Bernard Kouchner a-t-il peur d’être éclaboussé par l’affaire Sarkozy ?

sarkozy Kouchner
Bernard Kouchner et Nicolas Sarkozy. D. R.

Par Kamel M. – L’ancien ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner, vole au secours de l’ancien Président, empêtré jusqu’au cou dans l’affaire du financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Kouchner a essayé de détourner les regards en s’arc-boutant sur le même argument que Sarkozy, à savoir le caractère salvateur de l’intervention de la France en Libye qui s’est soldée par le renversement et l’assassinat de Mouammar Kadhafi.

«Je ne crois pas Nicolas Sarkozy capable de se servir du droit d’ingérence pour couvrir le financement occulte d’une campagne électorale», a affirmé le médecin humanitaire converti à la politique, dans un entretien au journal Le Monde. «Non, l’intervention en Libye visait à empêcher la démolition de Benghazi et le massacre d’une population qui se soulevait dans la foulée des printemps arabes», a-t-il renchéri, avant de s’interroger : «Quel intérêt Sarkozy aurait-il eu à s’impliquer dans ces affaires ?»

Tout en défendant son ancien chef hiérarchique, Bernard Kouchner n’en adopte pas moins l’attitude de Ponce Pilate : «Je ne connais ni les multiples intermédiaires ni les détails de leurs embrouilles», a-t-il dit, en expliquant que Nicolas Sarkozy a invité Kadhafi à Paris «après la libération des infirmières bulgares qui étaient emprisonnées depuis neuf ans». «Une libération qui avait été particulièrement difficile à obtenir», selon lui.

Les artisans des soulèvements dans plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient se serrent les coudent. Ils savent que l’éclatement de l’affaire Sarkozy risque, de fil en aiguille, de démasquer d’autres protagonistes directement impliqués dans la transaction secrète qui avait eu lieu entre l’ancien guide libyen et de hauts responsables politiques français sous la férule de l’ex-ministre de l’Intérieur, qui menait une rude bataille pour «enterrer» Chirac et écarter son ministre des Affaires étrangères, Dominique De Villepin. Ce dernier avait gagné la sympathie de nombreux Français après sa magistrale intervention à l’ONU contre l’intervention militaire en Irak et rendait donc difficile la tâche à son rival opportuniste et irascible qui ne jouissait pas d’une grande estime dans l’opinion française.

Nicolas Sarkozy ne peut être le seul instigateur dans cette affaire de financement occulte de la campagne électorale de 2007. D’autres personnalités françaises tomberont avec lui. Bernard Kouchner pourrait en faire partie.

K. M.

Comment (12)

    Les Égarés Wahabites
    27 mars 2018 - 11 h 41 min

    Et puis sans des Harkis Frères Musulman Libyens et des Harkis de la Ligue Arabe Sarkozy n’aurait jamais pu mettre son Nez en Libye….on se souvient du va et vient de Certaines Personnalités libyenne à l’Élysée pour voir Don Sarko et BHL…et Jupe..et l’opposition Socialiste Française à soutenu Don Sarko dans « Sa  » guerre agressive contre la Libye….Bizarrement tous ces Hypocrites lâchent Don Sarko et doivent eux aussi Presser des Olives..et même que Don Sarko a lâché les soldat Guéant et Ortefeux….je sais ça doit pas leur être agréable !!!…. .Et Don Obama et Mafiosa Clinton , eux c’est pas des Olives mais Pastèques qu’ils doivent presser…toute les Routes mènent à Don Sarko …Reste le Cas Don Hollande et Mafios Fabius pour leur « Flatteries » sur les Terroristes Daesh Al nosra fait « du bon boulot « …les Juges doivent creuser pour découvrir l’implication de l’ex Président Hollande et Fabius pour soutient au Terrorisme islamiste Wahabite en Syrie….Après les Olives faudrait prévoir des Pampers pour tous ces Hypocrites Brigands …. .

    Les Égarés Wahabites
    27 mars 2018 - 7 h 10 min

    Don Bernard…est introuvable !…La Police le recherche partout ..il doit se terrer quelques part !..😆☎️📞🤔

    Kenza
    26 mars 2018 - 21 h 04 min

    «Non, l’intervention en Libye visait à empêcher la démolition de Benghazi et le massacre d’une population qui se soulevait dans la foulée des printemps arabes»

    Mon œil! L’intervention en Irak visait, aussi, à éliminer les armes de destruction massive du régime de Saddam Hussein….ce sioniste nous prend vraiment pour des imbéciles!

    Anonyme
    26 mars 2018 - 15 h 37 min

    tous les lybiens devraient signer une pétition pour voler au secours de leur sauveur Sarkozy pathétique

    5
    13
      le niveau
      26 mars 2018 - 17 h 29 min

      l’occident yendeb aalik ou aala ta petition dialek… ils ont tué le president lybien et ont pillé le pays de son OR, son argent et autres richesses. Ils ont cree une guerre entre ce peuple qui a fait des milliers de morts, un pays redevenu a l’age de pierre!!! Et t’a eu le courage de parler d’une petition !! tu trouve que c’est une solution?

      15
      1
    L'arbre qui cache une immensse forêt
    26 mars 2018 - 12 h 17 min

    Si Sarkosy tombe, tout le monde tombe c’est pour cela qu’il est malheureuseument INTOUCHABLE !

    15
    13
    Anonyme
    26 mars 2018 - 11 h 15 min

    KOUCHNER RIME AVEC KARCHER : « ILS » se proposent de nettoyer la France et sa justice au karcher, « ILS » ont leur monde spécifique, Un Microbe a été conçu pour son rôle de Microbe, demandez aux médecins, ils ont en vain essayé la méthode du dialogue avec les microbes, ces gens là n’ont pas le sens des limites dans leur jeu, c’est ce qui les condamne à leur perte, et c’est dommage !

    10
    1
    iciaG
    26 mars 2018 - 10 h 21 min

    Et que la m… remonte a la surface ,,,aaaaaaaaaaamêêênn

    33
    2
    CHAOUI-BAHBOUH
    26 mars 2018 - 9 h 39 min

    La Somalie, confrontée à la guerre civile et à la famine, devient le théâtre d’une intervention militaro-humanitaire qui interroge sur le droit d’ingérence. Cette ingérence est dictée parce porteur de sac de la famine créée.
    L’ex-ministre de la Santé et de l’Action Humanitaire, Bernard Kouchner porte, le 5 décembre 1992 au nord de Mogadiscio, sous l’œil des caméras, « Pour la publicité aux naïfs des droits d’ingérence », un des sacs de riz pour venir en aide aux populations menacées de famine., inventée par eux. Toute personne en âge de se souvenir a encore forcément quelques images en tête. C’était un matin d’octobre 1992. Ce jour-là, sur le chemin de l’école, du collège et du lycée, les enfants, adolescents et innocents français, en plus de leur cartable, tenait dans leur main un petit sac de riz. Ils répondaient à l’opération « du riz pour la Somalie » lancée quelques semaines plus tôt par le ministre de la santé et de l’action non humanitaire, Bernard Kouchner, le créateur du droit d’ingérence. Une fois collectées, les tonnes de riz étaient envoyées en direction d’un pays lointain, la Somalie, rongé par la guerre et la famine, dont les images, à la télévision, avaient ému les crocodiles pour piller les richesses de ce pauvre peuple, tel est le cas de la Lybie aujourd’hui..
    À cette époque, la Somalie est plongée dans une guerre civile, comme la Lybie actuellement et confronté à une pire des épisodes. Cette vaste ampleur. Les organisations humanitaires au service de la politique occidentale, qui affame et tue des populations entières, au nom des droits de l’homme et de l’ingérence, les ONG au service de l’occident et des matières premières, elles sont présentes sur place depuis plusieurs années, sont rapidement dépassées, et le désastre humain s’accroit au fil des mois. Il faudra l’intervention du ministre de la santé Bernard Kouchner, Zorro est arrivé, pour que la situation somalienne s’invite au cœur de l’actualité. Dans la foulée, l’ONU vote une résolution pour une intervention militaro-humanitaire sur place, le drame africain et proche oriental sont des preuves irréfutables.
    Cette grande première tourne rapidement au fiasco. Un échec qui ouvre alors toute une série de questions autour du droit d’ingérence, « Somalie, Lybie, Syrie, Irak, Algérie Yémen » ce droit d’ingérence laisse la place au militaire dans les opérations humanitaires, des limites de la médiatisation de ces crises, des tensions entre le court et le long terme pour des pays encore aujourd’hui sujets à des drames similaires et ce n(est demain la fin, tant qu’il y à des matières premières a voler aux pauvres !

    39
    2
    Rayah
    26 mars 2018 - 8 h 22 min

    Il ne faut pas se faire d’illusions car Sarko sortira indemne tout comme ce fut le cas de C.Lagarde. La justice des pays de l’Empire (USA,UK,FRANCE…) existe pour punir les peuples de leurs pays respectifs et les dirigeants des Etats du reste du Monde qui ne soumettent pas. Les Bush,Clinton,Blair,Sarko,Macron,Lagarde, Netanyahu, etc… ne craignent pas la justice car ils sont la JUSTICE. Dans le cas ou ces criminels devaient tomber, d’autres ‘personnalites’ suivront et finalement c’est tout le systeme politique dirige par ce genre de voyous qui s’ecroulera comme un chateau de cartes. Ce systeme machiavelique n’est pas pret d’abdiquer facilement. Il n’a qu’un seul objectif c’est de renforcer par le crime le butin accumule par le vol durant des siecles. Gare a ceux qui tentent de l’opposer.

    39
    15
    Anonyme
    26 mars 2018 - 8 h 21 min

    Comme par hasard ces deux là comme bhl sont de fervents sionistes qui usent de toutes les techniques pour ternir l’image des arabes musulmans (droit d’ingérence,insultes,karcher,racailles,barbarie etc..etc…) et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg,en cachette leur activité est beaucoup plus dense.

    47
    3
    PREDATOR
    26 mars 2018 - 7 h 36 min

    «Non, l’intervention en Libye visait à empêcher la démolition de Benghazi et le massacre d’une population qui se soulevait dans la foulée des printemps arabes»

    Allez raconter ces bobards à votre opinion qui gobe tous vos mensonges, encore un autre criminel caché sous « l’humanitaire »

    60
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.