - 12 h 22 min

    Cette nouvelle proposition de la part de la Commission Européenne vise à sauvegarder les intérêts des pêcheurs européens tout en essayant de couper la poire en deux entre le Maroc et la RASD au travers de subterfuges du type « mise en place d’organes de surveillance des droits de l’homme du peuple Sahraoui », ou  » Accord à caractère provisoire jusqu’à la tenue du Référendum du peuple du Sahara Occidental » etc… , alors que l’arrêt de la CJUE du 27 février dernier est très clair quand il dit que le Maroc et le Sahara occidental sont deux pays distincts.
    Le seul point positif dans les propositions de la Commission Européenne est à mon avis le soutien ferme de l’UE à Mr Kohler et implicitement dans ses tentatives d’intégrer l’UA et l’UE dans le processus de règlement de ce conflit, chose que le Maroc refuse, préférant garder le dossier du Sahara Occidental entre les mains exclusives du Conseil de Sécurité de l’ONU eu égard au rôle complice et malsain de la France.

    34
    13
    Vangelis
    22 mars 2018 - 12 h 15 min

    Finalement la seule personne qui tienne tête au dupliqué pablo escobar c’est la princesse Salma qui le rejette et demande à divorcer.

    Tous ces pays européens sont des larves qui sont à la botte de la narco-terro-monachie allant même jusqu’à renier les décisions de leur propre justice.

    23
    13
    Anonyme
    22 mars 2018 - 11 h 55 min

    Quand la France décide de faire quelque chose elle le fait toujours mais au détriment du droit. Ce pays autoproclamé comme étant un état de droit, qui avait ratifié la déclaration universelle des droit de l’homme le 10 décembre 1948 dans sa capitale, ne peut se libérer de ses ambitions colonialistes. Jusqu’à la date d’aujourd’hui elle continue de piller les richesses des pays pauvres et en particulier des pays Africains dont les populations meurent de faim et de maladies. Malgré la déclaration universelle citée plus haut qu’elle avait ratifiée avec zèle (non pas pour le plaisir de l’appliquer sur elle-même mais pour la faire appliquer de force sur d’autres pays souvent pauvres), elle refuse de se soumettre à cette déclaration qu’elle avait signée. Elle refuse aussi de se soumettre au droit international. La France qui avait pillé des richesses des pays colonisés et qui avait commis des génocides contre les peuples de ces pays refuse aujourd’hui de se soumettre aussi aux décisions rendues par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). C’est un cas très grave que d’oser violer les décisions de cette cour de justice auquel elle avait accepté d’y adhérer. La France coloniale devient hors la loi. Sans le consentement de la France, il n’y aurait pas de pillage des richesses du Sahara occidental… Où est passé le droit international pour laisser le Maroc et les pays Européens piller impunément les richesses d’un pays illégalement occupé, dont la souveraineté n’est pas reconnue pour aucun pays. Il reste alors seul le peuple du Sahara occidental (c’est-à-dire celui recensé en 1975) qui possède la souveraineté sur le territoire qu’il occupe depuis milliers d’années.

    80
    12
    Moskosdz
    22 mars 2018 - 11 h 07 min

    Pour éviter de se faire manger par les plus gros,certains poissons ont développé une technique redoutable,il est temps au Polisario d’agir de la sorte.

    106
    11
    Hamed'
    22 mars 2018 - 10 h 54 min

    Le colonisateur marocain assassine la population Sahraouie en toute impunité… L’U .E .foule aux pieds la justice du peuple du Sahara occidentale pour ses intérêts mercantiles ..justice pour le peuple Sahraoui… Maroc assassin..
    L’U.E complice.
    .
    .

    43
    13
    Ziad ALAMI
    22 mars 2018 - 10 h 12 min

    Encore une fois je le dis et redis que l’indépendance du Sahara Occidental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte de temps tant que cette France néo-colonialiste continue à détenir un droit de véto au Conseil de Sécurité de l’ONU.

    104
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.